Synthèse atelier – Genre Entrepreneuriat et Organisations

Le Centre de recherche en stratégie et la Chaire « Femmes et Entreprises » de Skema Business School ont organisé le 30 mars 2018 un atelier de recherche intitulé :

« Genre, Entrepreneuriat et Organisations »

L’objectif de cet atelier, animé par Corinne Poroli, professeure à Skema, était de promouvoir les recherches et de faciliter la collaboration entre chercheur.es travaillant sur le genre et  l’entrepreneuriat.

Trois intervenantes ont accepté de partager leurs travaux.

Sophie Brière, professeure agrégée de l’Université Laval, a tout d’abord exposé une communication intitulée « Parcours des femmes dans diverses professions traditionnellement masculines au Québec : que peuvent nous apprendre les organisations ? » Un des principaux résultats de la recherche est le développement d’une grille d’analyse commune qui permet simultanément de présenter les obstacles et facteurs facilitants du parcours des femmes sous plusieurs dimensions, notamment la formation initiale, les motivations, le recrutement, les deux premières années de carrière, la carrière, la diversification des choix et les postes de décision. Cette recherche a permis d’identifier également, sous la forme d’un modèle original, les pratiques organisationnelles favorisant la rétention et la progression des femmes dans les organisations de divers secteurs.

Sophie Brière est professeure agrégée au département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Elle détient un doctorat (Ph.D.) de l’École nationale d’administration publique (ENAP) du Québec. Elle est titulaire de la Chaire de leadership en enseignement Femmes et organisations. L’intégration des femmes dans les projets de développement, le soutien à l’entrepreneuriat féminin, l’institutionnalisation de l’égalité entre les sexes, l’impact de la présence des femmes sur les conseils d’administration et la progression des femmes dans des métiers et professions traditionnellement masculins sont quelques exemples de thèmes qui font l’objet de ses travaux de recherche et d’enseignement.

Maripier Tremblay, professeure agrégée de l’Université Laval, a ensuite poursuivi avec une communication intitulée « Soutenir les femmes entrepreneures en contexte africain : vers une nouvelle approche dynamique et collective ». À travers une étude exploratoire menée en Afrique du Sud et au Rwanda, l’adéquation entre les services de soutien offerts aux femmes entrepreneures et leur réalité spécifique a été étudiée. Sur la base d’un modèle combinant le contexte, les stratégies de soutien et la performance des entreprises créées par les femmes, la recherche a permis d’illustrer la mésadaptation des services de soutien caractérisés par une approche générique et androcentrique, une logique stéréotypée de la performance et un manque de considération pour l’influence de la situation familiale sur le cheminement entrepreneurial. Dans le but d’alimenter la réflexion et orienter les futures interventions, un modèle original reposant sur une approche dynamique et collective a été proposé.

Maripier Tremblay est professeure agrégée à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Elle est également titulaire de la Chaire en entrepreneuriat et innovation. Détentrice d’un doctorat en administration des affaires (DBA) de l’Université du Québec à Trois-Rivières, ses travaux de recherche s’intéressent notamment à l’éducation entrepreneuriale, la relève entrepreneuriale, le soutien à l’entrepreneuriat, la reconnaissance d’opportunités, l’innovation et la créativité.


Juliane Santoni,
professeure à Burgundy School of Business, a par la suite présenté une communication intitulée « Femmes entrepreneures et accompagnement : des processus adaptables à des besoins différenciés ». Une recherche qualitative de près de 3 ans auprès de différents acteurs de l’écosystème : porteurs et porteuses de projets, entrepreneures, accompagnants et acteurs institutionnels a été menée. En se basant sur la nature du besoin d’accompagnement (affectif, cognitif, motivationnel et décisionnel) ainsi que sur son intensité, quatre profils d’entrepreneures ont été identifiés. Les résultats mettent également au jour trois processus d’accompagnement pouvant favoriser l’entrepreneuriat des femmes. 

 Juliane Santoni est docteur en Sciences de Gestion, et actuellement enseignant-chercheur à Burgundy School of Business. Ses recherches portent principalement sur l’entrepreneuriat des femmes et l’accompagnement entrepreneurial. Ses travaux ont été récompensés par le Prix de la meilleure communication Jeune Chercheur de l’AGRH en 2014. Après un Master Grande Ecole, spécialisation Entrepreneuriat, elle a étudié une année à Texas A&M University, puis créé et géré le centre entrepreneurial de l’EM Strasbourg.

Les échanges avec les participants ont permis de nourrir la réflexion et d’apporter des éclairages stimulants, qui augurent de collaborations futures fructueuses. Un grand merci à toutes et à tous pour votre participation.

Contact : corinne.poroli @ skema.edu

« Genre, Entrepreneuriat et Organisations » – vendredi 30 Mars – Paris Skema Business School

« Genre, Entrepreneuriat et Organisations »

Organisé dans le cadre du Centre de recherche en stratégie et de la Chaire « Femmes et Entreprises » de Skema Business School

Le vendredi 30 Mars de 9:30 à 12:30, sur le campus Paris de Skema Business School, en Salle 707 (7ème étage).

INTERVENANTES :

Sophie Brière est professeure agrégée au département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Elle détient un doctorat (Ph.D.) de l’École nationale d’administration publique (ENAP) du Québec. Elle est titulaire de la Chaire de leadership en enseignement Femmes et organisations. L’intégration des femmes dans les projets de développement, le soutien à l’entrepreneuriat féminin, l’institutionnalisation de l’égalité entre les sexes, l’impact de la présence des femmes sur les conseils d’administration et la progression des femmes dans des métiers et professions traditionnellement masculins sont quelques exemples de thèmes qui font l’objet de ses travaux de recherche et d’enseignement.

Juliane Santoni est docteur en Sciences de Gestion, et actuellement enseignant-chercheur à Burgundy School of Business. Ses recherches portent principalement sur l’entrepreneuriat des femmes et l’accompagnement entrepreneurial. Ses travaux ont été récompensés par le Prix de la meilleure communication Jeune Chercheur de l’AGRH en 2014. Après un Master Grande Ecole, spécialisation Entrepreneuriat, elle a étudié une année à Texas A&M University, puis créé et géré le centre entrepreneurial de l’EM Strasbourg.

Maripier Tremblay est professeure agrégée à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Elle est également titulaire de la Chaire en entrepreneuriat et innovation. Détentrice d’un doctorat en administration des affaires (DBA) de l’Université du Québec à Trois-Rivières, ses travaux de recherche s’intéressent notamment à l’éducation entrepreneuriale, la relève entrepreneuriale, le soutien à l’entrepreneuriat, la reconnaissance d’opportunités, l’innovation et la créativité. 

Programme :

9:30 – 10:00Accueil
10:00 – 10:45Sophie Brière (Université Laval)

« Parcours des femmes dans diverses professions traditionnellement masculines au Québec : que peuvent nous apprendre les organisations ? »

10:45 – 11:30Maripier Tremblay (Université Laval)

« Soutenir les femmes entrepreneures en contexte africain : vers une nouvelle approche dynamique et collective. »

11:30 – 12:15Juliane Santoni (Burgundy School of Business)

« Femmes entrepreneures et accompagnement : des processus adaptables à des besoins différenciés. »

12:15Conclusion

 

L’atelier aura lieu à SKEMA Business School, Pôle Universitaire Léonard de Vinci, Esplanade Mona Lisa, 92916 PARIS La Défense – Salle 707 (7ème étage)

RER A ou Métro Ligne 1 Arrêt : La Défense Grande Arche

L’inscription est gratuite mais obligatoire.

Nombre de places limité. Inscrivez-vous vite en contactant Corinne POROLI par email :

corinne.poroli @ skema.edu

Nous nous réjouissons par avance de vous accueillir et d’échanger avec vous lors de cet atelier.

Nous restons à votre disposition pour toute question.

Paper Accelerator Workshop on Gender and Entrepreneurship – 19-20 February, 2018 – IÉSEG School of Management

   

Key note speakers:

Dr. Sarah Thebaud and Dr. Sally Jones


Call for Papers

Individuals evoke cultural biases when they interpret and judge phenomena against standards and norms – or stereotypes – inherent to their own culture. Accumulating evidence suggests that cultural biases have a broad impact on gender disparities in entrepreneurial interest, activity and success. Stereotypes about women’s and men’s differing abilities can prompt women to evaluate business opportunities less favorably, lower their entrepreneurial intentions and self-efficacy, and disadvantage them in their quest for financial and social support from others  (Bigelow et al. 2014; Gupta et al, 2008; 2009; Gupta and Turban, 2012; Thébaud 2010; 2015).  Cultural beliefs regarding men’s and women’s roles in the family—beliefs which are variably shaped by the normative and cultural context (Chell and Baines, 1998; Nelson and Constantinidis, 2016)— can further facilitate or hinder entrepreneurial behavior (Welter et al, 2006; Cliff, 1998; Thébaud, 2015).

However, contemporary entrepreneurship research is often de-contextualized, with a relative lack of attention to the structural and cultural features that impact gender inequalities in entrepreneurial resources, strategies, and outcomes (Hughes et al, 2012; Lewis, 2014; Jennings and Brush, 2013, Ahl, 2006; Welter et al, 2016). Future research would benefit from more collaborative work across national borders which investigates how cultural biases pattern entrepreneurship differently in different contexts. We also believe that the full breadth and scope of what constitutes gender and entrepreneurship research requires extension. For example, studies investigating the impact of gender stereotypes on men entrepreneurs (Jennings and Brush, 2013) or the constraints of dominant models of masculinity for men in family business (Nelson and Constantinidis, 2016) would prove fruitful. At the same time, whiteness and masculinity continue to provide intangible resources to entrepreneurial legitimacy (Martinez Dy, et al., 2016) and there is a need for more research which addresses how intersecting identities (gender and race, social class, ethnicity, nationality, sexual orientation, religion, age, disability) form and shape the entrepreneurial experience.

In this workshop, we are especially interested in papers that theorize and/or empirically evaluate the ways that gender stereotypesand implicit cultural beliefs affect entrepreneurial outcomes—such as entrepreneurial interests, processes, resources, or activities.  We especially welcome scholarly work that identifies how the (negative) effects of cultural biases may be mitigated in certain social contexts

This is a paper development workshop. We seek to assemble a group of mid-career researchers, with an established knowledge and experience in gender and entrepreneurship research, who are looking to accelerate existing manuscripts.  Through expert reviews, discussion and feedback – from both peers and two key note speakers (Dr. Sarah Thébaud and Dr. Sally Jones) – we aim to help participants significantly improve and advance their papers.

In doing so, we hope to create, nurture and foster research collaboration between gender and entrepreneurship academics from different national contexts.

To guarantee a high quality of feedback, participation in this workshop will be limited to 15 papers. We welcome original research but will prioritize papers that have been previously presented at conferences or in preparation for journal submission. Workshop participants will be expected to read, reflect and discuss on other’s submissions.

Timeline and procedure : Important dates 

Further queries on this event may be directed to: j.byrne @ ieseg.fr

We look forward to welcoming you to Paris in Spring !

This event is also being supported by the Gender and Enterprise Network (GEN) – a Special Interest Group of the Institute for Small Business and Entrepreneurship – Manchester Metropolitan University (MMU) and Audencia.

Important dates

November 24th 2017: Authors invited to submit complete anonymized paper, title page (with authors’ information) and accompanying cover letter to Janice Byrne (j.byrne @ ieseg.fr) on or before this date.
The cover letter should provide information on the paper history (Just finished paper? Already submitted to a journal? Previously rejected paper?) as well as your specific questions or aspirations regarding the paper. We would also ask that you outline your areas of expertise (to facilitate matching authors and discussants in the workshop).

December 21st 2017: Authors informed of acceptance or decline.
Selection criteria include pertinence, originality, and potential contribution (either theoretical or empirical). Information provided on ‘next steps’ prior to workshop attendance.

February 19th and 20th: 1.5 day PAW workshop including two key note speakers (Dr. Sarah Thebaud and Dr. Sally Jones), networking and small group based paper feedback sessions.
The workshop will be hosted by IÉSEG School of Management, Paris campus (Paris-La Défense), France on the 19th and 20th February 2018.