Call for Special Issue proposals – Revue de l’Entrepreneuriat

Revue de l’Entrepreneuriat is an academic international journal (Ranked 2 by FNEGE) in the field of entrepreneurship research. Edited by the Academy of Entrepreneurship and Innovation (AEI), it publishes research related to the entrepreneurial phenomenon, entrepreneurial dynamics, the characteristics of entrepreneur based on transversal perspective that can combine finance, strategy, marketing with entrepreneurship.

aiming to publish research directly related to professional practices and current issues, the Editorial Board is pleased to invite all management science community to submit proposals for special issues on topics related to the journal’s editorial policy. The deadline is December 15, 2020.

Proposals for special issues must demonstrate their potential for high impact on a research area related to entrepreneurship and innovation, as defined by the journal’s editorial policy. (http://revue-entrepreneuriat.com). They must also highlight the issues and demonstrate that researcher’s community is likely to respond to this call.

Proposals from all disciplines are welcome. The Editorial Board of Revue de l’Entrepreneuriat is particularly interested in proposals from editorial teams who already have experience of publications in highly ranked French and Anglo-Saxon journals. New and little studied topics concerning the entrepreneurial phenomenon, entrepreneurial ecosystems, the virtual / real tension in the daily life of the entrepreneur, the new places to promote business creation, the hybrid or flexible forms of entrepreneurship, the entrepreneurial dynamics of countries from the South to the North, critical approach, entrepreneurs’ health issues are particularly encouraged. In addition, innovative methodologies, cross-analyzes and interdisciplinarity are also accepted. A pragmatist posture developing a theoretical research that can be mobilized by practitioners is also welcome.

The document describing the project of Special Issues will be submitted to the Editorial Board of Revue de l’Entrepreneuriat. It has to include the presentation of the guest editors constituting the team, an international team preferably, as well as a description of the academic interests of the proposed topic and an estimation of its impact in the scientific community. The selected special issue process will be conducted during 2021 and will be published in the first half of 2022.

Instructions to Guest Editors for Special Issues

Every year, Revue de l’Entrepreneuriat launches a call for special issue, with a submission date no later than December 15 of each year.

  1. Application for submission process

Applications to submit a Special Issue include the following:

1) A summary of the subject of the special issue justifying its interest for the journal and showing a sufficiently high audience. It is completed by a description of the subject’s perspectives of study. This section should not exceed 2 pages.

2) The names and affiliations of the guest editorial team, providing details of the team’s previous experience in revision and editing tasks , and a statement concerning the expertise and experience of each member in publishing in the field of the Special Issue. However, the Special Issue is open to all teams regardless o their research background, even if the diversity of Universities and Business Schools represented is an advantage. This section is limited to one page per member of the editorial team.

3) Workshops and research activities that will be associated with the Special Issue proposal are also explained. 

4) A detailed timetable for the Special Issue. Although the Editorial Board of the Revue de l’Entrepreneuriat suggests to the guest editorial team a publication date once the project has been accepted, the selected team includes in its proposal a back-planning with deadlines for submissions, revisions, decision letters and final versions of accepted articles.

Generally, 3 to 4 months are required between the call and the receipt of the authors’ first papers. 2 months are expected for the review process. 2 months are allowed to submit a final version of the article. The special issue will be published during the first months of the following year

in the Revue de l’Entrepreneuriat.

5) A list of thirty potential reviewers, specialists in the field.

 

  1. Application Acceptance Process

The applications are considered and examined during an editorial meeting with the presence of the editors-in-chief, the editorial assistant, and the committee of associate editors.

  1. Process once application accepted

1) The guest editors commit to respect the editorial policy and the journal’s ethical charter, as well as the instructions to authors and reviewers.

2) If the articles correspond to the instructions given to the authors and are consistent with the theme of the Special Issue, the guest editors submit the articles received to at least three reviewers. If the first two disagree, the third helps inform the editorial decision.

 

 Five decisions are possible:

# Reject before submission to any reviewer,

# Reject, informed by the comments from the reviewers,

# Major revisions: the article must be improved by author and is again submitted to the same reviewers to obtain their opinions on the further process

# Minor revisions: the article must be improved by author; guest editors check that the changes are made and decide on acceptance

# Acceptance.

In cases of disagreement between reviewers, or difficulties to make an editorial decision, the guest editors may ask the Editors-in-Chief of Revue de l’Entrepreneuriat to help them.

 

3) If the special issue follows a conference, the papers submitted must be extensively reworked and made compliant with the journal’s standards. It is the responsibility of the guest editors to check the improvement of these articles.

4) The guest editorial team writes a short introductory article to the Special Issue. This editorial clearly presents the research perspectives and the links between the accepted articles for the Special Issue. It is the responsibility of the guest editors to ensure the balance of the Special Issue, in terms of local and international audience, and in terms of institution affiliation of authors. The editorial introduction must not exceed 5 pages and is submitted to the Editors-in-chief before publication, by e-mail.

 

5) In the case of a selection, guest editors commit to respect the journal’s editorial policy and ethical charter, as well as the instructions to authors and reviewers (http://revue-entrepreneuriat.com).

Call for Special Issue proposals RE 2020 

 

 

Revue de l’Entrepreneuriat: Appel à Numéros Spéciaux

VF_SI_Call for papers – Consignes aux éditeurs invités dans le cadre de Numéros Spéciaux

La Revue de l’Entrepreneuriat est une revue internationale de premier rang (rang FNEGE 2) dans le domaine de la recherche en entrepreneuriat. Editée par l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation, elle publie des travaux relatifs au phénomène entrepreneurial, aux dynamiques entrepreneuriales, à l’entrepreneur et cela dans une perspective transversale pouvant allier finance, stratégie, marketing à l’entrepreneuriat.

Soucieuse de publier des travaux directement en lien avec les pratiques professionnelles et les enjeux d’actualités, nous sommes heureux de proposer à la communauté des sciences de gestion de soumettre des projets de numéros spéciaux portant sur des thématiques en lien avec la ligne éditoriale de la revue.

La date limite est fixée au 15 décembre 2020. Les propositions de numéros spéciaux doivent démontrer leur potentiel d’impact élevé sur un domaine de recherche relatif à l’entrepreneuriat et à l’innovation, tel que défini par la ligne éditoriale de la revue (http://revue-entrepreneuriat.com). Elles doivent également mettre en avant les enjeux, et démontrer qu’une communauté de chercheurs est susceptible de répondre à l’appel. Les propositions de toutes disciplines sont les bienvenues.

L’équipe éditoriale de la Revue de l’Entrepreneuriat est particulièrement intéressée par les propositions d’équipes éditoriales qui ont déjà l’expérience de publications dans des revues francophones et anglo-saxonnes de bon niveau. Les sujets nouveaux et peu étudiés concernant le phénomène entrepreneurial, les écosystèmes entrepreneuriaux, la tension virtuel/réel dans le quotidien de l’entrepreneur, les nouveaux lieux pour entreprendre, les formes hybrides ou flexibles de l’entrepreneuriat, les apports des dynamiques entrepreneuriales des pays du Sud au pays du Nord, les questions critiques, les questions de santé des entrepreneurs sont particulièrement encouragés. Par ailleurs, les méthodologies innovantes, les analyses croisées et l’interdisciplinarité sont également acceptés. Une posture pragmatiste développant une réflexion théorique mobilisable par les praticiens et leurs accompagnateurs est également bienvenue.
Le document décrivant le projet de numéros spéciaux qui sera soumis à la rédaction en chef de la Revue de l’Entrepreneuriat devra présenter les éditeurs invités constituant l’équipe, ainsi qu’un descriptif des intérêts académiques de la thématique proposée et une estimation de son impact au sein de la communauté scientifique. La publication du numéro spécial sélectionné pour être mené au cours de 2021, fera l’objet d’une publication au premier semestre 2022.

 

Revue de l’Entrepreneuriat – News

Cher.e collègue,

La rédaction en chef de la Revue de l’Entrepreneuriat est assurée depuis début avril par Bérangère Deschamps (Université Grenoble Alpes) et Céline Barrédy (Université de Paris Nanterre). Elles sont étroitement accompagnées par Hedi Yezza (EDC Paris) au rôle de secrétaire de rédaction.

Ce trio est épaulé par une équipe de rédacteurs associés : Andrea Calabro (IPAG), Benoit Demil (Université Lille), Cécile Fonrouge (Université du Québec à Trois-Rivières), Anaïs Hamelin (Université Strasbourg), Martine Hlady-Rispal (Université de Limoges), Vincent Lefebvre (AUDENCIA), Nathalie Schieb-Bienfait (Université de Nantes).

Le mandat (2020-2023) s’articule autour de projets que l’équipe de rédaction a pour ambition de mettre en œuvre.

# Le premier d’entre eux concerne l’informatisation des processus. Les soumissions et évaluations s’effectuent désormais en ligne : https://www.editorialmanager.com/entrepreneuriat/

# Nous souhaitons que la revue devienne intégralement bilingue. Les articles en anglais sont les bienvenus. Pour tout article accepté, il sera demandé aux auteurs de prévoir une traduction en anglais ou en français, selon le cas, afin d’augmenter la visibilité de la recherche en entrepreneuriat. Dans ces perspectives, les consignes aux auteurs et aux évaluateurs ont évolué pour se rapprocher des standards internationaux. Elles sont disponibles sur la plateforme, en français et en anglais.

# Le troisième concerne la durée du processus d’évaluation, que nous souhaitons courte, une année au plus, après la soumission d’un article.

# A cela s’ajoute la reconnaissance que nous ambitionnons d’apporter aux évaluateurs qui contribuent au bon fonctionnement de la revue, par diverses actions en leur faveur (prix du meilleur évaluateur, nomination des évaluateurs de l’année sur le site de la Revue). Ces démarches s’inscrivent dans le souhait de poursuivre le travail de valorisation de la revue dans les classements nationaux et internationaux.

# Parmi les actions nouvelles, l’équipe de rédaction prévoit le lancement d’un appel à numéros spéciaux, annuel, diffusé au 15 septembre avec pour date limite de soumission le 15 décembre de chaque année, dont la vocation est de sélectionner les numéros spéciaux qui seront soutenus et produits l’année suivante dans la Revue de l’Entrepreneuriat.

# Enfin, nous souhaitons constituer un lieu d’échange autour de la revue par la rédaction d’une « newsletter » trimestrielle dont la vocation est de tenir la communauté informée de nos actions au titre de la revue, mais également des liens qui peuvent se développer avec les autres lieux de production scientifique dédiés à l’entrepreneuriat, en particulier l’AEI.

Par avance nous vous remercions pour votre contribution à la Revue de l’Entrepreneuriat en tant qu’auteurs et / ou évaluateurs. 

Les rédactrices en chef,
Bérangère Deschamps & Céline Barrédy

Classement Fnege 2019 – Revue Entrepreneuriat classée 2 et Revue Entreprendre & Innover classée 4

L’académie est heureuse de vous annoncer que la Revue de l’Entrepreneuriat et la revue Entreprendre & Innover confirme leurs positions respectives dans le cadre du classement des revues de la FNEGE.

La Revue de l’Entrepreneuriat est classée 2

La revue Entreprendre & Innover est classée 4

Pour consulter le classement 2019 voir ci-dessous :

Numéro spécial Revue de l’Entrepreneuriat – Regards croisés sur l’échec entrepreneurial

Appel à contributions – Numéro spécial de la Revue de l’Entrepreneuriat

Regards croisés sur l’échec entrepreneurial

Téléchargez l’appel à contribution : Dossier Revue de l’Entrepreneuriat Echec entrepreneurial

Éditeurs associés :

  • Smita Singh (Auckland University of Technology, New Zealand)
  • Nabil Khelil (Université de Caen, CREM CNRS)
  • Xavier Brédart (Université de Mons, HumanOrg)
  • Nadine Levratto (Université Nanterre, CNRS, EconomiX)

Deadline des soumissions : 15 septembre 2018

Les coûts psychologiques, sociaux et économiques de l’échec (Byrne et Shepherd, 2015; Cope, 2011; Singh et al., 2007-2015; Ucbasaran et al., 2013), font de ce phénomène un sujet sensible à aborder (Bruno et Leidecker, 1988; Cacciotti et al., 2016) et un événement indésirable et inattendu à éviter (Aaltonen et al., 2010; Politilis et Gabrielsson, 2009). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les premiers travaux sur la défaillance des entreprises, reconnue dans la littérature anglo-saxonne sous le terme “business failure“. Bien que ce phénomène ait été étudié par plusieurs disciplines (Walsh et Cunningham, 2016, p. 164), telles que le droit (Peng et al., 2010), la finance (Beaver, 1966), la sociologie (Freeman et al., 1983), l’économie (Dunne et al., 1989), le management (Moulton et al., 1996), la stratégie (Sheppard et Chowdhury, 2005) et les sciences des organisations (Mellahi et Wilkinson, 2004), ces travaux partagent le même objectif : mettre en évidence les causes qui sont à l’origine de l’échec de nombreuses entreprises et, éventuellement, réfléchir à des stratégies d’actions préventives, curatives ou encore palliatives.

C’est à partir de l’introduction de la notion de l’échec dans le champ de l’entrepreneuriat que le concept « échec entrepreneurial » a pris de l’ascendant. Si les premiers travaux sur l’échec entrepreneurial se focalisent sur les causes, les travaux menés au cours de la dernière décennie se concentrent plutôt sur les expériences d’échec vécues par les entrepreneurs. L’échec n’est plus perçu comme étant un sujet sensible qui demeure peu étudié en entrepreneuriat (Aaltonen et al., 2010; Politilis and Gabrielsson, 2009), mais comme une étape indispensable à la réussite d’un processus entrepreneurial, qui mérite d’être étudiée en profondeur (Jenkins et Mckelvie, 2016). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les travaux fondateurs sur l’apprentissage de l’échec (McGrath, 1999; Minniti et Bygrave, 2001; Shepherd, 2003) qui suscitent aujourd’hui un intérêt croissant dans la littérature tant anglo-saxonne (Dias et Teixeira, 2017; Shepherd et al., 2016; Walsh et Cunningham, 2017) que francophone (Crutzen et Van Caillie, 2009 ; Cusin et Maymo, 2016 ; De Hoe et Janssen 2016 ; Khelil et al., 2012 ; Krauss, 2009 ; Philippart, 2017). L’attention ne porte plus aujourd’hui uniquement sur les causes d’échec à éviter mais plutôt sur les leçons à tirer des échecs afin de les capitaliser.

L’augmentation du nombre de publications scientifiques, l’existence de plusieurs revues prestigieuses (spécialisées ou non) publiant sur le sujet, l’apparition d’ouvrages collectifs (Shepherd, 2013; Shepherd et al., 2016) et de numéros spéciaux (Detienne et Wennberg, 2016; Levratto et Brédart, 2018), l’existence d’une logique de capitalisation des connaissances (voir les revues de littérature conduites par Jenkins et Mckelvie, 2016 ; Ucbasaran et al., 2013 et Walsh et Cunningham, 2016), nous amène à la conclusion suivante : l’échec commence à occuper une place grandissante et fondamentale dans la littérature académique sur l’entrepreneuriat. Ce phénomène est aujourd’hui considéré comme un vrai objet d’étude qui suscite l’intérêt des chercheurs (Corner et al., 2017; Eberhart et al., 2017; Jenkins et McKelvie, 2017 ; Shepherd et Patzelt, 2017; Walsh et Cunningham, 2017). 2

Quelle que soit l’approche théorique (déterministe versus volontariste) ou méthodologique (qualitative versus quantitative) mobilisée ou, encore, le niveau d’analyse étudié (entrepreneur, entreprise, environnement), les chercheurs sont toujours confrontés à la réalité complexe et protéiforme de l’échec entrepreneurial (Khelil, 2016). La diversité et l’interdépendance des éléments objectifs et subjectifs, qualitatifs et quantitatifs, économiques et psychologiques inhérents à la fois à l’entrepreneur et l’entreprise qu’il créée, rendent les approches disjonctives désuètes. Bien que les approches traditionnelles de la défaillance d’entreprises adoptant le plus souvent une perspective linéaire et binaire dominent à ce jour, il existe une tendance de plus en plus marquée aux approches intégratives. Selon ces approches, l’échec est vu comme un phénomène multidimensionnel et complexe composé de différents éléments interdépendants qui interagissent sur plusieurs niveaux.

C’est dans ce cadre que s’inscrit cet appel à contribution. Au-delà de la question des causes (pour quelles raisons certaines entrepreneurs échouent-ils et d’autres non ?) ou encore les conséquences (quelles sont les conséquences que peut avoir l’échec de l’entreprise sur l’entrepreneur ?), d’autres questions sont en jeu :

  • Qu’est qu’un échec entrepreneurial ?
  • Comment les entrepreneurs interprètent-ils leur échec ?
  • Pour quelles raisons certains entrepreneurs apprennent-ils beaucoup plus de leur échec que d’autres ?
  • Pour quelles raisons certaines entrepreneurs ont beaucoup plus peur de l’échec que d’autres ?
  • Comment accompagner les entrepreneurs en situation d’échec ?

Soumission des textes

Les propositions d’articles sont à envoyer à nabil.khelil@unicaen, à xavier.bredart@umons.ac.be, et en copie à soumission@entrepreneuriat.com,

– au plus tard le 15 septembre 2018,

en respectant les normes de la Revue de l’entrepreneuriat :

 

Normes de publication

en mentionnant dans l’objet « soumission au numéro échec entrepreneurial ».

Les textes retenus seront publiés dans un numéro thématique de la Revue de l’Entrepreneuriat (n°1, 2020).

Echéancier

L’échéancier suivant est proposé : Envoi des propositions d’article (version complète) :15 septembre 2018
Retour des évaluations et notification des décisions aux auteurs :15 janvier 2019
Dépôt des articles révisés (2ème tour d’évaluation):15 avril 2019
Dépôt des versions finales :15 octobre 2019

 

3e Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise

Ce numéro thématique sera précédé par le 3e Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise. Ce colloque, qui se déroulera le 15 juin à l’Université de Caen, est co-organisé par le Centre de Recherche en Economie et en Management de l’université de Caen (CREM – UMR CNRS 6211), l’unité mixte de recherche du CNRS EconomiX (Université de Nanterre) et l’institut de recherche humanOrg de l’Université de Mons. Centrée sur les approches multidimensionnelles de la défaillance des entreprises, cette troisième édition du CIDE est parrainée par l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation (AEI) ainsi que par l’Association Internationale de Recherche en Entrepreneuriat et PME (AIREPME). Les auteurs des meilleures communications recommandées par les évaluateurs seront invités à soumettre une version enrichie de leur texte à ce numéro thématique.
Site internet : https://businfailure.sciencesconf.org/
Télécharger l’appel à communication : 3ème Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise

Références
Aaltonen, S., Blackburn, R., & Heinonen, J. (2010). Exploring entrepreneurial exits: a study of individual exit experiences in Finland and the UK. The theory and practice of entrepreneurship: Frontiers in European entrepreneurship research, 145-167.
Beaver, W. H. (1966). Financial ratios as predictors of failure. Journal of accounting research, 71-111.
Bruno, A. V., & Leidecker, J. K. (1988). Causes of new venture failure: 1960s vs. 1980s. Business Horizons, 31(6), 51-56.
Byrne, O., & Shepherd, D. A. (2015). Different strokes for different folks: Entrepreneurial narratives of emotion, cognition, and making sense of business failure. Entrepreneurship Theory and Practice, 39(2), 375-405.
Cacciotti, G., Hayton, J. C., Mitchell, J. R., & Giazitzoglu, A. (2016). A reconceptualization of fear of failure in entrepreneurship. Journal of Business Venturing, 31(3), 302-325.
Cope, J. (2011). Entrepreneurial learning from failure: An interpretative phenomenological analysis. Journal of business venturing, 26(6), 604-623.
Corner, P. D., Singh, S., & Pavlovich, K. (2017). Entrepreneurial resilience and venture failure. International Small Business Journal, 0266242616685604.
Crutzen, N. et Van Caillie, D. (2009). Vers une taxonomie des profils d’entrée dans un processus de défaillance : Un focus sur les micro-et petites entreprises en difficulté. Revue Internationale PME, 22(1), 101-128.
Cusin, J., & Maymo, V. (2016). Stigmatisation de l’entrepreneur post-faillite et décision de financement du banquier. M@n@gement, 19(4), 305-329.
De Hoe, R. et Janssen, F. (2016). Le capital psychologique permet-il d’apprendre et de rebondir face à un échec entrepreneurial? Management International,20(2),18-28.
DeTienne, D., & Wennberg, K. (2016). Studying exit from entrepreneurship: New directions and insights. International Small Business Journal, 34(2), 151-156.
Dias, A., et Teixeira, A. A. (2017). The anatomy of business failure: A qualitative account of its implications for future business success. European Journal of Management and Business Economics, 26(1), 2-20.
Dunne, T., Roberts, M. J., & Samuelson, L. (1989). The growth and failure of US manufacturing plants. The Quarterly Journal of Economics, 104(4), 671-698.
Eberhart, R. N., Eesley, C. E., & Eisenhardt, K. M. (2017). Failure is an option: Institutional change, entrepreneurial risk, and new firm growth. Organization Science, 28(1), 93-112.
Freeman, J., Carroll, G. R., & Hannan, M. T. (1983). The liability of newness: Age dependence in organizational death rates. American sociological review, 692-710.
Jenkins, A., & McKelvie, A. (2016). What is entrepreneurial failure? Implications for future research. International Small Business Journal, 34(2), 176-188. Jenkins, A., & McKelvie, A. (2017). Is this the end? Investigating firm and individual level outcomes post-failure. Journal of Business Venturing Insights, 8, 138-143. Khelil, N., Smida, A., & Zouaoui, M. (2012). Contribution à la compréhension de l’échec des nouvelles entreprises: exploration qualitative des multiples dimensions du phénomène. Revue de l’Entrepreneuriat, 11(1), 39-72.
Khelil, N. (2016). The many faces of entrepreneurial failure: Insights from an empirical taxonomy. Journal of Business Venturing, 31(1), 72-94.
4
Krauss, G. (2009). Les jeunes entreprises pionnières face à l’incertitude: la construction sociale de l’échec. Revue Française de socio-économie, (1), 169-186. Levratto, N., & Brédart, X. (2018). La défaillance et l’échec des PME. Revue internationale PME, Numéro thématique.
McGrath, R. G. (1999). Falling forward: Real options reasoning and entrepreneurial failure. Academy of Management review, 24(1), 13-30.
Mellahi, K., & Wilkinson, A. (2004). Organizational failure: a critique of recent research and a proposed integrative framework. International Journal of Management Reviews, 5(1), 21-41.
Minniti, M., & Bygrave, W. (2001). A dynamic model of entrepreneurial learning. Entrepreneurship: Theory and practice, 25(3), 5-5.
Moulton, W. N., Thomas, H., et Pruett, M. (1996). Business failure pathways: environmental stress and organizational response. Journal of Management, 22(4), 571-595.
Peng, M. W., Yamakawa, Y., et Lee, S. H. (2010). Bankruptcy Laws and Entrepreneur-Friendliness. Entrepreneurship Theory and Practice, 34(3), 517-530. Philippart P. (2017). “L’accompagnement de l’entrepreneur en difficulté: questions autour d’un phénomène complexe”, Projectics/Proyética/Projectiques, vol.1, n°16, p.11-29.
Politis, D., & Gabrielsson, J. (2009). Entrepreneurs’ attitudes towards failure: An experiential learning approach. International Journal of Entrepreneurial Behavior & Research, 15(4), 364-383.
Shepherd, D. A. (2003). Learning from business failure: Propositions of grief recovery for the self-employed. Academy of management Review, 28(2), 318-328.
Shepherd, D. A. (2013), Entrepreneurial Failure. The International Library of Entrepreneurship Series. Edward Elgar Pub.
Shepherd, D.A., Williams, T., Wolfe, M. et Patzelt, H. (2016). Learning from Entrepreneurial Failure. Cambridge University Press.
Shepherd, D. A., et Patzelt, H. (2017). Trailblazing in Entrepreneurship: Creating New Paths for Understanding the Field. Springer.
Sheppard, J. P., & Chowdhury, S. D. (2005). Riding the wrong wave: Organizational failure as a failed turnaround. Long Range Planning, 38(3), 239-260.
Singh, S., Corner, P., & Pavlovich, K. (2007). Coping with entrepreneurial failure. Journal of Management & Organization, 13(4), 331-344. Singh, S., Corner, P. D., & Pavlovich, K. (2015). Failed, not finished: A narrative approach to understanding venture failure stigmatization. Journal of Business Venturing, 30(1), 150-166.
Ucbasaran, D., Shepherd, D. A., Lockett, A., & Lyon, S. J. (2013). Life after business failure: The process and consequences of business failure for entrepreneurs. Journal of Management, 39(1), 163-202.
Walsh, G. S. et Cunningham, J. A. (2017). Regenerative failure and attribution: Examining the underlying processes affecting entrepreneurial learning. International Journal of Entrepreneurial Behavior et Research, 23(4), 688-707.
Walsh, G. S., & Cunningham, J. A. (2016). Business failure and entrepreneurship: emergence, evolution and future research. Foundations and Trends in Entrepreneurship, 12(3), 163-285.

Parution – Revue de l’Entrepreneuriat – 2017/3-4 (Vol.16)

 

SOMMAIRE

https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3.htm 

Chabaud, D., Sammut, S. & Degeorge, J. (2017). De l’intention à l’action entrepreneuriale : antécédents, écarts et chainons manquants. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 7-15. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-7.htm

Boissin, J., Favre-Bonté, V. & Fine-Falcy, S. (2017). Diverse impacts of the determinants of entrepreneurial intention: three submodels, three student profiles. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 17-43. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-17.htm

Yatribi, T., Balhadj, S. & Giraud, L. (2017). L’influence de l’environnement de travail sur la satisfaction et l’intention entrepreneuriale des ingénieurs. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 45-82. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-45.htm

Valéau, P. (2017). Les effets de l’engagement affectif, continu et normatif sur l’intention de rester dans le métier d’entrepreneur. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 83-106. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-83.htm

Grandclaude, D. & Nobre, T. (2017). Une analyse des croyances à l’origine des diverses modalités de l’Intention de Croissance. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 107-145. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-107.htm

Guiliani, F. & Torrès, O. (2017). L’influence de la somnolence et de la concentration sur la vigilance entrepreneuriale des dirigeants de PME. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 147-176. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-147.htm

Cadot, J. (2017). Neutraliser les mécanismes de gouvernance… et s’en mordre les doigts. Un cas de reprise d’entreprise qui tourne mal. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 177-196. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-177.htm

Paradas, A., Revelli, C., Debray, C., Courrent, J. & Spence, M. (2017). Pratiques responsables des dirigeants de PME : influence du profil du dirigeant. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 197-228. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-197.htm

Fattoum, S. & Byrne, J. (2017). L’influence du genre dans le choix du successeur en entreprise familiale. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 229-254. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-229.htm