UQAM – Poste de Professeur(e) en Entrepreneuriat

AU DÉPARTEMENT DE MANAGEMENT ET TECHNOLOGIE
POSTE DE PROFESSEURE, PROFESSEUR
EN ENTREPRENEURIAT

Version PDF – Offre_emploi_UQAM

L’entrée en fonction est prévue au 1er août 2020 sous réserve des autorisations budgétaires requises.
L’UQAM recherche des candidates et candidats qualifiés afin de renouveler son corps professoral et assurer un développement de qualité dans tous ses domaines d’activité.

SOMMAIRE DE LA FONCTION :

  • Enseignement et encadrement aux trois cycles d’études
  • Recherche et publications dans le domaine de l’entrepreneuriat
  • Services à la collectivité

EXIGENCES :

  • Doctorat en administration (spécialisation en entrepreneuriat) ou dans une discipline connexe, en rapport avec l’entrepreneuriat
  • Connaissance approfondie des théories en entrepreneuriat et de ses renouvellements
  • Connaissance des enjeux contemporains des pratiques entrepreneuriales et des perspectives inclusives des populations marginalisées en entrepreneuriat
  • Recherches et publications significatives dans le domaine de l’entrepreneuriat et autour des dimensions susmentionnées
  • Aptitude pédagogique démontrée dans ce même domaine
  • Habileté à s’intégrer au département et à travailler étroitement en enseignement et en recherche avec une équipe professorale interdisciplinaire
  • Maîtrise de la langue française, tant à l’oral qu’à l’écrit

ATOUTS :

  • Intérêt pour la relation entre entrepreneuriat et transformations sociales
  • Intérêt pour les méthodes qualitatives de recherche
  • Parcours international au niveau de la formation et/ou de l’expérience
  • Maîtrise de la langue anglaise, tant à l’oral qu’à l’écrit

DATE D’ENTRÉE EN FONCTION : 1er AOÛT 2020

TRAITEMENT : Selon la convention collective UQAM-SPUQ

L’Université du Québec à Montréal souscrit à un programme d’accès à l’égalité en emploi. De ce fait, elle invite les femmes, les Inuit, Métis ou les membres des Premières Nations, les membres des minorités visibles, des minorités ethniques et les personnes en situation de handicap à soumettre leur candidature. Nous encourageons les personnes qui s’identifient à l’un ou l’autre de ces groupes à remplir le Questionnaire d’identification à la présente adresse et à le joindre à leur dossier de candidature : www.rhu.uqam.ca/visiteurs/egalite/QuestionnaireAccesEgalite.pdf.
Nous encourageons toutes les candidates, tous les candidats qualifiés à postuler. Conformément aux exigences canadiennes en matière d’immigration, la priorité sera toutefois accordée aux Canadiennes, Canadiens ainsi qu’aux résidentes, résidents permanents. Ce critère n’est pas une priorité au sens des conventions collectives applicables.
Les personnes intéressées sont priées de faire parvenir une lettre de motivation, un curriculum vitae en français, détaillé, daté et signé, trois lettres de recommandation ainsi que deux exemples (articles, chapitre de livre ou autres) significatifs de leurs travaux de recherche PAR COURRIEL AVANT LE 15 JANVIER 2020, 17 h à :

Madame Anne-Laure Saives, directrice
Département de management et technologie
École des Sciences de la Gestion
Téléphone : 514 987-4225
Courriel : bigras.nicole@uqam.ca

 

CFP – 5th Annual Entrepreneurship as Practice Conference and PhD Symposium 2020 – March 30 – April 3 – Amsterdam

5th Annual Entrepreneurship as Practice Conference and PhD Symposium 2020
PhD Symposium: March 30 – April 3 2020
Conference: March 31 – April 2 2020

​Source: https://www.entrepreneurshipaspractice.com/5th-eap-conference-apr-2019

CFP: Final Call for Papers EAP5

Host: Vrije Universiteit Amsterdam, The Netherlands

Organizing team: Karen Verduijn (VU Amsterdam), Neil Thompson (VU Amsterdam), Orla Byrne (UC Dublin), Bill Gartner (Babson College), Bruce Teague (Eastern Washington), Inge Hill (Coventry), Thomas Cyron (Jönköping University)

Confirmed keynote speaker: Chris Steyaert (University of St. Gallen)

 

Important Dates:

December 16, 2019                       Abstract Submission Deadline                                             

December 20, 2019                       Notification of Acceptance

February 16, 2020                          Full Paper Submission Deadline 

March 1, 2020                                Registration Deadline 

March 31 – April 2 2020               Conference Dates

March 30 – April 3 2020               PhD Symposium

 

ABOUT THE CONFERENCE

The 5th version of this conference aims to advance our understanding of entrepreneurship-as-practice, foster network ties, facilitate collaborative writing relationships, and build a strong community of practice scholars. To do so, we have developed a Research Conference and PhD Symposium that educates interested scholars as well as develops empirical and conceptual papers regarding the ‘practice turn’ taking place in entrepreneurship studies. 

Building on the first (February 2016 at VU Amsterdam), second (February 2017 at University College Dublin Quinn School of Business), third (April 2018 at Linnaeus University) and fourth (April 2019 at Nantes Business School) Entrepreneurship-as-Practice conferences, this conference and PhD symposium bring the growing community of researchers who embrace the “practice turn” back to Amsterdam.

 

INTRODUCTION

The practice tradition (also known as practice-based studies, the practice approach or the practice lens) in the social sciences forefronts the notion that practices and their connections are fundamental to the ontology of all social phenomena (Rouse, 2006; T. Schatzki, Knorr-Cetina, & Savigny, 2001). Ventures, firms or startups, in this view, are not ontologically separate phenomena from the performance of everyday, materially accomplished and ordered practices (Chalmers & Shaw, 2017; Hill, 2018; Johannisson, 2011; Vincent & Pagan, 2019). This is to say that no description or explanation of features of entrepreneurial life—such as, recognizing, evaluating and exploiting opportunities—is possible without the ‘alternate’ description and explanation of how entrepreneurial life is actually lived in and through practices (Gross, Carson, & Jones, 2014; Keating, Geiger, & Mcloughlin, 2013). The term ‘practice’, therefore, does not refer to an ‘empty’ conceptual category of ‘what entrepreneurs think and do’ (Sklaveniti & Steyaert, 2019), but encompasses the meaning-making, identity-forming and order-producing interactions (Chia & Holt, 2006; Nicolini, 2009) enacted by multiple entrepreneurial practitioners and situated in specific (historical) conditions. Therefore, practice theories orient entrepreneurship scholars to take seriously the practices of entrepreneuring as they unfold and are experienced in real-time rather than as they are remembered. Simply put, practice scholars are concerned with the ‘nitty-gritty’ work of entrepreneuring—all the meetings, the talking, the selling, the form-filling and the number-crunching by which opportunities actually get enacted (Matthews, Chalmers, & Fraser, 2018; Whittington, 1996). This comes with considerable ontological, theoretical and methodological implications which will be addressed during the Conference and PhD Symposium.  

 

For background and information on EaP literature, prior conferences, media and other pertinent materials, please go to: https://www.entrepreneurshipaspractice.com.

STRUCTURE OF THE CONFERENCE AND PhD SYMPOSIUM

The Conference will be held over three full days, March 31st- April 2nd. March 31st will be about Mapping the developing field of EaP that includes plenary sessions and an unconference event (https://en.wikipedia.org/wiki/Unconference), concluding with drinks. April 1st will be about Methodological approaches and publishing EaP research and include keynote session, parallel sessions on various methodologies, and plenary session. We will end the day with a boat ride, tour of entrepreneurial district and dinner. April 2nd will prominently feature the paper development workshop and a keynote lecture, with the conference ending around 16.30.

The PhD symposium includes 30th March (late afternoon and evening) up until 3rd April morning (until lunch). PhD candidates who want ECTS credits for their participation are required to attend. In these additional sessions, PhD students will be able to ask questions about EaP, meet and discuss ideas for research as well as generate additional work and discussion beyond what is required by other participants in the conference. Affordable hotels during entire duration are being held in Amsterdam for selected participants.

 

CALL FOR PAPERS

We welcome papers employing theories of practice to understand a wide array of entrepreneurship phenomena.

 

Potential, although not exclusive, topics that may be addressed include:

Theoretical Challenges: What are the differences between the individualism, structuralism and practice traditions of entrepreneurship research? How is the process approach to entrepreneurship (entrepreneuring) similar to and different from practice approach?  How are entrepreneurial behaviour theories (discover, creation, effectuation, bricolage) similar and different than practice-based theories? How can we carve out insights and theories without the traditional aim of reification and generalization, given practice theories’ phenomenological roots? How can we theoretically cope with the enormous diversity of practices in which entrepreneurship is implicated? How can entrepreneurship studies help to theorize the reproduction and transformation of practical knowledge? How can we incorporate embodiment and sociomateriality into our understanding of practices related to entrepreneurship? How can an EaP perspective rejuvenate our thinking about traditional entrepreneurship related topics of innovating, creating opportunities, networking, venturing, strategizing, financing and organizing? What is the value of existing theoretical frameworks of practice for entrepreneurship research, and when should we employ or go beyond them? (How) are EaP contributions critical?

Methodological and Empirical Challenges: How does one begin an EaP study, such as selecting and entering a site for observation? As theories of practice guide us to study the real-time and unique instances of practices related to entrepreneurship, how can we observe, analyse and theorize about these unique instances, whilst still accounting for their relations to other practices?  What are some common research questions that can be formulated and answered using an EaP perspective, and which practice theory is appropriate for which research questions in entrepreneurship? How can one catalogue and rigorously analyse large amounts of video-based ethnographic data?  What can we methodologically learn from the history of the Strategy as Practice (SaP) community? 

ABSTRACT / PAPER SUBMISSION

All those are interested to attend the conference should submit an abstract (of approximately 1,000 words) by December 16, 2019 to . 

Abstracts should not exceed two single-spaced pages, and may not exceed the maximum limit of 1,000 words. They should present the purpose of the research, the relevance of the problem, the literature review, the methods and the main findings. Authors will be notified of acceptance or otherwise by December 20, 2019. Full working papers are due for February 16, 2020. 

The manuscript should be 10-15 pages, Times New Roman 12, single spacing. Abstracts and papers should be written and presented in English.

All working papers will be assigned to discussion groups. Each group member will be responsible for providing feedback on the papers received during the working paper session on April 2nd.  

Conference Fees:

Fees for Research Conference participants: 525 euros

Fees for PhD Symposium (inclusive Research Conference) for selected participants: 275 euros

 

Registration:

After abstract acceptance, please go to www.entrepreneurshipaspractice.com

 

Questions:

eap5vu@gmail.com

 

References

  • Chalmers, D. M., & Shaw, E. (2017). The endogenous construction of entrepreneurial contexts: A practice-based perspective. International Small Business Journal: Researching Entrepreneurship, 35(1), 19–39. 

  • Chia, R., & Holt, R. (2006). Strategy as Practical Coping: A Heideggerian Perspective. Organization Studies , 27(5), 635–655. 

  • Gross, N., Carson, D., & Jones, R. (2014). Beyond rhetoric: re-thinking entrepreneurial marketing from a practice perspective. Journal of Research in Marketing and Entrepreneurship, 16(2), 105–127. 

  • Hill, I. (2018). How did you get up and running? Taking a Bourdieuan perspective towards a framework for negotiating strategic fit. Entrepreneurship and Regional Development, 1–35. 

  • Johannisson, B. (2011). Towards a practice theory of entrepreneuring. Small Business Economics, 36(2), 135–150. 

  • Keating, A., Geiger, S., & Mcloughlin, D. (2013). Riding the Practice Waves: Social Resourcing Practices During New Venture Development. Entrepreneurship: Theory and Practice, 38(5), 1–29. 

  • Matthews, R. S., Chalmers, D. M., & Fraser, S. S. (2018). The intersection of entrepreneurship and selling: An interdisciplinary review, framework, and future research agenda. Journal of Business Venturing, In Press. 

  • Nicolini, D. (2009). Zooming in and out: studying practices by switching theoretical lenses and trailing connections. Organization Studies, 30(12), 1391–1418.

  • Rouse, J. (2006). Practice theory. In D. M. Gabbay, P. Thagard, & J. Woods (Eds.), Handbook of the Philosophy of Science (Vol. 15, pp. 500–540). Elsevier. 

  • Schatzki, T., Knorr-Cetina, K., & Savigny, E. von. (2001). The practice turn in contemporary theory. (T. R. Schatzki, K. Knorr-Cetina, & E. von Savigny, Eds.). London: Routledge. 

  • Sklaveniti, C., & Steyaert, C. (2019). Reflecting with Pierre Bourdieu: Towards a reflexive outlook for practice-based studies of entrepreneurship. Entrepreneurship and Regional Development, (forthcoming), 1–21. 

  • Vincent, S., & Pagan, V. (2019). Entrepreneurial agency and field relations: A Realist Bourdieusian Analysis. Human Relations, 72(2), 188–216. 

  • Whittington, R. (1996). Strategy as practice. Long Range Planning, 29(5), 731–735. 

​Source: https://www.entrepreneurshipaspractice.com/5th-eap-conference-apr-2019

 

Concours Kangae « Ose entreprendre » |18 à 25 ans | Idée ou projet | jusqu’à 30 000 euros

 
Kangae lance son concours « Ose entreprendre » ! Un concours qui a pour ambition de promouvoir l’ensemble de l’entrepreneuriat des jeunes de 18 à 25 ans. Que tu aies une idée ou un projet, lance-toi, dépose-le sur notre plateforme et tente de remporter une dotation valorisée à plus de 30 000 euros pour les porteurs de projets et plus de 20 000 euros pour les porteurs d’idées.

Concrètement, quelles sont les conditions de participation ?

Pour participer, rien de plus simple, il faut que tu aies entre 18 et 25 ans, que tu résides sur le territoire français et que tu aies un projet ou une idée. Nous avons créé deux catégories pour permettre au maximum de jeunes de participer au concours.

Dans un premier temps, du 4 au 30 Novembre, dépose ton idée ou ton projet en ligne dans l’espace dédié :

 

Ensuite, du 1er au 31 Décembre, fais voter un maximum de monde pour ton projet sur notre plateforme dédiée Oseentreprendre.kangae.fr.

Sur les 25 porteurs de projets et les 25 porteurs d’idées qui auront reçu le plus de votes, nous en sélectionnerons 10 par catégorie. Tu seras prévenu le 10 Janvier si tu en fais partie.

Ces 20 jeunes présenteront leur idée ou leur projet par Skype le 20 Janvier 2020. Et les 5 gagnants par catégorie seront annoncés le 21 Janvier.

Nous effectuerons la remise des prix le 5 ou le 6 Février au Salon des Entrepreneurs de Paris.

 

Qu’est-ce que tu as à y gagner ?

– Plus de 6’000 euros de dotation pour chaque lauréat porteur de projet.

– Plus de 4’000 euros de dotation pour chaque lauréat porteur d’idée.

Pour nous, le meilleur moyen d’accélérer l’implémentation d’un projet ou d’une idée c’est de te permettre de te confronter à des entrepreneurs aguerris, des experts de ton secteur ou encore mieux l’opinion publique.

Voici donc ce que tu peux remporter :

Porteurs de projetsPorteurs d’idées
 

  • Stand au Salon des entrepreneurs de Paris
  • Stand sur le Bpifrance Inno Festival de 2020
  • Une invitation à la remise des prix MoovJee
  • Une rencontre avec un expert de ton secteur
  • Une rencontre avec 2 entrepreneurs qui sont confrontés aux mêmes problématiques que toi
  • Une séance de média training en amont d’une intervention dans « T’inquiètes… je gère » de DemainTV
  • 1 livre “Jeunes, créez votre entreprise”
  • Un article sur Bpifrance Création
  • De la visibilité sur les sites de l’Etudiant et de l’Onisep et sur leurs réseaux.
  • Stand au Salon des entrepreneurs de Paris
  • 300€ de chèques-cadeaux multi-enseignes
  • Une invitation à la remise des prix MoovJee
  • Une rencontre avec un expert de ton secteur
  • Une rencontre avec 1 entrepreneur qui est confronté aux mêmes problématiques que toi
  • Une séance de média training en amont d’une intervention dans « T’inquiètes… je gère » de DemainTV
  • 1 livre “Jeunes, créez votre entreprise”
  • De la visibilité sur les sites de l’Etudiant et de l’Onisep et sur leurs réseaux.

 

Quels sont les critères d’évaluation pour participer à la phase finale du concours ?

Maintenant que tu en sais plus sur la manière dont nous récompenserons les gagnants, voici la manière dont nous évaluerons les 25 projets ayant obtenu le plus de votes dans chaque catégorie.

Que tu sois porteur d’un projet ou d’une idée, tu seras jugé sur ta motivation, la définition de ton projet ou de ton idée ainsi que ton plan d’action pour les mois à venir.

 

Alors, passe à l’action !

Si tu souhaites plus d’informations sur le concours, tu les trouveras dans le règlement, et dans les guides du candidat “Porteur de Projet” et “Porteur d’idée” en bas de page.

Tu peux aussi nous contacter directement : Instagram @kangae_entreprendre , Facebook @KangaeFr , Twitter @Kangae_fr

On se retrouve vite pour la phase de vote du concours !

Source: https://www.kangae.fr/article/concours-ose-entreprendre-kangae

Le site se refait une beauté

Je suis heureux de vous annoncer que le site de l’AEI a fait peau neuve cette semaine.

Il y a trois ans, nous avions assuré une migration du site et avions fait une première évolution du design du site qui avait un parti pris design : “les actus au coeur du site”.

Nous avons décidé de reprendre l’esthétique pour faciliter la navigation de chacun tout en gardant les points forts

  • Tout votre contenu disponible
  • Toujours possible de déposer des actus
  • L’annuaire…

Des changements auront encore lieu au cours des semaines à venir.

J’espère que vous apprécierez le résultat.

Vincent Lefebvre

Offre de thèse en sciences de gestion – Business model et internationalisation comme vecteur de croissance des start-ups innovantes

Business model et internationalisation comme vecteur de croissance des start-ups innovantes
Offre de thèse en sciences de gestion
Mines Saint-Etienne – Université Jean-Monnet – Coactifs – Ecole Doctorale Sciences Economiques et de Gestion (ED SEG 486)
CONTRAT DOCTORAL CIFRE – Société OPTI’WAVES
APPEL A CANDIDATURE THESE CIFRE
Présentation de l’établissement
Membre de l’Institut Mines-Télécom, rattachée au Ministère en charge de l’industrie, l’École des mines de Saint-Étienne figure parmi les plus prestigieuses écoles d’ingénieurs de France.
Dédiée à la formation d’ingénieurs généralistes et de spécialités de haut niveau, déployant une recherche orientée vers l’industrie, Mines Saint-Étienne a également un rôle prépondérant dans l’accompagnement des entreprises à la transition industrielle via son programme Mines Saint-Étienne Tech.
Présentation de l’entreprise
Entreprise spin-off de Mines Saint-Etienne, Opti’Waves valorise les travaux de recherche menés par le Dr. Sébastien Saunier autour de la cuisson par micro-ondes des céramiques.
C’est en échangeant avec des prothésistes que Sébastien Saunier a pu mesurer les besoins et les contraintes liés au frittage des céramiques dentaires (contraintes de temps, besoin de flexibilité, de réactivité, concurrence forte des pays low-cost …). Il a donc mis son expertise au service de la sintérisation des zircones et a imaginé Zircoya, un four permettant de cuire les prothèses dentaires en 40 minutes seulement : une vraie révolution technologique !
Si la cuisson des céramiques par micro-ondes est aujourd’hui exploitée dans le secteur dentaire, elle peut s’étendre à un grand nombre d’activités industrielles : automobile, aéronautique, défense, luxe, joaillerie …
Description du projet
Les start-ups jouent un rôle prépondérant dans le développement des innovations. Leur croissance pourrait contribuer au développement économique et répondre ainsi à un enjeu essential au niveau national.
La croissance de ce type d’entreprise est conditionnée par le développement de leur innovation et par l’internationalisation de leurs activités. Adapter leur stratégie et leur business model correspond sans doute à un facteur clé de succès pour répondre à leur enjeu de croissance et de performance.
Au coeur d’une start-up concevant, fabriquant et distribuant une innovation de rupture par une solution de cuisson par micro-ondes de la céramique, la thèse se propose de répondre à la problématique suivante : Comment l’adoption du business model d’une start-up innovante contribue à sa croissance, et à sa performance, lors de son internationalisation ?
Une étude qualitative suivie d’une enquête quantitative permettront de mieux comprendre les business models et leur adaptation éventuelle lors de la phase d’internationalisation dans une perspective de croissance et de performance de l’organisation.
Mots clés : Start-up – Innovation – Croissance – Entrepreneur – Internationalisation
Localisation et déroulement de la thèse
L’étudiant sera rattaché à l’Ecole Doctorale ED SEG 486 de Lyon – St Etienne sous la direction de Jean-Michel Degeorge (Mines Saint-Etienne) en collaboration avec Sébastien Saunier (Opti’Waves) sous contrat doctoral CIFRE.
L’étudiant sera majoritairement en entreprise
Profil recherché
Titulaire d’un master en sciences de gestion ou d’un diplôme d’ingénieur avec équivalence du grade de master, le candidat devra disposer de bases solides en management des organisations. Des connaissances ou des appétences dans le domaine de la stratégie et du commerce seront fortement appréciées. Un intérêt pour les objets techniques et, plus généralement pour les thématiques liées à l’innovation et l’internationalisation serait un plus. Il devra être motivé et autonome afin d’interagir efficacement avec les différents partenaires du projet.
Les candidatures (CV, lettre de motivation, relevés de notes, lettres de recommandation) doivent être adressées à Jean-Michel Degeorge.
Contacts
Jean-Michel Degeorge – Mines St-Etienne jean-michel.degeorge(at)emse.fr
Sébastien Saunier – Opti’Waves s.saunier(at)opti-waves.com

Annonce these OW

Colloque Internationale – L’impact de la culture sur les dynamiques entrepreneuriales : une mise en perspective internationale – 28 et 29 mai 2020 – Avignon

Dans quelle mesure les dynamiques entrepreneuriales s’expliquent-elles par des variables culturelles ? Loin d’être nouvelle, la question taraude les sciences sociales depuis au moins la révolution industrielle qu’a connue l’Europe à la fin du XIXème siècle et le développement du commerce et des affaires qui en a découlé. Dans une analyse aujourd’hui bien connue, parue pour la première fois en 1904, Max Weber est l’un des premiers à s’être intéressé aux liens entre croyance religieuse et développement du capitalisme. Il montre ainsi comment les protestants et en particulier les calvinistes privilégient plutôt la réussite sur terre, ici et maintenant, ce qui les amène à valoriser le travail, les affaires et l’ascétisme dans le monde, alors que les catholiques sont davantage sensibles à la question du rachat de leur âme et du salut par la rédemption, ce qui tend à les situer « hors monde » et donc à les détourner de leurs accomplissements professionnels (Weber, 1991).

Dans cette perspective, le lien entre histoire et développement économique a fait l’objet de nombreuses recherches. Pour Weber, le développement économique renvoie directement et de manière causale à un fait culturel, religieux en l’occurrence. Loin d’être abandonnée, l’idée a fait florès et reste très répandue. Ainsi, pour le célèbre historien américain David Landes (2010), la richesse et la pauvreté des nations s’explique essentiellement par l’existence de systèmes culturels qui déterminent leur niveau de performance économique.

En attribuant ouvertement des traits de caractères aux pays qu’il étudie, il assume même une interprétation que l’on peut qualifier de « culturaliste », puisqu’elle tend à réduire des phénomènes politiques, institutionnels ou économiques à des questions de croyances, de représentations et de valeurs quasi-naturalisées. Pour séduisantes et stimulantes qu’elles soient, ces explications ont suscité beaucoup de critiques en raison de leur simplicité et de leur caractère systématique, en particulier lorsqu’elles prétendent expliquer les phénomènes de développement (Petiteville, 1995).

Appel à communication:
Lieu du colloque :

«Le Petit Louvre» – 23, rue Saint-Agricol, 84000 Avignon

Date à retenir :
  • 29 février 2020 : dépôt des propositions
  • 27 mars 2020 : notifications aux auteurs
  • 30 avril 2020 : remise des textes définitifs et inscription obligatoire pour les personnes dont les travaux ont été acceptés
  • 28/29 mai 2020 : colloque à Avignon

Call for papers – IJESB – Business Transfers: An Opportunity for Dialogue between Entrepreneurship and Family Business Research

Didier Chabaud et Bérangère Deschamps pilotent un numéro spécial  dans la revue International Journal of  Entrepreneuship and Small Business.

L’intitulé est Business Transfers: An Opportunity for Dialogue between Entrepreneurship and Family Business Research ».

Echéance : Les articles sont attendus pour mi mai 2020.

Ils proposent l’organisation d’un workshop d’échanges pour préparer ce numéro spécial  à l’IAE de Paris les 17 et 18 mars 2020.

Pour ce workshop, les articles sont attendus le 30 janvier 2020 au plus tard

  • Précisez dans l’objet du mail : “soumission workshop business transfer”
  • Didier Chabaud – chabaud.iae(at)univ-paris1.fr
  • Bérangère Deschamps – berangere.deschamps(at)iut2.univ-grenoble-alpes.fr> e

IJESB CFP_Business Transfer

Call for papers – RFG – Special Issue – Gouvernance et financement des firmes entrepreneuriales innovantes: nouvelles perspectives

Gouvernance et financement des firmes entrepreneuriales innovantes: nouvelles perspectives

Rédacteurs invités:

Véronique Bessière, Université de Montpellier, IAE, MRM

Eric Stéphany, Université de Montpellier, IAE, MRM

Peter Wirtz, Université de Lyon, iaelyon school of management, Magellan

Date limite de soumission : 31 janvier 2020

https://mrm.edu.umontpellier.fr/files/2019/06/Gouvernance_et_financement_des_firmes_entrepreneuriales_innovantes.pdf

2ème Congrès International des Territoires Innovants – De l’intelligence en ville à la ville intelligente: les nouveaux paradigmes – 12 au 14 mars 2020 – Essaouira

Présentation générale

Si aujourd’hui la population citadine avoisine 55% de la population mondiale, celle-ci devrait passer à 68% en 2050 (ONU, World Urbanization Prospect, 2018). Ce phénomène d’urbanisation rapide, que ce soit dans les pays développés ou en voie de développement, soulève des défis importants au niveau économique, social mais également environnemental.

Densément peuplée, déconcertante, et de plus en plus technophile, la ville est le champ de toutes les compétitions, les démesures et les controverses. La ville n’est pas un sujet ou un objet comme les autres, encore davantage celui de la « Smart City » dont la révolution technologique récente semble être un facteur fondateur. Elle est une thématique complexe qui invite à la rencontre peu fréquente de disciplines et de paradigmes pluridisciplinaires qu’elles soient des sciences de l’ingénieur et/ou des sciences humaines et sociales. Chacune des disciplines apporte des explications sur dimensions infra-structurelle et supra-structurelle de la ville.

La rhétorique liée à la « ville intelligente » prône un idéal urbain à travers lequel les villes se sont vues attribuer la connotation positive du terme « intelligent ». Il se veut comme une façon de se saisir de la pluridisciplinarité croissante des problématiques liées à la ville. Le concept a le vent en poupe malgré l’absence de vision universellement partagée.

Ainsi, le Centre International de Recherche et de Renforcement de Capacités (CI2RC), en collaboration avec ses partenaires, organise du 12 au 14 mars 2020, à Essaouira, la deuxième édition du congrès International des Territoires Innovants sous le thème « de l’intelligence en ville à la ville intelligente : les nouveaux paradigmes ». L’objectif du congrès est de mener une réflexion multidisciplinaire sur le concept de la ville intelligente, plus précisément sur les soubassements conceptuels et théoriques de la Smart City. Il s’agit aussi de scruter la robustesse de ce paradigme à faire face aux défis contemporains et à relever le défi du développement – social, économique, politique et environnemental.

Appel à communication du CITI_2020 VF

Modalités de participation

Calendrier

  • 20 Septembre 2019 : Lancement de l’appel à communications
  • 20 Décembre 2019 : Date limite de réception des intentions de communication
  • 12 Janvier 2020 : Notification des avis du Comité scientifique aux auteurs
  • Du 12 au 14 Mars 2020 : Date du congrès

Procédure de soumission

Les intentions de communication doivent obligatoirement contenir les éléments suivants :

L’enjeu de la recherche, la problématique, le cadre théorique, la méthodologie, les principaux résultats, les éléments de discussion et les principales références bibliographiques.

Le format de soumission des communications doit respecter les instructions suivantes : 1500 mots maximum, Times New Roman 12, interligne simple :

Sur la première page figurent les noms et qualités du ou des auteurs, l’adresse électronique, le titre de la communication, et 4 à 5 mots-clés.

Les propositions sont à adresser (sous format Word) à : citi2020.congres@gmail.com

 

Type de présentation

Trois catégories de présentation sont prévues :

  • Conférences plénières et tables rondes
  • Communication orale
  • Poster

Publication des actes

Les articles retenus après évaluation anonyme seront considérés pour publication :

  • Dossier thématique – Revue Études caribéennes
  • Ouvrage collectif
  • Autres revues internationales sont en cours de confirmation

Frais d’inscription et de participation

Les participants doivent être préalablement inscrits et la présence d’au moins un des auteurs est requise par communication.

Avant le 20 janvier 2020:

  • Chercheurs et Professionnels : 1200 MAD (120 euros)
  • Étudiants : 600 MAD (60 euros)
  • Accompagnant : 600 MAD (60 euros)

Après le 20 Janvier 2020 :

  • Chercheurs et Professionnels : 1500 MAD (150 euros)
  • Étudiants : 700 MAD (70 euros)
  • Accompagnant : 700 MAD (70 euros)

L’inscription inclut :

  • Accès aux différentes sessions du Congrès + Documentation du Congrès
  • Restauration et pause-café
  • Des frais additionnels pourront être requis pour les activités optionnelles (dîner, Visites…).

Mot de la présidente – Prochaine réunion CA le 25 octobre

Chers Académiciennes et Académiciens de l’Entrepreneuriat

Réservez le 25 octobre prochain

L’Automne est là ! la rentrée également avec tous ses projets !
La rentrée de l’AEI est riche également et je vous propose de venir nombreux au prochain CA fixé au 25 octobre à 10.30 à Paris
dans les locaux d’AGORANOV – Grande Bibliothèque (2ème étage), 96 bis Bld Raspail, Paris 75006
pour les découvrir et en discuter

Bon courage à toutes et tous et à très bientôt
Catherine Léger-Jarniou
Présidente

8èmes Journées Georges Doriot “L’entrepreneuriat à l’heure d’un effondrement sociétal ? Rôles, responsabilités et défis”, PARIS, 28 & 29 mai 2020

Organisée par l’EM Normandie, le Groupe HEC Paris et l’ESG-UQAM, la 8ème édition des journées Georges Doriot aura lieu les 28 et 29 mai 2020 sur le campus parisien de l’EM Normandie.

Thème 2020 :

“L’entrepreneuriat à l’heure d’un effondrement sociétal ? Rôles, responsabilités et défis.”

L’objectif de ces 8èmes journées est d’analyser et de débattre des liens entre entrepreneuriat et effondrement sociétal. Cette approche, la plus objective possible des rôles et des responsabilités de l’entrepreneur dans la société internationale actuelle, souhaite mettre en lumière une réalité souvent insuffisamment approfondie, sous cet angle, par le monde académique. Ces journées visent à alimenter et à enrichir les débats de la communauté, en encourageant les travaux transdisciplinaires et le dialogue international ouvert à des univers géopolitiques différents, avec des visions parfois contradictoires, reflétant des réalités territorialisées.

Téléchargez l’appel à communications

Les ateliers de l’édition 2020

  1. Etudes critiques en entrepreneuriat : repenser la relation entre destruction et entrepreneuriat
  2. Finance entrepreneuriale, finance responsable et réactualisation des débats sur la valeur
  3. Entrepreneuriat durable, social et RSE : un nouveau modèle d’inclusion
  4. Entrepreneuriat rural, innovation agricole et transition agro-écologique
  5. Entrepreneuriat et diversité des contextes
  6. L’entrepreneuriat des femmes en contexte de crise
  7. Transferts (inter)générationnels : le choc des cultures
  8. Entrepreneuriat et religions : des renouvellements éthiques ?
  9. Entrepreneuriat et bien commun

Les dates à retenir

  • Date limite d’envoi des résumés étendus (3 000 mors hors références) : 15 novembre 2019. Les résumés préciseront la problématisation et l’intérêt de la recherche, le cadre théorique, la méthodologie, les résultats envisagés, et la contribution potentielle.
  • Réponse du comité scientifique : 15 décembre 2019
  • Envoi des versions finalisées : 2 avril 2020

Informations complémentaires

  • Merci de préciser clairement le nom et le numéro de l’atelier thématique auquel vous souhaiteriez soumettre.
  • Envoyez exclusivement sous format PDF anonymé à l’adresse : doriot@em-normandie.fr
  • Vous joindrez un document séparé avec le titre de la proposition, les noms des auteur.e.s ainsi que les coordonnées complètes de l’auteur.e référent.e.
  • Les journées Doriot demandent des textes originaux non publiés par ailleurs.
  • Toutes les mises à jour et les nouvelles concernant les Journées Georges Doriot seront annoncées sur cette page.

Pour toute question relevant des dimensions scientifiques des journées :

  • Alain Bloch : bloch(at)hec.fr
  • Christina Constantinidis : constantinidis.christina(at)uqam.ca
  • Nazik Fadil : nfadil(at)em-normandie.fr

5th Annual Entrepreneurship as Practice Conference and PhD Symposium 2020 – March 31 April 2 – Amsterdam

Call for Papers EAP5

 PhD Symposium: March 30 – April 3 2020

Conference: March 31 – April 2 2020

Host: Vrije Universiteit Amsterdam, The Netherlands

ABOUT THE CONFERENCE

The 5th version of this conference aims to advance our understanding of entrepreneurship-as-practice, foster network ties, facilitate collaborative writing relationships, and build a strong community of practice scholars. To do so, we have developed a Research Conference and PhD Symposium that educates interested scholars as well as develops empirical and conceptual papers regarding the ‘practice turn’ taking place in entrepreneurship studies.

Building on the first (February 2016 at VU Amsterdam), second (February 2017 at University College Dublin Quinn School of Business), third (April 2018 at Linnaeus University) and fourth (April 2019 at Nantes Business School) Entrepreneurship-as-Practice conferences, this conference and PhD symposium brings the growing community of researchers who embrace the “practice turn” back to Amsterdam.

INTRODUCTION

The practice tradition (also known as practice-based studies, the practice approach or the practice lens) in the social sciences forefronts the notion that practices and their connections are fundamental to the ontology of all social phenomena (Rouse, 2006; Schatzki et al., 2001). Ventures, firms or startups, in this view, are not ontologically separate phenomena from the performance of everyday, materially accomplished and ordered practices (Chalmers & Shaw, 2017; Hill, 2018; Johannisson, 2011; Vincent & Pagan, 2018). This is to say that no description or explanation of features of entrepreneurial life—such as, recognizing, evaluating and exploiting opportunities—is possible without the ‘alternate’ description and explanation of how entrepreneurial life is actually lived in and through practices (Gross et al., 2014; Keating et al., 2013). The term ‘practice’, therefore, does not refer to an ‘empty’ conceptual category of ‘what entrepreneurs think and do’ (Sklaveniti & Steyaert, forthcoming), but encompasses the meaning-making, identity-forming and order-producing interactions (Chia & Holt, 2006; Nicolini, 2009) enacted by multiple entrepreneurial practitioners and situated in specific (historical) conditions. Therefore, practice theories orient entrepreneurship scholars to take seriously the practices of entrepreneuring as they unfold and are experienced in real-time rather than as they are remembered, or interpreted. Simply put, practice scholars are concerned with the ‘nitty-gritty’ work of entrepreneuring—all the meetings, the talking, the selling, the form-filling and the number-crunching by which opportunities actually get enacted (Matthews et al., 2018; Whittington, 1996). This comes with considerable ontological, theoretical and methodological implications which will be addressed during the Conference and PhD Symposium.

For background and information on EaP literature, prior conferences, media and other pertinent materials, please go to: https://www.entrepreneurshipaspractice.com.

STRUCTURE OF THE CONFERENCE AND PhD SYMPOSIUM

The Conference will be held over three full days, March 31st- April 2nd. The conference will include keynote lectures, parallel sessions, workshops, a field trip and a working paper development session. March 31st will be about Mapping the developing field of EaP, April 1st will be about Methodological approaches and publishing EaP research, and April 2nd will prominently feature the paper development workshop and keynote lectures.

The PhD symposium includes 30th March (late afternoon and evening) up until 3rd April morning (until lunch). PhD candidates who want ECTS credits for their participation are required to attend. In these additional sessions, PhD students will be able to ask questions about EaP, meet and discuss ideas for research as well as generate additional work and discussion beyond what is required in terms of attending the conference.

CALL FOR PAPERS

We welcome papers employing theories of practice to understand a wide array of entrepreneurship phenomena.

Potential, although not exclusive, topics that may be addressed include:

Theoretical Challenges: What are the differences between the individualism, structuralism and practice traditions of entrepreneurship research? How is the process approach to entrepreneurship (entrepreneuring) similar to and different from practice approach? How are entrepreneurial behaviour theories (discover, creation, effectuation, bricolage) similar and different than practice-based theories? How can we carve out insights and theories without the traditional aim of reification and generalization, given practice theories’ phenomenological roots? How can we theoretically cope with the enormous diversity of practices in which entrepreneurship is implicated? How can entrepreneurship studies help to theorize the reproduction and transformation of practical knowledge? How can we incorporate embodiment and sociomateriality into our understanding of practices related to entrepreneurship? How can an EaP perspective rejuvenate our thinking about traditional entrepreneurship related topics of innovating, creating opportunities, networking, venturing, strategizing, financing and organizing? What is the value of existing theoretical frameworks of practice for entrepreneurship research, and when should we employ or go beyond them? (How) are EaP contributions critical?

Methodological and Empirical Challenges: How does one begin an EaP study, such as selecting and entering a site for observation? As theories of practice guide us to study the real-time and unique instances of practices related to entrepreneurship, how can we observe, analyse and theorize about these unique instances, whilst still accounting for their relations to other practices? What are some common research questions that can be formulated and answered using an EaP perspective, and which practice theory is appropriate for which research questions in entrepreneurship? How can one catalogue and rigorously analyse large amounts of video-based ethnographic data? What can we methodologically learn from the history of the Strategy as Practice (SaP) community?

ABSTRACT / PAPER SUBMISSION

All those are interested to attend the conference should submit an abstract (of approximately 1,000 words) by December 16, 2019 to eap5vu@gmail.com.

Abstracts should not exceed two single-spaced pages, and may not exceed the maximum limit of 1,000 words. They should present the purpose of the research, the relevance of the problem, the literature review, the methods and the main findings. Authors will be notified of acceptance or otherwise by December 20, 2019. Full working papers are due for February 16, 2020.

The manuscript should be 10-15 pages, Times New Roman 12, single spacing. Abstracts and papers should be written and presented in English.

All working papers will be assigned to discussion groups. Each group member will be responsible for providing feedback on the papers received during the working paper session on April 2nd.

Important Dates:

December 16, 2019 Abstract Submission Deadline

December 20, 2019 Notification of Acceptance

February 16, 2020 Full Paper Submission Deadline

March 1, 2020 Registration Deadline

March 31 – April 2 2020 Conference Dates

March 30 – April 3 2020 PhD Symposium

Conference Fees:

Fees for PhD Symposium and Research Conference attendees will be announced by October 15, 2019 (see: www.entrepreneurshipaspractice.com).

Registration:

Go to www.entrepreneurshipaspractice.com

Questions:

eap5vu@gmail.com

Call for Papers – Journal of Small Business Management – In search of creative qualitative methods to capture modern-day entrepreneurship research challenges

Call for Papers – Journal of Small Business Management – In search of creative qualitative methods to capture modern-day entrepreneurship research challenges 

Special Issue Guest Editors

Martine Hlady-Rispal, University of Limoges, France
Alain Fayolle, EM Lyon, France
William B. Gartner, Babson College, U.S.

Submission deadline: January 15, 2020

Call for submissions

In 2014 JSBM call for submissions, Karastas-Ozkan, Anderson, Fayolle  et al. (2014) aimed to challenge dominant entrepreneurship perspectives and theorize entrepreneurship through new post-positivist epistemologies. They invited researchers to be more explicit in their ontological, epistemological and methodological underpinnings. The special issue authors also called for more contextualized studies, interdisciplinary approaches, studies with more organizational micro-dynamics focus.

To date, a number of scholars still deplore the insufficient recourse to qualitative methods in entrepreneurship affirming their specific contribution to the development of the field (e.g. Chalmers and Shaw, 2017; Hindle, 2018). Yet, qualitative methodologies are able to address fundamental entrepreneurship questions because they rely on tools to capture and analyze open, creative, flexible and contextualized data. They are interpretative since they describe, decode, and question the meaning of facts, actions, decisions, and actors’ representations that are currently taking place or that took place in the past (Hlady-Rispal and Jouison-Laffitte, 2014). Besides, qualitative methodologies have the potential to enhance the comprehension of modern-day entrepreneurship research challenges because the related tools are well adapted to the study of entrepreneurial processes that comprises loops, ruptures, enrichments, and rejections (Bygrave, 1989; Huse and Landström, 1997; Gartner and Birley, 2002; Hindle, 2004).

Among major challenges, the uberisation of the economy, along with the rarefaction of resources, climate changes, customers’ and workers’ quality of life aspirations, etc. create new forms of ventures, operating largely on the model of entrepreneurship. This model has the advantage for organizations of discharging social contributions and suggests that autoentrepreneurs be responsible for their “profitability” and “performance”. Understanding these new concepts is complex and requires holistic protocols.

This special issue is a call for research on the postures, tools and methods used to capture modern-day entrepreneurship research challenges. We are seeking papers that are reflexive in their nature and transparent in their application of such paradigmatic qualitative designs and theoretical underpinnings. In so doing, we aim to promote qualitative studies in entrepreneurship research that develop entrepreneurship theory based on rich and credible qualitative data collected and analyzed through detailed research methods. We sense that methodological understanding of the role of qualitative methods in the study of entrepreneurial phenomena is a critical priority, because it contributes to the study of methods adapted to the field and more generally of the link between qualitative methods and theory construction (Weick, 1979; Miles and Huberman, 1994; Klag and Langley, 2013). The objective of this special issue, therefore, is to show why and how qualitative methods clearly and distinctively contribute to the understanding of modern entrepreneurship issues.

Researchers studying modern entrepreneurship challenges can deploy a specific method or combine case study approaches with observation, ethnography, phenomenology, narratives, grounded theory, interviews, questioning or action learning and use multiple sources of data such as participant application forms, written feedback, participants’ interviews, videos, figures, etc. All the same, a “full-cycle” methodology that associates inductive qualitative approaches (ethnography and interviews) and deductive experimental methods (including field, lab-in-the-field and natural experiments) could be considered (Kuruvilla and Ranganathan, 2008). The qualitative methods help to elaborate hypotheses linking novel mechanisms for identification with modern-day entrepreneurial challenges, while the quantitative methods help to causally test these hypotheses using experimental designs. Through the diversity and forms they take, qualitative methods can also capture crucial entrepreneurial processes, such as the entrepreneurial mindset, opportunity construction, work–life balance, managing emotions and learning from failure (Fayolle, 2013). Core contributions of qualitative methods in the study of entrepreneurial challenges include understanding context, theory building, sense-making and enacting action (Hlady-Rispal and Jouison-Laffitte, 2014). They may also show that creative design and scientific validation are legitimate and complementary research approaches that can impel the constant regeneration of the entrepreneurship field and reveal the potential of an inclusive body of knowledge that is both demanding and appropriate (Romme and Reymen, 2018).

We therefore invite papers that help establish the relevance and utility of different qualitative postures and methods to the study of modern-day academic and entrepreneurship challenges. We also welcome papers with novel qualitative frameworks and with empirical grounding.  

Possible questions and areas to be addressed include, but are not limited to, the following:

  • Theorization: do we need specific theories for the study of modern-day entrepreneurship challenges? Is there a need for an inclusive body of knowledge? How can creative design and scientific validation be complementary and of equivalent input to research activities in entrepreneurship research?
  • Modern-day entrepreneurial contexts: how can qualitative research deal with modern-day challenges such as uberization, digitalization, neurosciences or sustainable entrepreneurship? How can they reveal today’s entrepreneurs’ idealized representations as regards to society and innovative contexts; how can they unveil new ways of capturing aspects of modern entrepreneurial worlds?
  • Entrepreneurial actors: how can qualitative studies follow entrepreneurial actors, organizations and environment in transformation; studying them as ‘something in motion’. How can they capture entrepreneurs’ new sense-making process concerning responsibility and performance and establish the interdependence between the entrepreneur, their venture and their contemporary environment?
  • Entrepreneurial organizations: how can qualitative research explain the role of personal and historical contingencies in the setting up of innovative starts-ups? Can they show the situated nature of modern entrepreneurial routines and praxes? Can they grasp temporal processes and their acceleration due to information sciences?

We also welcome papers that develop innovative methodological approaches and cross-disciplinary expertise (especially in sociology, ethnography and social psychology), including the interaction between different qualitative methods or between quantitative and qualitative approaches, through real empirical examples. Papers may also tackle the problem of the replication of qualitative studies in entrepreneurship research (Arend, 2018) and should explain their nature and posture, such as realism, critical realism, pragmatism, interpretivism and social constructivism. The papers will search to extent concepts or expand a specific theory and debate the need for specific theories for the entrepreneurship field. They will study modern day entrepreneurship challenges and consider entrepreneurial contemporary contexts.

Review process and timetable

  • Submission deadline: January 15, 2020
  • Feedback from reviewers: March 15, 2020
  • Submission of revised papers: September 1, 2020
  • Sending SI package to JSBM: October 15, 2020
  • Publication: January 2021 (Volume 59, Issue 1)

References

Arend, R. J. (2018). Why we can’t have nice things: Replications, applied external theories and accumulated knowledge. Journal of Business Venturing Insights, 10, e00098.

Bygrave, W. (1989). “The Entrepreneurship Paradigm (I): A Philosophical Look at Its Research Methodologies,” Entrepreneurship Theory and Practice 14(1), 7–26.

Byrne, J., Delmar, F., Fayolle, A., & Lamine, W. (2016). Training corporate entrepreneurs: an action learning approach. Small Business Economics, 47(2), 479-506.

Chalmers, D. M., & Shaw, E. (2017). The endogenous construction of entrepreneurial contexts: A practice-based perspective. International Small Business Journal, 35(1), 19-39.

Chandler G.N. and D.W. Lyon. 2001. “Issues of Research Design and construct Measurement in Entrepreneurship research: the past decade”, Entrepreneurship Theory and Practice 25 4: 101-113.

Fayolle, A. (2013). Personal views on the future of entrepreneurship education. Entrepreneurship & Regional Development, 25(7-8), 692-701.

Gartner, W. B., & S. Birley (2002). “Introduction to the Special Issue on Qualitative Methods in Entrepreneurship Research,” Journal of Business Venturing 17(5), 387–396.

Hlady‐Rispal, M., & Jouison-Laffitte, E. (2014). Qualitative research methods and epistemological frameworks: A review of publication trends in entrepreneurship. Journal of Small Business Management, 52(4), 594-614.

Hindle K. 2004. “Choosing qualitative methods for entrepreneurial cognition research: A canonical development approach”. Entrepreneurship Theory and Practice 28 6: 575-607.

Hindle D. (2018). PDW – “Crafting Scholar / Researcher Wisdom: Co-constructing Learning and Identity – Observations, Reflections and Futures”. Rent conference, November 14, Toledo, Spain.

Huse M., & Landström H. (1997). “European Entrepreneurship and small business research: methodological openness and contextual differences”. International Studies of Management and Organization 27 3: 3-12.

Klag, M., & Langley, A. (2013). Approaching the conceptual leap in qualitative research. International Journal of Management Reviews, 15(2), 149-166.

Miles, M. B., and A.M. Huberman. 1994. “Qualitative Data Analysis. An Expanded Sourcebook”. 2nd ed. Beverly Hills, CA: Sage.

Kuruvilla, S., & Ranganathan, A. (2008). Economic development strategies and macro-and micro-level human resource policies: The case of India’s “outsourcing” industry. ILR Review, 62(1), 39-72.

Mullen M., D.G. Budeva, and P.M. Doney. 2009. “Research Methods in the leading small business-entrepreneurship journals: a critical review with recommendations for future research”. Journal of Small Business Management 47 3: 287-307.

Neergaard, H., & Ulhøi, J. P. (Eds.). (2007). Handbook of qualitative research methods in entrepreneurship. Edward Elgar Publishing.

Patton, M. Q. (2002). Qualitative Research and Evaluation Methods, 3rd edition, Sage Publications, Thousand Oaks, CA.

Romme, A. G. L., & Reymen, I. M. (2018). Entrepreneurship at the interface of design and science: Toward an inclusive framework. Journal of Business Venturing Insights, 10, e00094.

Weick, K. E. 1979. “The Social Psychology of Organizing. Reading”. MA: Addison-Wesley.

Le mot de la présidente

Chers Académiciens et Académiciennes de l’Entrepreneuriat

L’heure de la détente, de la récupération et de la remise en forme approche ! et c’est bien mérité …

Avant de vous souhaiter d’excellentes vacances, je vous envoie ces quelques éléments de réflexion :
* Vous trouverez les actes et des photos du beau Congrès de Montpellier sur le site de l’AEI qui s’enrichit constamment
* Utilisez-le aussi pour communiquer sur vos événements
* Vous y trouverez également les noms  des collègues responsables de thématiques, de groupes de travail, de missions, ….. pour vous rapprochez d’eux et participer
* Visitez et Inscrivez-vous sur l’annuaire, vous augmenterez votre visibilité dans votre éco-système
* Si vous avez envie de vous investir dans La Revue de l’Entrepreneuriat, faites-le savoir ….

L’académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation est un lieu ouvert où chacun doit trouver sa place !
D’ailleurs, je vous invite à venir en discuter lors de notre prochain CA, à Paris, le 25 octobre prochain

Merci de réserver cette date dans vos agendas
et Très bel été à tous

Catherine Léger-Jarniou

Classement Fnege 2019 – Revue Entrepreneuriat classée 2 et Revue Entreprendre & Innover classée 4

L’académie est heureuse de vous annoncer que la Revue de l’Entrepreneuriat et la revue Entreprendre & Innover confirme leurs positions respectives dans le cadre du classement des revues de la FNEGE.

La Revue de l’Entrepreneuriat est classée 2

La revue Entreprendre & Innover est classée 4

Pour consulter le classement 2019 voir ci-dessous :

Mot de la présidente – juin 2019

Chers Académiciennes et Académiciens

Nous avons vécu ensemble un beau et intense moment scientifique mais aussi de beaux moments culturels et nos échanges ont été intenses et fructueux lors de notre dernier Congrès à Montpellier la semaine dernière.
L’AEI remercie à nouveau Sylvie Sammut, la présidente de ce Congrès, ainsi que toute l’équipe mobilisée.

L’AEI se modernise et évolue.
Aussi, n’hésitez-pas à visiter activement notre site www.entrepreneuriat.com
à faire connaître vos événements,
à vous inscrire sur notre nouvel annuaire pour augmenter votre visibilité,
à participer à nos rubriques de valorisation : “AEI Digest” et “La publication remarquable du mois”,
à rejoindre des groupes thématiques ou en proposer de nouveaux, etc.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous engager au Bureau ou pour la direction de la Revue de l’Entrepreneuriat, sachez que je suis à votre écoute ainsi que tous les membres du Bureau.
L’AEI est notre véhicule à tous, empruntez-le le plus souvent possible !
Au nom de toute l’équipe de l’AEI, je vous souhaite une bonne fin d’année universitaire avant un bel été.

Très cordialement,
Catherine Léger-Jarniou
Professeur émérite
Présidente
www.entrepreneuriat.com

Call for Papers Digital, Innovation, Entrepreneurship and Financing December 2-3, 2019, Valencia, Spain

Submission deadline: July 15, 2019

Conference’s Official Website

You are cordially invited to submit your research papers for presentation at the International Conference on Digital, Innovation, Entrepreneurship and Financing (DIF-2019) that will take place on December 2-3, 2019 in Valencia. Valencia has a mix of old and new buildings, giving it a real special feel of its own. From medieval castles and towers to modernist and art deco architecture, from nice little shops to big shopping centres, Valencia has it all.

 

The DIF-2019, organized by Universitat Politècnica de València (ES), John Molson School of Business, (Concordia University, CA), University of Jilin (CN), will be an excellent networking opportunity for academics, doctoral students and practitioners to present new research results, and discuss current and challenging issues in their disciplines.

 

The main tracks of the conference are the following (non-exhaustive):

– Digital transformation, Strategy and Competitiveness of firms
– Digital Marketing
– Management of digital innovation and Organizational impacts
– Protection and development of digital innovations, Patents, Open innovation
– Digital Technologies
– Business model and Innovation
– Entrepreneurship / Intrapreneurship and Innovation
– Digital innovation and Knowledge management
– Dynamics and growth strategy of digital firms
– Human Resources and Digital
– E-learning, e-education and e-pedagogy
– Financing of digital innovations
– Electronic markets and Trading platforms
– FinTech and Alternative Finance (crowdfunding, P2P lending)
– Governance and Financing of High Tech firms
– Digital finance, money, banking, and insurance: Bitcoin, cryptocurrency, Blockchain, future of payments, e-banking, e-finance, AssurTech…
-Sustainability

 

Paper Submission Procedure

Interested contributors should submit preferably full papers in PDF files (in English or French), but extended abstracts (1,000 to 1,500 words) may also be considered if they show considerable promise, no later than July 15, 2019 through the conference website.

 

Important Date

  • Submission deadline: July 15, 2019
  • Notification of review results: 3 weeks after submission
  • Registration deadline: October 1, 2019
  • Conference event: December 2-3, 2019

Please visit our website for detailed information:  https://dif2019.sciencesconf.org

 

Publication Opportunities

We have established agreements with several academic journals. Authors wishing to submit their articles to these journals can do under the special issues or sections related to the DIF conference:

 

Technological Forecasting and Social Change, Elsevier (JCR Impact Factor (2017): 3.131; ISI, 5-Year Impact Factor: 3.226, Fnege & CNRS cat. 2)

Journal of Organizational Behavior Management, Taylor & Francis (JCR Impact Factor (2017): 1.419, ISI 5-Year Impact Factor:0.654, Scopus, Fnege cat. 3)

Journal of Organizational Change Management, Emerald insight (JCR Impact Factor (2017): 1.262, ISI 5-Year Impact Factor:1.491, Scopus, Fnege cat. 3)

International Journal of Entrepreneurship and Small Business, Inderscience Publishers (Scopus, Fnege cat. 4)

Gestion 2000 (Fnege, Cat. 4)

– A scientific book will be also published

 

Best paper award

 

The “Best Paper Award” will be given to the studies which will be selected by the committee among the papers presented in DIF 2019 and applied for the award. The “Best Paper Awards” will be send to the European Journal of International Management, Inderscience Publishers (JCR Impact Factor (2017): 0,672, ISI 5-Year Impact Factor: 0.905) for evaluation.

Further Information

For queries, please contact the organizers at mperis@doe.upv.es

 

 

 

APPEL A CONTRIBUTIONS « THESES CLUSTERS » auprès de doctorant(e)s et jeunes chercheur(euse)s

Télécharger l’appel à contributions

APPEL A CONTRIBUTIONS « THESES CLUSTERS » auprès de doctorant(e)s et jeunes chercheur(euse)s
A propos de FILEX France
2019 a été qualifiée « année de l’industrie » ! Mais c’est aussi l’année-anniversaire de 20 ans de politiques  publiques structurantes, nationales et territoriales, en faveur du développement des clusters territoriaux, pôles  de compétitivité, grappes d’entreprises…
Cet anniversaire offre l’opportunité de l’organisation d’un évènement majeur : le forum FILEX France (https://filex-france.com), 1er forum des filières d’excellence et des écosystèmes territoriaux, les 12 et 13 septembre 2019, à Paris. Ce forum sera l’occasion de porter un regard rétrospectif sur 20 ans de clusters et prospectif sur le cluster dans 20 ans, mais également de mesurer combien les clusters participent à la recherche de solutions aux grands défis actuels rencontrés par nos entreprises et nos territoires sur les thèmes « compétences », « réindustrialisation » et « environnement ».

Un appel à contributions auprès de jeunes chercheurs
A cours de ces 20 années de clusters, de nombreux travaux de recherche et de thèses ont été menés sur les clusters et les pôles de compétitivité, leurs structurations et leurs fonctionnements, leurs stratégies de coopérations et leurs programmes d’actions, leurs réalisations et leurs impacts au bénéfice des entreprises et des territoires.
Le Forum FILEX France et ses partenaires Institut pour la Recherche de la Caisse des dépôts, Université de Strasbourg et France Clusters proposent de valoriser quelques travaux de doctorants et jeunes chercheurs, récemment menés ou en cours de réalisation, dans le cadre d’un atelier « regards croisés sur l’évolution des pôles et clusters ».

L’appel à contributions en bref

Pour qui ?
Doctorant(e)s et jeunes chercheurs(euses) ayant mené, au cours des 5 dernières années, des travaux de thèses sur les clusters et pôles de compétitivité et dont les thèmes croisent très explicitement avec les préoccupations actuelles des pôles et clusters : offres de services et modèles économiques ; liens au territoire et interconnexion avec l’écosystème territorial ; périmètres pertinents ; rôles pour accompagner les transitions économiques ; évaluation et indicateurs nouveaux de mesure de performance ; projets d’innovation sociétale menés ; actions d’appui à l’internationalisation et l’accompagnement export des entreprises ; projets d’appui à la transition numérique des filières ; ancrage territorial et vision marchés mondiaux ; innovation et commercialisation mutualisée ; structuration et efficacité des organisations de stimulation d’intelligence collective ; rapprochements, convergences et fusions interclusters, etc.

Pourquoi ?
Pour valoriser et faire connaître des travaux de recherche pertinents au plus grand nombre dans la communauté des praticiens des pôles/clusters, de leurs entreprises et de leurs partenaires territoriaux

Comment ?
Les doctorants et jeunes chercheurs concernés et intéressés sont invités à faire connaître leurs travaux en faisant acte de candidature à l’appel à contributions « thèses clusters » par le biais de la plateforme en ligne créée pour l’occasion et accessible sur le site de l’évènement FILEX France (onglet dédié).
En faisant acte de candidature, ils s’engagent à participer, s’ils sont retenus, à l’atelier « regards croisés sur l’évolution des pôles et clusters » du 13 septembre 2019 après-midi, à Paris.
La démarche est extrêmement simplifiée et sollicite des informations déjà existantes de type « abstracts », « mots clé », liens vers les travaux et publications, etc.
Explications et formulaires d’inscription sont accessibles sur le site https://filex-france.com

Date limite
L’appel à contributions est ouvert jusqu’au vendredi 28 juin 2019, 18h00

Sélection
Un comité de lecture sera réuni mi-juillet 2019 et sélectionnera, sur la base des informations transmises, 3 à 5 travaux parmi les candidatures.
Le comité de lecture et de sélection sera composé à minima : d’un représentant de l’Institut pour la recherche de la Caisse des dépôts, d’un représentant de l’Université de Strasbourg, d’un représentant de France Clusters, de représentants des cosignataires de l’évènement, de deux managers de pôles/clusters, d’un ou deux chercheurs académiques.

La sélection des candidatures sera faite sur les principaux critères suivants :
– Qualité et clarté des argumentations produites
– Intérêt des sujets traités au regard des préoccupations actuelles des pôles et clusters
Récompense
Tous les abstracts des travaux candidats feront l’objet d’une communication par France Clusters via ses outils de communication digitaux après la tenue de l’évènement FILEX France, notamment à travers une newsletter spécifique, diffusée auprès de son réseau élargi (près de 50.000 destinataires) et relayée sur les réseaux sociaux par les organisateurs et partenaires du Forum FILEX France.
Les travaux retenus par le comité de lecture seront récompensés par une tribune offerte lors d’un atelier spécifique dans le cadre du forum FILEX France, la publication des abstracts dans le bilan du forum FILEX France et sur le site internet du forum FILEX France. Une couverture presse pourra être envisagée par les partenaires média de l’évènement Le Figaro Classifieds, Le Figaro Décideurs, Le Figaro Entrepreneurs, Veille Magazine, s’ils y trouvent intérêt.
Données
Par leur acte de candidature à l’appel à contributions « Thèses clusters », les candidats acceptent sans réserve l’utilisation et la diffusion par les organisateurs des données transmises dans le cadre spécifique de l’évènement forum FILEX France, à leurs publics cibles.
Calendrier
Le comité de lecture et de sélection sera réuni avant le 15 juillet 2019
Tous les candidats seront informés du résultat de la sélection immédiatement après la réunion de sélection.
Les 3 à 5 candidats sélectionnés s’engagent à participer, le 13 septembre 2019 après-midi, à l’atelier « Regards croisés » pour partager les résultats de leurs travaux.
Pratique
L’atelier « Regards croisées » se tiendra le 13 septembre 2019, de 14h à 15h, à l’Hôtel de l’Industrie, Place Saint Germain des Prés, Paris 6ème
Les candidats retenus pourront accéder gratuitement à l’ensemble du Forum FILEX France, les 12 et 13 septembre 2019.
Les frais de déplacement des candidats retenus pourront être remboursés par France Clusters, après la manifestation, sur demande et présentation d’une note de frais à laquelle seront joints les justificatifs de déplacement. Seuls seront éligibles au remboursement les frais de transport (train de préférence, seconde classe). Repas et hébergements ne sont pas éligibles au remboursement.
Contact
Pour toute question
contact@franceclusters.fr
Xavier Roy 06 63 28 70 40

Effectiveness of Export Support Programs: Impact on the Relational Capital and International Performance of Early Internationalizing Small Businesses

Effectiveness of Export Support Programs: Impact on the Relational Capital and International Performance of Early Internationalizing Small Businesses

Alexis Catanzaro, Karim Messeghem, et Sylvie Sammut

Journal of Small Business Management 2018 https://doi.org/10.1111/jsbm.12489

 

L’article d’Alexis Catanzaro, Karim Messeghem, et Sylvie Sammut a pour objectif de connaitre les impacts des politiques de supports à l’exportation pour les nouvelles entreprises que ces dernières soient considérées comme « born global » ou intéressées par une internationalisation rapide. Ces jeunes entreprises se distinguent d’autres entreprises bénéficiant de programmes de soutien à l’export parce qu’elles décident très tôt de s’internationaliser.

Dans la lignée des recherches précédentes sur le sujet, les auteurs s’appuient sur la Resource Based View (RBV) pour bâtir leur cadre d’analyse. Pour cerner l’impact de ces dispositifs de supports à l’internationalisation, les auteurs adoptent un parti pris innovant. Ils choisissent d’étudier non seulement les ressources fournies par ces programmes mais aussi le capital relationnel international qui lui est associé. Le capital relationnel international est défini comme une combinaison de respect, de réciprocité, et d’investissements que l’entreprise acquière auprès de ses partenaires internationaux. S’il apporte de la valeur à l’entreprise, alors ce capital relationnel sera considéré comme une ressource stratégique.

L’enquête par questionnaire a été réalisée à partir d’octobre 2013 et a été diffusée par l’intermédiaire de sept Chambres de commerce et d’industrie et de trois incubateurs. A cet égard, les auteurs soulignent la difficulté de travailler sur les entreprises qui s’internationalisent très tôt (au cours des six premières années) et qui reçoivent des aides à l’internationalisation. Un tel recensement n’existe pas en France.

Sur la base de 145 entreprises, 46 paramètres ont été testés. L’article fournit une description riche du profil des PME qui s’internationalisent rapidement et qui ont reçues des soutiens dans cette démarche. On voit que 57 % des entreprises de l’échantillon sont des TPE, qu’elles démarrent leur internationalisation dès leur création, 50% réalisent moins de 25% de leur chiffre d’affaires à l’export et 40% ont entre 1 et 3 marchés étrangers. La méthode par équation structurelle laisse apparaitre que les aides reçues sous forme d’information (formation, conférences, mise en relation avec les experts, information sur les pays…) augmentent le capital relationnel des entreprises et indirectement leur performance, ce qui n’est pas le cas les aides reçues sous forme de supports opérationnels (accès aux réseaux de clients, de fournisseurs). Ce dernier résultat, qui peut paraitre a priori surprenant, s’expliquerait par le nombre de marchés ciblés par les entreprises de l’échantillon. 60% d’entre elles se développent dans au moins quatre pays alors que les aides reçues en générale ne concernent qu’un ou deux pays. A cela s’ajoute une autre explication. Les entreprises de l’échantillon sont le plus souvent innovantes, ce qui suppose des aides bien spécifiques sur des marchés de niches que les acteurs publics ne connaissent pas forcement. A cet égard, les auteurs rappellent que la collecte d’information s’est faite en 2013, avant que le programme French Tech ne soit lancé. Depuis, les choses changent et les aides semblent davantage prendre en considération les besoins des entreprises innovantes. Quant aux aides financières, elles ont un impact sur le nombre de marchés internationaux visés mais pas sur leurs performances économiques à l’international.

Sur le plan théorique, l’article confirme que les supports et les aides fournies pour l’internationalisation entrent bien dans ce que la RBV nomme les ressources stratégiques. En effet, il montre le cheminement par lequel les entreprises acquièrent ces ressources pour le transformer en capital relationnel. De plus, l’accès à ces ressources, souvent gratuites, sont bien inférieures à ce qu’elles seraient si l’entreprise devaient y accéder par elle-même (sur le marché).

Les auteurs recommandent aux décideurs publics de maintenir les aides proposées aux entreprises dans leur démarche d’internationalisation car l’article confirme que ces aides sont non seulement utiles mais qu’elles accroissent globalement la performance des entreprises qui en bénéficient. Ils proposent néanmoins de mieux les adapter aux demandes en revoyant notamment ce qui est proposé pour l’accès aux différents marchés, la démarche clients et fournisseurs, et la nécessité de mieux prendre en considération les besoins des entreprises innovantes évoluant sur des marchés très spécifiques et demandant donc des connaissances très spécialisées. Cela suppose par exemple de recourir à des réseaux locaux plus spécialisés, et plus en phase avec les réalités locales.

 

Question aux auteurs

Propos recueillis, pour les auteurs, auprès d’Alexis Catanzaro

L’article est issu du travail de la thèse d’Alexis Catanzaro qui portait sur l’efficacité des aides à l’export, tous types d’entreprises confondues. La thèse teste un modèle plus complet mais les auteurs ont choisi de faire un focus sur les entreprises qui s’internationalisent très tôt. Le parcours de l’article illustre l’opiniâtreté nécessaire pour publier dans ce type de revue internationale (Rang 2 Fnege).

La publication s’est faite après trois tours d’évaluation. La première soumission en juin 2016 a donné lieu à une première évaluation auprès de 3 évaluateurs avec une douzaine de questions chacun. « Après la deuxième évaluation, 2 des évaluateurs semblaient convaincus, mais subsistait néanmoins une question du troisième évaluateur. Nous y avons répondu, puis plus aucune nouvelle de l’article pendant 9 mois. A l’issue de ce temps très long, un troisième tour d’évaluation nous est parvenu : 3 nouveaux évaluateurs avaient été nommés sans que nous n’en connaissions la raison ! ». Les auteurs ont entrepris un nouveau travail conséquent, et apporté de véritables améliorations à leur travail. La quatrième version était la bonne.

Pour publier dans ce type de revue, les auteurs recommandent 1) de s’imprégner des codes de la revue et s’inspirer des articles qui y sont publiés, 2) une grande rigueur méthodologique et donc de la transparence sur les données et le processus de fabrication des résultats, 3) être capable de fournir un vrai apport théorique et 4) répondre de manière détaillée et personnalisée à chacun des évaluateurs. « Notre expérience montre qu’il faut de la patience et de la persévérance. Quels que soient les remarques et le temps, il ne faut pas lâcher et aller jusqu’au bout, même si au troisième tour on a trois nouveaux évaluateurs » dit Alexis Catanzaro.

Rappelons qu’au préalable, cet article avait été soumis à deux conférences au cours desquelles il a reçu à chaque fois le prix de la meilleure communication.

 

Recrutement – Vacataires anglophones – Audencia Business School

Audencia propose plus de 1500h d’enseignement en entrepreneuriat par an en tronc commun ou en spécialisation. Dans le cadre du développement continu de nos activités, nous cherchons à étoffer notre équipe de vacataires.

Vous avez une expérience confirmée de l’enseignement de l’entrepreneuriat, vous accompagnez des entrepreneurs régulièrement à la création et/ou développement de leurs entreprises.

Vous avez une expérience anglophone confirmée.

Vous souhaitez rejoindre une équipe et vous engager à nos côtés, n’hésitez pas à nous faire parvenir votre CV par mail : vlefebvre[@]audencia.com

Revue de l’Entrepreneuriat – Appel à contributions – CFP –  Nascent (student) entrepreneur: from intention(s) to action

Call for Papers – Special Issue of La Revue de l’entrepreneuriat

 Nascent (student) entrepreneur: from intention(s) to action

 Guest Editors:

 Norris Krueger, Boise School of Advanced Studies, USA

Jean-Pierre Boissin, University of Grenoble Alpes, France

Adnane Maalaoui, IPAG Business School, France

Erno Tornikoski, University of Exeter Business School, UK

Jean Michel Sahut, IDRAC Business School, France

 

Has there ever been greater interest in business creation? From policymakers to business communities, up to the general public person, business creation is increasingly at the top of mind. For example, business creation occupies an increasingly important place in the educational ecosystem, in particular in the higher education sector. Universities and Business Schools provide students with numerous and varied entrepreneurship courses and other promotion actions. This movement is accompanied by a greater investment in business creation supporting structures like incubators and accelerators. In France, student entrepreneurship is considered of as a national priority, particularly through the Student Plan for Innovation, Transfer and Entrepreneurship (PÉPITE) supported by French government. Its mission is to encourage students willing to create their own business within higher education institutions by granting them the National Student Entrepreneur Status (SNEE). The plan aims to facilitate and encourage the experience of business start-ups and takeovers among students and young graduates.

Despite all this, entrepreneurship in modern economies is actually shrinking; entrepreneurial density has been in a long-term decline since the late 1970’s in most Western countries, even the USA. Business dynamism shows a similar decline.

Interest and intent are rising but action is not? This call for papers (CFP) directly addresses this conundrum with a particular focus on the potential role of entrepreneurial education and training. We invite scholars and educators to help us understand how intent becomes action and how educators and policymakers can address that.

Student entrepreneurship is receiving increasing attention in the world of practitioners and research (Marchand and Hermens, 2015). The use of psycho-cognitive models in particular enables the exploration of student entrepreneurial experience’s determinants, bringing a significant change in their thinking patterns (Maalaoui et al., 2018a). Research and entrepreneurial pedagogy are closely linked (Maalaoui et al., 2018b), one feeding another in an iterative process. For this reason, teachers and researchers have examined the issue of students’ entrepreneurial intentions (Boissin et al., 2009, Boissin et al., 2017).

Intention models are predictive (Krueger, 2003). They aim at understanding individual but also collective (Shepherd and Krueger, 2002) attitudes towards business creation. Researches on entrepreneurial intentions are numerous (Krueger and Carsrud, 1993; Krueger et al., 2000; Krueger, 2017, Nabi et al., 2017; Maalaoui and Germon, 2017). They are mainly based on Ajzen’ s theory of planned behaviour (1991) along with Shapero and Sokol’s entrepreneurial event theory (1982).

While these models have proven to be extremely robust in capturing students’ representations that underpin their intention to create business, recent works call for a deeper understanding of its implementation into actual behaviour (Fayolle and Linan, 2014). Recent works have addressed the now famous intention-action gap, through notions such as implementation intention (Krueger, 2017, Van Gelderen et al., 2018), motivation (Carsrud ​​and Brännback, 2011) or commitment (Adam and Fayolle, 2015). In a forthcoming article published in International Small Business Journal (ISBJ) (Tornikoski and Maalaoui, 2019), Icek Ajzen argues that intentions and behaviours are based on a cognitive and affective foundation that consists of three sets of beliefs readily accessible in memory at the time of the behaviour […] the ability to act on an intention depends on the degree of control over performance of the behavior.  Behavioral control can be increased by providing people with the required resources and by removing barriers”. However, so far, little empirical research integrates such constructs to extend the original model of intention.

Starting a business is a long and complex process, involving multiple activities (Carter et al., 1996, Gartner 1985, Reynolds and White, 1997) and a considerable amount of effort and time. It requires the entrepreneur to be fully engaged and focused on pursuing his or her goals. For a student at the end of his or her studies or a recent graduate, entrepreneurial experience can constitute a first brick in the construction of a professional career, but also a learning process, in continuity with the academic training they have received. Therefore, it is crucial to understand what leads these student-entrepreneurs to persevere in their efforts and to actually create their business. Studying how this subpopulation of nascent entrepreneurs translate their entrepreneurial intention into concrete action can thus help us better understand the entrepreneurial process.

The purpose of this special issue is to explore the gap between intention and action among students. The idea is to understand the students’ propensity to undertake and the singularity of these behaviours. We would like, in particular, to shed a new light on the models of cognitive psychology that would explain their enactment. The field of investigation of this file thus covers the study of student entrepreneurship in all its dimensions, but also the psychological and cognitive determinants of the latter.

Proposals to contribute to this special issue may include the following topics:

– Gap between intention and action for student entrepreneurs;

– The translation of entrepreneurial intention into entrepreneurial behaviour, including the role played by constructs like intention implementation, motivation or commitment;

– Impact of education and support structures on students’ entrepreneurial transition;

– Nature and specificity of the entrepreneurial commitment of student-entrepreneurs

This non-exhaustive list can be enriched with contributions addressing the topic through other disciplines.

The articles must comply with the requirements of the Entrepreneurship Journal. The publication of the thematic issue “Student Entrepreneurship: from intention to action” is planned for the 3rd quarter of 2020. The article proposals are to be sent to: Jean-Pierre Boissin: jean-pierre.boissin@grenoble-iae.fr  and Adnane Maalaoui: a.maalaoui@ipag.fr

Calendar:

  • Submission deadline : November 1st, 2019
  • Acceptance notifications (1st Round) : February 2, 2020
  • Transmission of amended proposals (2nd Round) : 30 March 2020
  • Feedback to authors (2nd Round) : May 30, 2020
  • Reception of the final version of articles: July 2, 2020

References :

Ajzen I. (1991), “The theory of planned behavior”, Organizational and Human Decision Processes, 50, 179-211.

Boissin, J. P., Chollet, B., & Emin, S. (2009). Les déterminants de l’intention de créer une entreprise chez les étudiants: un test empirique. M@ n@ gement12(1), 28-51.

Boissin, J. P., Favre-Bonté, V., & Falcy, S. F. (2018). Diverse Impacts Of The Determinants Of Entrepreneurial Intention. Revue de l’Entrepreneuriat.

Branchet, B., Boissin, J. P., & Hikkerova, L. (2017). Modeling entrepreneurship intentions: an essay of typology. Management International21(2), 109.

Krueger, N. F. (2003). The cognitive psychology of entrepreneurship. In Handbook of entrepreneurship research(pp. 105-140). Springer, Boston, MA.

Krueger, N. F. (2017). Entrepreneurial intentions are dead: Long live entrepreneurial intentions. In Revisiting the Entrepreneurial Mind (pp. 13-34). Springer, Cham.

Krueger Jr, N. F., Reilly, M. D., & Carsrud, A. L. (2000). Competing models of entrepreneurial intentions. Journal of business venturing15(5-6), 411-432.

Krueger, N. F., & Carsrud, A. L. (1993). Entrepreneurial intentions: applying the theory of planned behaviour. Entrepreneurship & Regional Development5(4), 315-330.

Tornikoski, E. , Maalaoui, A. (2019). Critical Reflections. Exploring the Theory of Planned Behavior

An Interview with Icek Ajzen and Implications for Entrepreneurship Research, International Small Business Journal, Forthcoming (Available online).

Maalaoui, A., Perez, C., Bertrand, G., & Razgallah, M. (2018). 2″ Cruel intention” or” entrepreneurial intention”: what did you expect?. A Research Agenda for Entrepreneurial Cognition and Intention, 7.

Maâlaoui, A., & Germon, R. (2017). Entrepreneurial Intention through the Cognitive Psychology Approach: Past, Present and Future Research. Revue de l’Entrepreneuriat17(2), 17-26.

Nabi, G., Liñán, F., Fayolle, A., Krueger, N., & Walmsley, A. (2017). The impact of entrepreneurship education in higher education: A systematic review and research agenda. Academy of Management Learning & Education16(2), 277-299.

Shapero, A., & Sokol, L. (1982). The social dimensions of entrepreneurship.

Shepherd, D. A., & Krueger, N. F. (2002). An intentions–based model of entrepreneurial teams’ social cognition. Entrepreneurship Theory and Practice27(2), 167-185.

Van Gelderen, M., Kautonen, T., Wincent, J., & Biniari, M. (2018). Implementation intentions in the entrepreneurial process: concept, empirical findings, and research agenda. Small Business Economics51(4), 923-941.

Entrepreneurship Education, Entrepreneurship Training? – Lille – May 13, 14 & 25 2020

Entrepreneurship Education, Entrepreneurship Training?

Issues, questions, transformations

Lille – Hauts de France, France

May 13, 14, 15, 2020.

Convocatoria de contribuciones coloquio EEE Lille 2020

Call for papers EEE 2020

Appel à contribution colloque EEE 2020

Argument

Developing Entrepreneurship with education, training and different forms of support currently answers social, ethical, economic, political and educational issues. The education and training fields are directly concerned due to the growing role occupied by Entrepreneurship in our contemporary societies.

However, as Pepin and Champy-Remoussenard point out (2017, 7), the evolution of educational policies and practices associated to entrepreneurship “still remains largely understudied, unknown or misunderstood, mostly in French scientific works on educational issues“. That is why, it is time to gather researchers from different countries to give them the opportunity to discuss and participate in the creation of a specific research field in that domain.

Making understandable, from a scientific viewpoint, the evolution of educational and training practices that aim at developing Entrepreneurship and entrepreneurial spirit requires multiple perspectives, given that the object crosses several disciplinary viewpoints (Economy, Management, Education Sciences and Training, Political Sciences, Sociology, History, Philosophy, etc.). Furthermore, this enlightenment deserves to be fed and enriched by the meeting and the dialogue between entrepreneurial researchers and professionals.

The colloquium: Entrepreneurship Education, Entrepreneurship Training? Issues, questions, transformations aims to spark, on the one hand, an interdisciplinary discussion between researchers interested in educational entrepreneurship and, on the other hand, a discussion with the professional fields involved in entrepreneurship education (EE), the support and training intended for entrepreneurship’s project leaders. The ambition, on this basis, is double: to set up a dialogue between the actors of this strongly emerging and evolving field; to cross the views, answers and questions that the researchers may bring in a view to lay the foundation for a scientific project to continue.

Currently, the political recommendations, the development of practices, the sociopolitical interest for the role of education and training in developing entrepreneurship bring us to question entrepreneurship education. School entrepreneurship? Educational entrepreneurship? Entrepreneurial education? Entrepreneurship education? Entrepreneurship training? Entrepreneurial culture awareness? The miscellaneous denominations reflect a field of various, emerging and professionalizing educational practices.

The educational practices that intend to develop entrepreneurship aim at many objectives on, at least, two levels:

– some large objectives aiming at promoting the sense of initiative, entrepreneurship, creativity, autonomy, critical thinking, capacities belonging to a same base of knowledge and skills identified as useful for every citizen and that would have a lifelong development thanks to educational and training systems.

– some objectives specific to the development of entrepreneurship, to business culture, to the knowledge required to invest entrepreneurship activities, to create and keep a company active.

In a world dominated by permanent and fast change, the link between education and entrepreneurial spirit appears as a major issue. This is why the expectations and social stakes are strong (Fayolle 2011). Entrepreneurship is a subject increasingly treated by the media and enters into social emergencies and regional, national, international and supranational policy agenda. It is also a part of the European Key Competence (Champy-Remoussenard, 2012, 2018). The impact of the educational efforts made in that field is closely connected to the innovation and adaptation to societal change, vocational guidance and occupational integration, the evolution of types of employment, the pursuit of competitiveness…

There is no doubt that political powers agree at a local, national and international level to say that promoting a culture, which can encourage entrepreneurial initiatives among the population, is mainly the role of educational systems. We can talk about a virtual consensus1.

11 According to the European Eurydice Report (2016), most of the countries in the European network (composed of 33 states) have shared and accepted, in 2014/2015, a European definition of entrepreneurship training. It is based on the 2006 European parliament recommendation on the “sense of initiative and entrepreneurship”

The assumption that the development of practices, policies and measures is a point of education is, nonetheless, questionable from a scientific viewpoint. The mindset and the skills, which may make entrepreneurial initiatives possible, can be entirely or only learnt in the formal system of training. They should be part of a socialization process, of a more complex educational process that needs to be better understood. Moreover, the means do not always follow the policy incentives. Finally, the effects of these educational efforts are not necessarily always known.

Therefore, the scientific view can and must bring a critical and overhanging assessment about policies and activities that have a potential of social change that might be strong.

Organization of the colloquium

This colloquium is initiated by the Inter-University Center for Research in Education of Lille (CIREL), a French research team that has developed research on policies, practices, actors and systems aiming at developing the entrepreneurial spirit. The CIREL (65 titular members, 70 PhD students) is an expert in that field, and conducts research more largely related to the training/employment relationship, the school/company relationship, professional insertion and vocational training.

The colloquium is going to take place in Lille in the Hauts-de-France region, which is the first French area that has been certified as an ‘Enterprising European Region’ in 2013. Close to Paris, Brussels and London, Lille is the main city of the Eurometropole ‘Lille-Kortrijk-Tournai’. The University of Lille is one of the major French universities (70,000 students, a staff of 7,000 people, 70 research laboratories…).

During the colloquium, there will be a specific moment for discussion between the professional communities concerned by the development of Entrepreneurship Education and the researchers interested by it. It will aim at allowing both spheres to express themselves and to discuss the questions that can unify them. Concerning delicate aspects, issues, perspectives and systems that can require a scientific approach, the researchers will try to express their expectations, to identify what can be undertaken in terms of doctoral and postdoctoral research, multidisciplinary research, collaborative practice involving researchers and practitioners.

Professionals who wish to take part in the discussion researchers/professionals during a round table or other forms of exchanges are invited to contact Patricia Champy-Remoussenard (patricia.remoussenard@univ-lille.fr).

 

Thematic focuses

To encourage an interdisciplinary debate on the issue of the current entrepreneurship development by education and training, several themes are being identified in the call for papers.

Five themes will contribute to guide the discussions and the reflections during the colloquium.

The colloquium is opened to any other perspective of analysis in that it enters into a questioning on the educational means intended for stimulating the entrepreneurial spirit and entrepreneurial initiatives. In that cases, formulate clearly in a line the themes you propose.

  1. Origin and development of educational entrepreneurship
  • A history of entrepreneurial practices and of educational entrepreneurship.
  • Evolution and stakes of public policies about educational entrepreneurship.
  1. Epistemology of research on educational entrepreneurship
  • The origin and evolutions of the concepts and representations associated with the entrepreneur, the company and educational entrepreneurship (autonomy, creativity, initiative, action, project, risk, etc.).
  • The access modes and the analysis of the activity or of the entrepreneurial actions? Can we understand the specificity?
  • The history and epistemology of research on educational entrepreneurship.
  • The methods used in research: assessment, perspective, prospective.
  1. Educational entrepreneurship and working life
  • The current transformations of the forms of activity and employment in our society. The increasing power of self-employment in its various manifestations. The emergence of an entrepreneurial society? The impacts on work/training relationships and on the educational system? The company: an educational actor?
  • The actual work of an entrepreneur: Success stories and failures. The forms of companies created and the values carried.
  • The relation to entrepreneurship in the life course: the link between risk taking and personal/professional development in the entrepreneur’s career.
  • The link between the entrepreneurial activity and the entrepreneurial form of activity?
  • The gender issue in entrepreneurial education, in entrepreneurs’ career. Do the systems for entrepreneurial education allow to take into account the question linked to the notion of “the internalization of gender-related professional roles” (Gianettoni, Simon-Vermot & Gauthier, 2010).
  • The links between educational entrepreneurship and vocational guidance. The role of the systems for entrepreneurial education in learner’s vocational guidance.
  1. Entrepreneurship: training and education issues.
  • Can we learn entrepreneurship?
  • The forms of pedagogy linked to entrepreneurship education (active learning, project-based learning, experiential learning, the new educational methods, the social pedagogy) in the speeches and/or in the practice and in the transformations they generate in educational circles.
  • Awareness raising, training, support? What forms does the support to entrepreneurial initiatives for young people and adults (practice, actors, competences, stakes, market) take?
  • The entrepreneurship education’s actors. This field often gathers actors from various backgrounds. The role of teachers in the actions taken. The role of the other actors. Which work division and/or what kind of collaborative work is initiated? What kind of partnerships does the meeting between the different actors generate? The professionalization process of the actors from this scope of practice and the required competences.
  • The systems promoting entrepreneurship in the educational field provide some effects. How do we assess them?
  • What are the subjects of instruction and training associated to entrepreneurship education? Are they specific or not to some curricula, systems, trainings? Are they transversal: the place of transversal skills, key competences in relation to the common bases?
  • Entrepreneurship education is an “education to” that is part of the ‘academic form’ and curricula. To what extent does entrepreneurship education fit in training and education courses or in systems of support?
  • The difficulties and opportunities in developing the entrepreneurial mindset.
  1. At the heart of business creation, creativity in the workplace and innovation?
  • To what extent the entrepreneurial creativity questions other forms of creativity?
  • Entrepreneurship in a future world: what opportunities for social evolutions in and by entrepreneurship, what innovations, what links with the major climatic, environmental challenges, etc.?
  • Do the entrepreneurial education systems allow to develop the learners’ creativity and innovation capacities?
  • What are the values carried by entrepreneurship education? What about training systems? And in the field, once entrepreneurship education has been realized?
  • What are the factors of business creation and of creativity at work (self-efficacy and/or entrepreneurial self-efficacy, self-esteem, entrepreneurial intention, entrepreneurial behavior, etc.)?

 

Colloquium’s scientific officer

Professor Patricia Champy-Remoussenard, CIREL, University of Lille. Professor of Science Education, Project Manager in Entrepreneurship at the University of Lille, in charge of the ‘AERTEF’ master’s degree (second year) Science Education Department.

Organizing committee

Ait M’bark Mohamed, Ph.D. student, University of Lille

Baeza Carole, University Lecturer, University of Lille

Bailleul Michaël, University Lecturer, ESPE Lille-Nord-de-France

Boussadi Sabrina, Hubhouse Project Manager, University of Lille

Casanova Rémi, University Lecturer, University of Lille

Champy-Remoussenard Patricia, University Professor, University of Lille

De Miribel Julien, University Lecturer, University of Lille

Deville Julie, University Lecturer, University of Lille

Lepers Eléonore, Ph.D. student, University of Lille

Pagoni Maria, University Professor, University of Lille

Starck Sylvain, University Lecturer, University of Lorraine

Scientifc committee

Baujard Corinne, Professor of Science Education, University of Lille.

Bedin Véronique, University Lecturer in Science Education, University of Toulouse.

Broussal Dominique, University Lecturer HDR (the French Habilitation is a general requirement for supervising PhD students) in Science Education, UMR EFTS, University of Toulouse.

Danvers Francis, Professor emeritus of Science Education, University of Lille.

Dokou Gérard, Lecturer in Business Administration, EMR UFTS, University of Littoral.

Eneau Jérôme, Professor of Science Education, Rennes 2 University.

Fayolle Alain, Professor of Business Administration, EM Lyon Business School.

Frétigné Cédric, Professor of Science Education, co-chairman of the AECSE.

Giret Jean François, Professor of Science Education, University of Burgundy, Head of the IREDU and of the Training/Employment French review.

Guerrero Maribel, Associate Professor in Entrepreneurship, Newcastle Business School, Northumbria University, United Kingdom.

Jacques Marie Hélène, University Lecturer HDR (the French Habilitation is a general requirement for supervising PhD students) in Science Education, Researcher in the GRESCOESPE of Niort.

Léger-Jarniou Catherine, University Professor emeritus, University of Paris Dauphine, Chairwoman of the Entrepreneurship and Innovation Academy.

Léné Alexandre, Lecturer in Sociology, University of Lille – CLERSE – IMT Lille Douai.

Martinic Sergio, Professor of Anthropology, Academic Director of Aysen University, Patagonia, Chile.

Pagoni Maria, Professor of Science Education, University of Lille.

Pepin Mathias, Assistant Professor, Laval’s Faculty of Business Administration, Quebec.

Pittaway Luke, Professor of Entrepreneurship, Ohio University, United States.

Quenson Emmanuel, Professor of Sociology, Evry Val d’Essone University.

Sanchez Garcia José Carlos, Professor of Psychology, Chair of Entrepreneurship, University of Salamanca, Spain.

Schmitt Christophe, University Professor of Management, Deputy chairman of the University of Lorraine. Chair of Entrepreneurship Department. University of Lorraine,

St Jean Etienne, Full Professor, Research Institute for Small and Medium-Sized Enterprises, University of Quebec, Trois-Rivières, Quebec, Canada.

Starck Sylvain, University Lecturer in Science Education, University of Lorraine.

Thievenaz Joris, Professor of Science Education, Paris-Est Créteil University.

Villette Michel, Professor of Sociology, AGROPARISTECH, Researcher in the Center Maurice Halbwachs ENS/EHESS/CNRS.

Zaïd Abdelkarim, Professor of Science Education, ESPE Nord-de-France, CIREL, Lille.

Call for papers

Every researcher or PhD student willing to propose a paper on the occasion of this scientific event has to comply with the three following conditions: posters, oral communications, symposiums. This colloquium aims at promoting an international dialogue. The organization provides for the possibility to communicate in three working languages (French, English, Spanish).

The interested persons are invited to send their proposal according to the below requirements:

  • The posters will be integrated to the colloquium’s programme and exposed for a preset time. They will give a selected aspect of the research presented (improvements or results of a research, the preferred research methodology, etc.). The title, keywords and a 200-300-word abstract about all or parts of the research concerned are expected for June 12, 2019. The poster will be sent in an electronic format according to a presentation scheme that is going to be specified for January 30, 2020.

The oral communications. They last 20 minutes and will be subjected to a presentation during workshops structured around five themes previously mentioned. One or several authors (four at the most) can propose submissions. Every proposal will be composed of a title and a maximum 400-500-word abstract. Every abstract has to specify the goals of the presented research, the preferred methodology, the results and the analysis and discussion items. The proposals shall be sent on June 12, 2019, at the latest. The acceptance of the call will result in the transmission of an up to 50000-sign text for January 30, 2020. The contribution to the colloquium depends on the transmission of this final text.

The symposiums. The person who will submit the proposal of a symposium will be in charge of its coordination and its moderation during the colloquium. Each symposium will last 90 minutes and will be composed of four to five interventions. In each submission, there will be a title and an abstract (max. 500 words) of the symposium’s theme to which the presentations’ headings will be associated together with the names of the contributors. The proposals for the symposium shall be sent on June 12, 2019, at the latest. The acceptance of the symposium will result in the transmission of up to 50000-sign texts for January 30, 2020. The symposium will be held provided the final texts written by the contributors are passed on to the person in charge of the symposium.

 

Important dates
Abstracts to be sent for oral communications and symposiumsJune 12, 2019
Proposals acceptanceSeptember 2019
Full text to be sentJanuary 30, 2020
Opening of registrationsSeptember 2019
Deadline for registrationsMay 1, 2020
ColloquiumMay 13-15, 2020

 

The proposals shall be submitted on the website https://entrepreneurship-education2020.univ-lille.fr/ since May 15, 2019.

Le mot de la présidente

Chers Académiciens de l’Entrepreneuriat
Vous avez répondu présents pour le prochain Congrès à Montpellier et nous serons plus de 160 participants !
Beau record et belle participation pour un événement riche et plein de belles découvertes…..
En votre nom à tous, je remercie vivement toute l’équipe organisatrice et me réjouis de vous retrouver très prochainement.
A très bientôt,
Catherine
Présidente de l’AEI

AG AEI au Congrès de l’Académie à Montpellier – 4 juin – 16h

CONVOCATION / INVITATION  à l’AG

Vous êtes bienvenus à l’Assemblée Générale de l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation qui se tiendra lors du congrès de Montpellier, le 4 juin 2019 de 16h à 16h45.

Toutes informations sur le congrès : https://www.umontpellier.fr/articles/aei2019-repenser-lentrepreneuriat-des-racines-et-des-reves

Ordre du jour de l’AG : échanges ouverts sans délibérations autour de l’activité et des projets de l’AEI.

Prix AEI de thèse 2019

Le prix de thèse 2019 de l’AEI a été décerné à Aliaa El SHOUBAKI pour sa thèse intitulée :

Examining outcomes of small and young firms based on available resources: Extending the focus from the individual entrepreneur to the entrepreneurial couple

dirigée par Frank LASCH et Roy THURIK à l’université de Montpellier.

 

Ont été nominés comme finalistes :

Alexis LASZCZUK, pour sa thèse « Processus d’innovation de Business Model par une perspective sensemaking : le cas d’un cabinet de conseil en management », dirigée par B. de MONTMORILLON et L. GARREAU à Paris-Dauphine.

Benjamin LE PENDEVEN, pour sa thèse « Emerging approaches for financing innovation », dirigée par A. COLLOMB et G. GAREL au CNAM.

Elodie MANTHE pour sa thèse « Analyse du comportement d’investissement en equity crowdfunding : une approche par la valeur consommateur », dirigée par F. HERVE et M. FILSER à l’université de Bourgogne (IAE de Dijon).

 

L’AEI adresse ses félicitations à la lauréate et aux finalistes, et remercie tous les collègues dont la mobilisation a permis le bon déroulement du prix de thèse AEI.

ISBE 2019: Business Support, Strategies and Practice deadline 30 avril 2019

https://isbe.org.uk/isbe-2019/tracks/business-support/ 

appel à contributions ISBE 2019.docx

Chairs: Professor Sylvie Sammut, University of Montpellier and Dr Nathalie Schieb Bienfait, University of Nantes

Over the years, the track has developed as a valuable and highly engaging forum for the dissemination of current research on wide ranging topics related to business support and how it relates to entrepreneurship, small business and innovation. The contemporary nature of the track is reflected in the research presented at the ISBE conference highlighting the changing nature and context of business support, the emergence of new actors and practices because of new needs.

In recent years, the track has become a platform for research and debate on evaluating business advice and support, exploring and understanding the emergence of new business support strategies, practices, new areas of supports, start-up hubs in different international contexts, as well as papers on industry-academia relationships and how they can be more successfully fostered to ensure effective policy for entrepreneurs and SMEs.

The diversity of the topics in the track is one of its strengths, and the papers in the track are of great interest to academics working in the arena of business support, as well as policy-makers and practitioners looking to learn from recent lessons of intervention.

 

Key areas include: https://isbe.org.uk/isbe-2019/tracks/business-support/

  • Developments in business support policies and structures
  • Intrapreneurship in start-up or high-growth
  • Support for high-growth and start-ups
  • Support in developing economies
  • National and regional programs of business support
  • Strategies of the ecosystem of business support
  • Governance of national, regional or local business support
  • Alternative way to deliver business support: mainstreaming versus specialist provision
  • International comparisons of policies and business support
  • Diversity of business supports : gender, researcher, student, farmer, artist, and so on
  • Business support agencies : cooperation / competition
  • Business support and firm performance
  • Learning process, competences and Business Support
  • Business support and networking
  • Online Business support

 

Numéro Spécial RSG – L’entreprise libérée aujourd’hui : enjeux et perspectives

Parution : 2020

RSG appel à contributions Entreprise Libérée

Rédacteurs en chef invités
Pr. Annabelle JAOUEN Montpellier Business School
a.jaouen@montpellier-bs.com
Pr. Sylvie SAMMUT Université de Montpellier
sylvie.sammut@umontpellier.fr

L’entreprise libérée rencontre de plus en plus d’adeptes depuis quelques années. Ceux-ci voient en elle des innovations organisationnelles, managériales, voire sociales majeures (Getz, 2009 ; Getz & Carney, 2012 ; Jacquinot & Pellissier-Tanon, 2015 ; Vandermissen, 2015 ; Holtz, 2016). Cette démarche part du principe que d’autres formes d’organisation et de management sont nécessaires, notamment dans un contexte VUCA: l’un des postulats de ces approches, bien que différente, de l’entreprise libérée (p.ex. organisation agile, holacracy, organisation opale), est que le modèle classique d’entreprise a oublié l’homme. La Révolution Industrielle, qui a inauguré le modèle de la hiérarchie bureaucratique fondé sur la subordination et le contrôle, a été suivie de plusieurs évolutions, le taylorisme, le fordisme, la direction par objectifs ou encore la financiarisation de l’entreprise (Gomez, 2014). Toutes ont visé l’optimisation économique en traitant les salariés comme une ressource — la ressource humaine (Dupuis, 2015).
Mesurée par l’augmentation du niveau de vie, cette optimisation a triomphé comme jamais encore aucune organisation de travail dans l’histoire (Maddison, 1991, 2004). Toutefois, au début du milieu des années 2000, l’adéquation du modèle classique au monde VUCA, aux attentes de jeunes générations ainsi que de la société en générale est mise en question (Halévy, 2013), tandis que les entreprises cherchent des approches organisationnelles et managériales différentes (Jaouen & Le Roy, 2013 ; Aigouy & Granata, 2017) et la société questionne les pratiques des entreprises qui laissent peu de place à l’homme et au sens (voir l’émergence des entreprises à mission, celles de « conscious capitalism », etc).
Une entreprise libérée est définie comme « une forme d’organisation dans laquelle les salariés sont totalement libres et responsables dans les actions qu’ils jugent bon d’entreprendre » (Getz, 2009, p. 35). Elle est donc un concept philosophique défini à partir de la fonction de l’entreprise (permettre la liberté et la responsabilité d’initiative) et non un modèle (ensemble de caractéristiques structurelles et organisationnelles) (Getz, ibid.). Le rôle d’un leader libérateur consiste justement à articuler la philosophie de l’entreprise libérée pour coconstruire avec les salariés le mode d’organisation libérée unique de leur établissement (Getz, 2012, 2017 ; Holtz, 2016). Ces entreprises font confiance à l’intelligence des salariés, reconnaissent la richesse et les dons de chacun et permettent que chacun puisse s’auto-diriger (Getz, 2009 ; Vanhée, 2013 ; Trouvé, 2014 ; Jacquinot & Pellissier-Tanon, 2015).
Dans le passé, un grand nombre d’approches organisationnelles alternatives au modèle classique ont été avancées sur le plan théorique (p.ex., sociocracy, empowerment, équipes semi-autonomes). Toutefois, la mise en place de ces approches ne se faisait que marginalement jusqu’au milieu des années 2000. La misee n place de l’entreprise libérée, bien que non-conceptualisée à l’époque, restait aussi marginale (Getz, 2009). C’est à partir du milieu des années 2000que la mise en place massive de l’entreprise libérée a vu le jour. L’entreprise libérée est aujourd’hui déployée à différents degrés dans des centaines d’entreprises et organisations, y compris de grandes institutions comme Airbus, Décathlon, Michelin ou la Sécurité Sociale, et surtout en France (Getz, 2017). En 2016, elle était jugée par un échantillon de 1600 managers français comme le sujet de management le plus important en France (Kalika et al., 2016). L’adoption de l’entreprise libérée exige une transformation majeure des pratiques traditionnelles de l’entreprise, celles-ci étant initiées et défendues par la direction (Holtz, 2016), la co-construction de l’organisation libérée se faisant avec les salariés (Breu, et al., 2001 ; Dyer & Shafer, 1999 ; Goldman & Nagel, 1993 ; Shafer, 1997 ; Shafer, et al., 2001 ; Van Oyen, Gel & Hopp, 2001), ainsi que le travail du dirigeant sur son lâcher prise et sa posture (Davids, Carney & Getz, 2018 ; Vanhee, 2013). Mais l’entreprise libérée fait également l’objet de débats, tant sur les modalités que sur le concept lui-même.

Ce numéro spécial vise à avancer l’état de l’art sur le sujet de la libération des entreprises. Il privilégiera les articles fondés sur une forte connaissance du terrain des entreprises libérées et/ou de leurs dirigeants (données primaires), mais n’écartera pas des articles susceptibles de mettre la philosophie de l’entreprise libérée dans une plus large perspective théorique. Plusieurs thématiques pourront être abordées :

  • Processus de libération et rôle du leader libérateur,
  • Approche critique de l’entreprise libérée,
  • Conditions de faisabilité et prérequis organisationnels,
  • Motivation de dirigeants et de managers pour adopter ce process,
  • Conséquences humaines, organisationnelles et stratégiques de la libération de l’entreprise,
  • Place du salarié dans l’entreprise libérée,
  • Libération des PME : la petite taille facilite-t-elle les processus ? Quelles spécificités du processus de libération dans ce contexte ?
  • Au plan pratique, le processus d’adoption des concepts de l’entreprise suscite également un certain nombre de questions :
  • Qu’est-ce qui motive les dirigeants d’entreprises à adopter cette philosophie d’entreprise spécifique ?
  • Quels sont les traits caractéristiques de ces dirigeants ?
  • Comment impliquer les salariés et les managers dans le processus ?
  • Comment accompagner la libération ?

Malgré le caractère massif de l’adoption du concept d’entreprise libérée par les praticiens de l’entreprise,

ces processus d’adoption sont à l’origine de nombreux défis (Getz, 2012, 2017 ; Gilbert et al., 2017).

Quelques démarches de libération se sont, par exemple, arrêtées malgré des succès économiques et sociaux reconnus (Henry et al., 2017). Ces défis constituent également autant de thématiques qui pourront être abordées dans ce numéro spécial :

  • Quel travail sur soi, quel changement de posture, ont conduit, ou pas, les leaders à adopter les concepts d’organisation alternative fondés sur la confiance ?
  • Quel accompagnement ont-ils proposé, ou pas, à leurs managers ?
  • Quelle attitude ont-ils adopté vis-à-vis des managers et/ou des salariés qui n’ont pas souhaité participer au processus de l’adoption ?
  • Ont-ils procédé, ou pas, à l’élaboration et au partage d’une vision, du « pourquoi » de leur entreprise ?
  • Ont-ils travaillé, ou pas, avec les RH et les partenaires sociaux ?
  • Ont-ils impliqué ou pas leurs actionnaires ou organismes de tutelle ?
  • Comment mesurent-ils la réussite de leurs démarches ?
  • Quid des échecs dans les processus de libération ?

Des études de cas, ainsi que des avis d’experts (sous forme de papier court de 4500 signes maximum) seront également bienvenus.

 

Calendrier

  • Réception des propositions d’articles : 30 juin 2019
  • Retour des évaluations aux auteurs : 15 octobre 2019
  • Réception des versions révisées : 30 janvier 2020
  • Retour des 2ndes évaluations aux auteurs : 30 avril 2020
  • Envoi des versions finales : 30 juin 2020
  • Date de parution du numéro spécial : Automne 2020

 

Consignes aux auteurs

Les propositions devront être conformes à la politique éditoriale de la revue, ainsi qu’aux normes de présentation. Les consignes de mise en forme sont accessibles sur le site internet de la revue ou sur le lien suivant : http://www.larsg.fr/mise-en-page-des-articles/#.XAd8z-KNxPY

Les propositions à envoyer à : Pr. Annabelle JAOUEN, Montpellier Business School, a.jaouen@montpellier-bs.com

Les propositions feront l’objet d’une évaluation en double aveugle. Les rédacteurs en chef invités s’engagent à respecter un délai rapide d’évaluation.

 

Bibliographie

Aigouy C. & Granata J. (2017). L’implémentation de la simplification en tant qu’innovation organisationnelle et première étape d’un processus de libération : le cas de Volkswagen Groupe France, Revue Internationale de Psychologie et Comportements Organisationnels, vol. 23, n°56, p. 63-85.

Breu, K., Hemingway, C. J., Strathern, M., & Bridger, D. (2001). Workforce agility: The new employee strategy for the knowledge economy. Journal of Information Technology, vol.17, n°1, p. 21-31.

Dupuy, F. (2015). La faillite de la pensée managériale. Paris : Seuil.

Dyer, L., & Shafer, R. A. (1999). From human resource strategy to organizational effectiveness: Lessons from research on organizational agility. In M. A. Wright, L. Dyer, J. Boudreau & G. Milkovich, Strategic human resource management in the 21st century, Research in Personnel and Human Resource Management, Supplement 4 (p. 145-174). Greenwich, CT: JAI Press.

Getz, I., (2009), Liberating leadership: how the initiative-freeing radical organizational form has been successfully adopted. California Management Review, vol. 51, n° 4 (traduit dans Getz, I. (2017),

L’entreprise libérée : Comment devenir un leader libérateur et se désintoxiquer des vieux modèles, Fayard, p. 24-88).

Getz I. (2012), La liberté d’action des salariés : une simple théorie ou un inéluctable destin ?, Gérer et comprendre, n° 108, p. 27-38.

Getz I. (2017), L’entreprise libérée, Paris : Fayard.

Getz, I., Carney, B., (2012). Liberté & Cie : Quand la liberté des salariés fait le succès des entreprises. Paris :Fayard.

Gilbert, P., Teglborg, A. C., & Raulet-Croset, N. (2017). L’entreprise libérée, innovation radicale ou simple avatar du management participatif ? Gérer et comprendre, n° 1, p. 38-49.

Goldman, S. L., Nagel, R. N. (1993). Management, technology and agility: The emergence of a new era in manufacturing, International Journal of Technology Management, Vol. 8, n° 1-2, p. 18-38.

Halévy, M. (2013), Prospective 2015-2025, L’après-modernité, Paris : Éditions Dangles, Hamel G. (2008), La fin du management, Paris : Vuibert.

Henry, B., Godart, F., Berrada, M. (2017). Biscuits Poult SAS: Can Alternative Organizational Designs be Successful? INSEAD Case Study.

Holtz, T. (2016), Les pratiques managériales dans les entreprises libérées. Quelles singularités ? Quels impacts sur la qualité de vie au travail ? Le cahier des RPS, vol. 27, p. 27-38.

 

Special Issue – Entreprendre & Innover – L’ENTREPRENEURIAT DURABLE ET RESPONSABLE : quels enjeux pour les formations à l’entrepreneuriat?

Éditeur·trice·s : Valérie Ballereau, Matthias Pepin, Olivier Toutain, Maripier Tremblay

Appel à contribution N°43

 Thématique du numéro spécial

Les enjeux du développement durable sont aujourd’hui une réalité dans le quotidien des enseignant·e·s-chercheur·e·s en entrepreneuriat. En dépit d’une volonté de plus en plus largement partagée de tendre vers un entrepreneuriat dit responsable[1], c’est-à-dire s’inscrivant dans la perspective du développement durable (DD), les formateur·trice·s en entrepreneuriat se retrouvent souvent à bricoler des animations, insérant par-ci par-là une réflexion ou un exercice touchant aux enjeux du DD ou aux pratiques permettant d’y contribuer, sans réelle intégration au sein d’un programme de formation cohérent et structuré autour du cadre de la responsabilité. En effet, l’entrepreneuriat responsable demeure un sujet essentiellement émergent. Les référents théoriques, tout comme les outils pratiques pouvant être utilisés concrètement dans le cadre de formations à l’entrepreneuriat, restent de ce fait relativement peu nombreux[2], tandis que les programmes en entrepreneuriat directement axés sur la responsabilité sont encore peu répandus[3].

C’est le caractère émergent du sujet de l’entrepreneuriat responsable, et à plus forte raison la question contemporaine de son intégration aux formations à l’entrepreneuriat, qui fondent la pertinence de proposer un numéro spécial sur le sujet. En effet, au-delà d’une conscientisation relative au DD, ce sujet demeure encore souvent un objet de réflexion périphérique dans le quotidien des enseignant·e·s-chercheur·e·s, dans le sens où plusieurs souhaiteraient tendre vers cette orientation responsable de l’entrepreneuriat, sans savoir concrètement comment s’y prendre ou avoir le temps de s’informer sérieusement sur le sujet[4]. De ce fait, peu de chercheur(e)s orientent encore leurs recherches en ce sens. Les formateurs et formatrices en entrepreneuriat n’ont par ailleurs eux elles-mêmes qu’une formation limitée, sinon aucune formation, relative au DD. Dans cet esprit, on peut penser que la question de l’intégration de la responsabilité aux formations à l’entrepreneuriat appelle des collaborations multidisciplinaires permettant d’aborder en profondeur les enjeux relatifs au DD, objet touchant par définition de multiples dimensions (environnementale bien sûr, mais également sociale, économique, culturelle, et autres).

Dans la continuité de nos propres réflexions et questionnements sur le sujet[5], ce numéro spécial se donne pour triple objectif : 1) de mettre en débat le concept d’entrepreneuriat responsable dans un contexte de formation ; 2) de montrer, de manière pragmatique, comment les formateurs entrepreneuriat peuvent mobiliser cette dimension et 3) d’esquisser les enjeux relatifs à l’intégration de la responsabilité aux formations à l’entrepreneuriat.

En toile de fond, les propositions articuleront leurs questionnements à la formation à l’entrepreneuriat :

  • Comment intégrer le cadre de la responsabilité aux formations à l’entrepreneuriat ? Est-il pertinent de le faire ? Quels sont alors les enjeux ? Existe-t-il des pratiques gagnantes en la matière ? Quelles compétences particulières l’entrepreneur·e· responsable doit-il/elle développer et comment s’y prendre ? [6]

 

Les propositions, sous la forme d’un résumé étendu, traiteront, entre autres, des sujets suivants :

  1. Concernant l’organisation de la formation :
    • La formation dans le domaine de l’entrepreneuriat responsable nécessite-elle :
      1. Une/des approche(s) pédagogique(s) particulière(s) ?
      2. La prise en compte d’un écosystème éducatif élargi, impliquant une communauté d’acteur·trice·s dans et en dehors de la faculté ?
      3. Des interactions d’un nouvel ordre entre acteur·trice·s de la formation et les professionnel·le·s (dirigeant·e·s d’entreprise, financeurs, accompagnateur·trice·s, institutions, etc.) investi·e·s dans le champ de l’entrepreneuriat responsable ?
      4. Des profils d’enseignant·e·s particuliers ?
      5. Des modes d’évaluation d’un nouveau genre ?
  1. Concernant le contenu de la formation :
  • Comment définir l’entrepreneuriat responsable ? Les référents (théoriques, épistémologiques, axiologiques, etc.) de la durabilité et de la responsabilité convergent-ils ? En d’autres termes, « durable » et « responsable » sont-ils des synonymes ? [7]
  • Comment lier les réflexions et questionnements relatifs aux travaux conduits sur le développement durable, la RSE en PME et l’entrepreneuriat responsable ? En quoi le mouvement des Principles of Responsible Management Education (PMRE), de même que les Objectifs du développement durable (ODD) des Nations Unies peuvent-ils nourrir l’entrepreneuriat durable/responsable ? [8]
  • Quels sont les modèles d’affaires qui intègrent le cadre de la responsabilité ? En quoi ces modèles d’affaires responsables ont-ils un impact sur la vision stratégique et les décisions prises par les créateurs ·trice·s et dirigeant·e·s de PME en lien avec le DD ? [9]
  • L’entrepreneuriat responsable appelle-t-il une organisation différente des entreprises ? Quel(s) mode(s) de gouvernance devraient-ils être privilégié(s) ? [10]

 Deux types de contributions sont attendues :

  • Des contributions issues de travaux de recherche visant à discuter de la notion d’entrepreneuriat responsable et de son intégration aux formations à l’entrepreneuriat. Selon les orientations de la revue Entreprendre et Innover, il est alors attendu que ces contributions soient apporteuses de contributions utiles, pragmatiques et privilégient le dialogue entre chercheurs et praticiens ;
  • Des contributions de nature pratique liées à une formation en entrepreneuriat qui intègre les questions de responsabilité. Dans ce dernier cas, il est attendu que ces contributions soient accompagnées d’une réflexion critique permettant de tirer leçon des expériences rapportées.

 

Echéances :

–          Soumission des résumés étendus (2 à 3 pages, références incluses) : au plus tard le 30 juin 2019

–          Retour aux auteurs : 15 juillet 2019

–          Soumission des textes complets : 1er novembre 2019

–          Processus d’arbitrage et d’édition : décembre 2019 à mai 2020

–          Parution : Juin 2020

 

Ligne éditoriale

La revue Entreprendre et Innover est une revue de vulgarisation de haut niveau dans le domaine de l’entrepreneuriat et de l’innovation éditée par de Boeck Université. Son ambition est de mettre à la portée d’un lectorat de cadres, entrepreneurs, professionnels des réseaux de création d’entreprises et dirigeants d’entreprises, des articles originaux, solides sur le plan scientifique ou innovants sur le plan des idées exprimées, dans un format plus accessible que celui des publications académiques classiques. La revue est ouverte à TOUTES les disciplines et à TOUS les points de vue qui s’intéressent à l’entrepreneuriat et à l’innovation.

Dans la mesure où cette revue s’adresse en priorité à des praticiens, nous restons attentifs à ce que les contributions aient une préoccupation d’applications pratiques, d’implications entrepreneuriales et/ou de recommandations en matière politique. Dans cet esprit, les contributions devront :

  • avoir une section faisant explicitement référence à ces préoccupations : le lecteur doit toujours pouvoir se dire en fin de lecture : et alors ? en quoi cet article m’aide à agir ou à mieux réfléchir pour mon action future ?
  • adopter un langage plus concret et opérationnel qu’il n’est d’usage dans les revues académiques : la théorie ne doit pas être absente mais vulgarisée, c’est-à-dire traduite en termes simples. Les concepts abstraits doivent être explicités et/ou illustrés par des exemples pratiques.
  • ne pas accumuler les références scientifiques: le but est de choisir quelques auteurs de référence utiles pour comprendre le propos, non de montrer l’exhaustivité de la littérature académique sur le sujet. Les références scientifiques doivent être exclusivement citées grâce aux notes de bas de page.

Le détail des consignes aux auteurs est disponible sur le site de la revue : Consignes aux auteurs E&I . Il est impératif de les respecter lorsque vous envoyez votre soumission. Dans le cas contraire, celle-ci ne sera pas intégrée dans le processus d’évaluation.

Toute soumission d’article doit être accompagnée des deux documents suivants :

Merci d’envoyer votre soumission ainsi que la fiche correspondante à : Elisabeth GELAS (EMLYON) gelas@em-lyon.com

 

[1]  Vallaster, C., Kraus, S., Kailer, N., & Baldwin, B. (2018). Responsible entrepreneurship: outlining the contingencies. International Journal of Entrepreneurial Behavior & Research. Early Cite.

[2]  Lourenço, F., Jones, O., & Jayawarna, D. (2012). Promoting sustainable development: The role of entrepreneurship education. International Small Business Journal, 31(8), 841-865.

Obrecht, J.-J. (2016). Sustainable entrepreneurship education: A new field for research in step with the ‘effectual entrepreneur’. International Journal of Entrepreneurship and Small Business, 29(1), 83-102.

[3] Marzi, G., & Caputo, A. (2019). Responsible Entrepreneurship Education. Emerging Research and Opportunities. Hershey : IGI Global.

[4] Thomas, M. T. (2018). Developing a capstone course on ecological and social sustainability in business education. Business Horizons, 61(6), 949-958.

[5] Ballereau, V., & Reboud, S. (2016). Entrepreneuriat durable : qu’apprend-t-on du modèle d’affaire des PME de tourisme durable ? 13e CIFEPME, 26-28 octobre 2016, Université du Québec à Trois-Rivières.

Pepin, M., Tremblay, M., & Audebrand, L.K. (2017). L’entrepreneuriat responsable : proposition d’un cadre conceptuel et implications pour la formation. Document de travail 2017-008. Université Laval, Québec : Faculté des sciences de l’administration.

[6] Biberhofer, P., Lintner, C., Bernhardt, J., & Rieckmann, M. (2018). Facilitating work performance of sustainability-driven entrepreneurs through higher education: The relevance of competencies, values, worldviews and opportunities. The International Journal of Entrepreneurship and Innovation. Online First, February, 8, 2018.

Van Der Yeught, C. (2017). Les compétences de l’entrepreneur responsable : proposition d’un cadre conceptuel. Revue de l’organisation responsable, 12(1), 5-16.

[7] Hall, J. K., Daneke, G. A., & Lenox, M. J. (2010). Sustainable development and entrepreneurship: Past contributions and future directions. Journal of Business Venturing, 25(5), 439-448.

Patzelt, H., & Shepherd, D. A. (2011). Recognizing Opportunities for Sustainable Development. Entrepreneurship Theory and Practice, 35(4), 631-652.

[8] Haertle, J., Parkes, C., Murray, A., & Hayes, R. (2017). PRME: Building a global movement on responsible management education. International Journal of Management Education, 15(2), 66-72.

Storey, M., Killian, S., & O’Regan, P. (2017). Responsible management education: Mapping the field in the context of the SDGs. International Journal of Management Education, 15(2), 93-103.

Tiba, S., van Rijnsoever, F.J., & Hekkert, M.P. (2018). Firms with benefits: A systematic review of responsible entrepreneurship and corporate social responsibility literature. Corporate Social Responsibility and Environmental Management. Early View.

[9] Bocken, N.M.P., Short, S.W., Rana, P., & Evans, S. (2014). A literature and practice review to develop sustainable business model archetypes. Journal of Cleaner Production, 65, 42-56.

Hoveskog, M., Halila, F., Mattsson, M., Upward, A., & Karlsson, N. (2018). Education for sustainable development: Business modelling for flourishing. Journal of Cleaner Production, 172, 4383-4396.

Upward, A., & Jones, P. (2016). An ontology for strongly sustainable business models: Defining an enterprise framework compatible with natural and social science. Organization & Environment, 29(1), 97-123.

[10] Lupova-Henry, E., & Dotti, N. F. (2019). Governance of sustainable innovation: Moving beyond the hierarchy-market-network trichotomy? A systematic literature review using the ‘who-how-what’ framework. Journal of Cleaner Production210, 738-748.

Prix de thèse AEI 2019

L’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation (AEI) délivre un prix de thèse dans le champ de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation.

Les thèses éligibles doivent avoir été soutenues entre janvier 2018 et décembre 2018, dans un établissement français. Le prix est ouvert aux thèses rédigées en français et anglais, ainsi qu’aux thèses monographiques ou sur articles.

Les docteurs souhaitant soumettre leurs travaux pour l’attribution d’un prix dans cette catégorie doivent adresser à chabaud.iae@univ-paris1.com en format PDF, pour le 15 avril 2019 au plus tard :

– 1 exemplaire électronique de leur thèse,

– les deux pré-rapports et le rapport de soutenance,

– un résumé de la thèse, d’une quinzaine de pages,

– une lettre de recommandation du directeur de recherche,

– un curriculum-vitae.

L’objet du mail devra mentionner « Prix de thèse AEI 2019 ».

Un Comité Scientifique indépendant procédera à la sélection de la meilleure thèse.

Colloque international -« Entre bricolage et survie, quels modèles économiques pour l’entrepreneuriat féminin au Maghreb et au Sahel : Bilans, enjeux et perspectives » 11-12 et 13 avril Nouakchott-Mauritanie

R G A E GROUPE DE RECHERCHE SUR L’ENTREPRENEURIAT EN AFRIQUE

Colloque international

Thème

« Entre bricolage et survie, quels modèles économiques pour l’entrepreneuriat féminin au Maghreb et au Sahel : Bilans, enjeux et perspectives »

11-12 et 13 avril Nouakchott-Mauritanie

Durée : 3 journées

Lieu : Université de Nouakchott Al Aasriya ou Chambre de Commerce et d’Industrie de la Mauritanie-Nouakchott-Mauritanie

Appel à communication au Maghreb et Sahel-converted

Contexte

Il semble difficile à partir de l’analyse de la littérature existante de parler d’entrepreneuriat féminin en contexte africain lorsqu’on se réfère aux femmes propriétaires de toutes petites entreprises de commerce ou de service populaire (vendeuse de poisson, de salade, de persil, restaurants, ateliers de couture, salons de coiffure, épiceries, etc.), tant leurs pratiques entrepreneuriales semblent incompatibles avec la rationalité capitaliste (Hugon et al. 1977 ; Hugon 1995 ; Lachaud 1985). Cette littérature révèle qu’une contrainte majeure pèse sur leurs pratiques professionnelles hypothéquant largement les possibilités de création de richesses et donc de valeur.

Certes il existe depuis longtemps une littérature abondante et bien documentée qui décrit les pratiques des femmes entrepreneures. Elles créent des petites structures, généralement informelles. Elles sont selon Lalouche (1998) entreprenants sans pour autant accéder au statut d’entrepreneur.

Les secteurs dans lesquels opèrent les femmes entrepreneures sont considérés comme étant plus risqués et n’offrant qu’une perspective de croissance très limitée. La forme juridique des entreprises féminines semble souvent inexistante ou au mieux prenant la forme d’une entreprise individuelle. Il va s’en dire que les difficultés d’accès au financement et le taux élevé d’analphabétisme constituent autant d’handicaps à la création d’entreprises, et par ricochet, au développement de l’entrepreneuriat féminin en général. Par ailleurs, les femmes entrepreneures éprouvent encore beaucoup de difficultés à se libérer de certaines contraintes sociales (persistance de pesanteurs sociologiques, de certaines pratiques et coutumes, ignorance des lois, dépendance économique, manque de ressources…).

Il est aujourd’hui communément admis que l’entrepreneuriat féminin, en particulier dans les pays du Sud, est un atout économique important. Les études empiriques effectuées ici et là ont cherché à repérer les facteurs qui pouvaient limiter ou favoriser cet entrepreneuriat féminin. Il faut dire que la difficulté première à la création d’entreprise par les femmes résulte du fait qu’elles doivent avoir l’autorisation de leur mari ou de leur père (25%). Ensuite, un facteur plus universel est souligné, lié au fait qu’il n’y a pas partage des tâches domestiques avec le conjoint et que l’éducation des enfants incombent essentiellement aux femmes (21%). En revanche ce qui peut favoriser l’entrepreneuriat féminin c’est l’accès à l’éducation certes généralement possible comme pour les hommes mais qu’il convient d’encourager dans les familles (29%). L’existence de structures spécifiques pour encourager et accompagner l’entrepreneuriat féminin semble aussi nécessaire (15%). Enfin, le soutien du conjoint et de la famille (10%) de même que l’autonomie financière de la femme (12%) apparaissent comme des facteurs favorables à l’entrepreneuriat féminin. Cependant les opinions varient sensiblement entre les hommes et les femmes : ces derniers sont plus favorables au soutien familial (12% contre 7% pour les femmes) mais considèrent que l’autonomie financière de la femme est moins nécessaire au succès de leur entreprise (10% contre 19% chez les femmes).

En définitive les différences rencontrées et les difficultés relevées ne sont pas nécessairement spécifiques à l’entrepreneuriat et renvoie de manière plus générale à la place de la femme dans la société. L’accès à l’entrepreneuriat est cependant un bon révélateur de ces difficultés. La mixité scolaire apparaît comme un moyen pour réduire les inégalités homme femme dans la société. Certains proposent de promouvoir l’approche genre en faveur des femmes.

En fait, dans un contexte de globalisation, l’entrepreneuriat féminin s’assimile de plus en plus quasi automatiquement à un entrepreneuriat de nécessité motivé par l’obligation de créer son entreprise pour sortir de la précarité et de la pauvreté. Ainsi, l’entrepreneuriat de survie occupe une place centrale dans toutes les sociétés africaines. Il suffit de se promener dans les marchés et espaces publics africains pour s’en convaincre. Cette dichotomie pauvreté /entrepreneuriat concentre toutes les réflexions. Il s’avère difficile de quantifier du point de vue statistique, l’importance de l’entrepreneuriat de survie à travers le monde. En particulier, l’Afrique et l’Asie échappe à toute réelle statistique. Toutefois, selon la Banque Africaine de développement, l’entrepreneuriat de survie représenterait près de 55 % du produit intérieur brut (PIB) cumulé de l’Afrique subsaharienne.

De manière plus détaillée, l’Agence française de développement a relevé en 2006, après enquête sur le terrain, que 90 % des personnes actives exercent dans l’économie informelle au Cameroun et au Sénégal, contre 80 % en Afrique du Sud, 50 % en Ethiopie et moins de 40 % au Maroc.

L’ensemble des éléments de l’environnement socioculturel énumérés ci-dessus incitent, d’une part à la plus grande prudence dans l’analyse de la situation des femmes propriétaires de TPE sous le rapport de leurs incapacités à entreprendre comme leurs consoeurs occidentales. Par ailleurs le lien entrepreneur capitalisme n’est pas évident et semble dépassé dans l’entrepreneuriat collaboratif et solidaire du point de vue de Pascal Labazee, qui était largement partagé dans les années 90 qui disait que l’entrepreneur africain est «un bricoleur qui n’a (…) nul pouvoir de faire le capitalisme à la manière de ses pairs occidentaux qui purent révolutionner les routines sociales, techniques et politiques de la production quand ils ne les trouvèrent pas d’emblée transformées » (1994, p. 4).

De fait, l’accomplissement des pratiques entrepreneuriales par les femmes se forme à partir de leur environnement familial, religieux, économique, mais aussi politique. Comme le montre une multitude de travaux de recherche. Il semble toutefois utile de questionner ces travaux dans le contexte maghrébin et sahélien afin d’explorer des voies nouvelles pour relancer l’entrepreneuriat féminin dans cet espace régional.

Thèmes du colloque sans être exhaustif

  • Les modèles économiques des pratiques entrepreneuriales féminines en contexte maghrébin et sahélien
  • Les pratiques entrepreneuriales informelles et les startups des femmes maghrébines et sahéliennes
  • Le Financement des femmes entrepreneures
  • L’entrepreneuriat féminin inclusif
  • L’entrepreneuriat féminin et résilience
  • L’entrepreneuriat social et solidaire
  • L’entrepreneuriat féminin et le développement durable
  • L’entrepreneuriat féminin et migration
  • L’Innovation frugale (le modèle indien) et l’entrepreneuriat féminin africain.
  • Tout ce qui replace l’entrepreneuriat féminin dans les divers enjeux socioéconomiques et environnementaux.

 

Objectifs généraux du colloque

  • Dresser l’état des lieux de l’entrepreneuriat féminin au Maghreb et au sahel
  • Mettre à la disposition des universitaires et des praticiens comme les entrepreneures, les décideurs politiques, les organisations internationales et la société civile une première plateforme de discussion sur les pratiques entrepreneuriales féminines existantes au Maghreb et au Sahel. Et, naturellement celles à privilégier ayant pour objectif de renforcer leur soutenabilité et leur durabilité.
  • Et enfin, examiner les différents dispositifs permettant d’améliorer le niveau du succès entrepreneurial des femmes entrepreneures en vue de créer un véritable espace entre actrices et l’écosystème entrepreneurial.

 

Objectifs spécifiques

L’objectif aussi du colloque est d’apporter un éclairage sur les enjeux des pratiques des femmes entrepreneures maghrébines et sahéliennes ainsi que les défis à relever pour l’avenir des femmes entrepreneures.

Format du colloque

Le colloque se déroulera sur 3 jours à

L’Université de Nouakchott Al Aasriya ou Chambre de Commerce et d’Industrie de la Mauritanie, Nouakchott-Mauritanie.

Participants

Il verra la participation :

  • D’Universitaires
  • De Think Tanks
  • De la Société civile, des organisations intergouvernementales, des associations professionnelles,
  • De Représentants des Gouvernements
  • D’organisations s’intéressant à l’entrepreneuriat féminin
  • D’Entrepreneures/entrepreneurs
  • D’Organisations dédiées autonomisation économique des femmes
  • La participation des jeunes chercheurs et chercheuses ainsi que des femmes entrepreneures est fortement encouragée
  • Un Prix Jeune Chercheur sera décerné à la meilleure communication de la Conférence.

 

Présentation des propositions

Les communications au colloque pourront porter sur des réflexions théoriques, des travaux pratiques ou des études empiriques. Nous vous invitons à soumettre votre proposition de communication intégrale dans un document au format Word, au plus tard le mercredi 20 mars 2019 à l’adresse : nenekane2002@yahoo.fr copie à ntep_f@yahoo.fr ; salemabeidna@gmail.com; et chroqui@yahoo.fr

Les propositions de communications devraient inclure l’information suivante :

  • le titre de la communication
  • les noms des coauteurs avec leurs affiliations et leurs coordonnées complètes
  • le nom de la personne qui présentera la communication
  • une communication détaillée de pages au maximum (mise en contexte, problématique, méthodologie et principaux résultats)
  • Les textes définitifs de publication devront être envoyés pour le 31 mars 2019. Par ailleurs, des textes pourraient être sélectionnés pour publication dans une revue scientifique.
  • Les auteurs seront informés par e-mail de la réponse faite à leur proposition de communication. À cette date, un programme provisoire des séances plénières et des différentes séquences thématiques et ateliers du colloque sera également proposé.
  • Les auteurs dont le comité scientifique retiendra les meilleures soumissions seront invités à soumettre un texte complet de 6 500 à 13 000 mots, en vue de leur publication dans un numéro spécial du Journal of Small Business & Entrepreneurship

 

—————————————–

Calendrier 20 mars 2019 Date limite d’envoi de votre communication intégrale
31 mars 2019 Communication de la décision d’acceptation ou du refus de la proposition à l’auteur(e) principal (e)
02 avril 2019 Présentation de la programmation finale du colloque
05 avril 2019 Date limite pour s’inscrire au colloque
11 au 13 avril 2019 Tenue du colloque
30 juin 2019 Date limite de soumission d’un texte de 6 500 à 12 000 mots sur le site web du GREA et du Journal of Small Business & Entrepreneurship pour publication d’un numéro spécial

 

Assemblée Générale Annuelle Statutaire de l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation (AEI)

CONVOCATION DES ASSOCIÉS

L’assemblée générale se tiendra le vendredi 22 mars 2019 de 10h à 11h grande bibliothèque d’AGORANOV, 96bis Boulevard Raspail, 75006 Paris.

L’ordre du jour prévoit :

– Rapport moral.

– Rapport financier de l’exercice 2018.

– Questions diverses.

Pour se mettre à jour de sa cotisation : a) s’inscrire par la même occasion au Congrès de Montpellier avant la date de l’assemblée générale ou b) s’inscrire dans les conditions habituelles : rendez-vous sur http://entrepreneuriat.com/devenir-membre/

Signaler sa présence à l’AG ou se faire excuser en cliquant absent : cliquer sur le doodle ICI

Donner un pouvoir :

Envoyer un mail à dominique.frugier[at]wanadoo.fr avec ce texte : Je soussigné prénom nom donne pouvoir à prénom nom pour me représenter à l’AG de l’AEI du 22 mars 2019.

 

Pour information, l’assemblée générale sera suivie de 11h à 12h30 d’un conseil d’administration de l’AEI réservé aux membres administrateurs élus (qui recevront une convocation par ailleurs).

Le déjeuner sera libre. L’après-midi, la salle d’AGRONOV nous est réservée et pourra accueillir les groupes de travail qui souhaiteront se réunir : les animateurs prendront contact avec catherine.leger-jarniou[at]dauphine.psl.eu pour réserver.

 Creativity and Innovation Management – Call for Papers SI – Digital Two-Sided Platforms – Unveiling Research and Business Opportunities

Call for Papers – Digital Two-Sided Platforms

Unveiling Research and Business Opportunities

Special Issue Guest Editors

Tommaso BUGANZA Laurent MUZELLEC Sébastien RONTEAU Daniel TRABUCCHI
Politecnico di Milano

School of Management

Milan, Italy

Trinity College Dublin

Trinity Business School

Dublin, Ireland

Audencia Business School

Nantes, France

Politecnico di Milano

School of Management

Milan, Italy

tommaso.buganza@polimi.itlaurent.muzellec@tcd.iesronteau@audencia.comdaniel.trabucchi@polimi.it

 

Purpose

This special issue calls for the submission of conceptual and empirical studies that tackle the specificities presented by digital platforms. We seek contributions that offer insights into process, organizational, individual, network or technological level on how platform-based digital businesses transform the theories, models and managerial practices.

Aim

“How can a major business segment be invaded and conquered in a matter of months by an upstart with none of the resources traditionally deemed essential for survival, let alone market dominance? And why is this happening today in one industry after another? The answer is the power of the platform—a new business model that uses technology to connect people, organizations, and resources in an interactive ecosystem in which amazing amounts of value can be created and exchanged.”

(Parker, Van Alstyne and Choudary, Platform Revolution, 2016)

This quote refers to companies such as Uber, AirBnb, BlaBlaCar that over the last years had a significant impact on the market. Those digital platforms are challenging established companies and approach a market with different business models, marketing philosophy, and supply chain configuration, all of which challenges decades of management research.

Yet, the business configuration behind these companies has a long history in the economic literature known as two-sided platforms. A two-sided platform (or formerly a two-sided market) is a business “in which one or several platforms enable interactions between end-users, and try to get the two (or multiple) sides ‘on board’ by appropriately charging each side” (Rochet and Tirole, 2006, p. 645). In other words, these businesses act as match-makers between two (or more) different but interconnected groups of customers: travelers and hosts for Airbnb or riders and drivers for Uber, creating indirect network effects (Katz and Shapiro, 1985).

The peculiarities of this market structure have been investigated over the last two decades in the economic literature. In particular, specific attention has been devoted to the pricing mechanisms and the role of the network externalities (Rochet and Tirole, 2006; Parker and Van Alstyne, 2005). The more recent literature highlights how the resource configuration behind these businesses is significantly different from the companies based on linear value chains (Amit and Zott, 2015) or how the development process can be particularly challenging (Perks et al., 2017). Furthermore, these companies need to design and manage complex business models based on a double value proposition (Muzellec et al., 2015), requiring to bring on board different kinds of customers at the same time to avoid the chicken-and-egg paradox (Strummer et al., 2018).

Two-sided platforms have also been used to describe a wide array of situations, being flexible to numerous configurations (Tauscher and Laudien, 2018) – for example having end users on both sides, or having consumers on one side and businesses on the other. The same structure has also been used to unveil the opportunities of digital services, opening new avenues to foster business model innovation (Trabucchi et al., 2017, 2018).

Innovation scholars leveraged this concept mainly to deal with users’ community and open innovation projects (e.g., Parmentier and Gandia, 2013; Wang et al., 2018) or dealing with the sharing economy phenomenon (Richter et al., 2017).

In particular, this call for papers aims to explore and exploit the opportunities related to multi-sided platforms, which are being boosted by digital technologies (such as mobile apps or the blockchain) and cultural trends (such as sharing or gig economy). Indeed, there is the need for rigorous and theoretically relevant research, being also practice based, in order to enhance the knowledge for all the players (scholars, practitioners, policy makers) involved in this innovative business models. Therefore, this call for papers aims to enlarge the discussion on the topic from a managerial perspective, embracing mainly an innovation perspective, to dig into the distinctiveness of multi-sided digital platforms.

Focus

In this special issue, we welcome both conceptual and empirical studies, using a wide variety of methods. Possible topics include, but are not limited to:

Process level

  • How to design and implement a platform-based digital business model?
  • How does the development of a platform-based digital business differ from a traditional product-based one?
  • What is the life-cycle perspective of two-sided digital businesses?
  • What are the key peculiarities of the different lifecycle phases (design, start-up, scale-up, mature stage etc.)?
  • How to manage ambidexterity and tensions between the multiple sides?

 

Organizational level

  • What are the challenges and opportunities of creating a multi-sided digital platform?
  • What are the challenges and opportunities of managing a multi-sided digital platform?
  • How to transform traditional business models in a digital ecosystem and platform-based perspective?
  • Which forms of leadership are needed to manage these complex ecosystems of relationships?
  • Which organizational forms are suitable to manage such businesses?

 

Individual level

  • What are the motivational drivers of either side for joining the platform?
  • How those motivational drivers differ between the two sides?
  • How do customers perceive the complementary (or contradictory?) value propositions proposed by the platform for each side?
  • How can we assess the value appropriation by users and customers, with regards to the value proposition?

 

Network level

  • How to collaborate across organizations with similar or different business models?
  • How those multi-sided digital platforms enhance the foundations of business ecosystems literature?
  • What is the role of coopetition dynamics in such digital environments?
  • What is the role of multi-sided platforms in the emergence of business ecosystems?

 

Technological level

  • What is the role of User Generated Big Data in such an environment?
  • How the mobile and App economy revise our understanding of multi-sided business models?
  • What may be the impact of emerging technologies (e.g., blockchain, deep-learning and IA) on these digital business configurations?

 

Submission Deadline and Review Process

The deadline for the submission of full papers is 31st August 2019.

All submissions should follow the author guidelines for CIM as published on the Journal website, see https://onlinelibrary.wiley.com/journal/14678691. For any further information, please visit the Journal website or contact the special issue guest editors.

References

Amit, R., & Zott, C. (2015). Crafting business architecture: The antecedents of business model design. Strategic Entrepreneurship Journal, 9(4), 331-350.

Katz, M. L., & Shapiro, C. (1985). Network externalities, competition, and compatibility. The American Economic Review, 75(3), 424-440.

Muzellec, L., Ronteau, S., & Lambkin, M. (2015). Two-sided internet platforms: A business model lifecycle perspective. Industrial Marketing Management, 45, 139-150.

Parker, G. G., & Van Alstyne, M. W. (2005). Two-sided network effects: A theory of information product design. Management Science, 51(10), 1494-1504.

Parker, G. G., Alstyne, M. W., & Choudary, S. P. (2016). Platform revolution: How networked markets are transforming the economy and how to make them work for you. WW Norton.

Parmentier, G., & Gandia, R. (2013). Managing sustainable innovation with a user community toolkit: The case of the video game Trackmania. Creativity and Innovation Management, 22(2), 195-208.

Perks, H., Kowalkowski, C., Witell, L., & Gustafsson, A. (2017). Network orchestration for value platform development. Industrial Marketing Management, 67, 106-121.

Richter, C., Kraus, S., Brem, A., Durst, S., & Giselbrecht, C. (2017). Digital entrepreneurship: Innovative business models for the sharing economy. Creativity and Innovation Management, 26(3), 300-310.

Rochet, J. C., & Tirole, J. (2006). Two‐sided markets: a progress report. The RAND Journal of Economics, 37(3), 645-667.

Rysman, M. (2009). The economics of two-sided markets. Journal of Economic Perspectives, 23(3), 125-43.

Stummer, C., Kundisch, D., & Decker, R. (2018). Platform launch strategies. Business & Information Systems Engineering, 60(2), 167-173.

Täuscher, K., & Laudien, S. M. (2018). Understanding platform business models: A mixed methods study of marketplaces. European Management Journal, 36(3), 319-329.

Trabucchi, D., Buganza, T., & Pellizzoni, E. (2017). Give away your digital services: Leveraging big data to capture value. Research-Technology Management, 60(2), 43-52.

Trabucchi, D., Buganza, T., Dell’Era, C., & Pellizzoni, E. (2018). Exploring the inbound and outbound strategies enabled by user generated big data: Evidence from leading smartphone applications. Creativity and Innovation Management, 27(1), 42-55.

Wang, K., Nickerson, J., & Sakamoto, Y. (2018). Crowdsourced idea generation: The effect of exposure to an original idea. Creativity and Innovation Management, 27(2), 196-208.

R&D Management Conference – 2019 June, 17–21- Paris – Track 3.2 – Digital Platforms : Opportunities and Challenges for Research, Practices, and Society

Track 3.2 – Digital Platforms : Opportunities and Challenges for Research, Practices, and Society

Tommaso BUGANZA, Prof., Politecnico di Milano
Laurent MUZELLEC, Prof., Trinity College Dublin
Sébastien RONTEAU, Prof, Audencia Business School
Daniel TRABUCCHI, Politecnico di Milano

Source: https://portail.polytechnique.edu/rdmanagement2019/fr/submission/tracks-themes/theme-3-digital-technology/track-32-digital-platforms-opportunities-and


Track’s Contacts : 

tommaso.buganza[AT]polimi.it
laurent.muzellec[AT]tcd.ie
sronteau[AT]audencia.com
daniel.trabucchi[AT]polimi.it


Over the last years, digital platforms gained significant momentum in the business environment, having a significant impact on the market (e.g., Libert et al., 2016; Choudary et al., 2016).
Companies like AirBnb, Uber and so on challenged existing businesses and the status-quo of their industries, challenging the rules of the game.
Those companies operate according two(or multi)-sided business models, known as “Two-Sided Market” in Economics, where “one or several platforms enable interactions between end-users, and try to get the two (or multiple) sides ‘on board’ by appropriately charging each side” (Rochet and Tirole, 2006, p. 645). In other words, these businesses act as match-makers between two different groups of customers: travelers and hosts for Airbnb or riders and drivers for Uber, creating indirect network effects (Katz and Shapiro, 1985).

This concept gained initial attention in the economic literature (Rochet and Tirole, 2006; Parker and Van Alstyne, 2005; Rysman, 2009), while similar phenomena – such as business ecosystems and industry-wide platforms (Iansiti and Levien, 2004; Gawer and Cusuman, 2014) – were being studied in the management field. Recently, also management scholars started digging in the specificities of these Two or Multi-Sided Platforms (e.g., Muzellec et al., 2015; Trabucchi et al., 2017; 2018; Perks et al., 2017; Täuscher and Laudien, 2018).

These platforms have several peculiarities: starting from interconnecting two different (or more) groups of customers that need to be both on board to perform the service itself (Stummer et al., 2018); they need to design a double value proposition (Muzellec et al., 2015) and they need to orchestrate complex networks where value is created and captured by many players at the same time (Perks et al., 2017).

Business models based on this structure are being boosted by digital technologies (such as mobile apps or the blockchain) and cultural trends (such as sharing or gig economy). Furthermore, there is still the need for rigorous and theoretically relevant research, being also practice based, in order to enhance the knowledge for all the players (scholars, practitioners, policy makers). Therefore, this track aims to enlarge the discussion on the topic, welcoming submissions which take different perspectives on this phenomenon enclosed in a digital context. On the one hand, these platforms are challenging traditional models in the management literature (Amit and Zott, 2015), getting on board different kinds of customers at the same time, and relying on peculiar kinds of network externalities. On the other, they offer important challenges to entrepreneurs and managers that work on this structure, having, for example, different barriers regarding the launch phase, but also different opportunities to be exploited, such as a lean scale-up and technology standards behind business ecosystems. Furthermore, from the society perspective, these models may enable different forms of consumption (e.g., sharing economy) or even of work (e.g., gig economy). This track aims to get together fresh contributions in these three perspectives, in order to enlarge the knowledge on how the Two or Multi-Sided Business Model can unveil opportunities and overcome challenges for research, practices, and society.


References

Amit, R., & Zott, C. (2015). Crafting business architecture: The antecedents of business model design. Strategic Entrepreneurship Journal, 9(4), 331-350.
Choudary, S. P., Parker, G. G., & Van Alstyne, M. W. (2016). Platform Revolution: How Networked Markets Are Transforming the Economy and How to Make Them Work for You. WW Norton & Company.
Gawer, A., & Cusumano, M. A. (2014). Industry platforms and ecosystem innovation. Journal of Product Innovation Management, 31(3), 417-433.
Iansiti, M., & Levien, R. (2004). The keystone advantage: what the new dynamics of business ecosystems mean for strategy, innovation, and sustainability. Harvard Business Press.
Katz, M. L., & Shapiro, C. (1985). Network externalities, competition, and compatibility. The American economic review, 75(3), 424-440.
Libert, B., Beck, M., & Wind, J. (2016). The network imperative: how to survive and grow in the age of digital business models. Harvard Business Review Press.
Muzellec, L., Ronteau, S., & Lambkin, M. (2015). Two-sided Internet platforms: A business model lifecycle perspective. Industrial Marketing Management, 45, 139-150.
Parker, G. G., & Van Alstyne, M. W. (2005). Two-sided network effects: A theory of information product design. Management Science, 51(10), 1494-1504.
Perks, H., Kowalkowski, C., Witell, L., & Gustafsson, A. (2017). Network orchestration for value platform development. Industrial marketing management, 67, 106-121.
Rochet, J. C., & Tirole, J. (2006). Two‐sided markets: a progress report. The RAND journal of economics, 37(3), 645-667.
Rysman, M. (2009). The economics of two-sided markets. Journal of economic perspectives, 23(3), 125-43.
Stummer, C., Kundisch, D., & Decker, R. (2018). Platform launch strategies. Business & Information Systems Engineering, 60(2), 167-173.
Täuscher, K., & Laudien, S. M. (2018). Understanding platform business models: A mixed methods study of marketplaces. European Management Journal, 36(3), 319-329.
Trabucchi, D., Buganza, T., & Pellizzoni, E. (2017). Give Away Your Digital Services: Leveraging Big Data to Capture Value. Research-Technology Management, 60(2), 43-52.
Trabucchi, D., & Buganza, T. (2018). Data-driven innovation: switching the perspective on Big Data. European Journal of Innovation Management. https://doi.org/10.1108/EJIM-01-2018-0017

Vœux de la présidence

Chers Académiciens et Académiciennes de l’Entrepreneuriat

Je vous adresse mes vœux les plus chaleureux et les plus dynamiques pour faire de 2019 une année totalement entrepreneuriale !

Mais je n’oublie pas que pour être pleinement opérationnel et performant, nous devons d’abord être heureux personnellement et en plein santé ; ce que je vous souhaite

J’imagine cette année placée sous le signe du dynamisme, de l’action, de l’innovation mais aussi de la bienveillance.

A titre personnel, j’y veillerai pour que l’AEI se développe et soit encore plus reconnue dans notre écosystème.

De nombreux chantiers nous attendent en termes de valorisation, de recherche mais aussi d’éducation et de formation de formateurs, ce qui me permet de vous inviter tous à participer à toutes nos actions et à en initier d’autres. Tous vos apports seront les bienvenus pour alimenter notre action. Et bien évidemment, je ne peux terminer ces quelques lignes sans vous inviter à participer à notre prochain Congrès qui se tiendra dans la belle ville de Montpellier du 3 au 5 juin prochain.

A très bientôt lors de notre AG du 22 mars 2019 !

Très cordialement

Catherine Léger-Jarniou

Présidente de l’AEI

 

Appel à communications – Écosystèmes entrepreneuriaux innovants : quelle gouvernance, quels soutiens et quelles retombées? – Colloque ACFAS 2019 – no 459 – 28 et 29 mai 2019 – Université du Québec en Outaouais

https://www.acfas.ca/evenements/congres/programme-preliminaire/400/459

Appel à communications Acfas – no. 459

Présentation

Ce colloque d’une durée de deux journées organisé par l’Institut de recherche sur les PME (INRPME; www.inrpme.ca) vise à rassembler chercheurs, acteurs de terrain et utilisateurs des connaissances liées au sujet des écosystèmes entrepreneuriaux innovants pour partager leurs savoirs, leurs réflexions et leurs expériences.

  • Les conférenciers intéressés pourront soumettre pour évaluation une proposition de texte en lien avec leur communication pour une diffusion dans un numéro spécial de la Revue Organisations et Territoires (ISSN 1493-8871), une revue orientée vers la vulgarisation scientifique. Les détails concernant cet appel à texte sont présentés à la suite de l’appel à communication.

 

Sujet du colloque

La combinaison des effets de la mondialisation, de la tertiarisation de l’économie, de l’accélération et de la complexification de l’innovation, de l’apparition de nouvelles technologies et du développement de nouveaux modèles de production replace le fait territorial au coeur du champ d’analyse portant sur le développement socio-économique et sur l’un de ses moteurs, l’entrepreneuriat. Qu’il s’agisse des modèles de la nouvelle économie géographique, des études sur les concepts de systèmes productifs locaux, de milieux novateurs, de clusters industriels et pôles de compétitivité ou de spécialisation intelligente, ces développements favorisent l’émergence d’une diversité d’initiatives territoriales ayant pour objectif de stimuler ou de soutenir l’entrepreneuriat (Stam et Spigel, 2016-1).

Le concept d’écosystème entrepreneurial offre un cadre d’analyse holistique qui contribue à structurer cette réflexion en intégrant les choix, les agissements et l’influence de plusieurs acteurs liés au phénomène entrepreneurial sur un territoire (Borissenko et Boshma, 2017-2). L’écosystème entrepreneurial est notamment constitué des entrepreneurs émergents et des entrepreneurs seniors, des institutions d’enseignement et de recherche, des instances gouvernementales locales, des mentors, des investisseurs et institutions de financement, des fournisseurs de services professionnels, des consommateurs d’un territoire donné (Stam and Spigel, 2016; Stam et Van de Ven, 2018-3; Scaringella et Radziwon, 2018-4). La présence d’un écosystème entrepreneurial renvoie aussi à la question de la culture entrepreneuriale locale qui peut la renforcer ou contribuer à l’initier (Davidsson, 1995-5).

Depuis une dizaine d’années, on voit apparaître de multiples initiatives qui émergent à la fois des institutions publiques et des acteurs visant à favoriser le développement entrepreneurial dans un espace territorialement délimité. On pense notamment aux FabLabs et Livinglabs, aux Hubs innovants, aux espaces de Coworking qui, au-delà de leur diversité, s’appuient tous sur la même idée voulant que les interactions entre les acteurs encastrés sur un territoire, dans un espace physique ou virtuel, vont contribuer à cultiver l’entrepreneuriat (Germain, 20166). Ainsi, ces initiatives contribuent au renforcement ou à l’amorce d’écosystèmes régionaux. Depuis quelques années, nous assistons à une multiplication d’initiatives de cette nature. Par exemple, entre 2014 et 2015, le nombre de Fablabs a presque doublé dans le monde, passant de 266 à près de 500 (Rampa, 2015-7; Ferchaud et Dumont, 2017-8; Fonrouge, 2018-9). Au Québec, nous observons également cette effervescence. Un manifeste signé par 19 signataires pour la « Création de Réseaux régionaux de Hubs innovants pour promouvoir et soutenir l’entrepreneuriat au sein de chacune des régions du Québec – 10» en témoigne. Ces initiatives s’ajoutent aux activités déjà en place sur un territoire, tels les incubateurs, les clusters et les grappes industrielles. Ainsi se côtoient dans un même écosystème des initiatives de type déterministe, mises en place par les instances publiques (top-down), et volontaire (bottom-up), émanant des initiatives d’acteurs de terrain, dans un espace circonscrit, mais virtuellement non limité.

Bien que les particularités des diverses initiatives puissent être distinguées, ce qu’il conviendra de faire en début de colloque, elles contribuent à une même mission, soit celle de favoriser la construction d’une économie collaborative et interconnectée entre de multiples acteurs, centrée sur le développement territorial de l’entrepreneuriat. Cela dit, cette profusion d’initiatives favorise-t-elle véritablement l’entrepreneuriat territorialisé?

Sème-t-elle davantage de confusion et de tensions chez les acteurs ?

Ces initiatives sont-elles agencées de manière cohérente pour maximiser les retombées?

Pour mieux appréhender ce phénomène de multiplication des initiatives qui participent au dynamisme des écosystèmes entrepreneuriaux, gouvernance, pertinence, soutien et retombées liées à ces nouveaux projets constituent les sujets principaux de ce colloque.

 

Références

 

1 Stam, E. et Spigel, B. (2016). « Entrepreneurial Ecosystem ». Discussion Paper Series 16-13. Utrecht School of Economics Tjalling C. Koopmans Research Institute.

2 Borissenko, J. et Boshma, R. (2017). « A critical review of entrepreneurial ecosystems research: Towards a future research agenda ». Papers in Innovation Studies Paper no. 2017/03. Centre for Innovation, Research and Competence in the Learning Economy.

3 Stam, A. et Van de Ven, A. (2018) « Entrepreneurial Ecosystem: A Systems Perspective ». Working Paper Series 18-06. Utrecht University School of Economics Research Institute.

4 Scaringella, L. et Radziwon, A. (2018). « Innovation, entrepreneurial, knowledge, and business ecosystems: old wine in new bottles?” Technological Forescating et Social Change, (136) 59-87.

5 Davidsson, Per. 1995. “Culture, Structure and Regional Levels of Entrepreneurship.” Entrepreneurship & Regional Development, 7(1), 41-62.

6 Germain, O., 2017. « Les théories en entrepreneuriat : pour que les fruits passent la promesse des fleurs », pp.17-58, dans St-Pierre, J. et F. Labelle. (2017). Les PME d’hier à demain : Bilan et perspectives. Presses de l’Université du Québec, Collection Entrepreneuriat & PME, 685 p.

7 Rampa, R. (2015) « FabLabs: Les dynamiques de connaissances globales et locales des nouveaux tiers lieux du faire. Mémoire de maîtrise, HEC Montréal, 136 p. (http://biblos.hec.ca/biblio/memoires/2015NO20.PDF).

8 Ferchaud, F. et Dumont, M. (2017) « Les espaces de fabrication et d’expérimentation numérique sont-ils des tiers-lieux? Une analyse du cas des Fablabs à Rennes et Toulouse ». Territoire en mouvement, Revue de géographie et aménagement [En ligne], 34 |. URL : http://tem.revues.org/4203 ; DOI : 10.4000/tem.4203.

9 Fonrouge, C. (2018). Les fablabs et l’émergence de figures alternatives de l’entrepreneur. Projectics / Proyectica / Projectique, (1), 41-55.

10 5e Forum des Idées pour le Québec, De l’ambition pour nos régions, Saint-Hyacinthe, 8-9-10 septembre 2017.

Propositions de communication :

Dans ce contexte, le portrait d’ensemble des écosystèmes régionaux innovants devient difficile étant donné la prolifération et la diversité des initiatives, qu’elles soient volontaires ou « forcées ».

C’est pour réfléchir à ce phénomène que nous lançons un appel à communications aux chercheurs, étudiants et acteurs de terrain sur les deux thèmes suivants* :

  • Thème 1 : Quelle gouvernance et quels soutiens pour ces initiatives situées à divers niveaux d’action?
  • Thème 2 : Comment évaluer la pertinence, l’efficacité et les retombées liées à ces initiatives dédiées au support de l’écosystème entrepreneurial?

* Il est à noter que ces deux thèmes feront également l’objet de discussion lors de deux tables rondes qui se tiendront pendant le colloque

 Contenu de l’intention de communication

L’intention de communication comprend une page titre et une page pour le résumé.

  • La page titre comprendra :
    • Le nom et prénom de chaque auteur
    • Les titres, fonctions, institutions de chaque auteur
    • Les coordonnées de chaque auteur : adresse postale, téléphone, courriel
    • Le titre de la communication
  • La page « résumé de la communication » comprendra o Le thème choisi
    • Pour les communications de nature plus scientifique, une description succincte des éléments suivants : 1) la problématique, 2) les objectifs 3) le cadre conceptuel, 4) la méthodologie et 5) les principaux résultats
    • Pour les communications de nature conceptuelle, les points 4 et 5 pourront être remplacés par la proposition d’un modèle de recherche
    • Pour les communications de nature davantage expérientielle, une description succincte des éléments suivants 1) l’enjeu identifié, 2) les objectifs de la communication, 3) la présentation du cas discuté, 4) les principaux enseignements retenus
    • 1500 caractères espaces compris maximum (environ 200 mots)

Format des présentations lors du colloque :

Communication orale (de préférence avec support visuel) d’une durée de 15-20 minutes (selon le nombre de participants) + 5 minutes de questions et discussion

Calendrier

  • 25 février 2019 : date limite pour soumettre les propositions de communication
  • 5 mars 2019: retour des évaluations aux auteurs
  • 28 mai 2019 : date du colloque (toute la journée)
  • 29 mai 2019 : date du colloque (toute la journée)

Les propositions de communication doivent être envoyées à l’adresse courriel suivante, en indiquant dans l’objet « ACFAS 2019 – INRPME » : Lucette.Marcotte.Beebe@uqtr.ca

Critères d’évaluation :

Le comité organisateur du colloque agit également à titre de comité scientifique et a le mandat d’évaluer les propositions de communication reçues en fonction des critères suivants :

  • Clarté de la problématique, des enjeux identifiés et des objectifs présentés ;
  • Clarté de la méthodologie de recherche (communication scientifique) ;
  • Présence de résultats théoriques, empiriques ou méthodologiques ou d’expériences pratiques ;
  • Qualité, originalité, nouveauté.

 

ISCB Paris Conference – The Future of Entrepreneurship: Policy and Practice – Paris – France – April 8-9, 2019

INTRODUCTION

Entrepreneurship is the ability to combine creativity and innovation as it relates to the economy. A strong and sustainable economy should seek to bring out the talents of individuals and institutions in society. The challenge, however, is how do policymakers work within their respective government systems to put in place practical measures that will be embraced and understood by the people, especially those individuals and groups who may feel stuck on the margins of their society.

To continue this dialog and progress made, ICSB recognizes that Entrepreneurship is not a one-size fit all policy or viewpoint.

ICSB supports the work that the Organisation of Economic Co-operation and Development (OECD) which promotes “policies that improve the economic and social well-being of people around the world.” This is done through ICSB’s association as a member of the Working Party for Small and Medium Enterprises (WPSME).

ICSB in collaboration with OECD and ICSB Global Gateway Partners, IPAG and ESSCA, will be holding a high-level meeting on April 8 and 9, 2019 in Paris, France. This two-day conference in Paris will bring together global experts for this timely discussion on what is the future of entrepreneurship and what should be research has shown to advocate for effective policy.

Policy, research, and practice are on the table for discussion with the goal of building a common narrative to help entrepreneurs and small business owners in Europe that face unique challenges. The format for this meeting will allow for a dynamic debate with those presenting and those who plan on attending the sessions. ICSB, IPAG, and ESSCA are pleased that the OECD April meeting will take place following this conference. We expect that many of the OECD delegates will also join us as invited guests and some as participants in the discussions.

Topics on entrepreneurship policy and the role of the state will address government attempts to shape the climate for small business starts and their growth. Access to capital financing, which is a cornerstone of every small business, will be a focus of discussion. Representatives from financial institutions will share their views and processes that entrepreneurs should consider when seeking access to capital.

ICSB brings the perspective of working with partners at the World Bank, International Finance Corporation, The United Nations, The United States Small Business Administration, and the European Union. The convening of this major conference in Europe will enable ICSB to partner with IPAG’s Business School and ESSCA School of Management.

CALL FOR PAPERS

Policy, research, and practice are on the table for discussion with the goal of building a common narrative to help entrepreneurs and small business owners in Europe that face unique challenges. The format for this meeting will allow for a dynamic debate with those presenting and those who plan on attending the sessions.

What are the lessons that can be learned from this? Where should Policymakers focus their attention to create a sustainable entrepreneurial ecosystem? What collaborations to give hope to those in the margins of society? These are many other topics are welcomed for discussion.

Following this point of view, we invite authors to submit abstracts reflecting the multiple aspects, actors, levels, and complexity on what can be done to get a more accurate view of entrepreneurship. What should be the Future of Entrepreneurship: Policy and Practice?

READ MORE

SUBMISSIONS

We invite researchers to submit an abstract for discussion (except for entrepreneurs who should provide a letter stating why they would like to attend). The first page of an academic submission must contain the title, author(s) and contact information of the corresponding author. The organizers expect extended abstracts of no more than 3-pages 1, 5-space, maximum 1500-words. All submissions must be written in English. An abstract should inform explicitly about the following five issues: Research objective/question; Conceptual development; Methodology; Results (if not a conceptual paper); and Contribution. Please exclude tables, figures and references.

SUBMIT HERE

KEY DATES

Submission of extended abstract (main workshop): February 15, 2019
Acceptance Notification: February 22, 2019
Conference: April 8th, 2019 – IPAG Business School– Day 1
Conference: April 9th, 2019 – OECD – Day 2

PUBLICATION OPPORTUNITIES

Editors and/or Associate editors from leading entrepreneurship and small business journals including the Journal for Small Business Management will participate in the event and be available to discuss with the submitting authors about the potential of their manuscripts for their respective journals.

ORGANIZING COMMITTEE

Professor Adnane Maalaoui, IPAG Business School, France
Professor Inés Gabarret, ESSCA School of Management, France
Professor Ayman El Tarabishy, ICSB Executive Director
Professor George Solomon, Editor of the ICSB Journal from Small Business Management
Mme Lucia Cusmano, OECD, Acting Head of Division, SME and Entrepreneurship
Professor Andrea Calabro, IPAG Business School, France
Professor Julia Vincent, IPAG Business School, France

INFORMATION CONTACT

Please feel free to contact Professor Adnane Maalaoui, a.maalaoui@ipag.fr and Professor Inés Gabarret , ines.gabarret@essca.fr if you have any queries about the workshop.

 

References:

DePillis, Lydia, “The are fewer gig jobs than you think. Economists walk back study that showed huge increase”, CNN Business, January 10, 2019.

Sherman, Erik, “The Gig Economy Never Really Happened, Say the Economists Who Predicted it”, Fortune.com, January 7, 2019

Source: https://icsb.org/paris-conference/ 

RSG – Numéro Spécial Parution : 2020 L’entreprise libérée aujourd’hui : enjeux et perspectives

Rédacteurs en chef invités
Pr. Annabelle JAOUEN
Montpellier Business School
a.jaouen@montpellier-bs.com

Pr. Sylvie SAMMUT
Université de Montpellier
sylvie.sammut@umontpellier.fr

Pr. Isaac GETZ
ESCP Europe Business School
getz@escp.fr

RSG appel à publi

L’entreprise libérée rencontre de plus en plus d’adeptes depuis quelques années. Ceux-ci voient en elle des innovations organisationnelles, managériales, voire sociales majeures (Getz, 2009 ; Getz & Carney, 2012 ; Jacquinot & Pellissier-Tanon, 2015 ; Vandermissen, 2015 ; Holtz, 2016). Cette démarche part du principe que d’autres formes d’organisation et de management sont nécessaires, notamment dans un contexte VUCA: l’un des postulats de ces approches, bien que différente, de l’entreprise libérée (p.ex. organisation agile, holacracy, organisation opale), est que le modèle classique d’entreprise a oublié l’homme. La Révolution Industrielle, qui a inauguré le modèle de la hiérarchie bureaucratique fondé sur la subordination et le contrôle, a été suivie de plusieurs évolutions, le taylorisme, le fordisme, la direction par objectifs ou encore la financiarisation de l’entreprise (Gomez, 2014). Toutes ont visé l’optimisation économique en traitant les salariés comme une ressource — la ressource humaine (Dupuis, 2015). Mesurée par l’augmentation du niveau de vie, cette optimisation a triomphé comme jamais encore aucune organisation de travail dans l’histoire (Maddison, 1991, 2004). Toutefois, au début du milieu des années 2000, l’adéquation du modèle classique au monde VUCA, aux attentes de jeunes générations ainsi que de la société en générale est mise en question (Halévy, 2013), tandis que les entreprises cherchent des approches organisationnelles et managériales différentes (Jaouen & Le Roy, 2013 ; Aigouy & Granata, 2017) et la société questionne les pratiques des entreprises qui laissent peu de place à l’homme et au sens (voir l’émergence des entreprises à mission, celles de « conscious capitalism », etc).

Une entreprise libérée est définie comme « une forme d’organisation dans laquelle les salariés sont totalement libres et responsables dans les actions qu’ils jugent bon d’entreprendre » (Getz, 2009, p. 35). Elle est donc un concept philosophique défini à partir de la fonction de l’entreprise (permettre la liberté et la responsabilité d’initiative) et non un modèle (ensemble de caractéristiques structurelles et organisationnelles) (Getz, ibid.). Le rôle d’un leader libérateur consiste justement à articuler la philosophie de l’entreprise libérée pour coconstruire avec les salariés le mode d’organisation libérée unique de leur établissement (Getz, 2012, 2017 ; Holtz, 2016). Ces entreprises font confiance à l’intelligence des salariés, reconnaissent la richesse et les dons de chacun et permettent que chacun puisse s’auto-diriger (Getz, 2009 ; Vanhée, 2013 ; Trouvé, 2014 ; Jacquinot & Pellissier-Tanon, 2015). Par conséquent–et non pas à cause d’un modèle quelconque imposé—ces entreprises possèdent moins de structures hiérarchiques et de pratiques de contrôle.

 

Dans le passé, un grand nombre d’approches organisationnelles alternatives au modèle classique ont été avancées sur le plan théorique (p.ex., sociocracy, empowerment, équipes semi-autonomes). Toutefois, la mise en place de ces approches ne se faisait que marginalement jusqu’au milieu des années 2000. La mise en place de l’entreprise libérée, bien que non-conceptualisée à l’époque, restait aussi marginale (Getz, 2009). C’est à partir du milieu des années 2000que la mise en place massive de l’entreprise libérée a vu le jour. L’entreprise libérée est aujourd’hui déployée à différents degrés dans des centaines d’entreprises et organisations, y compris de grandes institutions comme Airbus, Décathlon, Michelin ou la Sécurité Sociale, et surtout en France (Getz, 2017). En 2016, elle était jugée par un échantillon de 1600 managers français comme le sujet de management le plus important en France (Kalika et al., 2016). L’adoption de l’entreprise libérée exige une transformation majeure des pratiques traditionnelles de l’entreprise, celles-ci étant initiées et défendues par la direction (Holtz, 2016), la co-construction de l’organisation libérée se faisant avec les salariés (Breu, et al., 2001 ; Dyer & Shafer, 1999 ; Goldman & Nagel, 1993 ; Shafer, 1997 ; Shafer, et al., 2001 ; Van Oyen, Gel & Hopp, 2001), ainsi que le travail du dirigeant sur son lâcher prise et sa posture (Davids, Carney & Getz, 2018 ; Vanhee, 2013).

Ce numéro spécial vise à avancer l’état de l’art sur le sujet de la libération des entreprises. Il privilégiera les articles fondés sur une forte connaissance du terrain des entreprises libérées et/ou de leurs dirigeants (données primaires), mais n’écartera pas des articles susceptibles de mettre la philosophie de l’entreprise libérée dans une plus large perspective théorique. Au-delà de sa popularité, cette philosophie d’entreprise pose nombreuses questions. Plusieurs thématiques pourront être abordées :

  • Processus de libération et rôle du leader libérateur,
  • Conditions de faisabilité et prérequis organisationnels,
  • Motivation de dirigeants et de managers pour adopter ce process,
  • Conséquences humaines, organisationnelles et stratégiques de la libération de l’entreprise,
  • Place du salarié dans l’entreprise libérée,
  • Libération des PME : la petite taille facilite-t-elle les processus ? Quelles spécificités du processus de libération dans ce contexte ?

Au plan pratique, le processus d’adoption des concepts de l’entreprise suscite également un certain

nombre de questions :

  • Qu’est-ce qui motive les dirigeants d’entreprises à adopter cette philosophie d’entreprise
  • spécifique ?
  • Quels sont les traits caractéristiques de ces dirigeants ?
  • Comment impliquer les salariés et les managers dans le processus ?
  • Y’a-t-il des cas d’adoption initiés par les salariés ou partenaires sociaux sur le mode du corporate hacking ou autre ?
  • Comment accompagner la libération ?

 

Malgré le caractère massif de l’adoption du concept d’entreprise libérée par les praticiens de l’entreprise, ces processus d’adoption sont à l’origine de nombreux défis (Getz, 2012, 2017 ; Gilbert et al., 2017). Quelques démarches de libération se sont, par exemple, arrêtées malgré des succès économiques et sociaux reconnus (Henry et al., 2017). Ces défis constituent également autant de thématiques qui pourront être abordées dans ce numéro spécial :

  • Quel travail sur soi, quel changement de posture, ont conduit, ou pas, les leaders à adopter les concepts d’organisation alternative fondés sur la confiance ?
  • Quel accompagnement ont-ils proposé, ou pas, à leurs managers ?
  • Quelle attitude ont-ils adopté vis-à-vis des managers et/ou des salariés qui n’ont pas souhaité participer au processus de l’adoption ?
  • Ont-ils procédé, ou pas, à l’élaboration et au partage d’une vision, du « pourquoi » de leur
  • entreprise ?
  • Ont-ils travaillé, ou pas, avec les RH et les partenaires sociaux ?
  • Ont-ils impliqué ou pas leurs actionnaires ou organismes de tutelle ?
  • Comment mesurent-ils la réussite de leurs démarches ?

 

Calendrier

  • Réception des propositions d’articles : 30 juin 2019
  • Retour des évaluations aux auteurs : 15 octobre 2019
  • Réception des versions révisées : 30 janvier 2020
  • Retour des 2ndes évaluations aux auteurs : 30 avril 2020
  • Envoi des versions finales : 30 juin 2020
  • Date de parution du numéro spécial : Automne 2020

Consignes aux auteurs

Les propositions devront être conformes à la politique éditoriale de la revue, ainsi qu’aux normes de présentation. Les consignes de mise en forme sont accessibles sur le site internet de la revue ou sur le lien suivant : http://www.larsg.fr/mise-en-page-des-articles/#.XAd8z-KNxPY

Les propositions à envoyer à : Pr. Annabelle JAOUEN, Montpellier Business School, a.jaouen@montpellier-bs.com

Les propositions feront l’objet d’une évaluation en double aveugle. Les rédacteurs en chef invités s’engagent à respecter un délai rapide d’évaluation.

 

Bibliographie

Aigouy C. & Granata J. (2017). L’implémentation de la simplification en tant qu’innovation organisationnelle et première étape d’un processus de libération : le cas de Volkswagen Groupe France, Revue Internationale de Psychologie et Comportements Organisationnels, vol. 23, n°56, p. 63-85.

Breu, K., Hemingway, C. J., Strathern, M., & Bridger, D. (2001). Workforce agility: The new employee strategy for the knowledge economy. Journal of Information Technology, vol.17, n°1, p. 21-31. Dupuy, F. (2015). La faillite de la pensée managériale. Paris : Seuil.

Dyer, L., & Shafer, R. A. (1999). From human resource strategy to organizational effectiveness: Lessons from research on organizational agility. In M. A. Wright, L. Dyer, J. Boudreau & G. Milkovich Strategic human resource management in the 21st century, Research in Personnel and Human Resource Management, Supplement 4 (p. 145-174). Greenwich, CT: JAI Press.

Getz, I., (2009), Liberating leadership: how the initiative-freeing radical organizational form has been successfully adopted. California Management Review, vol. 51, n° 4 (traduit dans Getz, I. (2017), L’entreprise libérée : Comment devenir un leader libérateur et se désintoxiquer des vieux modèles, Fayard, p. 24-88).

Getz I. (2012), La liberté d’action des salariés : une simple théorie ou un inéluctable destin ?, Gérer et comprendre, n° 108, p. 27-38.

Getz I. (2017), L’entreprise libérée, Paris : Fayard.

Getz, I., Carney, B., (2012). Liberté & Cie : Quand la liberté des salariés fait le succès des entreprises. Paris :Fayard.

Gilbert, P., Teglborg, A. C., & Raulet-Croset, N. (2017). L’entreprise libérée, innovation radicale ou simple avatar du management participatif ? Gérer et comprendre, n° 1, p. 38-49.

Goldman, S. L., Nagel, R. N. (1993). Management, technology and agility: The emergence of a new era in manufacturing, International Journal of Technology Management, Vol. 8, n° 1-2, p. 18-38.

Halévy, M. (2013), Prospective 2015-2025, L’après-modernité, Paris : Éditions Dangles, Hamel G. (2008), La fin du management, Paris : Vuibert.

Henry, B., Godart, F., Berrada, M. (2017). Biscuits Poult SAS: Can Alternative Organizational Designs be Successful? INSEAD Case Study.  Holtz, T. (2016), Les pratiques managériales dans les entreprises libérées. Quelles singularités ? Quels impacts sur la qualité de vie au travail ? Le cahier des RPS, vol. 27, p. 27-38.

Jacquinot, P., Pellissier-Tanon A., (2015), L’autonomie de décision dans les entreprises libérées de l’emprise organisationnelle. Une analyse des cas de Google et de la Favi, Revue Internationale de Psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels, vol 21, n°52, p. 365-384.

Jaouen, A., Le Roy, F. (Dirs.) (2013), L’innovation managériale, Paris : Dunod.

Kalika M., Liarte, S., Moscarola, J. (2016), Enquête FNEGE sur l’impact de la recherche en management, Paris : FNEGE.

Maddison, A. (1991), Dynamic forces in capitalist development, Oxford: Oxford University Press.

Maddison, A (2004), Contours of the world economy and the art of macro-measurement 1500-2001, Ruggles Lecture, IARIW 28th General Conference, Cork, Irlande.

Shafer, R. A. (1997). Creating organizational agility: The human resource dimension. Unpublished Ph.D. dissertation, Cornell University.

Shafer, R. A., Dyer, L., Kilty, J., Amos, J., & Ericksen, J. (2001). Crafting a human resources strategy to foster organizational agility: A case study. Human Resource Management, Vol. 40, n° 3, p. 197- 211.

Trouvé, P. (2014), Observer les entreprises utopiques. Un exercice d’assouplissement mental ? Relief, vol 45, p. 67-87

Vandermissen, V., (2015). L’entreprise libérée : Un nouveau modèle de management pour l’économie sociale ?, Bruxelles : PLS.

Vanhée, L. (2013), Happy RH. Bruxelles : La Charte.

Van Oyen, M. P., Gel, E. G. S, Hopp, W. J (2001). Performance opportunity for workforce agility in collaborative and noncollaborative work system. IIE Transactions, Vol. 33, n° 9, p. 761-778.

Poste d’Enseignant-Chercheur en Entrepreneuriat (F/H) sur Beauvais

Ecole d’ingénieurs en Sciences de la Terre, du Vivant et de l’Environnement, en pleine croissance (2800 élèves – 390 salariés), UniLaSalle rassemble tous les équipements propices à l’enseignement et à la recherche sur trois sites : un campus situé à Beauvais (moins d’une heure de Paris), un campus à Rouen ainsi qu’un campus à Rennes.

Outre ses activités de formation, UniLasalle Beauvais conduit de nombreux travaux de recherche et d’étude en partenariats avec des organismes de recherche publics ou privés, des instituts techniques et des organismes de R&D.

 

Votre poste se décompose sur deux grands axes :

1) Enseignement

 

Concevoir et animer des cours en lien avec vos domaines de compétences.

Participer activement aux réflexions et travaux engagés en matière d’innovation pédagogique (classe inversée, supports numériques, etc.).

 

Voici des exemples de modules sur lequel interviendra la personne:

 

  • la création d’entreprise innovante ;
  • Busines plan et études de marché ;
  • gestion financière ;
  • Lancement de nouveau produit ;
  • Identité de l’entrepreneur ;
  • Ecosystèmes locaux et nationaux.

 

2) Encadrement

 

Vous assurez du tuteurage sur des équipes projets de 4ème et 5ème année, accompagner les élèves sur des évènements (salons, chantier créatif, Bootcamp, Créa’Day etc.).

 

Vous participerez également aux mémoires de fin d’études de nos élèves.

 

Vous devrez participer activement à la formalisation de l’accompagnement en participant à plusieurs projets Erasmus et à la constitution d’un “EntrepreneuriatLab”.

 

Profil :

Vous possédez idéalement un bac+5 dans l’entreprenariat, gestion ou équivalent.

Au-delà du diplôme, nous recherchons une expérience terrain intéressante pour aborder les différents sujets liés à l’entrepreneuriat, vous avez vécu l’expérience de la création et l’avait analysé (ou accompagné des créateurs).

Connaitre les écosystèmes de l’incubation et de l’accompagnement à la création est plus.

En vue de l’internationalisation de la formation, disposer d’un bon niveau d’anglais pour pouvoir enseigner en anglais serait appréciable.

 

Nous recherchons quelqu’un qui souhaite partager son expérience et qui désire acquérir des responsabilités pédagogiques.

 

Poste à pouvoir sur le campus de Beauvais, en CDI, date de prise de poste : au plus vite.

La rémunération est selon le profil.

Voeux de la présidence

Chers Académiciennes et Académiciens de l’Entrepreneuriat

En cette fin d’année, je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année

Et un repos bien mérité pour vous ressourcer et attaquer la nouvelle année avec un dynamisme renouvelé pour mener à bien tous nos chantiers : valorisation, partenariats, recherche et bien entendu le prochain Congrès !

Je vous glisse simplement 2 dates avant de boucler vos valises :

  • Le 23 janvier : date limite pour envoyer vos papiers pour le prochain Congrès ! vous avez un peu plus de temps !!
  • Le 22 mars pour à la fois AG et CA et réunion de bureau ; merci de bloquer votre journée pour l’AEI !!

Joyeuses fêtes à tous

Catherine Léger-Jarniou

présidente

Appel à Contributions – Entreprendre et Innover n° 42 “Entreprises familiales et familles en affaires: L’entrepreneuriat est-il une affaire de famille ?”

appel à com E&I n° 42 Entrepreneuriat Familial FINAL

Éditeurs : Miruna Radu-Lefebvre, Céline Barrédy, Alain Fayolle

Thématique du numéro spécial
Les entreprises familiales représentent la grande majorité des entreprises au niveau mondial que ce soit dans les pays développés ou émergents1. Selon Fanny Letier, directrice de l’activité PME à la banque publique Bpifrance2, 83% des entreprises françaises en font partie, toute taille et secteur confondus. Pourtant, ce n’est que depuis quelques décennies que le champ disciplinaire du « family business » a vu le jour et démarré son développement, en parallèle et souvent de manière étanche par rapport au champ disciplinaire connexe, celui de l’entrepreneuriat. Ces deux champs se sont structurés et développés séparément, avec leurs propres spécialistes et leurs propres terrains, leurs modèles théoriques, leurs journaux et leurs conférences dédiées. Pourtant, leur proximité est réelle3 et leur dialogue nécessaire en raison du rôle reconnu joué par la famille dans la genèse et la transmission de l’esprit entrepreneurial et des compétences entrepreneuriales, également de l’intention entrepreneuriale ou encore des comportements entrepreneuriaux4. C’est ce qui explique l’émergence, lors des dernières années, d’un nouveau champ de recherche, « l’entrepreneuriat familial », situé à l’intersection de l’entrepreneuriat, du family business, de la sociologie et de la psychologie de la famille.
Si le champ du family business s’intéresse aux entreprises familiales caractérisées comme des entreprises dont la propriété et/ou le contrôle reviennent majoritairement à une ou des famille(s) dont l’intention est de transmettre l’entreprise de génération en génération5, l’entrepreneuriat familial englobe ce champ tout en le dépassant. Il pose comme objet d’étude central le phénomène entrepreneurial au sein des familles en affaires et des entreprises familiales. Le focus de l’entrepreneuriat familial relève ainsi de l’étude des pratiques et des comportements entrepreneuriaux des individus, des familles, et des entreprises6. Pourquoi s’intéresser au phénomène entrepreneurial dans ce cadre précis de la famille et des entreprises familiales ? En effet, il a été montré que la pérennité et la croissance des entreprises familiales multigénérationnelles dépendent étroitement de la présence et de l’importance des pratiques et des comportements entrepreneuriaux chez les membres de la famille, comme chez les employés et les managers externes7.
L’environnement sociodémographique, légal, économique et culturel des familles en affaires évolue rapidement au travers du monde. Ces évolutions influencent à la fois le comportement des membres des familles en affaires mais également celui des entreprises familiales elles-mêmes. Des enjeux de définition de la famille, des questions liées au genre et aux nouvelles ambitions et revendications des femmes, l’intérêt croissant à la fois de la sphère économique et de la sphère politique pour les impacts sociaux et environnementaux des entreprises transforment en profondeur le paysage dans lequel les entreprises familiales opèrent aujourd’hui. Les contours légaux de la famille au premier rang desquels les familles recomposées, l’adoption ainsi que leurs évolutions récentes comme le mariage homosexuel ou encore la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes, interrogent les dynamiques entrepreneuriales et leur évolutions consécutives dans le cadre de l’entreprise familiale. Pour bien comprendre les dynasties familiales, il faut prendre en compte le droit de la famille88. Les dispositifs institutionnels de soutien de l’entrepreneuriat et du repreneuriat, ainsi que le cadre institutionnel relatif à la transmission intergénérationnelle de la propriété de l’entreprise familiale affectent les choix relatifs à la création et à la transmission de ces entreprises dans le cadre de la famille ou à un tiers9.
Les propositions traiteront, entre autres, des sujets suivants :

  • Comment se transmet l’esprit entrepreneurial au sein des familles en affaires ? Quels rôles jouent l’histoire familiale, les interactions avec le dirigeant, les apprentissages formels et informels dans cette transmission ?
  • Quelles pratiques entrepreneuriales peut-on observer au sein des familles en affaires et comment peut-on les étudier et les appréhender, à travers quels choix méthodologiques et quelles approches théoriques ?
  • Quel est l’impact des comportements entrepreneuriaux (ou intrapreneuriaux) du dirigeant, du successeur, ou des managers externes sur la performance des entreprises familiales ?
  • Comment les membres des familles en affaires gèrent-ils la superposition de rôles sociaux appartenant à des univers distincts (famille, entreprise, actionnariat) lorsqu’ils lancent de nouvelles activités au sein de l’entreprise ou souhaitent introduire des innovations, changer d’orientation stratégique ou revisiter l’identité organisationnelle ?
  • Quels outils formels et informels la famille mobilise-t-elle pour transmettre et / ou générer l’esprit d’entreprendre au sein des nouvelles générations ?
  • Les doctrines institutionnelles conduisent-elles à des comportements entrepreneuriaux distincts au sein des familles ?

Échéancier :

  • Soumission des textes : Au plus tard le 30 avril 2019
  • Parution : Mars 2020

Ligne éditoriale
La revue Entreprendre et Innover est une revue de vulgarisation de haut niveau dans le domaine de l’entrepreneuriat et de l’innovation édité par DeBoeck Université. Son ambition est de mettre à la portée d’un lectorat de cadres, entrepreneurs, professionnels des réseaux de création d’entreprises et dirigeants d’entreprises, des articles originaux, solides sur le plan scientifique ou innovants sur le plan des idées exprimées, sans s’accaparer des oripeaux des publications académiques. La revue est ouverte à TOUTES les disciplines et à TOUS les points de vue qui s’intéressent à l’entrepreneuriat et à l’innovation.
Dans la mesure où cette revue s’adresse en priorité à des praticiens, nous restons attentifs à ce que les contributions aient une préoccupation d’applications pratiques, d’implications entrepreneuriales et/ou de recommandations en matière politique. Dans cet esprit, les contributions devront :

  • avoir une section faisant explicitement référence à ces préoccupations : le lecteur doit toujours pouvoir se dire en fin de lecture : et alors ? en quoi cet article m’aide à agir ou à mieux réfléchir pour mon action future ?
  • adopter un langage plus concret et opérationnel qu’il n’est d’usage dans les revues académiques : la théorie ne doit pas être absente mais vulgarisée, c’est-à-dire traduite en termes simples. Les concepts abstraits doivent être explicités et/ou illustrés par des exemples pratiques.
  • ne pas accumuler les références scientifiques : le but est de choisir quelques auteurs de référence utiles pour comprendre le propos, non de montrer l’exhaustivité de la littérature académique sur le sujet. Les références scientifiques doivent être exclusivement citées grâce aux notes de bas de page.

Le détail des consignes aux auteurs est disponible sur le site de la revue : Consignes aux auteurs E&I – janvier 2014. Il est impératif de les respecter lorsque vous envoyez votre soumission.

Toute soumission d’article doit être accompagnée des deux documents suivants:

  • La fiche descriptive disponible ici: Fiche soumission d’article E&I – janvier 2014.
  • La déclaration d’honneur anti-plagiat disponible ici: Déclaration anti-plagiat 2014-0824

Merci d’envoyer votre soumission ainsi que la fiche correspondante à : Elisabeth GELAS (EMLYON) gelas@em-lyon.com

 

1 Gedajlovic, E., Carney, M., Chrisman, J. J., & Kellermanns, F. W. (2012). The adolescence of family firm research taking stock and planning for the future. Journal of Management, 38 (4): 1010–1037.
2 Arriver, D., & Jacquot, B. (2016). Les entreprises familiales toujours au coeur de l’économie, Le Figaro, 14 décembre.
3 Sharma, P., Hoy, F., Astrachan, J. H., & Koiranen, M. (2007). The practice-driven evolution of family business education. Journal of Business Research, 60(10), 1012-1021
4 Aldrich, H. E., & Cliff, J. E. (2003). The pervasive effects of family on entrepreneurship: Toward a family embeddedness perspective. Journal of business venturing, 18(5), 573-596.
Fayolle, A., & Bégin, L. (2009). Entrepreneuriat familial: croisement de deux champs ou nouveau champ issu d’un double croisement?. Management international, 14(1), 11-23
5 Chua, J. H., Chrisman, J. J., & Sharma, P. (1999). Defining the family business by behavior. Entrepreneurship theory and practice, 23(4), 19-39.
6 Bégin, L., Chabaud, D., & Richomme-Huet, K. (2010). Vers une approche contingente des entreprises familiales. Revue française de gestion, (1), 79-86.
Bettinelli, C., Sciascia, S., Randerson, K., & Fayolle, A. (2017). Researching Entrepreneurship in Family Firms. Journal of Small Business Management, 55(4), 506-529.
Chabaud, D. (2013). Les entreprises familiales au coeur de l’entrepreneuriat?. Le grand livre de l’entrepreneuriat. Paris, Dunod,157-172.
Chabaud, D., & Sammut, S. (2014). Entrepreneuriat et entreprises familiales, de la proximité à un champ de recherche spécifique. Revue de l’entrepreneuriat, 13(3), 7-10.
Radu-Lefebvre, M.., & Lefebvre, V. (2016). Anticipating intergenerational management transfer of family firms: A typology of next generation’s future leadership projections. Futures, 75, 66-82.
7 Randerson, K., Bettinelli, C., Fayolle, A., & Anderson, A. (2015). Family entrepreneurship as a field of research: Exploring its contours and contents. Journal of Family Business Strategy, 6(3), 143-154.
Randerson, K., Dossena, G., & Fayolle, A. (2016). The futures of family business: family entrepreneurship. Futures, (75), 36-43.
8 Marcus, G. E. (1991). Law in the development of dynastic families among American business elites: The domestication of capital and the capitalization of family. Family Business Review, 4(1), 75-111.
9 Barrédy, C. (2016). In search of future alternatives for family business: Family law contributions through Civil and Common Law comparison. Futures, 75, 44-53.
Jaskiewicz, P., Combs, J. G., & Rau, S. B. (2015). Entrepreneurial legacy: Toward a theory of how some family firms nurture transgenerational entrepreneurship. Journal of Business Venturing, 30(1), 29-49.

Call for papers – Special Issue of the International Journal of Entrepreneurial Venturing – “Concepts and Facets of Entrepreneurial Diversity”

CALL FOR PAPERS_IJEV_FINAL

Guest Editors: Kerstin Ettl, University of Siegen, Germany Siegrun Brink, Institut für Mittelstandsforschung Bonn, Germany Silke Tegtmeier, University of Southern Denmark, Denmark Monder Ram, Aston University, UK

If you think about entrepreneurship, which picture comes to your mind? Whom would you call an entrepreneur? What characterizes that person? What characterizes the company? The variety of answers on that might be as multifaceted as the number of people wondering about it. Why? More than 30 years ago, Gartner (1985: 696) spotted that “differences among entrepreneurs and among their ventures are as great as the variation between entrepreneurs and non-entrepreneurs and between new firms and established firms.” This statement is still true: It is impossible to universalize entrepreneurship – entrepreneurship is about variation and it varies in different dimensions (Welter et al., 2016).

Not only in relation to entrepreneurship, but also in relation to various other societal and political contexts, the buzzword ‘diversity’ is in the spotlight. Interestingly, in scholarly as well as political discussion, one question often remains unanswered: what exactly is meant when we talk about ‘diversity’? The roots of the term ‘diversity’, as it is used in current political and societal discussions, are in sociological research. Here the term diversity is not just a synonym for heterogeneity, variety or multiplicity. Within the framing of ‘diversity’, sociological researchers analyse and value the heterogeneity of individuals in relation to specific characteristics – so-called diversity categories or diversity dimensions. They address largely stable demographic dimensions such as gender, age, migration and physical ability; external, changeable dimensions such as income, work experience and personal habits; and organisational dimensions such as work location, management status and seniority (Gardenswartz and Rowe 2002). Based on these and other diversity categories, researchers investigate teams, companies, institutions and all kinds of other groups.

Following Bögenhold and Fachinger (2011), entrepreneurial diversity addresses different facets of the social and occupational variety. Many of these facets, especially demographic dimensions, have been investigated in recent research, for instance gender (Frigotto and Della Nives, 2018; Kanze et al., 2018; Marlow and Martinez Dy, 2018; Spiegler and Halberstadt, 2018; Tegtmeier and Kurczewska, 2017) and migration (Etemad, 2018; Ram et al., 2017) and disability (Antshel, 2018; Wiklund et al., 2018). Surprisingly, entrepreneurship research has not yet tried to explore facets of entrepreneurial diversity in a holistic conceptual way. Existing sociological diversity concepts have not (yet) been adapted to the entrepreneurship research context, and diversity-related levels of analysis are not (yet) defined clearly in this regard. In order to capture the uniqueness of each entrepreneurial situation, we agree with Welter et al. (2017), who emphasised entrepreneurial diversity and claimed that future research must try to indicate the variety in the phenomenon of entrepreneurship more adequately.

Against this background, this special issue will address the aforementioned research gap, and aims to look at conceptual framings as well as different facets of entrepreneurial diversity. In doing so, it aims to serve as a basis of discussion for future research into entrepreneurial diversity. Furthermore, it will help in making research concerning entrepreneurial diversity relevant to other scientific, political and societal diversity discussions.

We welcome high-quality manuscripts looking at entrepreneurial diversity from different perspectives – either globally or in different facets of diversity. Manuscripts can be international in scope or can look at domestic issues with global relevance. Conceptual and empirical papers, from different analytical and methodological perspectives can be submitted. We welcome theoretical, qualitative, quantitative and mixed-method papers. Together, the papers should build a body of high-quality, cumulative research that recapitulates and extends our current knowledge concerning entrepreneurial diversity.

Suitable topics include, but are not limited, to the following:

Conceptual framings of entrepreneurial diversity: What is meant when we talk about entrepreneurial diversity? What aspects do we need to consider when we talk about entrepreneurial diversity? How does conceptualising entrepreneurial diversity bring our research field forward? How can we better connect entrepreneurship research to current societal and political debates about diversity? Are there frameworks within other disciplines (for example human resource management) we can build on? Does, and if so how, does taking sociological diversity concepts into account help to understand and explain entrepreneurial diversity? How can we adequately investigate and measure entrepreneurial diversity?

Facets of entrepreneurial diversity: What do we know about single diversity categories such as (but not limited to) age, race, gender, sexual orientation, physical ability, income, work experiences, personal habits, work location, management status and seniority? How are single categories positioned within the framing of diversity? How is research about entrepreneurial diversity influenced through the internationality of our research community? How does the relevance of different diversity categories differ between contexts?

Intersectionality of diversity dimensions: How do different dimensions relevant to drawing a picture of entrepreneurial diversity intersect? How does research about intersectionality feed into entrepreneurship research?

Tensions related to entrepreneurial diversity in different contexts: Which tensions does diversity create in different contexts? How can an acceptance of difference be reached in different diversity categories? Which role does the specific context play?

 

Notes for Prospective Authors

 Submitted papers should not have been previously published nor be currently under consideration for publication elsewhere. (N.B. Conference papers may only be submitted if the paper has been completely re-written and if appropriate written permissions have been obtained from any copyright holders of the original paper).

  • All papers are refereed through a peer review process.
  • All papers must be submitted online. To submit a paper, please read our Submitting articles page.
  • If you have any queries concerning this special issue, please email Kerstin Ettl at kerstin.ettl@uni-siegen.de Siegrun Brink at brink@ifm-bonn.org Silke Tegtmeier at tegtmeier@mci.sdu.dk Monder Ram at m.ram1@aston.ac.uk

 

Voluntary submission to the RENT Conference 2019

  • There will be a special track on “Concepts and Facets of Entrepreneurial Diversity” at the RENT Conference 2019 with the chance to meet the editors of this special issue. There will be the option to choose this track when submitting a RENT abstract and paper.
  • Papers submitted and accepted for this special track will be given developmental feedback for finalising the papers for submission to the special issue. Nevertheless, submission and acceptance for the RENT Conference is not necessary for submission to the special issue, and every paper submitted to the conference has to undergo the regular double-blind review process for the journal after the conference.
  • The deadline for submission of abstracts for the special track via the conference’s submission system is 15 May, 2019.
  • The deadline for submission of full papers to the conference after notification of acceptance is 1 October, 2019.

 

Important Dates

  • Manuscripts due by: 1 November – 31 December, 2019
  • Notification to authors (1st round): 28 February, 2020
  • First revised manuscript due by: 30 April, 2019
  • Notification to authors (2nd round): 28 February, 2020
  • Final versions due by: 31 August, 2020

References

Antshel KM (2018) Attention Deficit/Hyperactivity Disorder (ADHD) and Entrepreneurship. Academy of Management Perspectives 32(2): 243–265.

Bögenhold D and Fachinger U (2011) Entrepreneurial Diversity: Theoretische und empirische Beleuchtungen der Heterogenität beruflicher Selbständigkeit in Deutschland. Zeitschrift für KMU und Entrepreneurship 59(4): 251–272.

Etemad H (2018) Advances and challenges in the evolving field of international entrepreneurship: The case of migrant and diaspora entrepreneurs. Journal of International Entrepreneurship 16(2): 109–118.

Frigotto ML and Della Nives V (2018) Gender and the structuring of the entrepreneurial venture: an effectuation approach. International Journal of Entrepreneurial Venturing 10(4): 412–434.

Gartner WB (1985) A Conceptual Framework for Describing the Phenomenon of New Venture Creation. Academy of Management Review 10(4): 696–706.

Kanze D, Huang L, Conley MA, et al. (2018) We Ask Men to Win and Women Not to Lose: Closing the Gender Gap in Startup Funding. Academy of Management Journal 61(2): 586–614.

Marlow S and Martinez Dy A (2018) Annual review article: Is it time to rethink the gender agenda in entrepreneurship research? International Small Business Journal: Researching Entrepreneurship 36(1): 3–22.

Ram M, Jones T and Villares-Varela M (2017) Migrant entrepreneurship: Reflections on research and practice. International Small Business Journal 35(1): 3–18.

Spiegler AB and Halberstadt J (2018) SHEstainability: how relationship networks influence the idea generation in opportunity recognition process by female social entrepreneurs. International Journal of Entrepreneurial Venturing 10(2): 202–235.

Tegtmeier S and Kurczewska A (2017) Business entry and window of opportunity – empirical results for women entrepreneurs with graduate degree. International Journal of Entrepreneurial Venturing 9(1): 41–59.

Welter F, Baker T, Audretsch DB, et al. (2017) Everyday Entrepreneurship—A Call for Entrepreneurship Research to Embrace Entrepreneurial Diversity. Entrepreneurship Theory & Practice 41(3): 305–468.

Welter F, Gartner WB and Wright M (2016) The context of contextualising contexts. In: Welter F and Gartner WB (eds) A Research Agenda for Entrepreneurship and Context: Cheltenham, UK, Nothampton, MA, USA: Edward Elgar, pp. 1–15.

Wiklund J, Hatak I, Patzelt H, et al. (2018) Mental Disorders in the Entrepreneurship Context: When Being Different Can Be An Advantage. Academy of Management Perspectives 32(2): 182–206.

 

Link to the Call on IJEV Webpage: https://www.inderscience.com/mobile/inauthors/cfp.php?id=4481

ISSN Print: 1742-5360

Indexed in Scopus and the Emerging Sources Citation Index

Listed in Chartered Association of Business Schools (CABS) Academic Journal Guide

VHB-JOURQUAL 3 Ranking: B

International Symposium on Entrepreneurship, Blockchain and Crypto-Finance ISEBC 2019 Tunis, Tunisia April 24-25, 2019

Call_Conference_ISEBC_2019

The 1st International Symposium on Entrepreneurship, Blockchain and Crypto-Finance is jointly organized by the Telfer School of Management of the University of Ottawa; IPAG Center for Energy Economics and Environment; IPAG Institute for Entrepreneurship, Digital innovation and Performance; University of Paris 8; ESSCA School of Management; and the University of Tunis Carthage. It will take place on 24 and 25 of April 2019 at the University Tunis Carthage. The event aims to provide academics, policymakers and practitioners with a valuable forum for discussion and critical analysis of the major issues and challenges interrelating Entrepreneurship, Crypto- Finance and Blockchain.

The rapid advancement in encryption and network computing gave birth to new tools and products that have influenced the local and global economy alike. One recent and notable example is the emergence of virtual currencies, also known as cryptocurrencies or digital currencies. Virtual currencies introduced a fundamental transformation that affected the way goods, services, and assets are exchanged. As a result of its distributed ledgers based on blockchain, cryptocurrencies not only offer some unique advantages to the economy, investors, and consumers, but also pose considerable risks to users and challenges for regulators when fitting the new technology into the old legal framework. This conference discusses the evidence on financial asset capabilities of virtual currencies, risk management, and risk-averse investors in anticipation of negative shocks to the market. Virtual currencies are experiencing an increasing popularity in the financial markets and in portfolio management as can be classified as financial asset or commodities on a scale from pure medium of exchange advantages to pure store of value advantages.

 TOPICS

The conference organizers invite submission of both theoretical and empirical papers (in PDF files)

relating, but not limited, to:

Finance

  • Bitcoin Phenomenon
  • Future of cryptocurrencies
  • Trading crytocurrencies
  • Modelling of price and volatility of crytocurrencies
  • Initial Coin Offering: Challenges and Opportunities
  • How does Blockchain technology impact corporate governance?

Entrepreneurship

  • What are the benefits and challenges of using Blockchain technologies for business organizations?
  • How Blockchain is empowering businesses and communities?
  • Marketing – how not to merge a budget for a Blockchain project
  • Blockchain for enterprise and business – challenges and opportunities
  • Digital innovation, Entrepreneurship and Blockchain
  • Entrepreneurship Education and Blockchain

Management

  • What are the legal and ethical implications of Blockchain technologies?
  • Building relationships with clarity and transparency: simplifying PR for Token sales and Blockchain ventures
  • Supply chain management and Blockchain technologies
  • Smart contracts management
  • Cybersecurity and Blockchain technologies

Operational and Applications

  • Real world applications of Blockchain technologies
  • Will Blockchain drive the evolution of gaming industry?
  • Socially important projects – what sphere critically needs to be changed with Blockchain Scalability: when, where, how
  • Linking entrepreneurship, Blockchain and crypto-finance
  • Social entrepreneurship and crypto-finance

KEYNOTE SPEAKERS

  • Dominique Guégan, University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France
  • Leo Paul Dana, Montpellier Business School, France
  • Chris Georgen, Topl, USA

SCIENTIFIC COMMITEE

  • Tomaso Aste, University College London, UK
  • Kent Baker, American University in Washington DC, USA
  • Jean Pierre Boissin, Grenoble University, France
  • Didier Chabaud, University of Paris Sorbonne, France
  • Julien Chevallier, University of Paris 8, France
  • Mohsen Debbabi, IHEC, Tunisia
  • Inés Gabarret, ESSCA School of Management, France
  • Marjène Gana, Tunisia Polytechnic School, Tunisia
  • Yosra Ghabri, University of Tunis Carthage, Tunisia
  • Stéphane Goutte, University of Paris 8, France
  • Khaled Guesmi, IPAG Business School, France and ICBR
  • Giancarlo Guidici, Milan University, Italy
  • Christophe Hénot University Paris 1, France
  • Kose John, New York University, USA
  • Wadid Lamine, University of Ottawa, Canada
  • Séverine Leloarne Lemaire, Grenoble Ecole de management, France
  • Adnane Maalaoui, IPAG Business School, France
  • Lynnette Purda, Queen’s University, Canada
  • Kim Raath, Topl, USA
  • Houssem Rachdi, IHEC, Tunisia
  • Allan Riding, University of Ottawa, Canada
  • Ilyes Abid, ISC Paris Business School, France
  • Samir Saadi, Telfer School of Management, University of Ottawa, Canada
  • Walid Saffar, Hong Kong Polytechnic University, Hong Kong
  • Etienne Saint Jean, UQTR, Canada
  • Bénoit Sévi, University of Nantes, France
  • Erno Tornikoski, Grenoble EM & Polythechnique France
  • Hans-Jörg Von Mettenheim, IPAG Business School & ACANTO SAS, France

PAPER SUBMISSION PROCEDURE

Interested authors can submit their research papers (in PDF files), no later than January 31st, 2019 via the Symposium website isebc2019.sciencesconf.org.

SPECIAL ISSUES

A selection of high-quality papers submitted to the conference will be considered to be published in top international Journals such as Finance Research Letters, Journal of International Financial Markets, Institutions & Money, and International Journal Of entrepreneurship and Small Business.

CONFERENCES FEES

The fee includes conference materials, coffee breaks, lunch buffets, and the gala dinner.

  • 350 € for academics and professionals (except MENA region)
  • 200 € for MENA participants
  • 100 € for PhD students

IMPORTANT DATES

  • January 31st, 2019: Submission deadline (extended abstract and full papers)
  • February 15th, 2019: Notification of acceptance/rejection
  • March 15th, 2019: Registration deadline
  • 24-25 April 2019: Symposium event

CONTACT

isebc2019@sciencesconf.org

ORGANIZERS

PARTNERS

CONFERENCE VENUE

The conference will be held at the campus of The University of Tunis Carthage, located in the Avenue Fattouma Bourguiba, Tunis 2036, Tunisia.

Special Issue Journal of Organizational Change Management – Psycho-sociology, Gerontology and Aging: towards an economic and social revolution for society

Psycho-sociology, Gerontology and Aging: towards an economic and social revolution for society

Guest Editors:

Adnane Maalaoui (IPAG Business School, France)

Mustafa Ozbilgin (Brunel University, UK)

Tania Saba (University of Montreal, Canada)

Erhan Aydin (Usak University, Turkey)

This SI aims at better understand the elderly through the theory of aging and by considering different areas of research, such as gerontology, economic, entrepreneurship, HRM and psycho-sociology.
The aging process and how people experienced it, is one of the main topics of medical science, as it can have a direct effect on people’s life expectancy. The importance of aging process in maintaining life satisfaction and well-being during the lifespan made it a subject of interest for individuals and different actors such as companies and public services. According to Austad (1997), the aging process refers to “the different developments and changes in the body’s functions over time, the losses, the gains, and the perceptions resulting from these changes”. The mentioned process differs from one individual to another and is associated with both objective (physical degradation, the decline in perceptual and memory performance) and subjective (a person perception of his own aging) factors (Fontaine, 1999). Hence, in the senior segmentation, considering objective variables such as age or income is as important as considering subjective variables such as the perceived aging experience (Guiot, 2006).

Changes and their consequences on behaviors

As individuals become older, they face social, physical and cognitive difficulties that may affect their attitudes and behaviors (Greco, 1987, Schewe, 1989, Ostroff, 1989). Social changes in the elderly, like becoming grandparents, losing some social roles and trying to find the new ones, are particularly important as older individuals have to adapt them (Tamaro-Hans, 1999). Especially, retirement stands as one of the most significant events in one’s life and is mainly associated with the loss of social roles that individuals have to cope with.

Physical disorders which include the loss of sensorial abilities (Vanhamme, 2001) are also some other consequences of becoming old. Cognitive disorders cause decreasing intellectual capabilities (Mishara and Riedel, 1985; De Ladoucette, 1997), concentration or attention problems (Van der Linden, 1994; Boujon, 1995) as well as memorizing and retrieval information problems (Mishara and Riedel, 1985). These changes may have a great impact on information processing, such as the way the older individuals process any environmental stimulus (Moschis, 1994).
One of the major concerns caused by an aging population is the question of whether the working population will be productive enough to maintain economic growth as well as the serious impacts on workplaces. While striving to maintain a skilled and productive workforce, organizations and governments must face the challenges posed by an ageing generation, find diversified and innovative solutions (Wisse et al., 2015). Developing an active ageing strategy requires considering employers’ attitudes regarding older people, individuals’ perceptions of their end of career (Rabl & del Carmen Triana, 2014) and efforts made by governments in favour of active ageing (Saba, 2014).  The end-of-career trajectories of both men and women remain unpredictable, often uncertain and deserve attention.

Entrepreneurship literature suggests that the more aged people are, the less motivated they are in setting up a new business. Seniors have less appetite to engage in entrepreneurial activities (Curran and Blackburn, 2001; Hart et al., 2004; Levesque and Minniti, 2006) since the cost of the time factor increases with age and thus discourage seniors’ venture for entrepreneurship (Kautonen, Tornikoski and Kibler, 2011).
Moreover, whether consciously or unconsciously, aging is mainly associated with the perspective of death (Routledge and Arndt, 2005). As the people grow older, the time is shrinking for them and is perceived as being limited. This aspect of the aging experience may lead to different motivations and behaviors which the older individuals imply in the rest of their life.
Aging theories and topics of interest
Several theories have been developed by the psychology and gerontology to explain the motivations and behaviors of elderly. The “psychosocial development” theory suggests how death consciousness in the older individuals is associated with the acceptance of one’s destiny (Erikson, 1963). The “socio-emotional selectivity” (TSS) theory suggests time perception influences goals and motivations (Carstensen, Fung and Charles, 2003). The “Selection, optimization, compensation” (SOC) theory introduces three regulation strategies which contribute in successful aging (Baltes and Freund, 2003).
Some other discussed theories are the “theory of disengagement”, the “theory of activity”, the “theory of socialization” (Smith and Moschis, 1984) as well as “the theory of continuity” (Atchley, 1989). As it is suggested by these theories, the older individuals stand as an interesting target for the researcher as they use specific resources and strategies that enable them to maintain well-being and meaning in one’s life. In this perspective, entrepreneurship can be seen as a means to overcome social, cognitive and physical changes.
This SI aims at better understand the elderly through the theory of aging by considering different areas of research, such as entrepreneurship, gerontology and psycho-sociology…etc.
The topics of interests for this special issue include, but are not limited to:
•    Cognitive aging and decision making
•    Aging and resistance to change
•    Successful aging
•    Aging and employment
•    Aging and health
•    Aging and its effect on consumption behavior
•    The intergenerational relationships and their role in successful aging
•    The role of innovations and new technologies in subjective aging
•    The perspective of death and its effect on the elderly motivations
•    Creating or maintaining social acceptance for the eldery
•    Entrepreneurship as an opportunity for successful aging
We aim to propose with this SI a meaningful value to researchers on aging, practitioners and policy-makers.

References

Atchley, R. C. (1989). A Continuity Theory of Normal Aging, Gerontologist,  29 (2), 183-190.
Atchley R.C. (1996), Continuity Theory and the Evolution of Activity in Later Adulthood, Activity and Aging, ed. J.R. Kelly, Newbury Park, Sage Publications, 1-16.
Austad S.N. (1997) Wye We Age: What Science is Discovering About the Body’s Jourrney Through Life, New York, John Wiley & Sons.
Baltes P. B, & Freund, A. M. (2003). Human strengths as the orchestration of wisdom and selective optimization with compensation. In L. G. Aspinwall & U. M. Staudinger (Eds.), A psychology of human strengths: Perspectives on an emerging field (pp. 23–35). Washington, DC: American Psychological Association.
Carstensen, L. L., Fung, H. H., & Charles, S. T. (2003). Socioemotional selectivity theory and the regulation of emotion in the second half of life. Motivation and emotion, 27(2), 103-123.
Curran, J., & Blackburn, R. A. (2001). Older people and the enterprise society: Age and self-employment propensities. Work, Employment & Society, 15(04), 889-902.
Erikson E.H. (1968), Identity: Youth and Crisis, New York, Norton
Erickson, E. H. (1982). The life cycle completed: A review. New York: W. W Norton.
Greco A.J. (1987), Linking Dimensions of Elderly Market Planning, Journal of Consumer Marketing, 4, p. 47-55.
Greco A.J. et Swayne L.E. (1992), Sales Response of elderly consumers to point-of-purchase advertising, Journal of Advertising Research, 32, 5 43-53.
Hart J., Shaver P.R. & Goldenberg J.L. (2005), Attachment, self-esteem, worldviews, and terror management: Evidence for a tripartite security system, Journal of Personality and Social Psychology, 88, 999-1013.
Kautonen, T., Tornikoski, E. T., & Kibler, E. (2011). Entrepreneurial intentions in the third age: the impact of perceived age norms. Small business economics, 37(2), 219-234.
Kim, S., & Feldman, D. C. (2000). Working in retirement: The antecedents of bridge employment and its consequences for quality of life in retirement. Academy of management Journal, 43(6), 1195-1210.
Levesque, M., & Minniti, M. (2006). The effect of aging on entrepreneurial behavior. Journal of Business Venturing, 21(2), 177-194.
Maâlaoui, A., Castellano, S., Safraou, I., & Bourguiba, M. (2013). An exploratory study of seniorpreneurs: a new model of entrepreneurial intentions in the French context. International Journal of Entrepreneurship and Small Business, 20(2), 148-164.
McAdams D.P. & Aubin E.S. (1992), « A Theory of Generativity and its Assessment Through Self-Report, Behavioral Acts, and Narrative Themes in Autobiography », Journal of Personality and Social Psychology, No. 62, p. 1003-1015.
Moschis G.P. (1994), Consumer behavior in later life: multidisciplinary contributions and implications for research, Journal of the Academy of Marketing Science, 22, 3, 195-204.
Moschis G.P. (1996), Life stages of the mature market, American demographics, 18, 9, 44.
Ostroff J. (1989), Successful Marketing to the 50+ Consumer: How to Capture One of the Biggest and Fastest Growing Markets in America, Ed. Prentice Hall, p. 371.
Rabl, T., & del Carmen Triana, M. (2014). Organizational value for age diversity and potential applicants’ organizational attraction: Individual attitudes matter. Journal of Business Ethics, 121(3), 403-417.
Routledge and Arndt (2005), Time and Terror: Managing temporal consciousness and the awareness of mortality. In A. Strathman & J. Joireman (Eds.), Understanding behavior in the context of time: Theory, research and applicaions (pp. 59-84). Mahwah, NJ: Erlbaum.
Saba, T. (2014), «Promoting Active Aging : The Canadian Experience of Bridge Employment», dans Alcover, C. M., Topa Cantisano, G., Depolo, M., Fraccaroli, F. et Parry, E. (éds), Research Handbook in Bridge Employment, chapitre 11, Londres : Routledge.
Schewe C. (1989), « Effective Communication with our Aging Population », Business Horizons, 32, 1, 19-25.
Smith, R. B., & Moschis, G. P. (1984). Consumer Soclalization of the Elderly: an Exploratory Study. NA-Advances in Consumer Research Volume 11.
Vanhamme, J. (2001). The Decline of the Senses: The Impact on Consumers (Age When Designing Products, Services and Stores, Proceedings of the European Marketing Academy, Bergen
Wisse, B., van Eijbergen, R., Rietzschel, E. F., & Scheibe, S. (2015). Catering to the Needs of an Aging Workforce: The Role of Employee Age in the Relationship Between Corporate Social Responsibility and Employee Satisfaction. Journal of Business Ethics, 1-14.

Deadlines

Deadline for submissions is October 1st, 2019. For more information, please feel free to contact: Adnane Maalaoui (a.maalaoui@ipag.fr). Manuscripts must be submitted through the JOCM ScholarOne page https://mc.manuscriptcentral.com/jocm

and author guidelines must be followed, see here.

Workshop on Fintech in Strasbourg – 1 & 2 april 2019

CALL FOR PAPERS
Fintech adoption and economic behavior: where do we stand?
Workshop
April 1-2, 2019, EM Strasbourg Business School, University of Strasbourg
Organized by LaRGE research center (University of Strasbourg), the workshop organizers invite researchers to submit papers covering management (Finance, Entrepreneurship, Information System) and economic implications regarding Fintech adoption and/or users behavior
Possible topics include, but are not necessarily limited to, the following:
• Digital Financing / Crowdfunding / Crowdlending
• Digital Investment / Digital Financial Advice / Digital Payment
• Fintech adoption and users’ behaviors
• Acceptance, adoption and post-adoption of Fintech technologies
Academic keynote speaker: Pr.Dr. Lars HORNUF, University of Bremen
Professional keynote speaker: Adina GRIGORIU, Actuary, Co-founder & CEO of Active Asset Allocation, Paris
Those interested in presenting a paper at the workshop should send a copy in Word or pdf format via email at the address FAEB@em-strasbourg.eu by January, 25, 2019. Complete papers or extended abstract will be considered. Authors of accepted papers will be notified by February, 15, 2019. There is no conference fee.
Organization committee (University of Strasbourg):
Maxime Merli (Professor of Finance), Jessie Pallud (Professor of Information System), Patrick Roger (Professor of Finance), Laurent Weill (Professor of Economics)
Scientific committee:
Marie-Hélène Broihanne (LaRGE Research Center), Anaïs Hamelin (LaRGE Research Center), Maxime Merli (LaRGE Research Center), Patrick Roger (LaRGE Research Center), Jessie Pallud (Humanis), Daria Plotkina (Humanis), Laurent Weill (LaRGE Research Center)

Deadline Extension EAP4 Conference abstract deadline+ Call for Papers Special Issue Organization Studies

Good news! The Entrepreneurship as Practice Conference Organizing Committee has decided to extend the deadline of abstract submission to the 4th EAP Conference, which will take place from 3-5 April 2019. The new deadline is now on 15 December 2018.

In addition we are happy to announce that we shall be selecting 12 of the best papers submitted during the Conference to participate in the Organization Studies Special Issue (“Organizational and Institutional Entrepreneuring: Processes and Practices of Creating in an Organized World”) Paper Development Workshop scheduled on the 6th of April 2019.

Participants will also be offered to submit their paper to the “Research Handbook on Entrepreneurship as Practice”, Research Handbooks  in Business and Management series, Edward Elgar Publishing.

Please find attached the revised Call for Papers for the Conference with the new deadlines, as well as the Call for Papers for the Organization Studies Special Issue and for the Research handbook on EaP.

Call for Entrepreneurship as Practice Conference EAP4

Call for Special Issue – Organization Studies – Entrepreneuring

Call for papers – research handbook – Entrepreneurship as Practice

APPEL À CANDIDATURES CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA DE NIVEAU 2 DÉDIÉE À L’ÉTUDE DE L’ENTREPRENEURIAT ET/OU DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES ET ORGANISATIONS (PME ET PMO)

Thématique
L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) sollicite des candidatures pour une Chaire de recherche du Canada de niveau 2 dédiée à l’étude de l’entrepreneuriat et/ou des PME et des PMO. La personne recherchée devra compléter et renforcer l’équipe de l’Institut de Recherche sur les PME (INRPME; www.inrpme.ca) et apporter une contribution significative au développement des axes de recherche de l’Institut. Toutes les expertises et les perspectives d’étude de l’entrepreneuriat et/ou des PME et PMO pourront être considérées. Ainsi, la personne recherchée peut être un expert ou une experte de l’entrepreneuriat et/ou des PME et PMO avec une spécialisation sur :
une thématique particulière, par exemple : la cognition entrepreneuriale; le processus de démarrage; genre, diversité et entrepreneuriat dans les marges; l’entrepreneuriat social et durable; l’accompagnement entrepreneurial; l’éducation à l’entrepreneuriat; l’entrepreneuriat familial; le repreneuriat; les petites et moyennes organisations d’économie sociale; les PME de haute technologie; le développement local ou régional et les PME-PMO; etc.
une fonction de gestion : par exemple, la finance entrepreneuriale; le marketing des PME et PMO; la comptabilité des PME-PMO; la gestion des ressources humaines en contexte de PME-PMO; la stratégie de gestion des PME-PMO, la gestion de la performance en PME-PMO, la gestion des systèmes d’information en contexte de PME-PMO, etc.
La polyvalence en matière de théorie et de méthodologie de recherche ainsi que la capacité des candidats et candidates à développer des collaborations fructueuses avec d’autres chercheur – e – s œuvrant dans les domaines de l’entrepreneuriat et/ou des PME et PMO sont des qualités qui feront l’objet d’une attention particulière lors de l’évaluation des dossiers.
Les Chaires de recherche du Canada
Les Chaires de recherche du Canada de niveau 2 sont accordées après un processus d’évaluation rigoureux à des chercheur – e – s émergent – e – s exceptionnel – le – s. Les personnes qui souhaitent obtenir une Chaire de niveau 2 doivent avoir obtenu leur doctorat depuis moins de 10 ans au moment de soumettre le dossier de candidature au Programme des Chaires de recherche du Canada (22 avril 2019). Ceux – celles qui ont obtenu leur doctorat plus de 10 ans auparavant (et dont la carrière a été́ interrompue en raison, entre autres, d’un congé de maternité d’un congé parental ou d’un congé de maladie prolongé) peuvent faire examiner leur admissibilité au moyen du processus de justification des Chaires de niveau 2 du Programme des Chaires de recherche du Canada. Prière de communiquer avec le Décanat de la recherche et de la création de l’UQTR pour obtenir plus d’information sur le processus de justification (drc@uqtr.ca).
Engagement envers l’équité, la diversité et l’inclusion
L’UQTR est déterminée à offrir un milieu équitable, diversifié et inclusif essentiel au développement de connaissances et de technologies novatrices. C’est pourquoi l’UQTR s’engage à respecter les politiques fédérales de non-discrimination et d’équité́ en matière d’emploi.
L’Université́ encourage spécialement les femmes, les membres des minorités visibles, les Autochtones et les personnes handicapées qui ont les compétences requises à présenter leur candidature. Des mesures d’adaptation peuvent également être offertes aux personnes handicapées en fonction de leurs besoins.
Le dossier de candidature
Les personnes qui souhaitent présenter leur candidature sont invitées à soumettre leur dossier avant le 14 décembre 2018, dossier comprenant : un curriculum vitæ; une brève description de la programmation de recherche qui sera développée dans le cadre de la Chaire (3 pages); quelques exemplaires de contributions significatives à leur domaine de recherche (articles avec comité de lecture, monographies, etc.); une lettre qui démontre que le programme de la Chaire s’insère bien dans les thématiques de l’INRPME et qui met en valeur les possibilités de collaborations avec les autres membres de l’Institut; les noms de trois experts prêts à écrire une lettre de recommandation en leur faveur. Les candidat – e -s peuvent également joindre à leur dossier des précisions sur les circonstances particulières qui ont pu entraîner un ralentissement ou une interruption de leurs activités de recherche. L’UQTR tiendra compte de ces circonstances particulières lors de l’examen des dossiers. L’ensemble des documents requis doit être transmis en un seul document PDF à l’aide du formulaire en ligne de déclaration volontaire accessible à cette adresse : www.uqtr.ca/CRC_Declaration_volontaire.
Processus de sélection
Chaque dossier sera d’abord évalué par un comité responsable d’identifier les candidatures qui répondent adéquatement aux critères de sélection de l’Université et du Programme des Chaires de recherche du Canada. Les candidatures retenues seront ensuite soumises à un comité qui s’assurera que les règles et les objectifs en matière d’équité, de diversité et d’inclusion de l’Université ont été pris en considération. L’octroi du poste étant conditionnel à l’approbation d’un département de l’Université, les candidat – e – s devront également se soumettre au processus d’embauche d’un département avant de présenter une demande au Programme des Chaires de recherche du Canada. Le candidat – e retenu – e sera invité – e à présenter un dossier complet au Programme des Chaires de recherche du Canada et se verra offrir, si la Chaire lui est accordée, un poste de professeur – e conduisant à la permanence.
Liens utiles
Pour plus d’information sur le Programme des Chaires de recherche du Canada, consultez le site du programme : http://www.chairs-chaires.gc.ca/home-accueil-fra.aspx.
Pour plus d’information sur le processus d’attribution des Chaires de recherche du Canada à l’UQTR ou sur les critères de sélection, consultez le site web : http://www.uqtr.ca/CRC_balises.
Pour plus d’information sur la programmation scientifique de l’Institut de Recherche sur les PME (INRPME) et ses axes de recherche, consultez le site web : www.inrpme.ca.
Pour plus d’information sur les mesures d’adaptation qui peuvent être offertes aux personnes handicapées, contactez Madame Annie Dubois du Service des ressources humaines de l’UQTR à cette adresse : Annie.Dubois@uqtr.ca.
Pour plus d’information sur les Chaires de recherche du Canada présentement disponibles à l’UQTR, consultez le www.uqtr.ca/CRC-affichages-UQTR.Thématique
L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) sollicite des candidatures pour une Chaire de recherche du Canada de niveau 2 dédiée à l’étude de l’entrepreneuriat et/ou des PME et des PMO. La personne recherchée devra compléter et renforcer l’équipe de l’Institut de Recherche sur les PME (INRPME; www.inrpme.ca) et apporter une contribution significative au développement des axes de recherche de l’Institut. Toutes les expertises et les perspectives d’étude de l’entrepreneuriat et/ou des PME et PMO pourront être considérées. Ainsi, la personne recherchée peut être un expert ou une experte de l’entrepreneuriat et/ou des PME et PMO avec une spécialisation sur :
une thématique particulière, par exemple : la cognition entrepreneuriale; le processus de démarrage; genre, diversité et entrepreneuriat dans les marges; l’entrepreneuriat social et durable; l’accompagnement entrepreneurial; l’éducation à l’entrepreneuriat; l’entrepreneuriat familial; le repreneuriat; les petites et moyennes organisations d’économie sociale; les PME de haute technologie; le développement local ou régional et les PME-PMO; etc.
une fonction de gestion : par exemple, la finance entrepreneuriale; le marketing des PME et PMO; la comptabilité des PME-PMO; la gestion des ressources humaines en contexte de PME-PMO; la stratégie de gestion des PME-PMO, la gestion de la performance en PME-PMO, la gestion des systèmes d’information en contexte de PME-PMO, etc.
La polyvalence en matière de théorie et de méthodologie de recherche ainsi que la capacité des candidats et candidates à développer des collaborations fructueuses avec d’autres chercheur – e – s œuvrant dans les domaines de l’entrepreneuriat et/ou des PME et PMO sont des qualités qui feront l’objet d’une attention particulière lors de l’évaluation des dossiers.
Les Chaires de recherche du Canada
Les Chaires de recherche du Canada de niveau 2 sont accordées après un processus d’évaluation rigoureux à des chercheur – e – s émergent – e – s exceptionnel – le – s. Les personnes qui souhaitent obtenir une Chaire de niveau 2 doivent avoir obtenu leur doctorat depuis moins de 10 ans au moment de soumettre le dossier de candidature au Programme des Chaires de recherche du Canada (22 avril 2019). Ceux – celles qui ont obtenu leur doctorat plus de 10 ans auparavant (et dont la carrière a été́ interrompue en raison, entre autres, d’un congé de maternité d’un congé parental ou d’un congé de maladie prolongé) peuvent faire examiner leur admissibilité au moyen du processus de justification des Chaires de niveau 2 du Programme des Chaires de recherche du Canada. Prière de communiquer avec le Décanat de la recherche et de la création de l’UQTR pour obtenir plus d’information sur le processus de justification (drc@uqtr.ca).
Engagement envers l’équité, la diversité et l’inclusion
L’UQTR est déterminée à offrir un milieu équitable, diversifié et inclusif essentiel au développement de connaissances et de technologies novatrices. C’est pourquoi l’UQTR s’engage à respecter les politiques fédérales de non-discrimination et d’équité́ en matière d’emploi.
L’Université́ encourage spécialement les femmes, les membres des minorités visibles, les Autochtones et les personnes handicapées qui ont les compétences requises à présenter leur candidature. Des mesures d’adaptation peuvent également être offertes aux personnes handicapées en fonction de leurs besoins.
Le dossier de candidature
Les personnes qui souhaitent présenter leur candidature sont invitées à soumettre leur dossier avant le 14 décembre 2018, dossier comprenant : un curriculum vitæ; une brève description de la programmation de recherche qui sera développée dans le cadre de la Chaire (3 pages); quelques exemplaires de contributions significatives à leur domaine de recherche (articles avec comité de lecture, monographies, etc.); une lettre qui démontre que le programme de la Chaire s’insère bien dans les thématiques de l’INRPME et qui met en valeur les possibilités de collaborations avec les autres membres de l’Institut; les noms de trois experts prêts à écrire une lettre de recommandation en leur faveur. Les candidat – e -s peuvent également joindre à leur dossier des précisions sur les circonstances particulières qui ont pu entraîner un ralentissement ou une interruption de leurs activités de recherche. L’UQTR tiendra compte de ces circonstances particulières lors de l’examen des dossiers. L’ensemble des documents requis doit être transmis en un seul document PDF à l’aide du formulaire en ligne de déclaration volontaire accessible à cette adresse : www.uqtr.ca/CRC_Declaration_volontaire.
Processus de sélection
Chaque dossier sera d’abord évalué par un comité responsable d’identifier les candidatures qui répondent adéquatement aux critères de sélection de l’Université et du Programme des Chaires de recherche du Canada. Les candidatures retenues seront ensuite soumises à un comité qui s’assurera que les règles et les objectifs en matière d’équité, de diversité et d’inclusion de l’Université ont été pris en considération. L’octroi du poste étant conditionnel à l’approbation d’un département de l’Université, les candidat – e – s devront également se soumettre au processus d’embauche d’un département avant de présenter une demande au Programme des Chaires de recherche du Canada. Le candidat – e retenu – e sera invité – e à présenter un dossier complet au Programme des Chaires de recherche du Canada et se verra offrir, si la Chaire lui est accordée, un poste de professeur – e conduisant à la permanence.
Liens utiles
Pour plus d’information sur le Programme des Chaires de recherche du Canada, consultez le site du programme : http://www.chairs-chaires.gc.ca/home-accueil-fra.aspx.
Pour plus d’information sur le processus d’attribution des Chaires de recherche du Canada à l’UQTR ou sur les critères de sélection, consultez le site web : http://www.uqtr.ca/CRC_balises.
Pour plus d’information sur la programmation scientifique de l’Institut de Recherche sur les PME (INRPME) et ses axes de recherche, consultez le site web : www.inrpme.ca.
Pour plus d’information sur les mesures d’adaptation qui peuvent être offertes aux personnes handicapées, contactez Madame Annie Dubois du Service des ressources humaines de l’UQTR à cette adresse : Annie.Dubois@uqtr.ca.
Pour plus d’information sur les Chaires de recherche du Canada présentement disponibles à l’UQTR, consultez le www.uqtr.ca/CRC-affichages-UQTR.

4th International Family Business Research Forum (IFBRF) – International University of Monaco (IUM) – April 4-5 2019.

4th International Family Business Research Forum (IFBRF) which will be hosted by Mariateresa Torchia, Domenico Campa, Gregory Moscato, and Ingo Bobel (co-hosts for 2019) and held at International University of Monaco (IUM), Principality of Monaco onApril 4-5 2019.

Call for Papers-Proposals – 4th IFBRF – 4-5 April 2019 – IUM Principality of Monaco

At its fourth edition the International Family Business Research Forum has in the last years provideda unique platform for developing family business research in a structured, stimulating, challenging and friendly environment (and of course within an inspiring context). We have also provided networking and publishing opportunities for participants of previous editions(https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1877858518300299).

This year we are in the wonderful location of Monaco (https://www.monte-carlo.mc/en/general/principality-of-monaco/) in the French Riviera.

There are several publishing opportunities for participants (linking the papers to existing special issues and fast review tracks in journals). Moreover, the five papers which will be shortlisted (nominations) for the two best paper awards (Most inspirational paperBest contribution to theory and practice paper) will be invited to submit to a journal special issue (ABS 2/3 journal) we are currently working on.

We encourage international scholars – PhD students, young researchers as well as senior scholars – to submit their ideas and works in progress at different stages. Given the developmental nature of the Forum, we encourage submissions of: a) research ideas/proposals/extended abstracts and b)draft of papers/full papers.

Important deadlines are indicated here below:

  • ·         December 1, 2018 – All submissions should be sent electronically to a.calabro@ipag.fr
  • ·         December 15, 2018 – Authors will be notified on acceptance in order to arrange their travels
  • ·         January, 31 2019 – Accepted participants get a written feedback (based on a blind‐review process)
  • ·         March, 15, 2019 – Scholars are invited to address/implement the suggestions and send a revised version

We would appreciate if you share this call for papers/proposals with anyone whom you think might be interested.

For further questions: a.calabro@ipag.fr

Conférence “Moi entrepreneur(e)” le 29 novembre 2018

La FNEGE et la Fondation MMA vous convient à la conférence “Moi entrepreneur(e)… Agir et penser en même temps ? Une tension et un défi intenses.”

Entreprendre est un engagement personnel total pour l’entrepreneur(e). Si l’action entrepreneuriale est complexe, la nécessité pour l’entrepreneur(e) de penser son business, sa trajectoire et son rôle l’est tout autant. Cette conférence entre académiques et professionnels permettra de mieux comprendre cette tension et d’envisager des voies pour relever ce défi aussi intime que permanent.

Date : le jeudi 29 novembre 2018 de 8h30 à 11h
Tarif : unique de 9€
Lieu : Salons Hoche – 9 avenue Hoche – 75008 Paris

Source : https://www.fnege.org/actualites/1679/conference-moi-entrepreneur-e-le-29-novembre 

Offre d’une bourse postdoctorale de 32 000$

Offre d’une bourse postdoctorale de 32 000$
Durée: 12 mois (début en novembre 2018)
Date de clôture du concours: 19 octobre 2018 à 16 h.
*prolongé jusqu’au 30 novembre 2018 à 16 h*
La programmation de l’équipe REGARDS porte sur les réseaux intersectoriels locaux. La pertinence sociale de
ce thème de recherche ne fait plus l’objet de débats. En effet, l’action en réseau est considérée par de
nombreux analystes comme la solution la plus adaptée aux problèmes sociaux complexes qui nécessitent une
meilleure articulation des relations entre les acteurs concernés. Les membres de l’équipe – REcherche sur la
Gouvernance et l’Articulation des Réseaux De Solidarité (REGARDS) – étudient les processus relationnels et
interactionnels qui font émerger et fonctionner les réseaux intersectoriels à l’échelle locale. Plusieurs
problématiques sociales concrètes et d’actualité sont traitées par REGARDS: la réponse aux besoins des
personnes âgées en perte d’autonomie et à ceux des personnes ayant des problèmes de santé mentale, la
gestion des maladies chroniques, l’insécurité alimentaire, la lutte contre les infections transmises sexuellement
et par le sang, la réussite éducative, la revitalisation urbaine, et bien d’autres. Cette programmation mobilise
une équipe multidisciplinaire et interuniversitaire et cinq partenaires : le Centre intégré universitaire de santé
et de services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS NIM), l’arrondissement Montréal-Nord, la Table
de quartier Montréal-Nord en santé, le Réseau québécois de Villes et Villages en santé et la Ville de Laval.
En vous joignant à cette équipe dynamique, vous bénéficierez également de l’expertise du centre de recherche
et de partage des savoirs InterActions, intégré à un milieu de pratique à Montréal, le CIUSSS NIM, de même
que d’un vaste réseau scientifique pancanadien et international. Dans ce contexte, REGARDS offre une bourse
postdoctorale d’une valeur de 32 000 $ pour une période de 12 mois, afin de promouvoir et de soutenir la
formation d’un jeune chercheur ayant complété ou complétant sous peu sa formation doctorale dans un
domaine connexe des sciences sociales ou de l’administration publique. Cette bourse permet au candidat
retenu de réaliser, au cours de cette période, un projet postdoctoral s’inscrivant dans la thématique de l’équipe
REGARDS.
Pour être admissible à la bourse postdoctorale, le candidat devra avoir déposé sa thèse au plus tard le 30
novembre 2018 ou être diplômé depuis au plus trois ans à la date de clôture du présent concours (jusqu’à 6
ans dans le cas de circonstances exceptionnelles).
La soumission d’une candidature doit inclure les documents suivants : une lettre de motivation (si le doctorat
a été obtenu depuis plus de trois ans en raison de circonstances exceptionnelles, inclure une justification), une
copie du diplôme de doctorat ou une preuve du dépôt de la thèse si disponible; un curriculum vitae; une copie
d’une publication récente si disponible; deux lettres de recommandation, dont une du directeur de thèse ou
d’un membre du jury; enfin, un texte d’un maximum de deux pages présentant le projet postdoctoral, incluant
ses liens avec la thématique de REGARDS (les références bibliographiques ne sont pas inclues dans le 2 pages).
À cette étape, il n’est pas demandé d’avoir déjà l’appui d’un chercheur REGARDS. Les dossiers seront évalués
à la mi-décembre par un comité de chercheurs et praticiens et les candidats présélectionnés seront rencontrés
en entrevue.
Les propositions seront évaluées en fonction de la qualité du dossier et de sa correspondance avec les
objectifs et les critères d’admissibilité du programme. Les demandes doivent être soumises au plus tard le
30 novembre 2018 à 16 h, par courriel: lyne.chayer.cnmtl@ssss.gouv.qc.ca Au plaisir de recevoir votre
candidature ! Les décisions seront annoncées aux candidats par courriel.

1ères Assises du Capital Humain entrepreneurial – 10 décembre – Paris

Les Assises du Capital Humain Entrepreneurial, c’est dans 30 jours. Si vous êtes accompagnateur à la création d’entreprise, créateur de société, consultant en reclassement, financeur, NOUS VOUS ATTENDONS!

https://www.fnpae.org/competences-entrepreneuriales/

5 Tables rondes exceptionnelles :
– Quelle posture véritable pour entreprendre pour durer ?
– Quelle éthique d’accompagnement des créateurs d’entreprise ?
– L’entrepreneuriat a-t-il un genre ? Apport des neurosciences à l’accompagnement des femmes
– Entreprendre en pleine conscience ? Pédagogies innovantes pour responsabiliser et favoriser l’engagement.
– Créer du collectif avec des indépendants par la formation et les pédagogies.

Dans une économie qui change très vite, l’éducation aux nouvelles conduites entrepreneuriales est urgente.
La professionnalisation préalable des créateurs (comme de leurs accompagnants) réduira les 150 000 accidents annuels et poussera plus loin les 250 000 créateurs qui se risquent à leur seul emploi.

Avec : Guillaume MULLIEZ – Président de 60000 – Laurent FROISSART – Administrateur de H-UP – Olivier TOUTAIN Phd – Rédacteur en chef adjoint de la revue “Entreprendre et Innover” – Laurent GRANDGUILLAUME Vice Président de la Fondation Travailler autrement – Benjamin ZIMMER fondateur de SilverValley – Administrateur Centrale-Supelec
Pierre MOORKENS – Multi-entrepreneur et conférencier humaniste – Président de l’INC

Gratuité spéciale pour les membres de l’Académie et abonnés à la newsletter. asACE*2018
contact Xavier DELAUNAY 06 15 07 61 84

UQTR chaire Canada de niveau 2 pour candidat(e) moins de 10 ans de son doctorat PME entrepreneuriat

Appel à candidatures pour une Chaire de Recherche du Canada de niveau 2 dédiée à l’étude de l’entrepreneuriat et/ou des petites et moyennes entreprises et organisations (PME et PMO) est maintenant en ligne :

https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/docs/GSC4276/O0000734057_CRC_PME_PMO.pdf

À ce sujet, il est important de signaler que pour nous conformer aux politiques et objectifs des Chaires de Recherche du Canada, nous devons faire des efforts importants afin d’atteindre les cibles en matière d’équité, de diversité et d’inclusion fixées par le Programme. En d’autres termes, notre recrutement doit nous permettre d’identifier en priorité des femmes, des personnes handicapées, des Autochtones et des personnes de minorités visibles.

Cela n’exclut pas les candidatures d’autres groupes, comme celles d’hommes blancs, mais le processus de recrutement doit illustrer les efforts qui auront été faits pour atteindre les cibles.
N’hésitez pas à en parler au tour de vous! Pour des question écrire à rahma.chouchane[@]uqtr.ca

Les Journées de l’OPPE 2018 « Tous apprenants ! » 6 et 7 décembre, à l’Université Paris Nanterre

La 17ème édition des Journées de l’Observatoire des Pratiques Pédagogiques en Entrepreneuriat (OPPE) aura lieu les 6 et 7 décembre 2018 à l’Université de Paris Nanterre. Ce colloque annuel proposera des conférences et des ateliers autour de la thématique « Tous apprenants ! La pédagogie entrepreneuriale : vecteur d’apprentissages innovants ». Participent à ce colloque, les professionnels de l’enseignement, de l’entrepreneuriat et de l’insertion professionnelle. À cette occasion, les participants ainsi qu’une cinquantaine de jeunes mèneront une réflexion sur le thème « Rêver l’école de demain ». Cette manifestation est organisée par l’Agence France Entrepreneur (AFE), en partenariat avec l’Université de Paris Nanterre.

Visitez le site de l’OPPE 2018

Il n’est jamais trop tôt pour entreprendre. L’AFE est convaincue que l’enseignement de l’esprit d’entreprendre et d’initiative repose sur des ressorts pédagogiques spécifiques. L’objectif ? Préparer les jeunes à relever les défis de demain pour construire leurs projets, entreprendre leur vie.

DEUX JOURS D’ÉCHANGES POUR PROMOUVOIR L’ESPRIT D’ENTREPRENDRE ET VALORISER L’APPRENTISSAGE PAR L’ACTION.

Ce laboratoire d’innovations pédagogiques permettra aux participants de partager les meilleures pratiques, de découvrir et expérimenter de nouvelles pédagogies, des techniques de créativité ainsi que de nouveaux outils. Ils réfléchiront ensemble aux actions à développer demain.

Au programme de ces journées de l’OPPE 2018 :

  • Un Hackathon sur le thème « Rêver l’école de demain ».
  • Des tables rondes et des débats articulés autour des thématiques de mixité de projets et de diversité des publics.
  • Des ateliers et des workshops conçus de manière interactive afin que les participants puissent échanger, identifier les bonnes pratiques et partager leurs retours d’expériences.

 

POURQUOI S’INSCRIRE ?

  • Découvrir de nouvelles pratiques et actions ;
  • Construire des programmes de formation s’inspirant des bonnes pratiques présentées ;
  • Comprendre le fonctionnement du monde de l’enseignement et de l’écosystème entrepreneurial ;
  • Réseauter et tisser des partenariats ;
  • Oser agir

Yannick HOCHE, directeur général de l’AFE

« Pas facile pour un enseignant de lâcher prise et de réfléchir à sa pratique en classe ou en amphi ! Pas facile pour un jeune de se prendre en main et de sortir du confort du cours magistral ! Pas facile pour un professionnel de faire vivre une expérience plutôt que de transmettre un savoir ! Tous apprenants, c’est ce que ces rencontres incontournables vont leur permettre de vivre pour faire progresser l’apprentissage de l’esprit d’entreprendre en France.

Qu’est-ce que l’OPPE ?

L’OPPE est un programme fondé en 2001 par les pouvoirs publics pour connaître les dispositifs entrepreneuriaux mis en place dans l’appareil d’enseignement secondaire et supérieur. Aujourd’hui, il est davantage un outil de mutualisation, de promotion et d’échanges autour des pédagogies entrepreneuriales, au service, des établissements, des enseignants, des étudiants, des réseaux d’accompagnement à la création d’entreprise et des institutions.

L’OPPE est un programme fondé en 2001 par les pouvoirs publics pour connaître les dispositifs entrepreneuriaux et les diffuser dans l’enseignement secondaire et supérieur. En mutualisant outils pédagogiques et expériences, en provoquant les échanges entre les enseignants et les professionnels de l’entrepreneuriat, l’OPPE oeuvre chaque jour pour permettre à toujours plus de jeunes de révéler leur capacité à entreprendre leur vie.

À propos de l’Agence France Entrepreneur (AFE)

L’Agence France Entrepreneur a pour objet de renforcer et mieux coordonner l’action nationale et locale en faveur de l’entrepreneuriat, prioritairement en faveur des territoires fragiles. Son action vise en priorité à :

  • favoriser les créations et les reprises d’entreprises plus pérennes et créatrices d’emploi ;
  • aider au développement des très petites entreprises (TPE) et des petites et moyennes entreprises (PME) qui créent de l’emploi ;
  • innover pour créer un cadre plus favorable à l’initiative économique.

L’AFE a pour membres fondateurs, l’Etat, la Caisse des Dépôts (CDC), Régions de France, le Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables (CSOEC), CCI France et l’Assemblée permanente des Chambres des métiers et de l’artisanat (APCMA). Son site internet est une mine d’informations au service de tous les entrepreneurs et de ceux qui les accompagnent.

http://www.afecreation.fr

Contact presse – Coriolink

Lisa Omara – 06.52.25.07.66

Lisa.omara@coriolink.com

(Faire) coopérer pour (faire) apprendre ? – Brest 19 au 21 juin 2019

(Faire) coopérer pour (faire) apprendre ?

L’originalité de ce colloque francophone est d’être focalisé sur l’enseignement supérieur et de faire dialoguer praticiens et chercheurs en sciences de l’éducation.

Il est réellement inter-disciplinaire et propose des formats attractifs (plusieurs types de contributions, débats, ateliers pratiques autour de pédagogies originales, pré-colloque de formation active). Il ouvre également accès pour les meilleures contributions à une publication dans RIPES, revue officielle de l’Association Internationale de Pédagogie Universitaire, classée en sciences de l’éducation.

Les dates importantes sont :

  • 15 décembre 2018 : date limite pour soumettre une proposition
  • Acceptation fin février 2019
  • Date limite d’inscription des auteurs 15 avril 2019
  • 17-18 juin 2019 : pré-colloque autour de l’alternance et la coopération
  • 19-21 juin 2019 : colloque à Brest

Vous trouverez le texte complet de l’appel sur les liens suivants :

https://qpes2019.sciencesconf.org/resource/page/id/2

https://qpes2019.sciencesconf.org/data/pages/appel_QPES0219.pdf

Entreprendre pour Innover en Formation – Symposium Projectique – Agadir 27 et 28 mars 2019

ENTREPRENDRE POUR INNOVER EN FORMATION

Symposium Projectique / Agadir / 27 et 28 mars 2019

Langues : anglaise, française et espagnole

Appel à communication Projectique 2019

L’enjeu de ce symposium international est de s’interroger sur les nouvelles manières d’aborder la complexité des organisations en matière de formation. De nombreux outils à l’heure actuelle permettent d’entreprendre différemment la formation, notamment au sein des organisations qui deviennent de plus en plus complexes que ce soit au travers du numérique, de la simulation, de la mise en situation, de la pédagogie par projet, de la pédagogie par l’action, de l’approche par les compétences, …. Ce symposium ambitionne de présenter les raisons pour lesquelles les acteurs de la formation ont été amenés à entreprendre la complexité par et dans la formation, ainsi que les différentes manières de le faire.

Ce symposium est le troisième du genre portant sur l’intelligibilité de la complexité dans les organisations. Le premier de cette série, en 2017, portait sur la thématique plus générale « Entreprendre la complexité dans les organisations ». Le second, en 2018, portait sur la thématique « Entreprendre dans l’espace public ». Les trois symposiums s’inscrivent dans la lignée de l’ouvrage porté par l’IAE Metz (Université de Lorraine) paru en 2016 aux éditions Growth Publisher s’intitulant « De la complexité de l’action dans les organisations ».

Si l’on s’accordait sur le fait que la complexité est présente dans les activités du quotidien des organisations, il conviendrait par conséquent de s’intéresser à la formation comme vecteur permettant d’aborder cette complexité en favorisant des connaissances, des compétences, des apprentissages, des outils, des démarches, … A travers ce symposium, il s’agit de favoriser le décloisonnement disciplinaire et la rencontre entre les acteurs de la formation afin qu’ils puissent échanger sur leurs différentes expériences. Les contributions attendues permettront de relater ces expériences et de proposer des réflexions théoriques sur le sujet.

Ce symposium international donnera à voir les expériences entreprises dans différents domaines de formation au sein des organisations. À partir de ces expériences mêmes, il s’agira de participer à la construction d’une réflexion étayée par de nouvelles connaissances conceptuelles et méthodologiques pour l’action dans les organisations.

Dans cette perspective, sont attendues des contributions souhaitant aborder l’idée d’entreprendre dans et par la formation sous un angle original et nouveau, permettant de générer des connaissances nouvelles pour la communauté de Projectique.

Sans être exhaustifs, il s’agit de donner à voir les expériences menées en matière de formation à travers des aspects comme :

  • l’utilisation du numérique dans la formation (nouvelles formations, outils, travail collaboratif, espace de travail partagé, …)
  • les mises en situations (se rapprocher de situations professionnelles, méthodes, avantages, inconvénients, …)
  • le projet (construire du sens commun, travail collaboratif, partage d’un projet, faire adhérer, ….)
  • l’action (partage d’expérience, retour d’expérience, organisation de la formation par l’action, …)
  • La nécessité d’entreprendre dans et par la formation (histoire, contexte, évolution des besoins, intérêts, comparaison, regard international, …)
  • Les expériences menées en matière de formation (objectifs, originalité, outils, démarches, retours d’expérience, appropriation et démultiplication par les personnes formées, …)

Les contributeurs sont invités à envoyer un résumé présentant en 1 page maximum l’originalité de leur démarche, la valeur ajoutée par rapport à l’existant et le retour d’expérience des usagers. Les contributions sont attendues au plus tard le 10 février à l’adresse suivante :

projectique2019@e-polytechnique.ma

Les contributions les plus significatives retenues par le comité scientifique feront l’objet d’un accompagnement éditorial en vue d’une publication dans la Revue PROJECTIQUE (www.cairn.info/revue-projectique.htm).

Président du Comité Scientifique

Christophe SCHMITT, Université de Lorraine (France)

Comité Editorial Rico BALDEGGER, Haute Ecole de Gestion de Fribourg (Suisse)
Aziz BOUSLIKHANE, Universiapolis Agadir (Maroc)
Anne BOYER, Université de Lorraine (France)
Thierry CACHOT, Université de Lorraine (France)
Jean-Baptiste CAPGRAS, IFROSS, Université de Lyon 3 (France)
Sabine CHAUPAIN-GUILLOT, Université de Lorraine (France)
Jean-Pierre CLAVERANE, IFROSS, Université de Lyon 3 (France)
Elisabeth DESCHANET, Université de Lorraine (France)
Michel FICK, Université de Lorraine (France)
Julien HUSSON, Université de Lorraine (France)
Antony KUHN, Université de Lorraine (France)
Salah KOUBAA, Université Hassan II de Casablanca (Maroc)
Ilias MAJDOULINE, Universiapolis Agadir (Maroc)
Ruben MOLINA, Universidad de Guanajuato (Mexique)
Brigitte NOMINE, Université de Lorraine (France)
Christophe PASCAL, Université de Lyon 3 (France)
Dominique PETITJEAN, Université de Lorraine (France)
Pascal PHILIPPART, Université de Lille (France)
Véronique PILNIÈRE, ESTIA Bidart et Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)
Igor RIVERA, Instituto Politécnico Nacional (Mexique)
Nicole SALIBA-CHALHOUB, Université Saint-Esprit de Kaslik (Liban)
Antoine TABBONE, Université de Lorraine (France)

 

1er Congrès International des Territoires Innovants

De plus en plus mondialisé, financiarisé et interconnecté, le monde d’aujourd’hui dans lequel évoluent nos organisations et nos territoires nous invite à acter le changement et à réinventer de nouvelles pratiques pour répondre à des problématiques de plus en plus complexes. Émergent alors de nombreux discours sur le rôle de la créativité (Parmentier et al., 2017 ; Liu et al., 2017). Or, la créativité a été longtemps associée à la sphère des artistes, ou des grands penseurs selon une approche du monde qui est stratifié ; dit autrement, hormis les acteurs directement impliqués par le sujet, les autres n’avaient pas voix au chapitre (Lubart, 2003). Aujourd’hui, à l’ère de la diffusion rapide des connaissances par le numérique, de la montée en compétence dans le domaine de la créativité (cf. les outils d’intelligence collective, les Tiers Lieux, les FabLab (Suire, 2013)) des individus, qu’ils soient salariés, entrepreneur, citoyen ou étudiant, la créativité n’est plus considérée comme étant un sujet réservé à une minorité de personnes. Elle concerne l’ensemble des acteurs de l’économie et de la société.
C’est ainsi que l’on retrouve la créativité au carrefour des mutations économiques, technologiques, culturelles et sociales, comme une réponse à la nécessité d’apporter une saveur de nouveauté (Tremblay, 2008), d’identifier de nouvelles sources de diversité, de singularité et de plus-value, et de renouveler les organisations, mais aussi les territoires, notamment ceux traversés par des crises.
Considérant que l’environnement joue un rôle majeur sur l’émergence des idées, leur collecte, leur sélection et leur implémentation (Ford, 1996), la créativité nourrit les réflexions sur la ville et le territoire, à travers, notamment les classes créatives (Florida, 2005), les clusters créatifs (Hitters et Richards (2002) et les villes ou quartiers créatifs (Landry, 2000 ; Cohendet et Zapata, 2009 ; Saives et al. 2016). Toutefois, sous ces approches, la créativité se trouve confinée à un capitalisme créatif essentiellement dans une dimension économique productive, ce qui a tendance à évacuer d’autres dimensions possibles de la créativité quand il s’agit de s’intéresser au territoire et à la ville.
La ville se voit de plus en plus investie d’un rôle d’incubateur de la créativité, et devient en somme un laboratoire à ciel ouvert (voir les cas de Barcelone et Montréal dans le cadre des Écoles d’été de la créativité, par exemple (Cohendet et al., 2009)). En retour, la créativité incubée favorise le renouvellement de la ville en respectant son histoire, son l’ancrage culturel et artistique, et son patrimoine, et peut-être, son appartenance au réseau « villes créatives » au sens de l’UNESCO.
Ce congrès pluridisciplinaire a ainsi pour objectif de croiser les regards de chercheurs (économie, gestion, histoire, sociologie, géographie, étude urbaine…) et de praticiens (entreprises publiques et privées, institutions étatiques, organisations non gouvernementales, etc.) sur le thème de la créativité et la ville. Nous retenons, de manière non exhaustive, les domaines du tourisme, de la culture, de l’environnement et du développement durable, du changement climatique, de l’entrepreneuriat culturel et créatif, de l’entrepreneuriat social. Trois axes permettront d’aborder ces regards complémentaires

Pépite France dévoile le Guide des Bonnes Pratiques des PÉPITE

Pépite France dévoile le Guide des Bonnes Pratiques des PÉPITE

Retours et transferts d’expériences innovantes des Pôles Étudiants Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat
sous la direction de Jean-Pierre Boissin

Pépite France a notamment pour objet de fédérer le réseau des 30 Pôles Étudiants Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat sur les différents sites français d’enseignement supérieur. Ce guide donne l’opportunité de favoriser les échanges territoriaux et l’essaimage des bonnes pratiques au service de l’accompagnement de plus de 3500 Étudiants-Entrepreneurs.

Quatre grands axes autour desquels l’expérience du dispositif est retracé structurent cet ouvrage :

  • Pépite Education avec différents outils pédagogiques pour le développement de la culture entrepreneuriale des étudiants, voire des enseignants… ;
  • Pépite Skills avec la présentation d’une plateforme de certification des compétences entrepreneuriales des étudiants par deux tuteurs (enseignant et praticien) ;
  • Pépite Starter avec l’accompagnement des Étudiants-Entrepreneurs dans le cadre de la mise en place d’espace de coworking, d’un programme d’accélération des projets et de l’intermédiation avec les grands comptes ;
  • La gouvernance des pôles et différentes chartes sur l’engagement des Étudiants-Entrepreneurs et de leurs tuteurs.

Ce guide, à destination de tous ceux qui sont en contact avec des étudiants et des jeunes entrepreneurs, apporte des outils de développement de la culture entrepreneuriale chez les jeunes mais aussi d’accompagnement de l’engagement entrepreneurial des jeunes entrepreneurs. Vous souhaitez le recevoir, indiquez-le nous

Newsletter de la présidente

Chers Académiciennes et Académiciens de l’entrepreneuriat

Cette Lettre de rentrée académique a pour objectif de vous rappeler nos grands chantiers de l’année et de vous inviter à participer activement à tous nos travaux et même à ouvrir d’autres chantiers !

Voici une liste non exhaustive des chantiers prioritaires cette année,

  • l’Annuaire des membres de l’AEI va voir le jour et sera bien utile pour retrouver des collègues et également pour nos partenaires,
  • une charte éthique vous sera proposée,
  • le classement Fnège des Revues entame à nouveau son process,
  • le volet Education sera renforcé et des actions proposées,
  • notre ancrage dans l’éco-système se poursuivra avec de nouveaux partenaires,
  • notre présence à l’international va également se développer,
  • la valorisation de nos recherches est à l’ordre du jour,
  • ainsi que l’organisation de Journées de rencontres et de Regards croisés et

….

Bien évidemment notre prochain Congrès, en juin 2019, à Montpellier !

J’ai attendu que la rentrée de septembre soit faite avant de vous relancer, c’est fait ; nous sommes tous dans les starting-blocks !

N’hésitez pas à faire passer des informations, à consulter notre site et à être force de propositions et acteurs de notre belle association

A très bientôt

Catherine,

Votre présidente au service de la cause entrepreneuriale

Call for Papers – 4th Annual Entrepreneurship as Practice Conference and PhD Symposium – 3-5 April 2019 – Audencia Business School, Nantes, France

Call for Papers – 4th Annual Entrepreneurship as Practice Conference and PhD Symposium – 3-5 April 2019 – Audencia Business School, Nantes, France

Call for Papers – 4th Annual Entrepreneurship as Practice

Conference and PhD Symposium – 3-5 April 2019

Audencia Business School, Nantes, France

About the Conference

The 4th version of this conference aims to advance understanding of entrepreneurship-as-practice, foster network ties, facilitate collaborative writing relationships, and build a strong community of practice scholars. To do so, we have developed a Research Conference and PhD Symposium that educates interested scholars as well as develops empirical and conceptual papers regarding the ‘practice turn’ taking place in entrepreneurship studies.

Building on the first (February 2016 at VU Amsterdam), second (February 2017 at University College Dublin Quinn School of Business) and third (April 2018 at Linnaeus University) Entrepreneurship as Practice conferences, this conference and PhD symposium bring together the growing community of researchers who embrace the “practice turn”. Initiated by such calls as Steyaert (2007) and Johannisson (2011), the entrepreneurship-as-practice movement is now gaining traction, witnessed by such contributions as De Clercq & Voronov (2009), Tatli et al. (2014), Goss et al. (2011), Keating et al. (2013), Chalmers and Shaw (2017), Dimov (2018) and Matthews et al. (2018).

Practice theorists of entrepreneurship studies share a number of common assumptions. First, instead of thoughts and ideas hidden inside individual entrepreneurial minds, the central focus of inquiry are the spontaneously expressed, living, responsive, relational practices occurring out in the world between us for all to see. Second, practices are seen as the relevant unit of analysis for the exploration of entrepreneurial phenomena. Although there is no one definition of practice possible, they are fundamentally collaborative and relational activities, not solely reducible to the agents who carry them out. As they are defined by Schatzki, practices are organized by the enactment of sequential bodily activities, mediated by ‘things’ and their use, and drawing upon practical knowledge. Practices bring together actors, activities and contexts, thus interrelating social structures and human agency (Dodd et al., 2016; Hill, 2018; Tatli et al., 2014). Consequently, EaP research aims to observe, theorize and unfold the practices―as ways of doing and saying things―carried out by practitioners (entrepreneurs and their partners).

Drawing on these shared assumptions, recent scholarship has advanced entrepreneurship research in several ways. First, entrepreneurship as practice continues to move away from understanding ‘who’ an entrepreneur is towards the importance of collaborative activity, performance, and work in the creation and perpetuation of entrepreneuring (Gartner et al., 2016; Keating et al., 2013; Matthews et al., 2018). Second, theories of practice help us understand the critical role of the body, practical know-how and material objects in organizing entrepreneurship. Third, theories of practice help us perceive and better understand the reproduction and transformation of practices and practical knowledge related to entrepreneurial phenomena across time and space.

However, emphasizing the intricate socially-situated nature of practices comes with considerable ontological, theoretical and methodological implications. These will be addressed during the Conference and PhD Symposium.

For background and information on EaP literature, prior conferences and other pertinent materials, please go to:

https://www.entrepreneurshipaspractice.com/

Structure of the Conference and PhD Symposium

The Conference will be held over three full days: Registration & welcoming will take place on April 2nd late afternoon. April 3rd will focus on theoretical issues, April 4th on methodological issues and April 5th on a paper development workshop. The conference will include keynote lectures and workshops, a panel session on publishing entrepreneurship as practice research and a working paper development session.

Participating scholars are welcome to choose one or more days of the conference when registering.

PhD candidates who want ECTS credits for their participation are required to attend all three days of the conference, as well as generate additional work beyond what is required by other participants in the conference.

We welcome papers addressing theories of practice and creative organizing from a variety of disciplinary and methodological perspectives. Entrepreneurship, management, strategy, social sciences, humanities studies are all welcomed.

Potential although not exclusive topics that may be addressed include:

Theoretical challenges:

  • What are the differences between the individualism, structuralism and practice traditions of entrepreneurship research and how can they be combined?
  • How is the process approach to entrepreneurship (entrepreneuring) similar and different from practice approach?
  • How can we carve out insights and theories without the traditional aim of reification and generalization, given practice theories’ phenomenological roots?
  • How can we theoretically cope with the enormous diversity of practices in which entrepreneurship is implicated?
  • How can entrepreneurship studies help to theorize the reproduction and transformation of practical knowledge?
  • How can we incorporate embodiment and sociomateriality into our understanding of practices related to entrepreneurship?
  • How can an EaP perspective rejuvenate our thinking about traditional entrepreneurship related topics of innovating, creating opportunities, networking, venturing, strategizing, financing and organizing?
  • What is the value of existing theoretical frameworks of practice for entrepreneurship research, and when should we employ or go beyond them?
  • How can EaP be used as a platform for critical studies of entrepreneurship?

Methodological and Empirical Challenges:

  • How does one begin an EaP study, such as selecting and entering a site for observation?
  • As theories of practice guide us to study the real-time and unique instances of practices related to entrepreneurship, how can we observe, analyze and theorize about these unique instances, whilst still accounting for their relations to other practices?
  • What are some common research questions that can be formulated and answered using an EaP perspective, and which practice theory is appropriate for which research questions in entrepreneurship?
  • How can one catalogue and rigorously analyze large amounts of video-based ethnographic data?
  • What can we methodologically learn from the history of the Strategy as Practice (SaP) community?

Abstract / Paper Submission

All scholars who are interested in the paper development workshop and PhD candidates wishing to attend the conference should submit an abstract (of less than 1,000 words) by 3 December 2018 to eap4@audencia.com.

Abstracts should not exceed two single-spaced pages, and may not exceed the maximum limit of 1,000 words. They should present the purpose of the research, the relevance of the problem, the literature review, the methods and the main findings. 3 to 5 keywords and an indicative Topic of the Conference should be included. Authors will be notified of acceptance or otherwise by December 15, 2018. Full working papers are due for February 15, 2019.

Full working papers should have the following structure: introduction, literature review or conceptual framework, methodology, results, discussion and conclusion. The text should be 10-15 pages, characters Times New Roman 12, single spacing. Abstracts and papers should be written and presented in English.

All working papers will be assigned to discussion groups.  Each group member will be responsible for providing feedback on the papers received during the working paper session on April 5.

Important Dates

Abstract Submission Deadline   PhD Symposium and Research ConferenceDecember 3rd, 2018
Notification of Acceptance   PhD Symposium and Research ConferenceDecember 15th, 2018
Full Paper Submission DeadlineFebruary 15th, 2019
Registration DeadlineMarch 1st, 2019
Conference DateApril 3-5th, 2019

Conference Fees:

Fees for PhD Symposium and Research Conference attendees are to be determined and posted by October 1, 2018.

Organizing Committee (extract)

Claire Champenois (Audencia Business School), Miruna Radu-Lefebvre (Audencia Business School)
William B. Gartner (Babson College and Linnaeus University), Bruce Teague (Eastern University Washington), Neil Thompson (VU University Amsterdam), Ola Byrne (UCD Dublin)

Audencia Business School & Nantes

EAP4 will be held at Audencia Business School, Nantes, France on April 2-5 2019. Founded in 1900, Audencia Business School is one of France’s elite Grande Ecole higher education institutions – ranked 6th in the nation (SIGEM). World renowned for education and research in business and management, it ranks among the top 100 worldwide (The Economist). Among the 90 tenured faculty members, seven focus on Entrepreneurship.

http://www.audencia.com/en/

Nantes is a modern innovative and green city with old-world flair city. It is two hours from Paris (by train), one hour from London (by plane), and 45 minutes from the Atlantic Coast (by car or train).

For Further Information and Questions Please contact eap4@audencia.com

References

Chalmers, D. M., & Shaw, E. (2017). The endogenous construction of entrepreneurial contexts: A practice-based !perspective. International Small Business Journal, September(1967), 19–39.

De Clercq, D., & Voronov, M. (2009). Toward a Practice Perspective of Entrepreneurship: Entrepreneurial Legitimacy as Habitus. International Small Business Journal, 27(4), 395–419.

Dimov, D. (2018). Opportunities, language and time. Academy of Management Perspectives, in press.

Dodd, S. D., Pret, T., & Shaw, E. (2016). Advancing understanding of entrepreneurial embeddedness : forms of capital , social contexts and time. In F. Welter & W. B. Gartner (Eds.), A research agenda for entrepreneurship and context (pp. 120–133). Cheltenham, UK: Edward Elgar Pub.

Gartner, W. B., Stam, E., Thompson, N. A., & Verduyn, K. (2016). Entrepreneurship as practice: grounding contemporary practice theory into entrepreneurship studies. Entrepreneurship & Regional Development, 28(9–10), 813–816.

Goss, D., Jones, R., Latham, J., & Betta, M. (2011). Power as practice: A Micro-sociological Analysis of the Dynamics of Emancipatory Entrepreneurship. Organization Studies, 32(2), 211–229.

Hill, I. (2018). How did you get up and running? Taking a Bourdieuan perspective towards a framework for negotiating strategic fit. Entrepreneurship and Regional Development, 1–35.

Johannisson, B. (2011). Towards a practice theory of entrepreneuring. Small Business Economics, 36(2), 135–150.

Keating, A., Geiger, S., & Mcloughlin, D. (2013). Riding the Practice Waves: Social Resourcing Practices During New Venture Development. Entrepreneurship: Theory and Practice, 38(5), 1–29.

Matthews, R. S., Chalmers, D. M., & Fraser, S. S. (2018). The intersection of entrepreneurship and selling: An interdisciplinary review, framework, and future research agenda. Journal of Business Venturing, (June 2016), 1–0.

Steyaert, C. (2007). ‘Entrepreneuring’ as a conceptual attractor? A review of process theories in 20 years of entrepreneurship studies. Entrepreneurship & Regional Development, 19(6), 453–477.

Tatli, A., Vassilopoulou, J., Özbilgin, M., Forson, C., & Slutskaya, N. (2014). A Bourdieuan relational perspective for entrepreneurship research. Journal of Small Business Management, 52(4), 615–632.

CfP Special Issue – Entreprendre & Innover – L’éducation entrepreneuriale

Editeurs du dossier :

Caroline VERZAT, ESCP Europe,

Saulo DUBARD BARBOSA, emlyon business school,

Stéphane FOLIARD, Université Jean Monnet, St-Etienne,

Mohsen TAVAKOLI, emlyon business school & Université Grenoble Alpes (CERAG).

Appel à com EI n 40 – éducation Entrepreneuriale

Depuis plusieurs années, l’entrepreneuriat est proposé comme une solution pour la crise économique et socio-environnementale qui touche les sociétés modernes. Les acteurs et décideurs de tous les niveaux ont saisi cette prise de conscience collective et ont fortement misé sur le développement de l’entrepreneuriat et l’entrepreneuriat social. Aujourd’hui, après 70 ans du premier cours en entrepreneuriat enseigné à Harvard Business School, l’enseignement de l’entrepreneuriat est présent aux quatre coins du monde et se fait à tous les niveaux au sein de ifférents cadres institutionnels et disciplinaires.

Au niveau européen, l’enseignement de l’entrepreneuriat a trouvé une place prépondérante au sein des stratégies de l’Union Européenne (i.e. Europe 2020) notamment par l’agenda d’Oslo de 2006 et le plan d’action « Entrepreneurship 2020 »3. Les objectifs visés par ses mesures étaient de non seulement sensibiliser les apprentis, mais aussi de leur permettre d’apprendre l’entrepreneuriat par la pratique. Sur le plan national, le socle commun de connaissances, de compétences et de la culture prévoit qu’à la fin de sa scolarité obligatoire « L’élève sait prendre des initiatives, entreprendre et mettre en oeuvre des projets… » (“Socle commun de connaissances, de compétences et de culture,” n.d.). La loi du 4 août 2008 de modernisation de l’économie a instauré un nouveau statut pour les entrepreneurs individuels : autoentrepreneur,

L’éducation entrepreneuriale

pour faire face à la crise croissante de l’emploi. Après avoir organisé des assises de l’entrepreneuriat en 2013, le gouvernement français a décidé de donner encore plus d’élan à l’entrepreneuriat. La loi de refondation de l’école de la république de 2013 stipule l’intégration des nouvelles mesures destinées à sensibiliser les élèves de la 6ème à la terminale à l’entrepreneuriat4. En outre, l’introduction du statut étudiant-entrepreneur et les Pépites ainsi que le programme « French Tech » à la même époque ont démontré, encore une fois, la volonté des acteurs politiques de promouvoir le développement de l’entrepreneuriat en France.

Emblématique, le terme « startup nation » est de plus en plus présent dans les discours. En même temps, de nombreuses initiatives émanant du secteur privé et associatif visent à soutenir les futurs entrepreneurs. Entrepreneurs’ Organisation, Endeavor, Young Entrepreneurs Alliance, Ashoka, Enactus, Fondation Edward Lowe et fondation Kauffman en sont des exemples importants à l’international. En France, Entreprendre pour Apprendre, le Réseau et la fondation Entreprendre, Les entrepreneuriales, font partie des structures visant à inciter et soutenir l’entrepreneuriat auprès de divers segments de la population.

Face à cette profusion de politiques et d’initiatives visant à diffuser et à enseigner l’entrepreneuriat, et compte tenu de l’importance des ressources mobilisées, l’éducation entrepreneuriale devient un sujet de plus en plus pertinent. Or, si les recherches scientifiques ont répondu à la question « peut-on enseigner l’entrepreneuriat ? »5, elles laissent beaucoup de questions ouvertes sur pourquoi et comment l’enseigner, comment suivre et mesurer l’apprentissage, quels objectifs pédagogiques privilégier, quelle place pour la théorie et pour la pratique, entre autres.

Afin de prolonger le débat sur ces questions, nous proposons à la revue Entreprendre et Innover de publier un numéro spécial consacré à l’éducation entrepreneuriale. Ce numéro est l’occasion de connecter chercheurs, praticiens et éducateurs en entrepreneuriat, afin d’établir un panorama des pratiques pédagogiques innovantes, une revue de recherches récentes à destination des éducateurs, ainsi que revue(s) de lecture, entretien(s), et une tribune ouverte aux éducateurs, étudiants, entrepreneurs et chercheurs. Nous sommes particulièrement ouverts à des contributions portant sur les débats suivants :

  • Les pratiques de l’éducation entrepreneuriale (EE) :
    • L’EE a été modélisée par des chercheurs6 mais nous savons peu sur la façon dont ces modèles sont appliqués dans chaque contexte éducatif. Quels objectifs (création d’entreprise, acquisition de connaissances, de compétences, d’esprit d’entreprendre au sens large…) sont priorisés pour quels niveaux et quels profils d’apprenants ? Quels sont les principes pédagogiques poursuivis, les philosophies éducatives sous-jacentes, les activités proposées ?
    • Peut-on parler de méthodes éducatives entrepreneuriales spécifiques pour enseigner notamment la construction des opportunités et l’affrontement de l’incertitude ? Dans quelle mesure l’EE fait elle évoluer la forme scolaire traditionnelle ?
    • Les outils numériques ont-ils un rôle spécifique à jouer dans l’EE ? Quelles sont les conséquences (positives ou négatives) de leur intégration aux programmes d’EE ?
    • Quels acteurs défendent et pratiquent l’EE : quels enseignants ? quels partenaires extérieurs ? quelles directions d’établissement ? L’EE fait elle évoluer les postures des enseignants, leur sentiment d’efficacité, leur professionnalité perçue et reconnue ?
  • L’évaluation et la mesure d’impact de l’EE :
    • Qu’est-ce que l’efficacité et l’impact d’un dispositif d’EE ? Comment les mesurer : quels indicateurs, quel processus d’évaluation formative et certificative, à quelle(s) temporalité(s) ?
    • L’EE donne-t-elle un statut spécifique à l’essai, l’erreur et à l’échec dans le processus d’apprentissage et dans l’évaluation ?
    • A quelles conditions (d’objectifs poursuivis, de postures des enseignants, de publics, d’insertion dans le curriculum, de gouvernance institutionnelle…) l’enseignement de l’entrepreneuriat permet-il de (re)motiver les apprenants ? de les (ré)engager dans le processus d’apprentissage ? L’EE répond-elle de manière satisfaisante aux attentes des politiques publiques en matière d’insertion sociale et professionnelle des jeunes, de réduction du chômage, de contribution au développement économique et local…
  • Les questionnements critiques vis-à-vis de l’EE :
    • Les croyances, valeurs et paradigmes sous-jacents aux dispositifs éducatifs sont-elles claires pour tous les acteurs ? Quelles finalités affichées ou implicites font sens pour les différents acteurs impliqués ?
    • Dans quelle mesure l’EE peut-elle être considérée comme un véhicule idéologique d’un certain type de politique éducative ?
    • L’EE permet-elle d’augmenter effectivement le pouvoir d’agir de tous ou metelle insidieusement en place un processus de sélection sociale donnant l’illusion que chacun peut devenir autonome ?
  • La place du chercheur et de la recherche en EE :
    • Comment les études scientifiques peuvent venir en aide à l’éducateur en entrepreneuriat ? Comment pouvons-nous renforcer le lien entre le chercheur et l’éducateur ?
    • Quelles approches méthodologiques utiliser pour étudier la réalité des pratiques éducatives en entrepreneuriat ?

Les dates principales à retenir sont :

  • 01/10/2018 : Soumission des textes originaux
  • 01/01/2019 : Retour vers les auteurs
  • 10/03/2019 : Date limite d’envoi des textes révisés
  • 01/07/2019 : Publication du numéro

Soumissions (également accessible à : https://entreprendreetinnover.com/soumettre/ )

Les consignes aux auteurs sont accessibles ici: Consignes aux auteurs E&I – janvier 2014. Il est impératif de les respecter lorsque vous envoyez votre soumission. Les articles doivent être envoyés exclusivement en format Word à Elisabeth GELAS à l’adresse gelas@em‐lyon.com en mentionnant le titre de l’appel en objet et le N° corespondant.

Il est expressément demandé aux auteurs de joindre à leur soumission d’article les documents suivants (disponibles sur le site de la revue) dûment remplis:

  • La fiche descriptive disponible ici: Fiche soumission d’article E&I – janvier 2014.
  • La déclaration d’honneur anti‐plagiat disponible ici: Déclaration anti‐plagiat 2014‐0824

Veuillez prendre note que sans ces documents, l’article ne pourra pas être examiné par la rédaction.

Fayolle, A., Verzat, C., & Wapshott, R. (2016). In quest of legitimacy: The theoretical and methodological foundations of entrepreneurship education research. International Small Business Journal, 34(7), 895–904.

Valerio, A., Parton, B., & Robb, A. (2014). Entrepreneurship Education and Training Programs around the World : Dimensions for Success. The World Bank. Retrieved from https://ideas.repec.org/b/wbk/wbpubs/18031.html

European Commission, 2013a. Communication from the Commission to the European Parliament, the Council, the European Economic and Social Committee and the Committee of the Regions – Entrepreneurship 2020 Action Plan. Reigniting the entrepreneurial spirit in Europe. COM(2012) 795 final. [pdf]Available at: http://eurlex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2012:0795:FIN:EN:PDF [Consulté le 15 Décembre 2017)

https://www.economie.gouv.fr/favoriser-lentrepreneuriat

Voir l’article de Fayolle et al de 2016 (note n°1) et Fayolle, A. (2012). Entrepreneuriat-2e ed.: Apprendre à entreprendre. Dunod. Paris

Voir par exemple :Béchard, J.-P., & Grégoire, D. (2005). Entrepreneurship Education Research Revisited: The Case of Higher Education. Academy of Management Learning & Education, 4(1), 22–43.

Neck, H. M., & Greene, P. G. (2011). Entrepreneurship Education: Known Worlds and New Frontiers. Journal of Small Business Management, 49(1), 55–70.

Neck, H.M., Greene, P.G. & Brush, C.G (2014) Teaching Entrepreneurship, A Practice-Based Approach, Edward Elgar Publishing : Cheltenham UK, Northampton, MA

Verzat, C., Trindade-Chadeau, A. & Toutain, O. (2017). Introduction: Promesses et réalités de l’entrepreneuriat des jeunes. Agora débats/jeunesses, 75,(1), 57-72. doi:10.3917/agora.075.0057.

CfP – Journal of Management Inquiry Developmental Conference – Enhancing Entrepreneurship Education research and practice

Enhancing entrepreneurship education research and practice: Challenging taken-for granted assumptions and dominant perspectives

Journal of Management Inquiry Developmental Conference and Dialogue Call For Papers.

Convenors and Guest editors

Alain Fayolle – fayolle@em-lyon.com – EMLYON Business School

Michela Loi – michela.loi@unica.it – Department of Economic and Business Sciences – University of Cagliari

 Dialogue JMI pmdeh AF 09072018

Convenor and JMI supervising Editor

Pablo Martin de Holan – pmdeh@mbsc.edu.sa – MBS College of Business & Entrepreneurship, Saudi Arabia

2

Financial Times: Do you have any advice to young would-be Entrepreneurs who want to emulate your success?

Gerald Cavendish Grosvenor (Duke of Grosvenor, Chairman of Great Portland Estates, Owner of Grosvenor group): Make sure they have an ancestor who was a very close friend of William the Conqueror.

Background and objectives of the Dialogue

Entrepreneurship has been taught for over 50 years in business schools, engineering schools and universities worldwide (Katz, 2003; Solomon 2007; Vesper & Gartner, 1997), and is becoming a core pillar of several Business Schools around the world. Over the years, the teaching of entrepreneurship has developed into a branch of research, namely, entrepreneurship education (EE), the interest of which is to understand what, how and to whom entrepreneurship should be taught (e.g. Fiet, 2001; Honig, 2004; Neck & Green, 2011) and what results should be expected from these kinds of programmes (Peterman & Kennedy, 2003; Pittaway & Cope, 2007). Several contributions have focused on the nature of EE as a research field, questioning its maturity and legitimacy (Katz, 2003; Kuratko, 2005) or its standards (Katz, Hanke, Maidment, Weaver, & Alpi, 2016).

EE research is currently facing a particular challenge; not only it lacks academic legitimacy but it is also striving to achieve relevance in practice (Fayolle, Verzat, & Wapshott, 2016). Consequently, and as Fayolle (2013) states, EE needs more robust theoretical and philosophical foundations that draw on both entrepreneurship and education fields to support the development of effective courses and programmes, and to distinguish between those that are, and those that are not.

For instance, the literature in EE often describes the structure and content of entrepreneurship courses and programmes but fails to appropriately question their philosophical and methodological foundations, which might be important if we were to better understand the essence of entrepreneurship (Johannisson, 2016). Another important concern is the vagueness of EE goals (Hoppe, 2016), and, in some cases, its disconnect with larger social forces, such as inequality. Some studies, for example, affirm that EE is becoming increasingly complex as its contexts of application (with respect to the heterogeneity of both the locales where entrepreneurship is taught, but also the type of people who receive EE and the specificities of their backgrounds) are diverse and each of them might be highly peculiar (Lindh & Thorgren, 2016) with boundary conditions that may make generalizations problematic.

This concern concurs with the inherent difficulty of developing effective EE programmes along with the assessment of its results. The impact of EE is, indeed, a relevant issue for several studies in this field (Nabi, Liñán, Fayolle, Krueger, & Walmsley, 2017). Empirical observations reveal contrasting findings in that respect (Walter & Block, 2016), suggesting that multiple truths might coexist regarding the effects of EE on people and territories. This could kindle scholars’ interest in different questions that shift the emphasis from ‘whether’ to ‘when’ or ‘for whom’ EE is effective or ineffective (e.g., Lyons & Zhang, 2018) so as to help determine to what extent entrepreneurship can be taught, what dimensions of it can and should be taught, and with what methodologies. Consequently, we wish to ask a broad question: how should the field develop to tackle these drawbacks and to increase its relevance and impact from a theoretical and practical perspective?

Here, we invite scholars to highlight the taken-for-granted assumptions that beset the field of EE, and to reflect on how to break away from them and move this field forward.

The principal aim of this reflection is to offer new propositions and perspectives that challenge the previous ones, and bring more texture and nuance to the field of EE. In this vein, we would like to open a debate around the major shortcomings of EE and open the space for new questions, new solutions and new research paths to be developed. To this end, we call for papers that embrace a critical approach in discussing their perspectives. By following previous critical approaches in entrepreneurship (e.g., Fayolle, Landström, Gartner, & Berglund, 2016; Frank & Landström, 2016), we consider perspectives that offer alternative ways of knowing and understanding in the field of EE to be critical.

Without limiting the creative insights of those authors who wish to participate in this debate, we highlight three areas that bring together possible ideas to guide scholars to identify and address the assumptions that have been taken for granted in EE: Newness, Diversity and Ethics.1

New ideas have an important role in scientific progress (Kuhn, 1970); they might challenge previous positions and open paths for new questions. In this call for papers, Newness is intended as the fact of not having existed before and includes questions that reflect on what represents innovation for EE. The questions are intended to highlight issues that require a deeper consideration in this field. Examples of these questions are as follows:

  • What is really ‘New’ in EE and why might this newness be of interest to EE? Is “new” systematically better?
  • Is there something that we have forgotten to study?

We claim that Diversity, intended as a range of many people or things that are very different from each other, is a peculiarity of EE. The field stems from and merges together two different scientific domains, namely, education and entrepreneurship. EE is applied in very different contexts (universities vs professional associations); is oriented towards different targets (students, nascent entrepreneurs and entrepreneurs) and has different goals (Bae, Qian, Miao, & Fiet, 2014; Liñán, 2004). While this variety might be a source of richness for new ideas to arise, it might also prevent the process of defining EE objectives and impacts. In this call for papers, Diversity is meant to cover questions that try to address the complexity of EE, to recompose the fragmented puzzle and to make its multiple dimensions more understandable:

  • What is the role, as well as impact, of theoretical and practical diversity in EE?
  • How does diversity in geographical contexts, educational settings, institutions, people, audiences, teachers and programmes influence EE?

Ethics, intended as moral principles or rules of behaviour, becomes a central issue in EE. This is due to its centrality in policymakers’ discourse that emphasises the quality of being entrepreneurial as a resource for the social and economic progress of society. The potential impact of these policies should call scholars to reflect on the influence of their research that is thought to enlighten the political agenda. In this call for papers, Ethics embraces all those questions that reflect on the implications and consequences of EE programmes in relation to their pedagogical approaches, evaluation methods, goals and so on. Possible questions are as follows:

  • Do we think about moral principles and rules when we address the teaching of entrepreneurship? Under what conditions or circumstance EE leads to immoral or amoral behaviours?
  • What does it mean to be ethical when students are taught or educated regarding entrepreneurship? How to educate Ethical Entrepreneurs? How does EE affect ethical intentions and behaviours among students?
  • How do EE teachers and researchers deal with their assumptions that they have taken for granted?

Authors are requested to try to connect these three areas to present an original contribution to the field of EE. Both theoretical and empirical contributions are welcomed.

Process

This call for papers is divided into two parts: an earlier one for a developmental conference, and a second one for the Dialogue itself. Initially, we are inviting scholars to submit manuscripts that are finalized or relatively advanced. Each contribution will be evaluated through a double-blind review process but using a developmental lens: the objective of this initial review is to facilitate the Academic conversation around the theme, and help authors develop their manuscripts.

Accepted contributions and their authors will be invited to be presented and discussed at a mini-conference that will be held in February/March 2019 at the EMLYON Business School (Lyon-France). This conference is developmental in nature, and seeks to ensure that a robust, high-quality academic dialogue emerges among participants around a common conversation. Authors will be invited to present their manuscript and will receive feedback for development. After the conference, the best contributions (a maximum of six) will be invited for inclusion in the Dialogue Section of the Journal of Management Inquiry.

The papers presented for consideration in order to be included at the EMLYON Developmental Conference should adhere to the guidelines of the Journal of Management Inquiry, requiring that manuscripts to conform to the Publication Manual of the American Psychological Association (6th edition) (Guidelines for authors can be found here: https://uk.sagepub.com/en-gb/eur/journal/journal-management-inquiry#submissionguidelines).

The papers invited for publication will follow the standard format of JMI´s “Dialogue” section. Please find here additional information about the Journal of Management Inquiry: http://journals.sagepub.com/home/jmi; and a sample of the “Dialogue” section: http://journals.sagepub.com/toc/jmia/27/1#sage_toc_section_Dialog

Submission process

  • Paper submission: 31 December 2018
  • Round 1 review: 30 January 2019
  • Mini-conference: February/March 2019
  • Submission of the revised papers: 02 June 2019
  • Selection of the papers: 30 September 2019
  • Publication date: 2020

For any further information, please contact the editors at the email addresses provided above.

References

Bae, T. J., Qian, S., Miao, C., & Fiet, J. O. (2014). The relationship between entrepreneurship education and entrepreneurial intentions: A meta‐analytic review. Entrepreneurship Theory and Practice, 38(2), 217-254.

Fayolle, A. (2013). Personal views on the future of entrepreneurship education. Entrepreneurship & Regional Development, 25(7-8), 692-701.

Fayolle, A., Landstrom, H., Gartner, W. B., & Berglund, K. (2016). The institutionalization of entrepreneurship: Questioning the status quo and re-gaining hope for entrepreneurship research. Entrepreneurship & Regional Development, 28(7-8), 477-486.

Fayolle, A., Verzat, C., & Wapshott, R. (2016). In quest of legitimacy: The theoretical and methodological foundations of entrepreneurship education research. International Small Business Journal, 34(7), 895-904.

Fiet, J. O. (2001). The pedagogical side of entrepreneurship theory. Journal of Business Venturing, 16(2), 101-117.

Frank, H., & Landström, H. (2016). What makes entrepreneurship research interesting? Reflections on strategies to overcome the rigour–relevance gap. Entrepreneurship & Regional Development, 28(1-2), 51-75.

Honig, B. (2004). Entrepreneurship education: Toward a model of contingency-based business planning. Academy of Management Learning & Education, 3(3), 258-273.

Hoppe, M. (2016). Policy and entrepreneurship education. Small Business Economics, 46(1), 13-29.

Johannisson, B. (2016). Limits to and prospects of entrepreneurship education in the academic context. Entrepreneurship & Regional Development, 28(5-6), 403-423.

Katz, J. A. (2003). The chronology and intellectual trajectory of American entrepreneurship education: 1876–1999. Journal of Business Venturing, 18(2), 283-300.

Katz, J. A. (2008). Fully mature but not fully legitimate: A different perspective on the state of entrepreneurship education. Journal of Small Business Management, 46(4), 550-566.

Katz, J. A., Hanke, R., Maidment, F., Weaver, K. M., & Alpi, S. (2016). Proposal for two model undergraduate curricula in entrepreneurship. International Entrepreneurship and Management Journal, 12(2), 487-506.

Kuhn, T. S. (1970). The structure of scientific revolutions (Second Edition). Chicago: University Press of Chicago.

Kuratko, D. F. (2005). The emergence of entrepreneurship education: Development, trends, and challenges. Entrepreneurship Theory and Practice, 29(5), 577-598.

Lindh, I., & Thorgren, S. (2016). Entrepreneurship education: The role of local business. Entrepreneurship & Regional Development, 28(5-6), 313-336.

Liñán, F. (2004). Intention–based models of entrepreneurship education. Piccola Impresa/Small Business, 3, 11–35.

Lyons, E., & Zhang, L. (2018). Who does (not) benefit from entrepreneurship programmes?. Strategic Management Journal, 39(1), 85-112.

Nabi, G., Liñán, F., Fayolle, A., Krueger, N., & Walmsley, A. (2017). The impact of entrepreneurship education in higher education: A systematic review and research agenda. Academy of Management Learning & Education, 16(2), 277-299.

Neck, H. M., & Greene, P. G. (2011). Entrepreneurship education: known worlds and new frontiers. Journal of Small Business Management, 49(1), 55-70.

Peterman, N. E., & Kennedy, J. (2003). Enterprise education: Influencing students’ perceptions of entrepreneurship. Entrepreneurship Theory and Practice, 28(2), 129-144.

Pittaway, L., & Cope, J. (2007). Entrepreneurship education: a systematic review of the evidence. International Small Business Journal, 25(5), 479-510.

Solomon, G. (2007). An examination of entrepreneurship education in the United States. Journal of Small Business and Enterprise Development, 14(2), 168-182.

Vesper, K. H., & Gartner, W. B. (1997). Measuring progress in entrepreneurship education. Journal of Business Venturing, 12(5), 403-421.

Walter, S. G., & Block, J. H. (2016). Outcomes of entrepreneurship education: An institutional perspective. Journal of Business Venturing, 31(2), 216-233.

« Entrepreneurship Education, rethinking connections: Opportunities and Challenges » Roanne, March the 7 and 8 2019

« Entrepreneurship Education, rethinking connections: Opportunities and Challenges »
Roanne,
March the 7 and 8 2019
& Call For Paper Entreprendre & Innover

Entrepreneurship Education rethinking connexions Roanne 2019

(Valerio, Parton and Robb, 2014. Yet, it still faces problems of disciplinary legitimacy (Katz, 2008) ,of teacher’s legitimacy (Foliard, Le Pontois and Fayolle, 2018) or of difficulties in finding its place within the University (Gibb, 2011).

– Even more problematic, the gap between schools or universities and practitioners, entrepreneurs, remains largely open with real difficulties to include EE in an entrepreneurial ecosystem that does not expect advances and development of new behaviors, nor of tools and knowledge. The stakes are high and the connections must be increased and improved to enrich the lessons taken from practice. Research must also be used as an improvement lever through stronger theoretical and methodological bases (Fayolle, Verzat and Wapshott, 2016) to develop critical analysis.

While each of these actors is confronted with its own problems, interconnections can be the basis of contemporary, authentic, and effective teaching programs. However, these interconnections are rare and the literature weakly addresses the links between the members of this triad. Research can play a role in bringing these actors together by showing good practices and by providing analysis and reflexivity. EE remains a hot topic for 2018, particularly for its practical scope and managerial implications (Kuckertz and Prochotta, 2018). The development of initiatives from the private sector and associations to support future entrepreneurs is symptomatic of the situation and it questions the functioning of our organizations. Recent initiatives, such as Ecole 42 and Matrice, support student autonomy by offering non-course and teacher-free programs based on peer learning and coaching.

Our environment is changing very quickly and many initiatives are being launched. Connections between policy makers, EE and practitioners need to be consolidated. The purpose of this call for papers is to prolong the debates around the following main themes:

Practices of entrepreneurship education (EE):

  • EE has been modeled by researchers (eg Béchard & Grégoire 2005, Neck & Greene 2011, Neck, Green and Brush 2014), but little is known about how these models are applied in each educative context. Which objectives (business creation, acquisition of knowledge, skills, entrepreneurial spirit in the broad sense …) are prioritized for which levels and which profiles of learners? What are the pedagogical principles pursued, the underlying educational philosophies and the proposed activities?
  • Can we talk about specific entrepreneurial educational methods to teach, including the construction of opportunities and the confrontation of uncertainty? To what extent does EE make the traditional school form evolve?
  • Do digital tools have a specific role to play in EE? What are the consequences (positive or negative) of their integration into EE activities?
  • Which actors defend and practice EE: which teachers? which external partners? Which directions of establishment? Does the EE make the postures of the teachers evolve, as well as their sense of effectiveness, and their professionalism perceived and recognized?

Assessment and impact measurement of EE:

  • What is the effectiveness and impact of an EE device? How to measure them: which indicators, which process of formative and certificated evaluation, to which temporality (ies)?
  • Does the EE give a specific status to the test, error and failure in the learning process and in the assessment?
  • Under what conditions (objectives pursued, teacher postures, public, insertion into the curriculum, institutional governance …) does the teaching of entrepreneurship make it possible to (re) motivate learners? to (re) engage them in the learning process?
  • Does the EE meet the expectations of public policies in terms of social and professional integration of young people, reduction of unemployment, contribution to economic and local development etc.?

Critical questions about EE:

  • Are the beliefs, values and paradigms underlying educational devices clear to all actors? Which stated or implicit goals make sense for the different actors involved?
  • To what extent can EE be considered as an ideological vehicle for a certain type of educational policy (Verzat, Trindade-Chadeau, and Toutain 2017)?
  • Does EE effectively increase everyone’s power of action or does it insidiously set up a process of social selection that gives the illusion that everyone can become autonomous?
  • How far to consider testing, error and failure in the learning process and in the evaluation system?

The role of researchers and of research in EE:

  • How can scientific studies help entrepreneurship educators? How can we strengthen the link between researchers and educators?
  • What methodological approaches can be used to study the reality of educational practices in entrepreneurship?

This call for papers is an opportunity to connect researchers, practitioners, entrepreneurs, policy makers and entrepreneurship educators, in order to establish a broad overview of innovative pedagogical practices and their impact. It allows a review of recent research for educators, as well as review (s) and interview (s) through an open forum directed to educators, students, entrepreneurs and researchers.

The scientific committee will examine the epistemological, theoretical, empirical and methodological approaches with interest to continue thinking about entrepreneurship education in today’s fast and complex world. Alongside academic papers, more professional-type communications (practices, testimonials, stories, etc.) as well as case studies are also eligible and will be examined with the utmost attention.

SCIENTIFIC COMMITTEE – EDITORIAL COMMITTEE Entreprendre & Innover

Alain FAYOLLE, emlyon business school, France
Bernard SURLEMONT, HEC-Ecole de Gestion de l’Université de Liège, Belgique
Caroline VERZAT, ESCP Europe, France
Dominique-Anne MICHEL, Secrétaire générale de la rédaction
Elisabeth GELAS, emlyon business school, secrétaire de rédaction
Franck BARÈS, HEC Montréal, Canada
Fabienne BORNARD, INSEEC Lyon, France
Nathalie CARRÉ, CCI France – CCI Entreprendre en France
Didier CHABAUD, IAE Paris Sorbonne
Jacques-Henri COSTE, université de la Sorbonne, France
Dominique FRUGIER, président d’Alicelab’, secrétaire général de l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation
Chrystelle GAUJARD, Groupe Yncréa, Lille, France
Amélie JACQUEMIN, Louvain School of Management, UCL, Belgique
Wadid LAMINE, Toulouse Buisness School, France
Benoît RAUCENT, Université Catholique de Louvain la Neuve, Belgique
Olivier TOUTAIN, ESC Dijon Bourgogne
Olivier WITMEUR, Solvay Brussels School of Economics and Management, Belgique

CREE and ENGAGE

Dag Håkon Haneberg NTNU
Fabienne BORNARD INSEEC U
Gunn-Berit Sæter NTNU
Imran QURESHI emlyon business school
Janice BYRNE IESEG School of Management
Joseph TIXIER emlyon business school
Julie FABBRI emlyon business school
Karolina LESNIAK NTNU
Lise Aaboen NTNU
Martine HLADY RISPAL University of Limoges
Michela LOI University of Cagliari
Miruna RADU LEFEBVRE Audencia Business School
Mohsen TAVAKOLI, EM-Lyon Business
School & Université Grenoble Alpes (CERAG).
Muhammad Imran emlyon business school
Noreen O’SHEA ESCP Europe
Olivier TOUTAIN Burgundy School of Business
Øystein Widding NTNU
Roger SØRHEIM NTNU
Sandrine LE PONTOIS IUT de Roanne
Saulo DUBARD BARBOSA, EM-Lyon Business School
Stéphane FOLIARD IUT de Roanne
Torgeir Aadland NTNU

GUEST SPEAKERS:

Dr Andrea-Rosalinde HOFER Policy Analyst – Entrepreneurship Policy and Analysis – OECD

Peter BAUR – DG Education and Culture – European Commission

COMMUNICATION GUIDELINES

Extended abstracts will be between 1,000 and 3,000 words in French or English. They will specify the problem and the interest of the research, the theoretical framework(s), the methodology, the envisaged results, the potential contribution. They are to be sent exclusively in PDF and anonymous format to: stephane.foliard@univ-st-etienne.fr

SAVE THE DATE

Sending extended summaries October the 31 2018
Response of the Scientific Committee December the 15 2018
Sending complete communications February the 10 2019
Deadline for registration

Special issue publication
March the 1st 2019
Summer 2019

OPPORTUNITY OF PUBLICATION
The best original texts responding to the main theme allowing a dialogue between practitioners and researchers (be careful to respect the instructions to the authors of this review that will be transmitted to the participants) and retained by the Scientific Committee will be proposed to the journal Entreprendre & Innover (classified category 4 FNEGE) for a special issue devoted to EE (Editors: Caroline VERZAT, ESCP Europe Business School Paris, Saulo DUBARD BARBOSA, EM-Lyon Business School, Stéphane FOLIARD, Jean Monnet University, St-Etienne , Mohsen TAVAKOLI, EM-Lyon Business School & University Grenoble Alpes (CERAG)). They will be peer reviewed according to the rules of double blind procedures.

VALORISATION OPPORTUNITY
In order to promote and spread the work as widely as possible, we are organizing a TEDx University on Friday, on March 8th 2019 in the afternoon. Speakers will present and disseminate their ideas. The principle of TEDx is to popularize to spread the worth ideas widely. The subject will have to be simplified and the presentations should last for 18 minutes maximum. The number of speakers will be between 6 and 10.

PRACTICAL INFORMATIONS
Registration fee: 160 Euros (including material, coffee breaks, meals), 80 Euros for PhD students.
City informations of Roanne:
http://leroannais.com/

CONTACTS
stephane.foliard@univ-st-etienne.fr 0033 6 08 73 51 16
and sandrine.lepontois@univ-st-etienne.fr

QUOTED REFERENCES
Béchard, J. P., & Grégoire, D. (2005). Entrepreneurship education research revisited: The case of higher education. Academy of Management Learning & Education, 4(1), 22-43.
Blenker, P., Frederiksen, S. H., Korsgaard, S., Müller, S., Neergaard, H., & Thrane, C. (2012). Entrepreneurship as everyday practice: towards a personalized pedagogy of enterprise education. Industry and Higher Education, 26(6), 417-430.
Carrier C. (2009). « L’enseignement de l’entrepreneuriat: au-delà des cours magistraux, des études de cas et du plan d’affaires ». Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 8, no 2, p. 17-33.
Commission Européenne (2013). Plan d’action « Entrepreneuriat 2020 » Raviver l’esprit d’entreprise en Europe, Bruxelles.
Eynon R. (2013) “The rise of Big Data: what does it mean for education, technology, and media research?”. Learning, Media and Technology, 38:3, 237-240
Fayolle A., Verzat C. et Wapshott R. (2016). “In quest of legitimacy: The theoretical and methodological foundations of entrepreneurship education research”. International Small Business Journal, 34(7), 895-904.
Fayolle A. (2013). Personal views on the future of entrepreneurship education. Entrepreneurship & Regional Development, 25(7-8), 692-701.
Foliard, S., Le Pontois, S., Fayolle, A. (2018). “The Legitimacy of Teachers in Entrepreneurship Education: What we Can Learn From a Literature Review” in “Creating Entrepreneurial Space: Talking through Multi voices, reflections on emerging debates” edited by David Higgins, Paul Jones and Pauric McGowan. To be published
Günzel-Jensen, F., & Robinson, S. (2017). Effectuation in the undergraduate classroom: Three barriers to entrepreneurial learning. Education+ Training, 59(7/8), 780-796.
Katz J. A. (2008). “Fully mature but not fully legitimate: A different perspective on the state of entrepreneurship education”. Journal of Small Business Management, 46(4), 550-566.
Kuckertz A. et Prochotta A. (2018). « What’s Hot in Entrepreneurship Research 2018?” Hohenheim Entrepreneurship Research Brief No. 4 – February
Kuratko, D. F. (2005). The emergence of entrepreneurship education: Development, trends, and challenges. Entrepreneurship theory and practice, 29(5), 577-598.
Lave, J., & Wenger, E. (1991). Situated learning: Legitimate peripheral participation. Cambridge university press.
Neck, H. M., & Greene, P. G. (2011). Entrepreneurship education: known worlds and new frontiers. Journal of Small Business Management, 49(1), 55-70.
Neck, H.M., Greene, P.G. & Brush, C.G (2014) Teaching Entrepreneurship, A Practice-Based Approach, Edward Elgar Publishing : Cheltenham UK, Northampton, MA
Paul, M. (2002). L’accompagnement: une nébuleuse. Éducation permanente, 153(4), 43-56.
Rideout E. C. et Gray D. O. (2013). “Does entrepreneurship education really work? A review and methodological critique of the empirical literature on the effects of university‐based entrepreneurship education”. Journal of Small Business Management, vol. 51, no 3, p. 329- 351.
Sarasvathy, S. D., & Venkataraman, S. (2011). Entrepreneurship as method: Open questions for an entrepreneurial future. Entrepreneurship theory and practice, 35(1), 113-135.
Valerio, A., Parton, B., & Robb, A. (2014). Entrepreneurship education and training programs around the world: dimensions for success. World Bank Publications.
Verzat, C., Trindade-Chadeau, A. & Toutain, O. (2017). Introduction: Promesses et réalités de l’entrepreneuriat des jeunes. Agora débats/jeunesses, 75,(1), 57-72. doi:10.3917/agora.075.0057.

Directeur Incubateur Alliance Centrale-Audencia-ENSA

Présentation de l’établissement

Situation du poste : L’incubateur est le dispositif commun à l’Alliance Centrale-Audencia-Ensa qui vise à favoriser et accompagner la création d’entreprises en Pays de la Loire par, notamment, leurs étudiants, chercheurs et diplômés. Créé en 2003, l’incubateur est commun aux trois établissements depuis 2014 dans une logique d’hybridation des compétences unique dans le domaine de l’enseignement supérieur en France. Le directeur/directrice de l’incubateur, rattaché à l’Alliance Centrale-Audencia-Ensa, a pour mission de poursuivre et amplifier la dynamique entrepreneuriale commune en s’appuyant sur les trois établissements.

Description du poste

Missions principales
Les missions principales du directeur/directrice de l’incubateur sont :
• Management et animation de l’incubateur.
• Pilotage de l’accompagnement des projets incubés.
• Intégration de l’incubateur dans l’écosystème régional et national.
• Valorisation interne et externe.

Management et animation de l’incubateur 
• Mettre en œuvre la stratégie d’incubation définie par l’Alliance Centrale-Audencia-Ensa, et effectuer le compte-rendu de l’activité de l’incubateur auprès des établissements.
• Manager l’unité de l’incubateur, en écoute des directions des 3 Ecoles, dans un esprit d’équipe collaboratif, et pour un accompagnement harmonieux et de qualité aux incubés.
• Piloter l’ensemble des volets de l’activité de l’incubateur : conditions d’accueil, gestion administrative spécifique aux incubés, animation, etc., et ce dans une démarche qualité.
• Elaborer le business model de l’incubateur, en rechercher des financements institutionnels et privés, en effectuer le suivi financier, établir ses bilans et budgets.
• Renseigner les indicateurs qualitatifs et quantitatifs illustrant l’activité et l’impact de l’incubateur.

Pilotage de l’accompagnement 
• Veiller à la qualité du programme d’accompagnement des incubés, ainsi qu’à la bonne allocation de ressources à leurs projets.
• Innover dans les services proposés aux incubés pour fortifier leur réussite.
• Animer la communauté des incubés et des anciens incubés.

Intégration de l’incubateur dans le réseau de partenaires
• Mettre en relation les incubés avec l’écosystème proche de l’incubateur. Établir des relations d’échanges et se coordonner avec les structures régionales de soutien aux startups.
• Entretenir et développer le réseau autour de l’incubateur : associations de diplômés, CCI, technopôles, pôles de compétitivité, associations de Business Angels, etc. 

Valorisation interne et externe
• Consolider et diffuser la réputation de l’incubateur par une communication en appui et coordination avec les services de communication des 3 Écoles
• Contribuer à la promotion et à la lisibilité de l’incubateur auprès des étudiants, enseignants et chercheurs des trois Écoles de l’Alliance par des interventions ciblées

Profil recherché / Compétences requises

Compétences
• Expérience réussie en entrepreneuriat (accompagnement de projets entrepreneuriaux, animation d’un incubateur, par exemple)
• Une démarche d’initiatives à forte orientation résultat
• Excellente capacité relationnelle, d’animation et de communication
• Intérêt pour l’innovation et les nouvelles technologies
• Formation requise : Bac + 5 minimum. Un doctorat serait apprécié.

Documents à transmettre

Les candidatures composées d’un CV et d’une lettre de motivation.

Contact

Jean-Pierre ELLOY Jean-Pierre.Elloy@ec-nantes.fr


Appel à communication – Les faces cachées de l’entrepreneuriat et de l’entrepreneur

La Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur lance un appel à communication sur l’entrepreneuriat.
Soucieuse de nourrir, avec des contenus issus de travaux de recherche rigoureux, l’intelligence et la qualité des trajectoires de chaque entrepreneur, la Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur, en partenariat avec la Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises (FNEGE), produira un ouvrage dont le titre sera : Les faces cachées de l’entrepreneuriat et de l’entrepreneur

Cet appel s’adresse aux enseignants-chercheurs (au minimum doctorants) indépendamment de leur discipline de référence. Nous privilégierons les propositions adossées à un contenu empirique récent.

La multidimensionnalité du projet se prête à des articles interdisciplinaires écrits à plusieurs mains.

Appel à com-Fondation MMA entrepreneurs du Futur + FNEGE – 2018

CfP Special Issue – Entreprendre & Innover – L’éducation entrepreneuriale

 Editeurs du dossier :

Caroline VERZAT, ESCP Europe,

Saulo DUBARD BARBOSA, emlyon business school,

Stéphane FOLIARD, Université Jean Monnet, St-Etienne,

Mohsen TAVAKOLI, emlyon business school & Université Grenoble Alpes (CERAG).

Appel à com EI n 40 – éducation Entrepreneuriale

Depuis plusieurs années, l’entrepreneuriat est proposé comme une solution pour la crise économique et socio-environnementale qui touche les sociétés modernes. Les acteurs et décideurs de tous les niveaux ont saisi cette prise de conscience collective et ont fortement misé sur le développement de l’entrepreneuriat et l’entrepreneuriat social. Aujourd’hui, après 70 ans du premier cours en entrepreneuriat enseigné à Harvard Business School, l’enseignement de l’entrepreneuriat est présent aux quatre coins du monde et se fait à tous les niveaux au sein de ifférents cadres institutionnels et disciplinaires.

Au niveau européen, l’enseignement de l’entrepreneuriat a trouvé une place prépondérante au sein des stratégies de l’Union Européenne (i.e. Europe 2020) notamment par l’agenda d’Oslo de 2006 et le plan d’action « Entrepreneurship 2020 »3. Les objectifs visés par ses mesures étaient de non seulement sensibiliser les apprentis, mais aussi de leur permettre d’apprendre l’entrepreneuriat par la pratique. Sur le plan national, le socle commun de connaissances, de compétences et de la culture prévoit qu’à la fin de sa scolarité obligatoire « L’élève sait prendre des initiatives, entreprendre et mettre en oeuvre des projets… » (“Socle commun de connaissances, de compétences et de culture,” n.d.). La loi du 4 août 2008 de modernisation de l’économie a instauré un nouveau statut pour les entrepreneurs individuels : autoentrepreneur,

 

 

L’éducation entrepreneuriale

 

pour faire face à la crise croissante de l’emploi. Après avoir organisé des assises de l’entrepreneuriat en 2013, le gouvernement français a décidé de donner encore plus d’élan à l’entrepreneuriat. La loi de refondation de l’école de la république de 2013 stipule l’intégration des nouvelles mesures destinées à sensibiliser les élèves de la 6ème à la terminale à l’entrepreneuriat4. En outre, l’introduction du statut étudiant-entrepreneur et les Pépites ainsi que le programme « French Tech » à la même époque ont démontré, encore une fois, la volonté des acteurs politiques de promouvoir le développement de l’entrepreneuriat en France.

Emblématique, le terme « startup nation » est de plus en plus présent dans les discours. En même temps, de nombreuses initiatives émanant du secteur privé et associatif visent à soutenir les futurs entrepreneurs. Entrepreneurs’ Organisation, Endeavor, Young Entrepreneurs Alliance, Ashoka, Enactus, Fondation Edward Lowe et fondation Kauffman en sont des exemples importants à l’international. En France, Entreprendre pour Apprendre, le Réseau et la fondation Entreprendre, Les entrepreneuriales, font partie des structures visant à inciter et soutenir l’entrepreneuriat auprès de divers segments de la population.

Face à cette profusion de politiques et d’initiatives visant à diffuser et à enseigner l’entrepreneuriat, et compte tenu de l’importance des ressources mobilisées, l’éducation entrepreneuriale devient un sujet de plus en plus pertinent. Or, si les recherches scientifiques ont répondu à la question « peut-on enseigner l’entrepreneuriat ? »5, elles laissent beaucoup de questions ouvertes sur pourquoi et comment l’enseigner, comment suivre et mesurer l’apprentissage, quels objectifs pédagogiques privilégier, quelle place pour la théorie et pour la pratique, entre autres.

Afin de prolonger le débat sur ces questions, nous proposons à la revue Entreprendre et Innover de publier un numéro spécial consacré à l’éducation entrepreneuriale. Ce numéro est l’occasion de connecter chercheurs, praticiens et éducateurs en entrepreneuriat, afin d’établir un panorama des pratiques pédagogiques innovantes, une revue de recherches récentes à destination des éducateurs, ainsi que revue(s) de lecture, entretien(s), et une tribune ouverte aux éducateurs, étudiants, entrepreneurs et chercheurs. Nous sommes particulièrement ouverts à des contributions portant sur les débats suivants :

 

  • Les pratiques de l’éducation entrepreneuriale (EE) :
    • L’EE a été modélisée par des chercheurs6 mais nous savons peu sur la façon dont ces modèles sont appliqués dans chaque contexte éducatif. Quels objectifs (création d’entreprise, acquisition de connaissances, de compétences, d’esprit d’entreprendre au sens large…) sont priorisés pour quels niveaux et quels profils d’apprenants ? Quels sont les principes pédagogiques poursuivis, les philosophies éducatives sous-jacentes, les activités proposées ?
    • Peut-on parler de méthodes éducatives entrepreneuriales spécifiques pour enseigner notamment la construction des opportunités et l’affrontement de l’incertitude ? Dans quelle mesure l’EE fait elle évoluer la forme scolaire traditionnelle ?
    • Les outils numériques ont-ils un rôle spécifique à jouer dans l’EE ? Quelles sont les conséquences (positives ou négatives) de leur intégration aux programmes d’EE ?
    • Quels acteurs défendent et pratiquent l’EE : quels enseignants ? quels partenaires extérieurs ? quelles directions d’établissement ? L’EE fait elle évoluer les postures des enseignants, leur sentiment d’efficacité, leur professionnalité perçue et reconnue ?
  • L’évaluation et la mesure d’impact de l’EE :
    • Qu’est-ce que l’efficacité et l’impact d’un dispositif d’EE ? Comment les mesurer : quels indicateurs, quel processus d’évaluation formative et certificative, à quelle(s) temporalité(s) ?
    • L’EE donne-t-elle un statut spécifique à l’essai, l’erreur et à l’échec dans le processus d’apprentissage et dans l’évaluation ?
    • A quelles conditions (d’objectifs poursuivis, de postures des enseignants, de publics, d’insertion dans le curriculum, de gouvernance institutionnelle…) l’enseignement de l’entrepreneuriat permet-il de (re)motiver les apprenants ? de les (ré)engager dans le processus d’apprentissage ? L’EE répond-elle de manière satisfaisante aux attentes des politiques publiques en matière d’insertion sociale et professionnelle des jeunes, de réduction du chômage, de contribution au développement économique et local…
  • Les questionnements critiques vis-à-vis de l’EE :
    • Les croyances, valeurs et paradigmes sous-jacents aux dispositifs éducatifs sont-elles claires pour tous les acteurs ? Quelles finalités affichées ou implicites font sens pour les différents acteurs impliqués ?
    • Dans quelle mesure l’EE peut-elle être considérée comme un véhicule idéologique d’un certain type de politique éducative ?
    • L’EE permet-elle d’augmenter effectivement le pouvoir d’agir de tous ou metelle insidieusement en place un processus de sélection sociale donnant l’illusion que chacun peut devenir autonome ?
  • La place du chercheur et de la recherche en EE :
    • Comment les études scientifiques peuvent venir en aide à l’éducateur en entrepreneuriat ? Comment pouvons-nous renforcer le lien entre le chercheur et l’éducateur ?
    • Quelles approches méthodologiques utiliser pour étudier la réalité des pratiques éducatives en entrepreneuriat ?

 

Les dates principales à retenir sont :

  • 01/10/2018 : Soumission des textes originaux
  • 01/01/2019 : Retour vers les auteurs
  • 10/03/2019 : Date limite d’envoi des textes révisés
  • 01/07/2019 : Publication du numéro

Soumissions (également accessible à : https://entreprendreetinnover.com/soumettre/ )

Les consignes aux auteurs sont accessibles ici: Consignes aux auteurs E&I – janvier 2014. Il est impératif de les respecter lorsque vous envoyez votre soumission. Les articles doivent être envoyés exclusivement en format Word à Elisabeth GELAS à l’adresse gelas@em‐lyon.com en mentionnant le titre de l’appel en objet et le N° corespondant.

Il est expressément demandé aux auteurs de joindre à leur soumission d’article les documents suivants (disponibles sur le site de la revue) dûment remplis:

  • La fiche descriptive disponible ici: Fiche soumission d’article E&I – janvier 2014.
  • La déclaration d’honneur anti‐plagiat disponible ici: Déclaration anti‐plagiat 2014‐0824

Veuillez prendre note que sans ces documents, l’article ne pourra pas être examiné par la rédaction.

 

 

Fayolle, A., Verzat, C., & Wapshott, R. (2016). In quest of legitimacy: The theoretical and methodological foundations of entrepreneurship education research. International Small Business Journal, 34(7), 895–904.

Valerio, A., Parton, B., & Robb, A. (2014). Entrepreneurship Education and Training Programs around the World : Dimensions for Success. The World Bank. Retrieved from https://ideas.repec.org/b/wbk/wbpubs/18031.html

European Commission, 2013a. Communication from the Commission to the European Parliament, the Council, the European Economic and Social Committee and the Committee of the Regions – Entrepreneurship 2020 Action Plan. Reigniting the entrepreneurial spirit in Europe. COM(2012) 795 final. [pdf]Available at: http://eurlex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2012:0795:FIN:EN:PDF [Consulté le 15 Décembre 2017)

https://www.economie.gouv.fr/favoriser-lentrepreneuriat

Voir l’article de Fayolle et al de 2016 (note n°1) et Fayolle, A. (2012). Entrepreneuriat-2e ed.: Apprendre à entreprendre. Dunod. Paris

Voir par exemple :Béchard, J.-P., & Grégoire, D. (2005). Entrepreneurship Education Research Revisited: The Case of Higher Education. Academy of Management Learning & Education, 4(1), 22–43.

Neck, H. M., & Greene, P. G. (2011). Entrepreneurship Education: Known Worlds and New Frontiers. Journal of Small Business Management, 49(1), 55–70.

Neck, H.M., Greene, P.G. & Brush, C.G (2014) Teaching Entrepreneurship, A Practice-Based Approach, Edward Elgar Publishing : Cheltenham UK, Northampton, MA

Verzat, C., Trindade-Chadeau, A. & Toutain, O. (2017). Introduction: Promesses et réalités de l’entrepreneuriat des jeunes. Agora débats/jeunesses, 75,(1), 57-72. doi:10.3917/agora.075.0057.

CfP – Journal of Management Inquiry Developmental Conference – Enhancing Entrepreneurship Education research and practice

Enhancing entrepreneurship education research and practice: Challenging taken-for granted assumptions and dominant perspectives

Journal of Management Inquiry Developmental Conference and Dialogue Call For Papers.

Convenors and Guest editors

Alain Fayolle – fayolle@em-lyon.com – EMLYON Business School

Michela Loi – michela.loi@unica.it – Department of Economic and Business Sciences – University of Cagliari

 Dialogue JMI pmdeh AF 09072018

Convenor and JMI supervising Editor

Pablo Martin de Holan – pmdeh@mbsc.edu.sa – MBS College of Business & Entrepreneurship, Saudi Arabia

2

Financial Times: Do you have any advice to young would-be Entrepreneurs who want to emulate your success?

Gerald Cavendish Grosvenor (Duke of Grosvenor, Chairman of Great Portland Estates, Owner of Grosvenor group): Make sure they have an ancestor who was a very close friend of William the Conqueror.

 

Background and objectives of the Dialogue

Entrepreneurship has been taught for over 50 years in business schools, engineering schools and universities worldwide (Katz, 2003; Solomon 2007; Vesper & Gartner, 1997), and is becoming a core pillar of several Business Schools around the world. Over the years, the teaching of entrepreneurship has developed into a branch of research, namely, entrepreneurship education (EE), the interest of which is to understand what, how and to whom entrepreneurship should be taught (e.g. Fiet, 2001; Honig, 2004; Neck & Green, 2011) and what results should be expected from these kinds of programmes (Peterman & Kennedy, 2003; Pittaway & Cope, 2007). Several contributions have focused on the nature of EE as a research field, questioning its maturity and legitimacy (Katz, 2003; Kuratko, 2005) or its standards (Katz, Hanke, Maidment, Weaver, & Alpi, 2016).

EE research is currently facing a particular challenge; not only it lacks academic legitimacy but it is also striving to achieve relevance in practice (Fayolle, Verzat, & Wapshott, 2016). Consequently, and as Fayolle (2013) states, EE needs more robust theoretical and philosophical foundations that draw on both entrepreneurship and education fields to support the development of effective courses and programmes, and to distinguish between those that are, and those that are not.

For instance, the literature in EE often describes the structure and content of entrepreneurship courses and programmes but fails to appropriately question their philosophical and methodological foundations, which might be important if we were to better understand the essence of entrepreneurship (Johannisson, 2016). Another important concern is the vagueness of EE goals (Hoppe, 2016), and, in some cases, its disconnect with larger social forces, such as inequality. Some studies, for example, affirm that EE is becoming increasingly complex as its contexts of application (with respect to the heterogeneity of both the locales where entrepreneurship is taught, but also the type of people who receive EE and the specificities of their backgrounds) are diverse and each of them might be highly peculiar (Lindh & Thorgren, 2016) with boundary conditions that may make generalizations problematic.

This concern concurs with the inherent difficulty of developing effective EE programmes along with the assessment of its results. The impact of EE is, indeed, a relevant issue for several studies in this field (Nabi, Liñán, Fayolle, Krueger, & Walmsley, 2017). Empirical observations reveal contrasting findings in that respect (Walter & Block, 2016), suggesting that multiple truths might coexist regarding the effects of EE on people and territories. This could kindle scholars’ interest in different questions that shift the emphasis from ‘whether’ to ‘when’ or ‘for whom’ EE is effective or ineffective (e.g., Lyons & Zhang, 2018) so as to help determine to what extent entrepreneurship can be taught, what dimensions of it can and should be taught, and with what methodologies. Consequently, we wish to ask a broad question: how should the field develop to tackle these drawbacks and to increase its relevance and impact from a theoretical and practical perspective?

Here, we invite scholars to highlight the taken-for-granted assumptions that beset the field of EE, and to reflect on how to break away from them and move this field forward.

The principal aim of this reflection is to offer new propositions and perspectives that challenge the previous ones, and bring more texture and nuance to the field of EE. In this vein, we would like to open a debate around the major shortcomings of EE and open the space for new questions, new solutions and new research paths to be developed. To this end, we call for papers that embrace a critical approach in discussing their perspectives. By following previous critical approaches in entrepreneurship (e.g., Fayolle, Landström, Gartner, & Berglund, 2016; Frank & Landström, 2016), we consider perspectives that offer alternative ways of knowing and understanding in the field of EE to be critical.

Without limiting the creative insights of those authors who wish to participate in this debate, we highlight three areas that bring together possible ideas to guide scholars to identify and address the assumptions that have been taken for granted in EE: Newness, Diversity and Ethics.1

New ideas have an important role in scientific progress (Kuhn, 1970); they might challenge previous positions and open paths for new questions. In this call for papers, Newness is intended as the fact of not having existed before and includes questions that reflect on what represents innovation for EE. The questions are intended to highlight issues that require a deeper consideration in this field. Examples of these questions are as follows:

  • What is really ‘New’ in EE and why might this newness be of interest to EE? Is “new” systematically better?
  • Is there something that we have forgotten to study?

 

We claim that Diversity, intended as a range of many people or things that are very different from each other, is a peculiarity of EE. The field stems from and merges together two different scientific domains, namely, education and entrepreneurship. EE is applied in very different contexts (universities vs professional associations); is oriented towards different targets (students, nascent entrepreneurs and entrepreneurs) and has different goals (Bae, Qian, Miao, & Fiet, 2014; Liñán, 2004). While this variety might be a source of richness for new ideas to arise, it might also prevent the process of defining EE objectives and impacts. In this call for papers, Diversity is meant to cover questions that try to address the complexity of EE, to recompose the fragmented puzzle and to make its multiple dimensions more understandable:

  • What is the role, as well as impact, of theoretical and practical diversity in EE?
  • How does diversity in geographical contexts, educational settings, institutions, people, audiences, teachers and programmes influence EE?

 

Ethics, intended as moral principles or rules of behaviour, becomes a central issue in EE. This is due to its centrality in policymakers’ discourse that emphasises the quality of being entrepreneurial as a resource for the social and economic progress of society. The potential impact of these policies should call scholars to reflect on the influence of their research that is thought to enlighten the political agenda. In this call for papers, Ethics embraces all those questions that reflect on the implications and consequences of EE programmes in relation to their pedagogical approaches, evaluation methods, goals and so on. Possible questions are as follows:

  • Do we think about moral principles and rules when we address the teaching of entrepreneurship? Under what conditions or circumstance EE leads to immoral or amoral behaviours?
  • What does it mean to be ethical when students are taught or educated regarding entrepreneurship? How to educate Ethical Entrepreneurs? How does EE affect ethical intentions and behaviours among students?
  • How do EE teachers and researchers deal with their assumptions that they have taken for granted?

Authors are requested to try to connect these three areas to present an original contribution to the field of EE. Both theoretical and empirical contributions are welcomed.

 

Process

This call for papers is divided into two parts: an earlier one for a developmental conference, and a second one for the Dialogue itself. Initially, we are inviting scholars to submit manuscripts that are finalized or relatively advanced. Each contribution will be evaluated through a double-blind review process but using a developmental lens: the objective of this initial review is to facilitate the Academic conversation around the theme, and help authors develop their manuscripts.

Accepted contributions and their authors will be invited to be presented and discussed at a mini-conference that will be held in February/March 2019 at the EMLYON Business School (Lyon-France). This conference is developmental in nature, and seeks to ensure that a robust, high-quality academic dialogue emerges among participants around a common conversation. Authors will be invited to present their manuscript and will receive feedback for development. After the conference, the best contributions (a maximum of six) will be invited for inclusion in the Dialogue Section of the Journal of Management Inquiry.

The papers presented for consideration in order to be included at the EMLYON Developmental Conference should adhere to the guidelines of the Journal of Management Inquiry, requiring that manuscripts to conform to the Publication Manual of the American Psychological Association (6th edition) (Guidelines for authors can be found here: https://uk.sagepub.com/en-gb/eur/journal/journal-management-inquiry#submissionguidelines).

The papers invited for publication will follow the standard format of JMI´s “Dialogue” section. Please find here additional information about the Journal of Management Inquiry: http://journals.sagepub.com/home/jmi; and a sample of the “Dialogue” section: http://journals.sagepub.com/toc/jmia/27/1#sage_toc_section_Dialog

 

Submission process

  • Paper submission: 31 December 2018
  • Round 1 review: 30 January 2019
  • Mini-conference: February/March 2019
  • Submission of the revised papers: 02 June 2019
  • Selection of the papers: 30 September 2019
  • Publication date: 2020

For any further information, please contact the editors at the email addresses provided above.

 

 

References

Bae, T. J., Qian, S., Miao, C., & Fiet, J. O. (2014). The relationship between entrepreneurship education and entrepreneurial intentions: A meta‐analytic review. Entrepreneurship Theory and Practice, 38(2), 217-254.

Fayolle, A. (2013). Personal views on the future of entrepreneurship education. Entrepreneurship & Regional Development, 25(7-8), 692-701.

Fayolle, A., Landstrom, H., Gartner, W. B., & Berglund, K. (2016). The institutionalization of entrepreneurship: Questioning the status quo and re-gaining hope for entrepreneurship research. Entrepreneurship & Regional Development, 28(7-8), 477-486.

Fayolle, A., Verzat, C., & Wapshott, R. (2016). In quest of legitimacy: The theoretical and methodological foundations of entrepreneurship education research. International Small Business Journal, 34(7), 895-904.

Fiet, J. O. (2001). The pedagogical side of entrepreneurship theory. Journal of Business Venturing, 16(2), 101-117.

Frank, H., & Landström, H. (2016). What makes entrepreneurship research interesting? Reflections on strategies to overcome the rigour–relevance gap. Entrepreneurship & Regional Development, 28(1-2), 51-75.

Honig, B. (2004). Entrepreneurship education: Toward a model of contingency-based business planning. Academy of Management Learning & Education, 3(3), 258-273.

Hoppe, M. (2016). Policy and entrepreneurship education. Small Business Economics, 46(1), 13-29.

Johannisson, B. (2016). Limits to and prospects of entrepreneurship education in the academic context. Entrepreneurship & Regional Development, 28(5-6), 403-423.

Katz, J. A. (2003). The chronology and intellectual trajectory of American entrepreneurship education: 1876–1999. Journal of Business Venturing, 18(2), 283-300.

Katz, J. A. (2008). Fully mature but not fully legitimate: A different perspective on the state of entrepreneurship education. Journal of Small Business Management, 46(4), 550-566.

Katz, J. A., Hanke, R., Maidment, F., Weaver, K. M., & Alpi, S. (2016). Proposal for two model undergraduate curricula in entrepreneurship. International Entrepreneurship and Management Journal, 12(2), 487-506.

Kuhn, T. S. (1970). The structure of scientific revolutions (Second Edition). Chicago: University Press of Chicago.

Kuratko, D. F. (2005). The emergence of entrepreneurship education: Development, trends, and challenges. Entrepreneurship Theory and Practice, 29(5), 577-598.

Lindh, I., & Thorgren, S. (2016). Entrepreneurship education: The role of local business. Entrepreneurship & Regional Development, 28(5-6), 313-336.

Liñán, F. (2004). Intention–based models of entrepreneurship education. Piccola Impresa/Small Business, 3, 11–35.

Lyons, E., & Zhang, L. (2018). Who does (not) benefit from entrepreneurship programmes?. Strategic Management Journal, 39(1), 85-112.

Nabi, G., Liñán, F., Fayolle, A., Krueger, N., & Walmsley, A. (2017). The impact of entrepreneurship education in higher education: A systematic review and research agenda. Academy of Management Learning & Education, 16(2), 277-299.

Neck, H. M., & Greene, P. G. (2011). Entrepreneurship education: known worlds and new frontiers. Journal of Small Business Management, 49(1), 55-70.

Peterman, N. E., & Kennedy, J. (2003). Enterprise education: Influencing students’ perceptions of entrepreneurship. Entrepreneurship Theory and Practice, 28(2), 129-144.

Pittaway, L., & Cope, J. (2007). Entrepreneurship education: a systematic review of the evidence. International Small Business Journal, 25(5), 479-510.

Solomon, G. (2007). An examination of entrepreneurship education in the United States. Journal of Small Business and Enterprise Development, 14(2), 168-182.

Vesper, K. H., & Gartner, W. B. (1997). Measuring progress in entrepreneurship education. Journal of Business Venturing, 12(5), 403-421.

Walter, S. G., & Block, J. H. (2016). Outcomes of entrepreneurship education: An institutional perspective. Journal of Business Venturing, 31(2), 216-233.

Appel à Contributions Territoire inclusif – Rimhe – Chaire Entrepreneuriat Territoire & Innovation

RIMHE en partenariat avec la Chaire ETI invite les contributeurs à présenter des résultats de travaux théoriques et empiriques récents permettant d’orienter les pratiques de management en favorisant l’émergence de territoires inclusifs.

Le développement de partenariats sur un territoire fait l’objet de nombreuses études. Appréhendé comme une zone d’activités ou un écosystème entrepreneurial, le territoire représente alors un espace dédié au développement économique. Les répercussions en matière de création d’emplois sont bien identifiées et définissent bien souvent la seule dimension sociale des initiatives locales.

Dans cet appel à contributions, nous souhaitons renverser le rapport entre l’économique et le social pour aborder le territoire comme porteur d’un projet de société inclusive dont il s’agit de définir les modes de développement économique.

  • L’inclusion est souvent définie comme le négatif de l’exclusion et ramenée à l’insertion des demandeurs d’emploi ou des groupes discriminés. Quelles sont les approches novatrices ?
  • La notion de territoire suppose l’existence de frontières ou de délimitations. Le territoire inclusif est-il un territoire ouvert ? Comment se différencie-t-il d’un territoire porteur d’exclusion ?
  • Comment développer le caractère inclusif des territoires ? Quels sont les marges et les leviers d’action des managers et des entrepreneurs ? ceux de l’Etat, des collectivités territoriales et autres formes d’organisations ?

Ces orientations ne sont pas limitatives des soumissions attendues. Le comité de rédaction constitué pour cet appel à contributions accueillera avec grand intérêt toutes les pistes de réflexion sur cette thématique en privilégiant la présentation de résultats d’études empiriques permettant de développer de nouveaux modèles de management ou de nouvelles pratiques.

La RIMHE, la Revue Interdisciplinaire, Management, Homme & Entreprise (Management & Human Enterprise) est une revue scientifique dont l’objectif est de publier sous forme numérique et imprimée des articles de recherche sur le management des entreprises dans tous les domaines de gestion et suivant une conception plaçant les êtres humains au coeur de ses préoccupations.

Une priorité est accordée aux travaux menés par des équipes pluridisciplinaires sur les problématiques propres aux sciences de gestion.

En complément des contributions sélectionnées après évaluation en double aveugle par deux à trois membres de notre comité scientifique et plusieurs tours de relecture, trois autres rubriques peuvent être ouvertes dans chaque numéro publié pour : – des chercheurs d’autres disciplines ou des experts reconnus sollicités en “auteurs invités” ; – une “note de lecture” sur un nouvel ouvrage de référence ; – un “retour d’expérience” rédigé par des professionnels.

Quatre numéros sont publiés par an avec une parution datée par saison : hiver, printemps, été, automne.

__________________________________

Rédacteur invité pour cet appel :

Didier Chabaud

Date limite d’envoi des articles :

15 octobre 2018

Adresse mail d’envoi des textes complets :

contact@rimhe.com

Normes de publication : Le format de la RIMHE est à respecter dès la 1ère soumission.

Un workshop sera organisé à l’IAE de Paris le 29 novembre pour les auteurs dont l’article aura été inscrit dans le processus d’évaluation de la RIMHE après soumission de leur proposition.

Call for papers – Special Issue of the Journal of Business Venturing Insights

Call for papers – Special Issue of the Journal of Business Venturing Insights

Large-scale Replication Initiative in Entrepreneurship (deadline for proposals is September 1, 2018)

Guest Editors

Arjen van Witteloostuijn (VU Amsterdam, the Netherlands, and University of Antwerp / Antwerp Management School, Belgium)

Marcus Dejardin (University of Namur and Université catholique de Louvain, Belgium)

Jeffrey M. Pollack (North Carolina State University, USA)

Overview

The lack of replication, or the replicability crisis, is a challenge across a growing number of disciplines (e.g., Aguinis, Cascio, & Ramani, 2017; Świątkowski & Dompnier, 2017). For some, this is even a reason to refer to a “credibility crisis” in science in general (Gall, Ioannidis, & Maniadis, 2017).

With this call for papers, the Journal of Business Venturing Insights explicitly solicits replication studies. Put simply, with the current initiative, our aim is to launch an ambitious replication movement in entrepreneurship. Our goal is to initiate a large-scale movement within the entrepreneurship community involving (a) replicating multiple studies, in (b) different countries across the world, by (c) a large number of teams.

Process

We invite all colleagues to submit by email to us (the guest editors), before September 1, 2018, proposals regarding which entrepreneurship studies to replicate. Each proposal will (a) suggest a specific study (or set of studies) for replication, (b) specify the type of replication to be conducted, and (c) provide a replication plan (including issues such as minimum power, required budget, as well as decision rules about data collection and relevant methodological protocols).

A Virtual Special Issue

This initiative will operate as a virtual special issue (VSI). This means that submitted papers will be handled as part of the normal submission flow of the journal, but will be designated as belonging to the special issue. Accepted articles will be published in the first available regular issue and will simultaneously appear in a special section dedicated to VSIs. In this way, the content of the special issue can be called up at any time and it will be continuously expanding. The implication of this VSI format is that it operates on an open deadline, making the publication process dynamic and timely.

For more information, see: https://www.journals.elsevier.com/journal-of-business-venturing-insights/call-for-papers/large-scale-replication-initiative-entrepreneurship

For questions, please email the guest editors:

Arjen van Witteloostuijn, a.van.witteloostuijn@vu.nl  

Marcus Dejardin, marcus.dejardin@unamur.be

Jeffrey M. Pollack, jmpolla3@ncsu.edu

Newletter de la présidente – mai 2018

Chers Académiciens et Académiciennes de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation

Ma Newsletter de ce mois va être courte, mais néanmoins intéressante et importante.

Elle vise à vous rappeler la tenue de la Semaine du Management 2018 organisée par la Fnège très prochainement : du 22 au 25 mai !

Cette année la Fnège fêtera ses 50 ans et souhaite que l’évènement soit marquant pour nous les académiques et pour le monde professionnel, à la Cité Internationale de Paris (XIII°).

Quelques moments forts :

  • La Journée Fnège le 24, avec de nombreux débats et intervenants, suivie par le dîner de gala dans un endroit merveilleux et plein de surprises,
  • La Remise des Prix de thèse, le 23 à 17h,
  • Notre Journée conjointement organisé par l’AEI et l’AIREPME, le 25 mai, sur le thème : Entrepreneuriat et PME : question(s) de valeur(s).

Cette journée sera consacrée à une relecture et réinterrogation de la notion de valeur pour appréhender la diversité des relations entre valeur(s), entrepreneuriat et PME.

  • D’autres colloques organisés par les autres associations scientifiques en sciences de gestion, ainsi que le colloque Pépite.

Vous pouvez encore vous inscrire directement à la Fnège, via leur site www.management2018.fr

Notre Journée porte le code : SME 11

Vous trouverez sur le site de l’Académie toutes les informations utiles, le programme détaillé de notre Journée et de la Semaine ainsi que des vidéos de la Fnège pour promouvoir cet événement.

 

Je vous invite à venir nombreux à ce bel événement pour témoigner de la force de l’AEI et de nos thématiques et remercie très sincèrement tous ceux qui ont participé activement à son organisation et à la qualité des moments proposés.

En un mot, à très bientôt !

Catherine Léger-Jarniou,

Présidente

 

 

 

Conférence – Start-up : le grand méchant rachat

La perspective de rachat séduit un nombre croissant de dirigeants de start-up en France et les acheteurs se montrent de plus en plus intéressés par ces pépites. Avec quelles implications pour les entreprises et l’écosystème entrepreneurial ?

L’Institut Friedland, think tank de la CCI Paris Ile-de-France, organise une rencontre sur ce thème, le 30 mai. Entrepreneurs, économistes et représentants de l’écosystème entrepreneurial seront invités à confronter leur vision du rachat.

A cette occasion, Renaud Redien-Collot, enseignant-chercheur en entrepreneuriat et analyste senior à l’Institut Friedland, présentera les conclusions de ses travaux sur le sujet.

2nd Global STEP Conference Cartagena, Colombia 2018 – October 18th – 20th – Transgenerational Entrepreneurship: Insights from the STEP – Call for Proposals

2nd Global STEP Conference – Cartagena, Colombia 2018 – October 18th – 20th – Transgenerational Entrepreneurship: Insights from the STEP – Project Call for Proposals

STEP Conference Flyer Jan 2018

How to register to STEP Conference

Date of the conference: October 18th- 20th , 2018

Hosts: Universidad de los Andes and Universidad Icesi. Colombia

Location Venue: Universidad de los Andes, Cartagena campus

Location Hotel: Las Americas Hotel, Cartagena, Colombia

Those invited to participate: Any scholar from a STEP Affiliated University + co-authors

 

Three years ago, the STEP Project scholars decided to create this conference with the purpose of sharing knowledge, research ideas, insigths and best practices generated through the Project, since its beginnings in 2006. The Boston STEP Conference accomplished this goal and also became an excellent opportunity to start research collaborations, get feedback and increase our networking opportunities.

As in the first Conference in Boston in 2016, this Conference welcomes proposals representing original (unpublished) research from any and all members of the STEP community. Proposals addressing any aspect of transgenerational entrepreneurship and familiness, are welcome. Works utilizing data from the STEP global survey or STEP case studies are specifically encouraged, but research utilizing data from all sources is invited. All types of scholarly work is also welcome and encouraged including, but not limited to; qualitative studies, quantitative studies, conceptual works and teaching cases, at different stages of development.

Following the lead of the First Conference, this conference will include several opportunities to present and obtain feedback on your research. Scholars of all levels will find value in presenting research at all stages. Traditional paper sessions, poster sessions, round tables and other methods of presenting and sharing scholarly work will all be a part of the conference.

Scholars can benefit from sessions focused on publishing advice and journal choice from experienced editorial board members. Scholars looking to start new collaborative projects will benefit from facilitated brainstorming sessions focused on developing ideas for new collaborative research projects. We look forward to see you in beautiful Cartagena, to share the research efforts of our STEP community.

 

Proposal Submission Process

Interested scholars should submit a 3 page proposal (excluding references, tables, figures and diagrams). Submitted proposals should include: 1) a 150 word abstract, 2) Introduction (focused on the importance/contribution of the research) 3) abbreviated literature review 4) summary of hypotheses and findings, theory development, analysis, teaching process and outcomes, research propositions or other appropriate research outcomes.

Proposals should be submitted as a PDF to step@babson.edu . As part of the submission process, submitters should indicate their preferences for their top three modes of sharing their research taken from the list below.

  • Traditional paper session
  • Poster Session
  • Roundtable discussion (similar methods)
  • Roundtable discussion (similar topics)
  • Developmental Session (feedback from senior scholars)

 

Important Dates (2018)

  • Call for Proposals – Submission process open March 4onference registration open March 4
  • Deadline for Submission April 29
  • Acceptance decisions and feedback June 17
  • Deadline for reduced fee registration July 15
  • Final Conference schedule including individual time slots August 19
  • Deadline for registration September 16
  • Conference Dates October 18th – 20th

 

Special Issues associated with the conference

http://emeraldgrouppublishing.com/products/journals/call_for_papers.htm?id=7409

 Estudios Gerenciales http://www.icesi.edu.co/estudios_gerenciales/es/

Cross Cultural & Strategic Management Special Issue on “FAMILY BUSINESS AND LOCAL DEVELOPMENT IN IBEROAMERICA”, Guest Editors: Luis Gomez-Mejia, Arizona State University, USA, Claudio G. Muller, University of Chile, Chile, Ana Cristina Gonzalez, Grand Valley State University, USA, Rodrigo Basco, American University of Sharjah, Sheikh Saoud bin Khalid bin Khalid Al-Qassimi Chair in Family Business, UAE.

Les bonnes pratiques des Pôles Etudiants Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat (PEPITE)” – 23 mai – Semaine du Managemnet – Paris

Pépite France a le plaisir de vous inviter le 23 mai 2018 au Colloque ” Les bonnes pratiques des Pôles Etudiants Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat (PEPITE)”. Cette journée s’inscrit dans la Semaine du Management organisée par la FNEGE du 22 au 25 mai 2018 à la Cité Internationale Universitaire de Paris.

Communiqué Pépite France L’entrepreneuriat étudiant en pleine expansion

programme Bonnes pratiques des PEPITE 23 mai semaine du management FNEGE Paris Cité Internationale

Les grands thèmes du Colloque Pépite France sont :

  • La communication et la sensibilisation à la culture entrepreneuriale, Pépite Education ;
  • La certification des compétences entrepreneuriales, Pépite Skills
  • L’accompagnement à l’engagement entrepreneurial des étudiants-entrepreneurs, Pépite Starter ;
  • Le lancement de l’association des Étudiants-Entrepreneurs actuels et anciens, Pépite Factory avec des pitchs de projets internationaux.

Appel à contributions Revue Management & Avenir « Nouveaux espaces et territoires de l’accompagnement entrepreneurial »

Appel à contributions

 Revue Management & Avenir

 « Nouveaux espaces et territoires de l’accompagnement entrepreneurial »

 Rédacteurs invités

Isabelle Bories-Azeau Institut Montpellier Management, Université de Montpellier

Karim Messeghem Institut Montpellier Management, Université de Montpellier

Sylvie Sammut Institut Montpellier Management, Université de Montpellier

Date limite de soumission : 1er décembre 2018   

 

Appel à contributions RMA Bories-Azeau Messeghem Sammut

Le développement de la société entrepreneuriale (Audretsch, 2007) induit de nouveaux comportements entrepreneuriaux (Chabaud et Sammut, 2016) qui contribuent à faire tomber les frontières dans et hors de l’entreprise dans une logique d’open innovation. L’apparition de nouveaux lieux, voire tiers-lieux, fait exploser le nombre de structures d’accompagnement dans le monde (Baraldi et Ingemansson Havenvid, 2016 ; Mian et al., 2016 ; Pauwels et al., 2016) et témoigne d’une activité entrepreneuriale dans toutes les strates de la société. De façon concomitante, de nouveaux acteurs émergent pour répondre aux nouveaux besoins des entrepreneurs. La digitalisation incite également à repenser les relations entre entrepreneurs et accompagnants. Ces différentes évolutions conduisent à créer de nouveaux espaces et territoires propices à de nouvelles formes d’accompagnement entrepreneurial (Maus et Sammut, 2018).

 

A l’initiative d’acteurs privés, des espaces nouveaux sont proposés aux entrepreneurs. Station F est un exemple ambitieux qui se revendique comme « le seul campus de start-up qui réunit tout un écosystème entrepreneurial sous un seul et même toit ». Ce concept n’est pas totalement nouveau ; il a été en effet développé aux États-Unis, notamment dans le cadre de structures privées d’accompagnement comme Y Combinator, créé en 2005 et présenté comme l’un des premiers accélérateurs (Pauwels et al., 2016). Les accélérateurs apparaissent comme de nouveaux lieux dédiés à l’accompagnement. Dans quelle mesure contribuent-ils à révolutionner les modèles d’incubation ? Plus largement, les modèles d’accompagnement connaissent depuis une dizaine d’années des transformations (Bruneel et al., 2012 ; Mian, 2014 ; Messeghem et Sammut, 2014) qui peuvent être mises en perspective avec le développement de nouveaux espaces et territoires.

 

La conception de l’entrepreneuriat a évolué d’une activité liée à un projet individuel vers une approche plus collective (Verstraete et Fayolle, 2005), qui met l’accent sur le réseau (Chabaud et Ngijol, 2005, 2010), l’intersubjectivité (Venkataraman et al., 2012) ou encore l’équipe (Shepherd et Krueger, 2002). Le processus entrepreneurial peut alors être envisagé comme un processus collectif, qui suppose une multiplication des espaces dédiés à l’accompagnement, à l’instar des incubateurs d’entreprises, des espaces de coworking, des Fab Labs (Garrett et al., 2017). Ces espaces, qui peuvent favoriser la poursuite collective d’opportunités, invitent à repenser l’accompagnement en privilégiant une perspective collective.

 

Ce processus collectif s’étend également à l’échelle du territoire, afin de développer une dynamique entrepreneuriale territoriale ; cet élan suppose l’implication des différentes parties prenantes à ce processus et la mobilisation de leurs compétences. Aujourd’hui, l’entrepreneuriat se positionne en effet comme l’un des axes majeurs du développement local territorialisé (Huggins et al., 2015), aussi bien dans des territoires dynamiques que dans des territoires en difficulté. Le territoire constitue ainsi une échelle d’observation pertinente de l’écosystème entrepreneurial (Surlemont et al., 2014). Il s’agit donc d’envisager l’accompagnement entrepreneurial au-delà de la relation dyadique accompagnant/accompagné pour intégrer les acteurs territoriaux de différents champs organisationnels, amenés à coopérer, et qui sont autant de parties prenantes de cet accompagnement. Comment s’opère alors le partage et/ou la complémentarité de ressources entre ces parties prenantes ? Quelles modalités de coopération sont privilégiées dans cet accompagnement entrepreneurial « étendu » ?

 

Le développement de l’entrepreneuriat à l’échelle territoriale suppose en effet des interactions entre les champs de compétences des accompagnants largo sensu, soit autant de ressources pour les entrepreneurs. Mais il implique également de prendre en considération le positionnement de nouveaux acteurs et de nouveaux espaces au sein de l’écosystème entrepreneurial, comme par exemple, l’Université (Bories-Azeau et al., 2016), via l’enseignement et l’accompagnement (PEPITE) ou la banque, via le financement et l’accompagnement. Il est par conséquent légitime de s’interroger sur le processus de construction des compétences territoriales en matière d’accompagnement entrepreneurial : quels acteurs sont sollicités dans ce processus et en quoi peut-il favoriser une dynamique entrepreneuriale territoriale ? Comment se construisent ces compétences à l’échelle du territoire ? En quoi ce processus favorise-t-il l’émergence d’un écosystème de l’accompagnement entrepreneurial durable (Theodoraki et Messeghem, 2015 ; Theodoraki, Messeghem et Rice, 2017) ?

 

L’objectif de ce dossier spécial est de questionner l’évolution des dispositifs d’accompagnement entrepreneurial en lien avec les nouveaux espaces et territoires. Les articles pourront retenir une perspective conceptuelle ou empirique. Ils pourront privilégier sous l’angle de l’accompagnement entrepreneurial l’une des thématiques suivantes :

– Espaces de coworking

– Incubateurs d’entreprise

– Incubateurs virtuels

– Écosystème entrepreneurial

– Entrepreneuriat des territoires (entrepreneuriat des quartiers, entrepreneuriat rural, etc.)

– Politique publique d’accompagnement entrepreneurial

– Accompagnement territorial collectif

– Accompagnement et tiers lieux

– Types d’accompagnement et territoires

– Jeux d’acteurs de l’accompagnement entrepreneurial et territorialisation

– Accompagnement durable et territoires

 

Ces thématiques seront abordées dans le cadre de la 4ème Rencontre entre acteurs des réseaux d’accompagnement et chercheurs qui se tiendra mardi 10 juillet 2018 à l’Institut Montpellier Management. Il est conseillé aux auteurs de participer à cet événement afin de profiter d’un regard croisé sur leur contribution.

 

Bibliographie indicative

 

Audretsch D. B. (2007), The Entrepreneurial Society, Oxford University Press, New York.

Baraldi E., Ingemansson H. (2016), « Identifying new dimensions of business incubationv: a multi-level analysis of Karolinska Institute’s Incubation System », Technovation, Vol. 50–51, p. 53–68.

Bories-Azeau I., Fort F., Noguera F., Peyroux C. (2016) , « The role of consulting and support for entrepreneurship in universities: a French experience », 76th Annual Meeting of the Academy of Management 2016Management Consulting Division.

Bruneel J., Ratinho T., Clarysse B., Groen A. (2012), « The evolution of business incubators: comparing demand and supply of business incubation services across different incubator generations », Technovation, Vol. 32, p. 110–121.

Chabaud D., Ngijol J. (2005), « La contribution de la théorie des réseaux sociaux à la reconnaissance des opportunités de marché », Revue internationale PME, Vol. 18, N°1, p. 29-46.

Chabaud D., Sammut S. (2016), « L’entrepreneuriat : nouveaux champs d’analyse, nouvelles perspectives », Revue de l’Entrepreneuriat, Vol. 15, N°2, p. 7-14.

Garrett L., Spreitzer G., Bacevice P. (2017), « Co-constructing a sense of community at work: the emergence of community in coworking spaces », Organization Studies, Vol. 38, N°6, p. 821– 842.

Maus A., Sammut S. (2018), « Evolution in incubators’ Business Model, the contribution of individual and collective sensing of opportunities and dynamic capabilities », Frontiers of Entrepreneurship Research, Babson Publication.

Messeghem K., Sammut S. (2014), « Special issue on thirty years of research in entrepreneurial support », International Journal of Small Business and Entrepreneurship, Vol. 23, N°4, p. 405-418.

Mian S. (2014), « Business incubation mechanisms and new venture support: emerging structures of US science parks and incubators », International Journal of Small Business and Entrepreneurship, Vol. 23, N°4, p. 419 – 435.

Mian S., Lamine W., Fayolle A. (2016), « Technology business incubation: an overview of the state of knowledge », Technovation, Vol. 50–51, p. 1–12.

Shepherd D.A., Krueger N.F. (2002), « An intentions-based model of entrepreneurial teams’ social cognition », Entrepreneurship Theory and Practice, Vol 27, N°2, p. 167–185.

Pauwels C., Clarysse B., Wright M., Van Hove J. (2016), « Understanding a new generation incubation model: the accelerator », Technovation, Vol. 50–51, p. 13–24.

Surlemont B., Olivier Toutain O., Barès F., Ribeiro A. (2014), « Un espace d’observation et d’exploration de l’intelligence collective », Entreprendre & Innover, Vol. 23, N°4, p. 5-9.

Theodoraki C., Messeghem K. (2015), « Ecosystème de l’accompagnement entrepreneurial : une approche en termes de coopétition », Entreprendre & Innover, Vol. 27, N° 4, 2015, p. 102-111.

Theodoraki C., Messeghem K., Rice M. (2017), « A social capital approach to the development of sustainable entrepreneurial ecosystems: an explorative study », Small Business Economics, p. 1-18.

Venkataraman S., Sarasvathy S. D., Dew N., Forster W. R. (2012), « Reflections on the 2010 AMR decade award: Whither the promise? Moving forward with entrepreneurship as a science of the artificial », Academy of Management Review, Vo. 37, N°1, p. 21–33.

Verstraete T., Fayolle A. (2005), « Paradigmes et Entrepreneuriat », Revue de l’Entrepreneuriat, Vol. 4, N° 1, p. 33-52.

 

Modalité de soumission

Les propositions d’articles doivent être envoyées par courrier électronique avant le 1er décembre 2018 à isabelle.bories-azeau@umontpellier.fr, karim.messeghem@umontpellier.fr et sylvie.sammut@umontpellier.fr

Ces propositions devront respecter les normes de la politique rédactionnelle de la Revue Management & Avenir disponibles sur http://managementetavenir.net/

Tous les manuscrits soumis dans le cadre de cet appel à contributions feront l’objet d’une évaluation en double aveugle.

 

Calendrier indicatif

Envoi des textes : 1er décembre 2018

Retour de la première évaluation : 31 janvier 2019

Envoi de la seconde version des textes : 1er avril 2019

Retour de la seconde évaluation : 1er juin 2019

Envoi de la version finale : 1er septembre 2019

Publication : novembre 2019

Entrepreneurship, alternative practices, and the (dis)organization of cultural and institutional arrangements 11th CERI annual colloquium

Entrepreneurship, alternative practices, and the (dis)organization of cultural and institutional arrangements 11th CERI (Centre d’Etudes et de Recherche de l’ISTEC) annual colloquium

CERI Colloquium 2018 – Call for papers VA MAJ 09.03.18

Over the last few years, we have witnessed a regained interest in the study of individuals or groups who purposefully or unintendedly open-up potentialities by organizing differently, at the margins of widely accepted cultural and institutional arrangements (Barin Cruz, Alves, & Delbridge, 2017; Cheney, Cruz, Peredo, & Nazareno, 2014; Swann & Stoborod, 2014).

Researchers working on different disciplines of management and organization theory have shed light on a large diversity of initiatives and innovations that disrupt, subvert or simply avoid prevailing institutional arrangements and, by the same token, create new organizational forms and possibilities. Such initiatives are to be found for instance in democratic organizations (Leach, 2016; Rothschild & Leach, 2008), pirate organizations (Durand & Vergne, 2012; Parker, 2009), makers and hackers spaces (Lallement, 2015), anarchist groups (Riot, 2014), feminist organizations (D’Enbeau & Buzzanell, 2013; Martin, 1990; Springer, 2005), etc.

Very often, a deliberate, purposeful intention is implied in such practices, in which participants actively engage in the production of alternative cultural, political, and institutional arrangements that challenge dominant paradigms (Farias, 2017; Kokkinidis, 2014) and/or in the prefiguration of alternative socio-political landscapes in the here-and-now (Leach, 2013; Maeckelbergh, 2011; Yates, 2015). But in some cases, individual and collective practices taking place “below the radar” within or around organizations are not meant to disrupt existing institutional arrangements. They might however participate in creating “moral gray zones” (Anteby, 2008) in which alternative meanings and practices are produced and sustained and even social and political change in the case of mundane, infra-political forms of actions (Fernández, Martí, & Farchi, 2017; Scott, 2008). Such endeavors – be they intentionally driven towards institutional change or not – can be seen as entrepreneurial (Bureau, 2013, 2014; Courpasson, Dany, & Martí, 2016) in the sense that they shape new organizational and cultural practices which depart from accepted institutional arrangements (Courpasson, 2016; Courpasson, Dany, & Clegg, 2012; Hjorth & Holt, 2016).

This leads us to consider the motivations stemming behind entrepreneurial actions that could be qualified as “subversive” as they produce new meanings and cultural practices. To which extend intended or unintended alternative practices taking place below the radar open-up potentialities for social and institutional change? What kind of change are we talking about? How can we assess the desirability and legitimacy of such changes? Do subversive activities engender institutional uncertainty (Bylund & McCaffrey, 2017) detrimental to their legitimacy? What forms of organizing do they produce, and on which cultural meanings and moral underpinning do they rest on? Does technology impact the nature, size, and strength of subversive networks? How do innovations at the fringe of existing institutional arrangements might become normalized? Do decentralization and denationalization enabled by IT promote institutional and cultural change?

If some scholars claim for a definition of alternative organizations as inherently positive attempts at producing more personal autonomy, solidarity and responsibility (Parker, Cheney, Fournier, & Land, 2014), and consider such organizational forms as necessary for social justice within democratic societies (Parker, 2017), we ask here for unpacking and questioning the cultural practices and moral underpinning that are produced in the making and organizing of such entrepreneurial practices. Since the productive, unproductive, or destructive character of entrepreneurship largely depends on the existing institutional arrangements (Baumol, 1996), the same concerns apply even more so when entrepreneurs aim at subverting the rules of the game (Douhan & Henrekson, 2010; Garud, Hardy, & Maguire, 2007; Sobel, 2008).

In this colloquium, we invite papers that question and challenge the ethical, moral, economic, and cultural aspects of organizations and entrepreneurial actions and innovations emerging at the margins of accepted institutional arrangements, and their potential (positive and negative) impacts.

Some possible perspectives and topics might include:

  • What kind of organizational and cultural practices emerge from attempts at challenging, subverting or simply avoiding existing institutions?
  • How do such practices materially translate into their environment?
  • How can we unveil and make sense of the potential “dark side” of alternative organizations and entrepreneurship?
  • What kinds of epistemologies could help us understanding the unfolding of “subversive” entrepreneurial actions?
  • How can we make sense of individual and collective actions that produce organizational changes unintentionally?

KEYNOTE SPEAKERS

David COURPASSON

Professor of sociology at EMLYON Business School and Director of OCE- EMLYON Research Center; he is also Professor at Cardiff University (UK). He has published numerous articles on political dynamics in organization, resistance and new forms of work and management in journals such as Organization Science, Organization Studies, Journal of Management Studies, Journal of Business Venturing, Entrepreneurship, Theory and Practice and Organization. He has also published several books. He has recently edited (with Steven Vallas) the SAGE Handbook of Resistance. He was editor-in-chief of the journal Organization Studies between 2008 and 2013.

 

Ignasi MARTI

Professor of organization theory and entrepreneurship at the EMLYON Business School and permanent visiting professor at ESADE-Ramon Llull University. He received his PhD from the IESE Business School at the University of Navarra. His research focuses on dignity, resistance, entrepreneurship, power and politics, and other institutional processes. He has published articles in journals such as Academy of Management Journal, Journal of Business Venturing, Organization Studies, Entrepreneurship Theory & Practice, and Journal of Management Inquiry.

 

SUBMISSION DEADLINES

  • Deadline for abstract submission (from 500 to 1000 words in English or in French): May 15th, 2018
  • Notification to the authors: June 15th, 2018
  • Deadline for full paper submission: September 15th, 2018
  • Reviewers’ feedbacks to authors: Mid-November 2018

 

The scientific committee will gather a selection of the most promising full papers presented at the colloquium for consideration for a Special Issue in Society and Business Review.

(for more information about this journal, please visit the website: http://www.emeraldgrouppublishing.com/products/journals/journals.htm?id=sbr).

Abstracts and full papers must be addressed to the following mail address: colloqueceri@istec.fr

For further information, please contact:

Carine Farias, c.farias@istec.fr

Loïc Sauce, l.sauce@istec.fr

 

ORGANIZING COMMITTEE

BENCHERQUI Dominique, Head of Research, ISTEC, Prism-Sorbonne

DARMON Véronique, Head of Pedagogy, ISTEC

FARIAS Carine, ISTEC

MOREL Sylvie, ISTEC

SAUCE Loïc, ISTEC

REY FERRER Anne, Head of Communication, ISTEC

 

SCIENTIFIC COMMITTEE

ACQUIER Aurélien, ESCP Europe, Paris

ALOUI Adel, ISTEC, Paris

BAZIN Yoann, EM Normandie, London

BEAU Gaëlle, ISTEC, Paris

BECHE Jérôme, ISTEC, Paris

BENCHERQUI Dominique, Head of Research, ISTEC, Prism-Sorbonne, Paris

BEZES Christophe, ISTEC, Paris

BOUCHER Ronald, ISTEC, Paris

BOTHELLO Joël, Concordia University, Montreal

BUREAU Sylvain, ESCP Europe, Paris

BYLUND Per, Oklahoma State University, Oklahoma

BYRNE Janice, IESEG, Paris

CANEVET-LEHOUX Sophie, ISTEC, Paris

CHABOUD Mathieu-Claude, Burgundy School of Business, Dijon

COULIBALY Daouda, ISTEC, Paris

ELABIDI Houda, ISTEC, Paris

FARIAS Carine, ISTEC, Paris

FERNANDEZ Pablo, IAE Business School, Buenos Aires

GIACOMONI Gilbert, Agro Paris-Tech and ISTEC, Paris

GIMENEZ-ROCHE Gabriel, NEOMA Business School

HUDSON Bryant, IESEG, Paris

ISLAM Gazi, Grenoble Ecole de Management, Grenoble

KEFI Mohamed Karim, ISTEC, Paris

PESQUEUX Yvon, Lirsa, CNAM, Paris

PICARD Hélène, Grenoble Ecole de Management, Grenoble

SAUCE Loïc, ISTEC, Paris

 

REFERENCES

Anteby, M. (2008). Moral gray zones : side productions, identity, and regulation in an aeronautic plant. Princeton University Press.

Barin Cruz, L., Alves, M. A. ;, & Delbridge, R. (2017). Next steps in organizing alternatives to capitalism: toward a relational research agenda. M@n@gement, 20, 322–335.

Baumol, W. (1996). Entrepreneurship: productive, unproductive, and destructive. Journal of Business Venturing, 11, 3–22.

Bureau, S. (2013). Entrepreneurship as a subversive activity: How can entrepreneurs destroy in the process of creative destruction? M@n@gement, 16, 204–235.

Bureau, S. (2014). Piracy as an avant-gardist deviance: how do entrepreneurial pirates contribute to the wealth or misery of nations? International Journal of Entrepreneurship and Small Business, 22, 426.

Bylund, P., & McCaffrey, M. (2017). A theory of entrepreneurship and institutional uncertainty. Journal of Business Venturing, 3, 461–475.

Cheney, G., Cruz, I. S., Peredo, A. M., & Nazareno, E. (2014). Worker cooperatives as an organizational alternative: Challenges, achievements and promise in business governance and ownership. Organization, 21, 591–603.

Courpasson, D. (2016). Impactful Resistance: The Persistence of Recognition Politics in the Workplace. Journal of Management Inquiry, 25, 96–100.

Courpasson, D., Dany, F., & Clegg, S. (2012). Resisters at Work: Generating Productive Resistance in the Workplace. Organization Science, 23, 801–819.

Courpasson, D., Dany, F., & Martí, I. (2016). Organizational Entrepreneurship as Active Resistance: A Struggle Against Outsourcing. Entrepreneurship Theory and Practice, 40, 131–160.

D’Enbeau, S., & Buzzanell, P. M. (2013). Constructing a feminist organization’s identity in a competitive marketplace: The intersection of ideology, image, and culture. Human Relations, 66, 1447–1470.

Douhan, R., & Henrekson, M. (2010). Entrepreneurship and second-best institutions: going beyond Baumol’s typology. Journal of Evolutionary Economics, 20, 629–643.

Durand, R., & Vergne, J.-P. (2012). No territory, no profit: The pirate organization and capitalism in the making. M@n@gement, 3, 265–272.

Farias, C. (2017). Money is the Root of All Evil – Or Is It? Recreating Culture through Everyday Neutralizing Practices. Organization Studies, 38, 775–793.

Fernández, P. D., Martí, I., & Farchi, T. (2017). Mundane and Everyday Politics for and from the Neighborhood. Organization Studies, 38, 201–223.

Garud, R., Hardy, C., & Maguire, S. (2007). Institutional entrepreneurship as embedded agency: An introduction to the Special Issue. Organization Studies, 28, 957–969.

Hjorth, D., & Holt, R. (2016). It’s entrepreneurship, not enterprise: Ai Weiwei as entrepreneur. Journal of Business Venturing Insights, 5, 50–54.

Kokkinidis, G. (2014). Spaces of possibilities: workers’ self-management in Greece. Organization, 1–25.

Lallement, M. (2015). L’Âge du faire: Hacking, travail, anarchie.

Leach, D. K. (2013). Prefigurative Politics. In D. A. Snow, D. della Porta, B. Klandermans, & D. McAdam (Eds.), The Wiley-Blackwell Encyclopedia of Social and Political Movements. Oxford, UK: Blackwell Publishing Ltd.

Leach, D. K. (2016). When Freedom is Not an Endless Meeting: A New Look at Efficiency in Consensus‐Based Decision Making. The Sociological Quarterly, 57, 36–70.

Maeckelbergh, M. (2011). Doing is Believing: Prefiguration as Strategic Practice in the Alterglobalization Movement. Social Movement Studies, 10, 1–20.

Martin, P. Y. (1990). Rethinking Feminist Organizations. Gender & Society, 4, 182–206.

Parker, M. (2009). Pirates, merchants and anarchists: Representations of international business. Management & Organizational History, 4, 167–185.

Parker, M. (2017). Alternative enterprises, local economies, and social justice: why smaller is still more beautiful. M@n@gement, 20, 418–434.

Parker, M., Cheney, G., Fournier, V., & Land, C. (2014). The question of organization: A manifesto for alternatives. Ephemera, 14, 623–638.

Riot, E. (2014). “Anarchy by the book? Forget about it!”: The role of collective memory in shaping workers’ relations to anarchism and work today. Ephemera, 14, 811–834.

Rothschild, J., & Leach, D. (2008). Avoid, Talk, or Fight: Alternative Cultural Strategies in the Battle Against Oligarchy in Collectivist-Democratic Organizations (pp. 346–361). Springer US.

Scott, J. C. (2008). Weapons of the Weak : Everyday Forms of Peasant Resistance. Yale University Press.

Sobel, R. (2008). Testing Baumol: Institutional quality and the productivity of entrepreneurship. Journal of Business Venturing, 23, 641–655.

Springer, K. (2005). Living for the revolution : Black feminist organizations, 1968-1980. Duke University Press.

Swann, T., & Stoborod, K. (2014). Did you hear the one about the anarchist manager? Ephemera: Theory & Politics in Organization, 14, 591–609.

Yates, L. (2015). Rethinking Prefiguration: Alternatives, Micropolitics and Goals in Social Movements. Social Movement Studies, 14, 1–21.

Forum Entreprendre dans la Culture – Journée Scientifique – 1er juin

4ème FORUM ENTREPRENDRE DANS LA CULTURE

1 juin 2018 – PARIS

Ecole supérieure des BEAUX-ARTS- Paris

 Journée scientifique _ 4ème FORUM ENTREPRENDRE DANS LA CULTURE-vF19 avril

Journée scientifique organisée par Sandrine EMIN (Université d’Angers, GRANEM) et Nathalie SCHIEB-BIENFAIT (Université de Nantes, LEMNA) en partenariat avec l’Académie de l’entrepreneuriat et de l’Innovation et la Revue de l’Entrepreneuriat et avec le soutien du Ministère de la Culture. Elle s’adresse à la communauté de chercheurs travaillant sur le thème de l’entrepreneuriat créatif et culturel en Europe, dans différents domaines des sciences de gestion et sciences humaines et sociales (sociologie, géographie, économie, sciences politiques, psychologie…) ainsi qu’aux experts et professionnels du champ des activités créatives et culturelles.

 

Deux conférences sont proposées :

 

Morning session : 10h-12h30

De l’entrepreneuriat culturel à l’entrepreneuriat dans les activités créatives et culturelles.

 

Coordination scientifique : Sandrine Emin (Université d’Angers) et Nathalie Schieb-Bienfait (Université de Nantes)

Modération : Gérome GUIBERT, sociologue de la culture, maitre de conférences à l’université Paris 3 – Sorbonne nouvelle et co-fondateur de la revue de recherche interdisciplinaire Volume! – La revue des musiques populaires.

Cette conférence vise à dresser un état de l’art des recherches à partir des dernières publications sur l’entrepreneuriat culturel et créatif, avec les présentations d’ouvrages et de numéros spéciaux d’Elena BORIN (Burgundy School of Business), Elmar KONRAD (University of Mainz), Annette NAUDIN (Birmingham University) (interventions en anglais avec traduction), Sandrine EMIN (Université d’Angers, GRANEM), Nathalie SCHIEB-BIENFAIT (Université de Nantes, LEMNA).

Keynote Speakers :

  • Elena BORIN, co-éditrice de l’ouvrage Entrepreneurship in Culture and Creative Industries (2018), Springer International Publishing
    • Elena BORIN est professeur à la Burgundy School of Business, University Bourgogne Franche Comté, CEREN, EA 7477, France.
  • Elmar D. KONRAD, co-rédacteur invité pour le numéro spécial « Cultural Entrepreneurship and the arts Management » d’IJAM (International Journal of Arts Management), vol.20, n°2, 2018
    • Elmar D. KONRAD est professeur à l’université de sciences appliquées (Mainz, Allemagne) et directeur de l’Institut de l’Entrepreneuriat de l’Université des Sciences (Mainz, Germany). Il est le responsable du track « Cultural Entrepreneurship – Innovative Issues in Arts Business and Cultural & Creative Industries » à la conférence EURAM et du track« creative and cultural entrepreneurship » à la conférence IECER.
  • Annette NAUDIN, pour son ouvrage Cultural Entrepreneurship, the Cultural Worker’s Experience of Entrepreneurship, edition Routledge Studies in Entrepreneurship (2018)
    • Annette NAUDIN est senior Lecturer in Media and Cultural Entrepreneurhsip à l’Université de Birmingham City (UK); elle est professeur au National Centre for Graduate Entrepreneurship.
  • Sandrine EMIN et Nathalie SCHIEB-BIENFAIT, co-rédactrices invitées pour le numéro spécial « L’entrepreneuriat créatif et culturel : réalités et enjeux » de la Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 18, n°1, 2018.
    • Sandrine EMIN, maître de conférences en sciences de gestion à l’université d’Angers, chercheure en entrepreneuriat au laboratoire Granem. Responsable de la licence professionnelle Gestion de projets et structures artistiques et culturels de l’IUT d’Angers.
    • Nathalie SCHIEB-BIENFAIT, maître de conférences HDR en sciences de gestion à l’Université de Nantes, chercheure en entrepreneuriat au laboratoire LEMNA.

 

Afternoon session : 14h-16h

L’accompagnement entrepreneurial dans les activités créatives et culturelles

 

Coordination scientifique et modération : Sandrine Emin et Nathalie Schieb-Bienfait

Cette conférence vise à exposer et débattre des enjeux, pratiques et apports de l’accompagnement entrepreneurial au regard des besoins et spécificités des différents filières culturelles et créatives, avec les interventions de Gaëlle DECHAMP (Université de Saint-Etienne), Sandrine EMIN (Université d’Angers), Isabelle HORVATH (Université de Haute Alsace), Sylvie SAMMUT (Labex Entreprendre, Université Montpellier), Nathalie SCHIEB-BIENFAIT (Université de Nantes, LEMNA). Spécialiste de l’accompagnement entrepreneurial, Sylvie SAMMUT a contribué à la rédaction du Libre Blanc sur les structures d’accompagnement à la création d’entreprise en France. Gaëlle DECHAMP et Isabelle HORVATH travaillent notamment sur les dispositifs d’accompagnements spécifiques que constituent les pépinières thématiques et les tiers lieux. Sandrine EMIN et Nathalie SCHIEB-BIENFAIT mènent une étude sur l’accompagnement entrepreneurial dans les activités culturelles et créatives en Pays de la Loire.

Keynote Speakers :

  • Gaëlle DECHAMP, Maître de Conférences en Sciences de Gestion à l’Université de Lyon, site de St-Etienne, chercheure au laboratoire Coactis. Elle a créé le Master “prospective design” à St-Etienne, co-opéré entre l’IAE, l’Ecole des Mines et l’Ecole supérieure d’Art et de Design. Elle est également responsable adjointe du projet Fabrique de l’Innovation de l’Université de Lyon.
  • Isabelle HORVATH, Maître de Conférences en Sciences de Gestion à l’Université de Haute Alsace, chercheur au centre de recherche CREGO (Centre de Recherche en Gestion des Organisations), membre de l’axe Management des Activités Culturelles.
  • Sandrine EMIN, Maître de conférences en sciences de gestion à l’université d’Angers, chercheure en entrepreneuriat au laboratoire Granem. Elle est responsable de la licence professionnelle Gestion de projets et structures artistiques et culturels de l’IUT d’Angers.
  • Sylvie SAMMUT, professeur en sciences de gestion, chercheur au Labex Entreprendre, Université de Montpellier, co-rédactrice en chef de la Revue de l’Entrepreneuriat, directrice du laboratoire MRM-Entrepreneuriat et co-directrice de la Chaire Jacques Coeur du Labex Entreprendre.
  • Nathalie SCHIEB-BIENFAIT, maître de conférences HDR en sciences de gestion à l’Université de Nantes, chercheure en entrepreneuriat au laboratoire LEMNA.

Déroulement des sessions

HorairesLieu Session
9h30 – 10h

 

AccueilCafé – Welcoming Coffee
10h00- 12h30

 

 Morning Session :

 

12h30-14h00Pause déjeuner libre – Free Time

 

14h00-16hSecond sessionAfternoon Session

 

Informations pratiques :

La journée se déroule à l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Paris (6ème). 14 Rue Bonaparte, 75006 Paris (France), – métro : Saint-Germain des Près, ligne 4-.

Horaires : Matin : 9h30-12h30 – Après-Midi : 14h00 – 16h

L’inscription à cette journée est gratuite. Inscription obligatoire sur le site du Forum.

Lien vers le site du Forum Entreprendre dans la Culture pour découvrir le programme et s’inscrire : http://www.forumentreprendreculture.fr/

Pour toute information, contact :

Sandrine EMIN (Université d’Angers, GRANEM; sandrine.emin @ univ-angers.fr),

Nathalie SCHIEB-BIENFAIT (Université de Nantes, LEMNA,

nathalie.schieb-bienfait @ univ-nantes.fr

Doctoral scholarship in entrepreneurship and behavioral finance

Job Summary:

The candidate will do a “co-tutelle” Ph.D. in behavioral finance with the University of Strasbourg, France, and the Université Libre de Bruxelles (ULB),Belgium, under the joint supervision of Profs. Anaïs Hamelin and Marie Pfiffelmann in Strasbourg and Prof. Ariane Szafarz in Brussels. The research program addresses the impact of behavioral biases on entrepreneurs’ financial decision making, both theoretically and empirically. A doctoral formation in management science will be part of the fellowship.

 

Job Description:

 We are looking for a highly motivated person with an interest in studying and developing new ideas. A strong qualification in applied econometrics is required. Scientific rigor and conceptual ability are key for this position. Previous knowledge in behavioural finance is a plus. Fluency in English is a must. French is considered as an advantage. Finally, the candidate should have the experience of writing a master thesis.

 

We offer a comfortable working environment in two top-level European research centers. The selected candidate will also participate to conferences, workshops and other scientific events.

 

Research centers:

The doctoral fellow will integrate both CERMi-CEB at the ULB and the LaRGE Research Center at the University of Strasbourg.

 

The Centre for European Research in Microfinance (CERMi) is a multilingual, international research centre based in Belgium (www.cermi.eu). The Centre Emile Bernheim (CEB) is the ULB’s research centre in Management Science, affiliated to the Solvay Brussels School of Economics and Management (SBS-EM).

 

LARGE is one of the major research centers in finance in France. LaRGE Research Center excels in four major fields: behavioural finance, banking, corporate finance, and public finance (https://large.em-strasbourg.eu/). It has developed an active and strong international research network.

 

Practical information

The doctoral scholarship will provide the candidate with a financing during three years (with a gross salary of 1750€/month), starting on 01/09/2018.

To be considered for the position the candidate must fulfill one of the two following conditions:

  • Holding a five-year Master’s Degree in business administration, Economics or a related discipline (300 ECTS), obtained ( by September 2018) at least with honours (distinction) delivered by a non-French university.
  • Holding a five-year Master’s Degree in business administration, Economics or a related discipline (300 ECTS), obtained ( by September 2018) at least with honours (distinction) from a French university and Bachelor’s Degree from a non-French university.

 

Applications must include:

  • A full academic resume
  • A copy of the Master diploma (including grades) or a letter indicating the expected defense date
  • Official transcripts of records (undergraduate and graduate studies)
  • A letter of motivation
  • A three-page summary of the master’s thesis, including bibliography
  • Academic references (at least one) with detailed contact data.

 

Please send your application to Professor Anaïs Hamelin (anais.hamelin@unistra.fr) before the 25th of May 2018.

Forum Entreprendre dans la Culture – 30 mai et 1er juin – Paris

La 4ème édition du Forum Entreprendre dans la Culture se tiendra du 30 mai au 1er juin 2018 aux Beaux-Arts de Paris, 14 rue Bonaparte 75 006 Paris.

Organisé par le ministère de la Culture, l’événement s’articulera autour de 72 tables rondes et ateliers sur les thèmes notamment du financement, de l’accompagnement, de la structuration, du développement à l’international des entreprises et des associations culturelles.

  • le 30 mai sera consacré aux fondamentaux de la création d’entreprise culturelle. Cette journée accueillera également les rencontres sectorielles consacrées à la musique et à la presse.
  • le 31 mai sera principalement dédié au numérique, à l’innovation dans la culture et aux start up  Cette journée accueillera aussi les rencontres sectorielles consacrées au cinéma, à l’audiovisuel, aux arts plastiques et à l’architecture. Plusieurs tables rondes seront consacrées au tourisme culturel ;
  • le 1er juin sera consacré à l’économie sociale et solidaire (ESS). Cette journée accueillera aussi une journée scientifique ainsi que des rencontres dédiées à l’entrepreneuriat et à la création artistique en Afrique.

La participation à l’évènement est gratuite sur inscription.

Retrouvez le programme complet et la plate-forme d’inscription sur le site Internet : www.forumentreprendreculture.fr

 

Synthèse atelier – Genre Entrepreneuriat et Organisations

Le Centre de recherche en stratégie et la Chaire « Femmes et Entreprises » de Skema Business School ont organisé le 30 mars 2018 un atelier de recherche intitulé :

« Genre, Entrepreneuriat et Organisations »

L’objectif de cet atelier, animé par Corinne Poroli, professeure à Skema, était de promouvoir les recherches et de faciliter la collaboration entre chercheur.es travaillant sur le genre et  l’entrepreneuriat.

Trois intervenantes ont accepté de partager leurs travaux.

Sophie Brière, professeure agrégée de l’Université Laval, a tout d’abord exposé une communication intitulée « Parcours des femmes dans diverses professions traditionnellement masculines au Québec : que peuvent nous apprendre les organisations ? » Un des principaux résultats de la recherche est le développement d’une grille d’analyse commune qui permet simultanément de présenter les obstacles et facteurs facilitants du parcours des femmes sous plusieurs dimensions, notamment la formation initiale, les motivations, le recrutement, les deux premières années de carrière, la carrière, la diversification des choix et les postes de décision. Cette recherche a permis d’identifier également, sous la forme d’un modèle original, les pratiques organisationnelles favorisant la rétention et la progression des femmes dans les organisations de divers secteurs.

Sophie Brière est professeure agrégée au département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Elle détient un doctorat (Ph.D.) de l’École nationale d’administration publique (ENAP) du Québec. Elle est titulaire de la Chaire de leadership en enseignement Femmes et organisations. L’intégration des femmes dans les projets de développement, le soutien à l’entrepreneuriat féminin, l’institutionnalisation de l’égalité entre les sexes, l’impact de la présence des femmes sur les conseils d’administration et la progression des femmes dans des métiers et professions traditionnellement masculins sont quelques exemples de thèmes qui font l’objet de ses travaux de recherche et d’enseignement.

Maripier Tremblay, professeure agrégée de l’Université Laval, a ensuite poursuivi avec une communication intitulée « Soutenir les femmes entrepreneures en contexte africain : vers une nouvelle approche dynamique et collective ». À travers une étude exploratoire menée en Afrique du Sud et au Rwanda, l’adéquation entre les services de soutien offerts aux femmes entrepreneures et leur réalité spécifique a été étudiée. Sur la base d’un modèle combinant le contexte, les stratégies de soutien et la performance des entreprises créées par les femmes, la recherche a permis d’illustrer la mésadaptation des services de soutien caractérisés par une approche générique et androcentrique, une logique stéréotypée de la performance et un manque de considération pour l’influence de la situation familiale sur le cheminement entrepreneurial. Dans le but d’alimenter la réflexion et orienter les futures interventions, un modèle original reposant sur une approche dynamique et collective a été proposé.

Maripier Tremblay est professeure agrégée à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Elle est également titulaire de la Chaire en entrepreneuriat et innovation. Détentrice d’un doctorat en administration des affaires (DBA) de l’Université du Québec à Trois-Rivières, ses travaux de recherche s’intéressent notamment à l’éducation entrepreneuriale, la relève entrepreneuriale, le soutien à l’entrepreneuriat, la reconnaissance d’opportunités, l’innovation et la créativité.


Juliane Santoni,
professeure à Burgundy School of Business, a par la suite présenté une communication intitulée « Femmes entrepreneures et accompagnement : des processus adaptables à des besoins différenciés ». Une recherche qualitative de près de 3 ans auprès de différents acteurs de l’écosystème : porteurs et porteuses de projets, entrepreneures, accompagnants et acteurs institutionnels a été menée. En se basant sur la nature du besoin d’accompagnement (affectif, cognitif, motivationnel et décisionnel) ainsi que sur son intensité, quatre profils d’entrepreneures ont été identifiés. Les résultats mettent également au jour trois processus d’accompagnement pouvant favoriser l’entrepreneuriat des femmes. 

 Juliane Santoni est docteur en Sciences de Gestion, et actuellement enseignant-chercheur à Burgundy School of Business. Ses recherches portent principalement sur l’entrepreneuriat des femmes et l’accompagnement entrepreneurial. Ses travaux ont été récompensés par le Prix de la meilleure communication Jeune Chercheur de l’AGRH en 2014. Après un Master Grande Ecole, spécialisation Entrepreneuriat, elle a étudié une année à Texas A&M University, puis créé et géré le centre entrepreneurial de l’EM Strasbourg.

Les échanges avec les participants ont permis de nourrir la réflexion et d’apporter des éclairages stimulants, qui augurent de collaborations futures fructueuses. Un grand merci à toutes et à tous pour votre participation.

Contact : corinne.poroli @ skema.edu

EM Normandie – Faculty position with a mission of Academic Director of a graduate program in Entrepreneurship

Faculty position with a mission of Academic Director of a graduate program in Entrepreneurship

Faculty Position M2 Entrepreneur _ Avril 2018

Le Havre Campus

The position and its requirements

As tenured professor, you will have to manage a Graduate program in Entrepreneurship in Le Havre. You will have a teaching load of 120 hours per year, in order to enable you to focus on research academic activities under an agreed three year production schedule. A competitive salary is offered with additional research performance-based bonuses.

The position requires a doctorate or a PhD in Management, with a orientation in strategy and entrepreneurship. Candidates with a proven track record in teaching will have to provide evidence of recent and expected publications in peer-reviewed journals. Fluency in English is required and French would also be an asset, although additional training can be provided. Priority will be given to candidates with international experience.

The School and its research and teaching environment

EM Normandie was established in 1871 as one of the first Grandes Ecoles, and has since been considered as a reference among French business schools. EM Normandie is an EQUIS and AACSB-accredited institution. EM Normandie has been ranked 67th place with its “Grande Ecole” programme in the Financial Times. Over 3,500 students and trainees attend its programs on its five campuses in Le Havre, Caen, Paris, Dublin and Oxford.

The EM Normandie mission has been defined to educate the managers of tomorrow, as responsible executives prepared to lead change in a cross-cultural environment. EM Normandie promotes the intellectual contributions of its faculty (72 core faculty members in January 2018), whether academic or applied, to guaranty high added value in the educational process of all its students. The School offers around twenty training pre-experience and continuous education programs, both in French and in English.

If you want to develop your research projects among our dynamic faculty and its network, if you share our passion for teaching and aspire to expand your teaching skills, if you are able to demonstrate that you are strong team players and self-motivated individuals, this position is for you.

The recruitment process

Candidates should submit a letter of application, a full curriculum vitae (including teaching description and current research in progress), 2 or 3 research papers, and the contact information of three referees by e-mail to : smaugendre@em-normandie.fr The working contract will be under local conditions.

Contact and Information

Sandrine MAUGENDRE Email: smaugendre@em-normandie.fr Phone number : 00.33.2.76.84.00.25 30, rue de Richelieu – 76087 Le Havre Cedex – France

Please visit our website : http://www.ecole-management-normandie.fr/english/

Cfp – Cognitive Perspective in Entrepreneurship Research – Ipag Paris – 24th & 25th september

IPAG Business School & Grenoble Ecole de Management are delighted to host the Workshop “Cognitive Perspective in Entrepreneurship Research” from 24th to 25thSeptember 2018, Paris, France : http://www.ipag-entrepreneurship.fr

Our workshop aims to work on this direction by identifying future avenues for cognitive research in entrepreneurship. We next elaborate some topics in the hope of encouraging scholarly submissions to the workshop.

In addition, during the workshop we organize a two hours’ session with Professor’s ICEK AJZENALAN CARSRUD, NORRIS KRUEGER, MARCO VAN GELDEREN, FRANCISCO LINAN & KELLY SHAVER, will join our workshop and the doctoral consortium. This session offers an opportunity to discuss the TPB and its associated methodology with examples drawn from latest entrepreneurship research of the participants of the workshop. Professors ROBERT BLACKBRUN (ISBJ) and DIDIER CHABAUD (Revue de l’Entrepreneuriat) will join our special “Meet the editor’s session”.

If you are interested by the workshop and would like to submit your contributions:

– Abstract Submission Deadline: June, 15th 2018

– Deadline for Doctoral Consortium Abstract Submission: June, 15th 2018

Do not hesitate to contact us if you need further information : Prof. Adnane Maalaoui and Prof. Erno Tornikoski: a.maalaoui[@]ipag.fr and erno.tornikoski[@]grenoble-em.com

 

Numéro spécial Revue de l’Entrepreneuriat – Regards croisés sur l’échec entrepreneurial

Appel à contributions – Numéro spécial de la Revue de l’Entrepreneuriat

Regards croisés sur l’échec entrepreneurial

Téléchargez l’appel à contribution : Dossier Revue de l’Entrepreneuriat Echec entrepreneurial

Éditeurs associés :

  • Smita Singh (Auckland University of Technology, New Zealand)
  • Nabil Khelil (Université de Caen, CREM CNRS)
  • Xavier Brédart (Université de Mons, HumanOrg)
  • Nadine Levratto (Université Nanterre, CNRS, EconomiX)

Deadline des soumissions : 15 septembre 2018

Les coûts psychologiques, sociaux et économiques de l’échec (Byrne et Shepherd, 2015; Cope, 2011; Singh et al., 2007-2015; Ucbasaran et al., 2013), font de ce phénomène un sujet sensible à aborder (Bruno et Leidecker, 1988; Cacciotti et al., 2016) et un événement indésirable et inattendu à éviter (Aaltonen et al., 2010; Politilis et Gabrielsson, 2009). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les premiers travaux sur la défaillance des entreprises, reconnue dans la littérature anglo-saxonne sous le terme “business failure“. Bien que ce phénomène ait été étudié par plusieurs disciplines (Walsh et Cunningham, 2016, p. 164), telles que le droit (Peng et al., 2010), la finance (Beaver, 1966), la sociologie (Freeman et al., 1983), l’économie (Dunne et al., 1989), le management (Moulton et al., 1996), la stratégie (Sheppard et Chowdhury, 2005) et les sciences des organisations (Mellahi et Wilkinson, 2004), ces travaux partagent le même objectif : mettre en évidence les causes qui sont à l’origine de l’échec de nombreuses entreprises et, éventuellement, réfléchir à des stratégies d’actions préventives, curatives ou encore palliatives.

C’est à partir de l’introduction de la notion de l’échec dans le champ de l’entrepreneuriat que le concept « échec entrepreneurial » a pris de l’ascendant. Si les premiers travaux sur l’échec entrepreneurial se focalisent sur les causes, les travaux menés au cours de la dernière décennie se concentrent plutôt sur les expériences d’échec vécues par les entrepreneurs. L’échec n’est plus perçu comme étant un sujet sensible qui demeure peu étudié en entrepreneuriat (Aaltonen et al., 2010; Politilis and Gabrielsson, 2009), mais comme une étape indispensable à la réussite d’un processus entrepreneurial, qui mérite d’être étudiée en profondeur (Jenkins et Mckelvie, 2016). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les travaux fondateurs sur l’apprentissage de l’échec (McGrath, 1999; Minniti et Bygrave, 2001; Shepherd, 2003) qui suscitent aujourd’hui un intérêt croissant dans la littérature tant anglo-saxonne (Dias et Teixeira, 2017; Shepherd et al., 2016; Walsh et Cunningham, 2017) que francophone (Crutzen et Van Caillie, 2009 ; Cusin et Maymo, 2016 ; De Hoe et Janssen 2016 ; Khelil et al., 2012 ; Krauss, 2009 ; Philippart, 2017). L’attention ne porte plus aujourd’hui uniquement sur les causes d’échec à éviter mais plutôt sur les leçons à tirer des échecs afin de les capitaliser.

L’augmentation du nombre de publications scientifiques, l’existence de plusieurs revues prestigieuses (spécialisées ou non) publiant sur le sujet, l’apparition d’ouvrages collectifs (Shepherd, 2013; Shepherd et al., 2016) et de numéros spéciaux (Detienne et Wennberg, 2016; Levratto et Brédart, 2018), l’existence d’une logique de capitalisation des connaissances (voir les revues de littérature conduites par Jenkins et Mckelvie, 2016 ; Ucbasaran et al., 2013 et Walsh et Cunningham, 2016), nous amène à la conclusion suivante : l’échec commence à occuper une place grandissante et fondamentale dans la littérature académique sur l’entrepreneuriat. Ce phénomène est aujourd’hui considéré comme un vrai objet d’étude qui suscite l’intérêt des chercheurs (Corner et al., 2017; Eberhart et al., 2017; Jenkins et McKelvie, 2017 ; Shepherd et Patzelt, 2017; Walsh et Cunningham, 2017). 2

Quelle que soit l’approche théorique (déterministe versus volontariste) ou méthodologique (qualitative versus quantitative) mobilisée ou, encore, le niveau d’analyse étudié (entrepreneur, entreprise, environnement), les chercheurs sont toujours confrontés à la réalité complexe et protéiforme de l’échec entrepreneurial (Khelil, 2016). La diversité et l’interdépendance des éléments objectifs et subjectifs, qualitatifs et quantitatifs, économiques et psychologiques inhérents à la fois à l’entrepreneur et l’entreprise qu’il créée, rendent les approches disjonctives désuètes. Bien que les approches traditionnelles de la défaillance d’entreprises adoptant le plus souvent une perspective linéaire et binaire dominent à ce jour, il existe une tendance de plus en plus marquée aux approches intégratives. Selon ces approches, l’échec est vu comme un phénomène multidimensionnel et complexe composé de différents éléments interdépendants qui interagissent sur plusieurs niveaux.

C’est dans ce cadre que s’inscrit cet appel à contribution. Au-delà de la question des causes (pour quelles raisons certaines entrepreneurs échouent-ils et d’autres non ?) ou encore les conséquences (quelles sont les conséquences que peut avoir l’échec de l’entreprise sur l’entrepreneur ?), d’autres questions sont en jeu :

  • Qu’est qu’un échec entrepreneurial ?
  • Comment les entrepreneurs interprètent-ils leur échec ?
  • Pour quelles raisons certains entrepreneurs apprennent-ils beaucoup plus de leur échec que d’autres ?
  • Pour quelles raisons certaines entrepreneurs ont beaucoup plus peur de l’échec que d’autres ?
  • Comment accompagner les entrepreneurs en situation d’échec ?

Soumission des textes

Les propositions d’articles sont à envoyer à nabil.khelil@unicaen, à xavier.bredart@umons.ac.be, et en copie à soumission@entrepreneuriat.com,

– au plus tard le 15 septembre 2018,

en respectant les normes de la Revue de l’entrepreneuriat :

 

Normes de publication

en mentionnant dans l’objet « soumission au numéro échec entrepreneurial ».

Les textes retenus seront publiés dans un numéro thématique de la Revue de l’Entrepreneuriat (n°1, 2020).

Echéancier

L’échéancier suivant est proposé : Envoi des propositions d’article (version complète) :15 septembre 2018
Retour des évaluations et notification des décisions aux auteurs :15 janvier 2019
Dépôt des articles révisés (2ème tour d’évaluation):15 avril 2019
Dépôt des versions finales :15 octobre 2019

 

3e Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise

Ce numéro thématique sera précédé par le 3e Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise. Ce colloque, qui se déroulera le 15 juin à l’Université de Caen, est co-organisé par le Centre de Recherche en Economie et en Management de l’université de Caen (CREM – UMR CNRS 6211), l’unité mixte de recherche du CNRS EconomiX (Université de Nanterre) et l’institut de recherche humanOrg de l’Université de Mons. Centrée sur les approches multidimensionnelles de la défaillance des entreprises, cette troisième édition du CIDE est parrainée par l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation (AEI) ainsi que par l’Association Internationale de Recherche en Entrepreneuriat et PME (AIREPME). Les auteurs des meilleures communications recommandées par les évaluateurs seront invités à soumettre une version enrichie de leur texte à ce numéro thématique.
Site internet : https://businfailure.sciencesconf.org/
Télécharger l’appel à communication : 3ème Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise

Références
Aaltonen, S., Blackburn, R., & Heinonen, J. (2010). Exploring entrepreneurial exits: a study of individual exit experiences in Finland and the UK. The theory and practice of entrepreneurship: Frontiers in European entrepreneurship research, 145-167.
Beaver, W. H. (1966). Financial ratios as predictors of failure. Journal of accounting research, 71-111.
Bruno, A. V., & Leidecker, J. K. (1988). Causes of new venture failure: 1960s vs. 1980s. Business Horizons, 31(6), 51-56.
Byrne, O., & Shepherd, D. A. (2015). Different strokes for different folks: Entrepreneurial narratives of emotion, cognition, and making sense of business failure. Entrepreneurship Theory and Practice, 39(2), 375-405.
Cacciotti, G., Hayton, J. C., Mitchell, J. R., & Giazitzoglu, A. (2016). A reconceptualization of fear of failure in entrepreneurship. Journal of Business Venturing, 31(3), 302-325.
Cope, J. (2011). Entrepreneurial learning from failure: An interpretative phenomenological analysis. Journal of business venturing, 26(6), 604-623.
Corner, P. D., Singh, S., & Pavlovich, K. (2017). Entrepreneurial resilience and venture failure. International Small Business Journal, 0266242616685604.
Crutzen, N. et Van Caillie, D. (2009). Vers une taxonomie des profils d’entrée dans un processus de défaillance : Un focus sur les micro-et petites entreprises en difficulté. Revue Internationale PME, 22(1), 101-128.
Cusin, J., & Maymo, V. (2016). Stigmatisation de l’entrepreneur post-faillite et décision de financement du banquier. M@n@gement, 19(4), 305-329.
De Hoe, R. et Janssen, F. (2016). Le capital psychologique permet-il d’apprendre et de rebondir face à un échec entrepreneurial? Management International,20(2),18-28.
DeTienne, D., & Wennberg, K. (2016). Studying exit from entrepreneurship: New directions and insights. International Small Business Journal, 34(2), 151-156.
Dias, A., et Teixeira, A. A. (2017). The anatomy of business failure: A qualitative account of its implications for future business success. European Journal of Management and Business Economics, 26(1), 2-20.
Dunne, T., Roberts, M. J., & Samuelson, L. (1989). The growth and failure of US manufacturing plants. The Quarterly Journal of Economics, 104(4), 671-698.
Eberhart, R. N., Eesley, C. E., & Eisenhardt, K. M. (2017). Failure is an option: Institutional change, entrepreneurial risk, and new firm growth. Organization Science, 28(1), 93-112.
Freeman, J., Carroll, G. R., & Hannan, M. T. (1983). The liability of newness: Age dependence in organizational death rates. American sociological review, 692-710.
Jenkins, A., & McKelvie, A. (2016). What is entrepreneurial failure? Implications for future research. International Small Business Journal, 34(2), 176-188. Jenkins, A., & McKelvie, A. (2017). Is this the end? Investigating firm and individual level outcomes post-failure. Journal of Business Venturing Insights, 8, 138-143. Khelil, N., Smida, A., & Zouaoui, M. (2012). Contribution à la compréhension de l’échec des nouvelles entreprises: exploration qualitative des multiples dimensions du phénomène. Revue de l’Entrepreneuriat, 11(1), 39-72.
Khelil, N. (2016). The many faces of entrepreneurial failure: Insights from an empirical taxonomy. Journal of Business Venturing, 31(1), 72-94.
4
Krauss, G. (2009). Les jeunes entreprises pionnières face à l’incertitude: la construction sociale de l’échec. Revue Française de socio-économie, (1), 169-186. Levratto, N., & Brédart, X. (2018). La défaillance et l’échec des PME. Revue internationale PME, Numéro thématique.
McGrath, R. G. (1999). Falling forward: Real options reasoning and entrepreneurial failure. Academy of Management review, 24(1), 13-30.
Mellahi, K., & Wilkinson, A. (2004). Organizational failure: a critique of recent research and a proposed integrative framework. International Journal of Management Reviews, 5(1), 21-41.
Minniti, M., & Bygrave, W. (2001). A dynamic model of entrepreneurial learning. Entrepreneurship: Theory and practice, 25(3), 5-5.
Moulton, W. N., Thomas, H., et Pruett, M. (1996). Business failure pathways: environmental stress and organizational response. Journal of Management, 22(4), 571-595.
Peng, M. W., Yamakawa, Y., et Lee, S. H. (2010). Bankruptcy Laws and Entrepreneur-Friendliness. Entrepreneurship Theory and Practice, 34(3), 517-530. Philippart P. (2017). “L’accompagnement de l’entrepreneur en difficulté: questions autour d’un phénomène complexe”, Projectics/Proyética/Projectiques, vol.1, n°16, p.11-29.
Politis, D., & Gabrielsson, J. (2009). Entrepreneurs’ attitudes towards failure: An experiential learning approach. International Journal of Entrepreneurial Behavior & Research, 15(4), 364-383.
Shepherd, D. A. (2003). Learning from business failure: Propositions of grief recovery for the self-employed. Academy of management Review, 28(2), 318-328.
Shepherd, D. A. (2013), Entrepreneurial Failure. The International Library of Entrepreneurship Series. Edward Elgar Pub.
Shepherd, D.A., Williams, T., Wolfe, M. et Patzelt, H. (2016). Learning from Entrepreneurial Failure. Cambridge University Press.
Shepherd, D. A., et Patzelt, H. (2017). Trailblazing in Entrepreneurship: Creating New Paths for Understanding the Field. Springer.
Sheppard, J. P., & Chowdhury, S. D. (2005). Riding the wrong wave: Organizational failure as a failed turnaround. Long Range Planning, 38(3), 239-260.
Singh, S., Corner, P., & Pavlovich, K. (2007). Coping with entrepreneurial failure. Journal of Management & Organization, 13(4), 331-344. Singh, S., Corner, P. D., & Pavlovich, K. (2015). Failed, not finished: A narrative approach to understanding venture failure stigmatization. Journal of Business Venturing, 30(1), 150-166.
Ucbasaran, D., Shepherd, D. A., Lockett, A., & Lyon, S. J. (2013). Life after business failure: The process and consequences of business failure for entrepreneurs. Journal of Management, 39(1), 163-202.
Walsh, G. S. et Cunningham, J. A. (2017). Regenerative failure and attribution: Examining the underlying processes affecting entrepreneurial learning. International Journal of Entrepreneurial Behavior et Research, 23(4), 688-707.
Walsh, G. S., & Cunningham, J. A. (2016). Business failure and entrepreneurship: emergence, evolution and future research. Foundations and Trends in Entrepreneurship, 12(3), 163-285.

Audencia Business School – Recherche Vacataire Entrepreneuriat Rentrée 2018

L’essor de l’enseignement de l’entrepreneuriat à Audencia Business School se poursuit.

Avec plus de 1400h d’enseignement délivrées en entrepreneuriat cette année (majeure, filière, tronc commun Grande Ecole, MBA, MSc, MS), le groupe entrepreneuriat de la faculté d’Audencia Business School recherche des candidats vacataires pour venir soutenir cet essor.

Le tronc commun de la grande école réunira près de 1000 étudiants l’an prochain.

Les candidats doivent avoir la passion de l’enseignement de l’entrepreneuriat et le goût de l’accompagnement des entrepreneurs.

Les candidats peuvent faire parvenir leurs CVs à Vincent Lefebvre – Professeur Associé Entrepreneuriat – vlefebvre[@]audencia.com

Conférence Digital, Innovation, Entrepreneurship and Financing, 11-12 Juin 2018, LYON, date limite de soumission : 15 avril (prolongement)

You are cordially invited to submit your research papers for presentation at the International Conference on Digital, Innovation, Entrepreneurship and Financing (DIF-2018) that will take place on June 11-12, 2018 in Lyon, which has been ranked as the most attractive city in France (capital of Gaul, capital of gastronomy, boasts a Unesco heritage site…).

 We welcome the submission in French or English of research papers on the following (non-exhaustive) list of topics:

  • Digital transformation, Strategy and Competitiveness of firms
  • Economics of innovation
  • Innovation & Marketing, Digital Marketing
  • Digital systems & technologies: ERP, CRM, ECM, CAM…
  • Management of innovation and Organizational impacts
  • Protection and development of innovations, Patents, Open innovation
  • Innovation and Business model
  • Entrepreneurship / Intrapreneurship
  • Incubator, start-ups and innovation
  • SME and innovation
  • Innovations in coaching and mentoring implications for entrepreneurs
  • Knowledge management
  • Dynamics and growth strategy of innovative firms
  • Human Resources and Innovation
  • E-learning, e-education and e-pedagogy
  • Innovation and accounting, Digital and audit
  • Electonic markets and Trading Platforms
  • Financing of innovation
  • FinTech and Alternative Finance (crowdfunding, P2P lending)
  • Governance and Financing of High Tech or innovative firms
  • Business Angels, venture capital, CVC, spinoff, IPO…
  • Digital finance, money, banking, and insurance: Bitcoin, cryptocurrency, Blockchain, future of payments, e-banking, e-finance, AssurTech…
  • Digital, Modeling and numerical methods

 

Keynote Speakers

* Cédric VILLANI, Professor, Awarded the Fields Medal, University of Lyon (FR)

* Léo paul DANA, Professor, Montpellier Business School (FR) & Princeton University (US)

Denis SCHWEIZER, Professor, John Molson School of Business, Concordia University (CA)

Paper Submission Procedure

Interested contributors should submit preferably full papers in PDF files (in English or French), but extended abstracts (1,000 to 1,500 words) may also be considered if they show considerable promise, no later than April 15, 2018 through the conference website.

Important Dates

  • Submission deadline : April 15, 2018 (extended deadline)
  • Notification of review results: April 25, 2018
  • Registration deadline: May 15, 2018
  • Conference event: June 11-12, 2018

Please visit our website for detailed information: https://dif2018.sciencesconf.org/

SPECIAL ISSUES

  • Technological Forecasting and Social Change, Elsevier (5-Year Impact Factor: 3.226)
  • Canadian Journal of Administrative Sciences / Revue Canadienne des Sciences de l’Administration, John Wiley & Sons (ISI)
  • International Journal of Entrepreneurship and Small Business, Inderscience Publishers (Scopus)
  • Management International / International Management (Fnege cat. 2)
  • Management & Avenir (Fnege cat. 3)

 

Associated Journals

  • Economic Modelling (5-Year Impact Factor: 1.573)
  • Economics World, ISSN 2328-7144
  • Contemporary Economics (ESCI/Thomson Reuters, Scopus)
  • Revue de l’Entrepreneuriat, De Boeck (Fnege, cat. 2)
  • Gestion 2000  (Fnege, cat. 4)

Partner Scientific Associations

Association Internationale de Management Strategique (AIMS)

Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation (AEI)
For queries, please contact the organizers at diflyon2018@gmail.com

Call for 2nd STEP Global Academic Conference

CALL FOR THE 2ND STEP GLOBAL ACADEMIC CONFERENCE

We are pleased to announce the Call For Proposals for the 2nd STEP GLOBAL ACADEMIC CONFERENCE.

Three years ago, the STEP Project scholars decided to create this conference with the purpose of sharing knowledge, research ideas, insights and best practices generated through the Project, since its beginnings in 2006. The Boston STEP Conference accomplished this goal and also became an excellent opportunity to start research collaborations, get feedback and increase our networking opportunities.

As in the first Conference in Boston in 2016, this Conference welcomes proposals representing original (unpublished) research from any and all members of the STEP community. Proposals addressing any aspect of transgenerational entrepreneurship and familiness, are welcome. Works utilizing data from the STEP global survey or STEP case studies are specifically encouraged, but research utilizing data from all sources is invited. All types of scholarly work is also welcome and encouraged including, but not limited to; qualitative studies, quantitative studies, conceptual works and teaching cases.

Following the lead of the first Conference in Boston, this conference will include several opportunities to present and obtain feedback on your research. Scholars of all levels will find value in presenting research at all stages. Traditional paper sessions, poster sessions, round tables and other methods of presenting and sharing scholarly work will all be a part of the conference.

Scholars can benefit from sessions focused on publishing advice and journal choice from experienced editorial board members. Scholars looking to start new collaborative projects will benefit from facilitated brainstorming sessions focused on developing ideas for new collaborative research projects. We look forward to see you in beautiful Cartagena, to share the research efforts of our STEP community.

 

Important Information:

Call For Proposals is open March 4, 2018.

Date of the STEP conference: October 18th– 20th 2018

Location Venue:  Cartagena, Colombia

Those invited to participate: Any scholar from a STEP Affiliated University + co-authors

We encourage you to submit a proposal and participate in the engaged community of scholars at our second STEP Global Academic Conference.  Please submit proposals to Yeny Rodriguez at yerodriguez@icesi.edu.co.

Questions?  Please contact:  Luis Diaz Matajira at luidiaz@uniandes.edu.co  or Yeny Rodriguez at yerodriguez@icesi.edu.co

 

Subconference in Family Business Research at the 9th International Research Meeting in Business and Management (IRMBAM-2018)

Subconference in Family Business Research at the 9th International Research Meeting in Business and Management (IRMBAM-2018)

We warmly invite you to submit your paper for presentation in the Subconference on Family Business Research
organized by Andrea Calabrò (IPAG Business School) at the 9th International Research Meeting in Business and
Management that will take place on 5-7th July 2018 at IPAG Business School, Nice Campus, France. We welcome both theoretical and empirical contributions on family business research, with emphasis on management and governance; entrepreneurial behaviors and dynamics; succession; internationalization; innovation; financing choices; emotional dynamics and conflict management; as well as empirical and theoretical studies which help bringing forward the understanding of the family business phenomenon across different countries and cultures.
Within the subconference on Family Business Research there will be a Special Session on “Family Business Management, Governance and Transgenerational Entrepreneurship” with a keynote speech which will be held by Alessandro Minichilli (Bocconi University, Italy). Moreover, Shaker Zahra (University of Minnesota, USA), who will
do one of the keynotes of the overall conference, will participate in this special session.
Only papers in English are considered. They must be submitted electronically at:
https://ipag-irm.sciencesconf.org/user/submit
Please choose the Topic “Subconference in Family Business Research” when you submit your paper.

IMPORTANT DATES

  • Submission deadline (full paper): April 8, 2018
  • Notification of review results: May 4, 2018
  • Registration deadline: June 4, 2018
  • Conference event: July 5-7, 2018

FURTHER INFORMATION
For queries, please contact the organizer at a.calabro @ ipag.fr or ipag-irm @ sciencesconf.org

Newsletter de la présidente – Printemps 2018

Chers académiciennes et académiciens de l’Entrepreneuriat

Le printemps arrive enfin ! et avec lui une nouvelle Newsletter de la Présidente, mensuelle, qui retracera les principaux points marquants de notre communauté.

Cet espace est aussi le vôtre, n’hésitez pas à me remonter des informations, des demandes, des annonces … afin que notre communauté soit la plus dynamique possible et donc la plus utile à tous !

L’année écoulée a été riche en évènements at actions, dont les principales ont été les suivantes :

  • Le Congrès de décembre 2017 à Dakar a réuni 11 nationalités et a permis des échanges fructueux. Nous avons inauguré un partenariat avec l’AUF qui a permis à Valérie François d’organiser une Table ronde autour d’étudiants entrepreneurs africains. Nous avons également, en partenariat avec Le Sphinx décerné le Prix du meilleur papier empirique. Le bilan financier est positif,

Suite au Congrès, un Groupe thématique « Afrique » est en réflexion. Si vous souhaitez y participer, contactez Thierno Bah et Valérie François,

  • La Revue de l’Entrepreneuriat sort régulièrement ses numéros. Le N° 1, volume 18, 2018, sera consacré à l’entrepreneuriat culturel et créatif (Chapain, Emin & Schieb-Bienfait). Plusieurs dossiers sont prévus pour 2018-2019 sur les thèmes suivants : parentalité, financement et gouvernance des entreprises innovantes, cognition, entrepreneuriat rural, hypercroissance. Envoyez vos papiers à soumission@entrepreneuriat.com ,
  • Le site de l’AEI est beaucoup plus dynamique et source de nombreuses informations, suite au travail de Vincent Lefebvre. N’hésitez pas à le consulter et à l’utiliser pour vos annonces !
  • La nouvelle plateforme Kangae dont l’AFE est partenaire a lancé fin 2017 un appel à candidatures pour la rédaction de mini-cas qui seront diffusés sur Kangae. Certains de nos collègues ont répondu. Un autre appel à candidatures sera lancé pour alimenter la plateforme (contact Neila Tabli),
  • Un groupe de travail sur la thématique « Business Transfer » a vu le jour. Plusieurs réunions ont déjà eu lieu. Si ce thème vous intéresse, contactez Bérangère Deschamps et Didier Chabaud,
  • Un travail sur l’éthique de la recherche et de la publication a été entrepris et une séance a eu lieu lors du Congrès de Dakar (contact Inès Gabarret et Gilles Guieu),
  • Une convention a été passée avec la CCMP pour décerner le Prix de la « Meilleure étude de cas PME 2018 », en partenariat avec CJD et AEI https://goo.gl/3tS9AV. La campagne 2018 se termine le 6 avril 2018. De plus, une collection CJD-AEI a fait ses débuts,

Et on continue en 2018 :

  • La Journée AEI-AIREPME du 25 mai dans le cadre des Journées Fnège (22-25 mai) se prépare sur le thème de la relecture de la notion de valeur. Le programme est sur le site. Inscrivez-vous nombreux pour cette Journée et la Journée Fnège du 24 à www.management2018.fr ,
  • Un gros effort doit être fait par tous pour valoriser l’activité de l’AEI. Un groupe de travail y est consacré (contact : Catherine Léger-Jarniou).

Un geste simple commence par le fait d’apposer à votre signature de mail (et toutes signatures) votre appartenance à l’AEI et d’y adjoindre notre logo.

Une Plaquette de communication à destination des partenaires a été créée. Elle est à la disposition de tous les membres de l’AEI. Il s’agit d’un plaquette 3 volets que vous pourrez personnaliser en ajoutant votre contact sur le dernier volet. Vous la trouverez sur le site ! 2018 Plaquette

A l’occasion des Journées Abbé Grégoire, au Cnam, cette plaquette a été déclinée pour viser les futurs adhérents de l’AEI. Vous pouvez également la diffuser pour nous faire connaître et susciter des adhésions. Vous la trouverez sur le site ! 2018 Plaquette Adhesion

Un Annuaire du réseau est en cours de construction, j’y reviendrai dans la prochaine Newsletter !

  • Des Journées thématiques auront lieu en 2018 :
    • Journées « Entrepreneuriat culturel et créatif » (S. Emin et N. Schieb-Bienfait)
      • Forum régional Entreprendre dans la culture – Pays de la Loire (Nantes, 22 mars 2018)
      • Forum national Entreprendre dans la culture (Paris, 1er juin 2018)
    • Journée « Entrepreneuriat familial » organisée par Chaire Entrepreneuriat Familial et Société d’Audencia Business School (Workshop Audencia Nantes, 12-13 avril 2018)
    • Journée « Processus entrepreneurial » (Séminaire, Séville, 2-3 avril 2018)
    • Journée « Accompagnement entrepreneurial » : 4ème Rencontre entre acteurs des réseaux d’accompagnement et chercheurs (Montpellier, 10 juillet 2018) (K. Messeghem, S. Sammut, Leïla Temri),
    • Le prochain Congrès AEI aura lieu en 2019 à Montpellier.

Cette première Newsletter est un peu longue, les suivantes seront centrées sur les activités de notre communauté… je compte donc sur vous pour le les faire connaître !

Si l’AEI est à votre disposition, elle a aussi grandement besoin de vous pour que chacun puisse savoir ce qui se passe chez les autres.

À très vite donc pour vous présenter de nouvelles actions,  n’hésitez pas à nous faire connaître votre actu.

 Catherine Léger-Jarniou

Journée AEI-AIREPME – Entrepreneuriat et PME : question(s) de valeur(s) – 25 mai 2018

8h30

9h-9h15

9h15-10h45

10h45-11h

11h-12h30

12h30-14h

14h-15h30

15h30-15h45

15h45-17h15
17h15-17h45

Accueil des participants

Accueil de la Journée par Présidents AEI et AIREPME

Table Ronde : «Valeur et Business Model (Modèle d’affaires) : de nouvelles perspectives ?»*

Pause

Ateliers : Session 1
3 séries + 1 track Entrepreneuriat Social

Pause déjeuner

Ateliers : Session 2
3 séries + 1 track Entrepreneuriat Social

Pause

Ateliers : Session 3
3 séries + 1 track Entrepreneuriat Social

Séance de clôture

          

* La table ronde sera animée par Sandrine Emin (Université d’Angers, GRANEM), Nathalie Schieb-Bienfait (Université de Nantes, LEMNA) et participeront

  • Alexandra Bidet, sociologue, (CNRS, centre Maurice Halbwachs, Paris)
  • Robert Desmarteau, professeur (ESG, Université du Québec à Montréal)
  • Olivier Germain, professeur (ESG, Université du Québec à Montréal)
  • Estèle Jouison-Laffitte, maître de conférences (Université de Bordeaux, IRGO)
  • Anne Laure Saives, professeur (ESG, Université du Québec à Montréal)
  • Caroline Urbain, maître de conférences (Université de Nantes, LEMNA)

Inscriptions

• Rendez-vous sur le site www.management2018.fr/fr/semaine-management-2018/register
• Renseignez une adresse e-mail valide
• Complétez le formulaire d’inscription en renseignant vos nom, prénom, institution, téléphone portable et numéro de bon de commande
si nécessaire
• Choisissez votre ou vos billets parmi ceux proposés (voir liste des tarifs)
• Ajoutez un code promo dans la case correspondante si vous en possédez un
• Procédez au paiement :
– en ligne par carte bleue
– hors ligne par chèque, virement ou bon de commande
• Une fois, votre inscription à la Semaine du Management 2018 enregistrée :
– Si vous avez payé par carte bancaire, vous allez recevoir un e-mail de confirmation et votre ebadge d’accès à la manifestation qu’il
vous faudra imprimer.
– Pour les autres moyens de paiement (chèque, virement ou bon de commande), l’e-mail de confirmation et l’ebadge vous seront
envoyés dès réception de votre paiement.
• L’e-badge dont vous devez vous munir pour accéder à la Semaine du Management 2018 vous sera transmis par e-mail sur l’adresse que
vous avez fournie.
POUR TOUTE QUESTION :
management2018@fnege.fr – 01 44 29 93 68

SM11-Programme-AEI-AIREPME

CONTRAT DOCTORAL CIFRE – Drones et industries : une étude prospective

Offre de thèse en sciences de gestion – rentrée 2018-2019 – Société Hexadrone

Description du projet

Les applications industrielles représentent un réel potentiel de croissance pour le secteur professionnel du drone civil. La force de la France dans ces domaines est de maitriser l’ensemble de la chaîne de valeur, du constructeur de drones à l’analyste des données en passant par les développeurs, sans oublier les opérateurs.
Historiquement opérateur de drones, Hexadrone a remonté la chaîne de valeur en devenant assembleur et maintenant constructeur de drones. Ces années d’expérience sur le terrain ont permis à Hexadrone de collecter les besoins, envies, rêves de ses clients, utilisateurs de secteurs industriels variés. Hexadrone a ainsi dressé le portrait du drone idéal pour chacun de leurs usages.
Depuis environ 24 mois, Hexadrone développe le drone modulable reconfigurable pour assister l’Homme dans divers champs d’application (bien au-delà de la captation d’images pour l’audiovisuel, domaine d’application actuellement privilégié). Dans cette thèse, l’idée est donc d’explorer ces champs d’application, en coopération très étroite avec les parties prenantes de l’entreprise, notamment les clients qui sont impliqués dans la définition du cahier des charges d’un drone modulable, doté de qualités physiques permettant de travailler dans des conditions extrêmes (pompiers, armée, industrie…) avec pour objectif de réduire la pénibilité des salariés (volet social avec de l’ergonomie, par exemple). Hexadrone est en pleine mutation organisationnelle, c’est donc un terrain d’observation très privilégié et rare en sciences de gestion…Concrètement, cette thèse Cifre est une opportunité d’accompagner cette jeune entreprise dans son étape d’industrialisation et sa croissance.

Localisation et déroulement de la thèse

L’étudiant(e) sera rattaché(e) à l’Ecole Doctorale ED SEG 492 de Lyon – St Etienne sous la co-direction de Sandrine Berger-Douce, Jenny Faucheu (Mines Saint-Etienne) en collaboration avec Alexandre Labesse (Hexadrone) sous contrat doctoral CIFRE.
L’étudiant(e) sera majoritairement en entreprise. Hexadrone est actuellement à environ 20 mn de St-Etienne (St-Just-Malmont) et va déménager d’ici fin 2018 pour se rapprocher de St-Etienne.

Profil recherché

Titulaire d’un master en sciences de gestion ou d’un diplôme d’ingénieur avec équivalence du grade de master, le(la) candidat(e) devra disposer de bases solides en management des organisations. Des connaissances dans les domaines des études de marché et de la prospective seront fortement appréciées. Un intérêt pour les objets techniques et, plus généralement pour les thématiques liées à l’industrie du futur serait un plus. Il (elle) devra être motivé(e) et autonome afin d’interagir efficacement avec les différents partenaires du projet.
Les candidatures (CV, lettre de motivation, relevés de notes, lettres de recommandation) doivent être adressées à Sandrine Berger-Douce, Jenny Faucheu et Alexandre Labesse.

Contacts

Sandrine Berger-Douce –Mines St-Etienne bergerdouce@emse.fr
Jenny Faucheu – Mines St Etienne jenny.faucheu@emse.fr
Alexandre Labesse – Hexadrone alexandre@hexadrone.fr

« Genre, Entrepreneuriat et Organisations » – vendredi 30 Mars – Paris Skema Business School

« Genre, Entrepreneuriat et Organisations »

Organisé dans le cadre du Centre de recherche en stratégie et de la Chaire « Femmes et Entreprises » de Skema Business School

Le vendredi 30 Mars de 9:30 à 12:30, sur le campus Paris de Skema Business School, en Salle 707 (7ème étage).

INTERVENANTES :

Sophie Brière est professeure agrégée au département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Elle détient un doctorat (Ph.D.) de l’École nationale d’administration publique (ENAP) du Québec. Elle est titulaire de la Chaire de leadership en enseignement Femmes et organisations. L’intégration des femmes dans les projets de développement, le soutien à l’entrepreneuriat féminin, l’institutionnalisation de l’égalité entre les sexes, l’impact de la présence des femmes sur les conseils d’administration et la progression des femmes dans des métiers et professions traditionnellement masculins sont quelques exemples de thèmes qui font l’objet de ses travaux de recherche et d’enseignement.

Juliane Santoni est docteur en Sciences de Gestion, et actuellement enseignant-chercheur à Burgundy School of Business. Ses recherches portent principalement sur l’entrepreneuriat des femmes et l’accompagnement entrepreneurial. Ses travaux ont été récompensés par le Prix de la meilleure communication Jeune Chercheur de l’AGRH en 2014. Après un Master Grande Ecole, spécialisation Entrepreneuriat, elle a étudié une année à Texas A&M University, puis créé et géré le centre entrepreneurial de l’EM Strasbourg.

Maripier Tremblay est professeure agrégée à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Elle est également titulaire de la Chaire en entrepreneuriat et innovation. Détentrice d’un doctorat en administration des affaires (DBA) de l’Université du Québec à Trois-Rivières, ses travaux de recherche s’intéressent notamment à l’éducation entrepreneuriale, la relève entrepreneuriale, le soutien à l’entrepreneuriat, la reconnaissance d’opportunités, l’innovation et la créativité. 

Programme :

9:30 – 10:00Accueil
10:00 – 10:45Sophie Brière (Université Laval)

« Parcours des femmes dans diverses professions traditionnellement masculines au Québec : que peuvent nous apprendre les organisations ? »

10:45 – 11:30Maripier Tremblay (Université Laval)

« Soutenir les femmes entrepreneures en contexte africain : vers une nouvelle approche dynamique et collective. »

11:30 – 12:15Juliane Santoni (Burgundy School of Business)

« Femmes entrepreneures et accompagnement : des processus adaptables à des besoins différenciés. »

12:15Conclusion

 

L’atelier aura lieu à SKEMA Business School, Pôle Universitaire Léonard de Vinci, Esplanade Mona Lisa, 92916 PARIS La Défense – Salle 707 (7ème étage)

RER A ou Métro Ligne 1 Arrêt : La Défense Grande Arche

L’inscription est gratuite mais obligatoire.

Nombre de places limité. Inscrivez-vous vite en contactant Corinne POROLI par email :

corinne.poroli @ skema.edu

Nous nous réjouissons par avance de vous accueillir et d’échanger avec vous lors de cet atelier.

Nous restons à votre disposition pour toute question.

ESU 2018 CONFERENCE AND DOCTORAL PROGRAM ON ENTREPRENEURSHIP

ESU 2018 CONFERENCE AND DOCTORAL PROGRAM ON ENTREPRENEURSHIP

call-for-papers_esu

The Faculty of Economics and Sociology at the University of Lodz is happy to invite you to the ESU 2018 Conference and Doctoral Programme. We are looking forward to meeting you all from the 9th to the 15th of September 2018 in Łódź (Lodz), Poland.

During the week we will focus our attention on some core issues in entrepreneurship research, such as formulating interesting research questions, methodologies, the writing process, and publishing in academic journals. There will also be plenty of time for networking and social interaction.

The programme contains plenary sessions as well as group sessions. In order to make the doctoral programme as fruitful as possible, we divide participating PhD students into 3 groups:

  • Early stage group – students that haven’t started their PhD studies and PhD students in their first year of doctoral studies. Students in this group present their research proposal.
  • Work in progress group – PhD students that are in the middle of their PhD studies. Students in this group present their early phase research.
  • Mature group – PhD students that are in their end of the PhD process or PhDs that have finalized their thesis. Students in this group present their results papers.

The ESU PhD programme gives 6.0 ECTS.

Conference presentations are open to all attendants. The presentations will take place on Conference Day –

Wednesday, 12th September 2018. Students from all groups, as well as conference participants, are requested to submit abstracts of their work.

Conference Venue

The Faculty of Economics and Sociology, University of Lodz

90-255 Lodz, 3/5 POW Street

Poland

Important dates

ESU Conference and Doctoral Programme: 9th-15th September 2018

  • Deadline for the abstract submission: 2nd April 2018
  • Deadline for the full paper submission: 29th of June
  • Early registration & reception: 9th September 2018
  • Social Event: Saturday 15th September 2018

Abstract submissions

For both Doctoral Programme and Conference: max. 500 words abstracts, single spaced, Times New Roman 12pt, capitalized first letters in title, no more than ten words in title, no reference list. Since all abstracts are reviewed using a double blind review process, it is compulsory that neither your name nor your contact details appear on the submission. Please, indicate in your e-mail: author(s) name(s), main affiliation(s), email address(es) of all authors in the order of appearance on your paper. The abstracts will appear in an abstract booklet. Please send your abstract by email to: esu@uni.lodz.pl.

 

Registration fees

Early registration: 400€

Early registration doctoral student rate: 350€

Late registration (after July 16th, 2018): 425€ for doctoral students and 475€ for other participants

Guest rate: 150€ (including Monday, Tuesday and Friday dinners and Gala Dinner on Thursday)

Saturday field trip: 50€

Cancellation policy: to receive a refund of your registration, the registered attendee must request a cancellation in writing and postmark by email to ESU by Tuesday, July 31st 2018. No refunds will be issued after July 31st, 2018.

 

More information

Please contact: esu@uni.lodz.pl or visit our websites: www.esu.uni.lodz.pl or http://www.esu-network.eu/.

CfP International Journal of Entrepreneurship and Small Business ESU 2018 Special Issue on: “Fostering European Entrepreneurship Research through a Human Action Perspective”

Call for Papers International Journal of Entrepreneurship and Small Business

ESU 2018 Special Issue on: “Fostering European Entrepreneurship Research through a Human Action Perspective”

IJESB Call for Papers

Guest Editors: Associate Prof. Agnieszka Kurczewska, University of Lodz, Poland Prof. Francisco Liñán, Universidad de Sevilla, Spain Prof. Hans Landström, Lund University, Sweden Prof. Alain Fayolle, Emlyon Business School, France

The purpose of this special issue is to launch an academic debate on new trends in entrepreneurship research in terms of conceptual coverage and methodological advancements. It is aimed at expanding the dialogue on the diverse and dynamic dimensions of entrepreneurship, which are understood as both a phenomenon and a research field. To gain more legitimacy as well as become a unique discipline, entrepreneurship research needs to have self-defined content and, despite a proliferation of topics and approaches, it must share some common understandings of the phenomenon. One prospective connection of dispersed research threads could be a human action perspective, in which there is a perception of entrepreneurship as a human experience and interaction, with entrepreneurs as acting human beings. This standpoint is deeply rooted in the European tradition of interpreting entrepreneurship and seems to be a logical binder of previous developmental stages of entrepreneurship as a field. Therefore, this special issue aims to resolve the most evident research deficits regarding different aspects of entrepreneurial human action as an emerging topic in entrepreneurship by illuminating the nature of entrepreneurship as a human endeavour. It is also seen as a vehicle to develop and communicate the European perspective on entrepreneurship research (Dana et al., 2008).

Historically, entrepreneurship as a field of research has its foundations in European economics (Landström, 2004; Fayolle, 2003), mainly in German historical (represented by Schumpeter) and Austrian schools of economics (with von Mises and Kirzner as the most recognised representatives). With time, the focus of research has moved from classical and neo-classical theories and discussions on entrepreneurial functions towards individuals, including the inherent and enduring characteristics that make them entrepreneurial (Carland et al., 1988). However, trait theories received their critics due to their static character and methodological weaknesses. When behavioural theories emerged, they aimed to better understand entrepreneurial processes and actions. As a consequence, a remarkable development, which still seems to dominate in the European research tradition, occurred on the behavioural side of entrepreneurship (Gartner, 1988; Gartner, 1989). To help answer the question of how entrepreneurs take actions, the cognitive stream of research (Baron, 1998; Mitchell et al., 2002) emerged; it included entrepreneurial intentions, attitudes, perceptions and cognitive schemas as the main objects of its investigation.

The themes that have received more attention in entrepreneurship research include the following:

  • The process perspective of entrepreneurship, which is understood both as enacting opportunity (Shane and Venkataraman, 2000) and the way a new firm is brought into existence (Gartner, 1989);
  • The entrepreneurial action, which is understood both as discovery and creation, and is the foundation of understanding entrepreneurship (Alvarez and Barney, 2007); and The entrepreneurial decision-making and judgmental process (Foss and Klein, 2012; Mitchell et al., 2002).

 

In synthesising the above debate, each of these concepts may broaden their meaning when discussed in the context of human action and when the role of human agency in entrepreneurial processes is emphasised. The entrepreneur, seen as an individual with a particular set of traits, is replaced by the agency; and the agency is brought by entrepreneurs who think, discover, create and enact. Taking the human action perspective moves the research interest into how individuals create or discover opportunities and expends their research ambition towards exploring the dynamics of individual processes and their determinants. The entrepreneurial process is seen as one involving actions that are connected by perceiving opportunities and creating organisations to pursue those opportunities (Bygrave, 2007). However, it is not enough to study entrepreneurs’ actions alone (Dimov, 2011); the focus could be on the interplay between actions and insights, which are part of entrepreneurial experiences. In this sense, entrepreneurial actions are either external expressions or consequences of a person’s reflections, judgments and decisions. This then shifts the interest towards entrepreneurs as experiencing actors who are in the process of creating and enacting.

Special issue proposals should have the potential to make a substantial impact on research pertaining to the human-action view on entrepreneurship and expand the scope of methodologies used in entrepreneurship research (Dana and Dana, 2005; Dana and Dumez, 2015). In particular, this special issue is aimed at collecting both empirical and theoretical contributions that build on the complexity of entrepreneurship as well as provide new insights and provoke further discussion on how entrepreneurs make decisions and take actions from the perspective of human endeavour and human interaction based on both behavioural and cognitive patterns. It will bring value to academics because it will indicate the conceptual and methodological trends that are applied in entrepreneurship research. Interpretations of entrepreneurship as a human action in the European context are particularly welcome.

 

References

Alvarez, S.A., Barney, J.B. (2007). Discovery and creation: alternative theories of entrepreneurial action, Strategic Entrepreneurship Journal 1(1-2), 11-26. Baron, R. (1998). Cognitive mechanisms in entrepreneurship: why and when entrepreneurs think differently than other people, Journal of Business Venturing 13(4), 275-294. Bygrave, W. D. (2007). The entrepreneurship paradigm (I) revisited. Handbook of Qualitative Research Methods in Entrepreneurship, 17-48. Carland, J. W., Hoy, F., & Carland, J. A. (1988). “Who is an entrepreneur?” is a question worth asking. American Journal of Small Business, 12(4), 33-39. Dana, L.P., Dana, T.E. (2005). Expanding the scope of methodologies used in entrepreneurship research, International Journal of Entrepreneurship and Small Business, 2(1), 79-88. Dana, L.P., I.M. Welpe, M. Han & V. Ratten (2008). Handbook of research on European business and entrepreneurship: Towards a theory of internationalization. Cheltenham: Edward Elgar Publishing. Dana, L.P., Dumez, H. (2015). Qualitative Research Revisited: Epistemology of a Comprehensive Approach, International Journal of Entrepreneurship & Small Business 26(2), 154-170. Dimov, D. (2011). Grappling with the Unbearable Elusiveness of Entrepreneurial Opportunities, Entrepreneurship Theory and Practice 35, 57-81. Fayolle, A. (2003). Research and researchers at the heart of entrepreneurial situations, in Steyaert, C, Hjorth, D. (eds) New Movements in Entrepreneurship, Cheltenham-Northampton: Edward Elgar Publishing Ltd., 35-50. Foss, N. J., Klein, P. G. (2012). Organizing Entrepreneurial Judgment. New York, Cambridge University Press. Gartner, W. B. (1988). “Who is an entrepreneur?” is the wrong question. American Journal of Small Business, 12 (4), 11-32. Gartner, W. B. (1989). Some suggestions for research on entrepreneurial traits and characteristics. Entrepreneurship Theory and Practice, 14(1), 27-38. Landström, H. (2004). Pioneers in entrepreneurship research, in Corbetta, G., Huse, M., Ravasi, D. (eds.), Crossroads of Entrepreneurship, Kluwer Academic Publishers Dordretch, 13-32. Mitchell, R., Busenitz, L., Lant, T., McDougall, P., Morse, E., Smith, J.B. (2002). Toward a Theory of Entrepreneurial Cognition: Rethinking the People Side of Entrepreneurship Research, Entrepreneurship Theory and Practice 27(2), 93-104. Shane, S., Venkataraman, S. (2000). The promise of entrepreneurship as a field of research. Academy of Management Review 25(1), 217-226.

 

Subject Coverage

Suitable topics include, but are not limited, to the following:

  • The role of human agency and experience in entrepreneurial processes
  • Novel concepts and practices in the research on entrepreneurial behaviour
  • Different facets of the entrepreneurial process; its phases, dynamics and outcomes from the entrepreneur and agency perspectives
  • New perspectives on entrepreneurial thinking and decision making processes: how entrepreneurs’ decisions and judgments influence the creation and the life of entrepreneurial ventures
  • Action-bound theory perspective on entrepreneurship – human discovery and creation as the foundation of understanding entrepreneurship
  • Entrepreneurship as embedded in specific European cultures and contexts – the relevance and value of entrepreneurs in contemporary society and economy
  • New methods in entrepreneurship research enabling us to grasp entrepreneurship as human enactment
  • Epistemological and theoretical foundations of entrepreneurship education

 

Notes for Prospective Authors

Submitted papers should not have been previously published nor be currently under consideration for publication elsewhere. (N.B. Conference papers may only be submitted if the paper has been completely re-written and if appropriate written permissions have been obtained from any copyright holders of the original paper).

All papers are refereed through a peer review process.

All papers must be submitted online. To submit a paper, please read our Submitting articles page.

 

Important Dates

Manuscripts due by: 31 December, 2018

Notification to authors: 28 February, 2019

Final versions due by: 30 September, 2019

 Bourses de recherche de l’ARIMHE

La vocation de l’ARIMHE est de soutenir la recherche pour un management humaniste des entreprises. L’Association pour la Recherche Interdisciplinaire sur le Management des Organisations a été fondée pour promouvoir la recherche interdisciplinaire et le développement des publications et des manifestations scientifiques sur le management des organisations. Le « H » de l’ARIMHE est une partie intégrante de la notion de management telle qu’elle est partagée par les membres de l’association. Elle fait référence à la fois à un management par des hommes pour des hommes, et à une conception de l’homme en quête de savoir, de liberté, de morale et de sa juste place dans le monde.

L’ARIMHE a décidé d’attribuer tous les ans une bourse de recherche d’une valeur de 4000 euros pour financer un projet de recherche permettant l’émergence de nouvelles théories sur le management des entreprises et contribuant au développement et la mise en oeuvre de pratiques de gestion humanistes. Tout en accueillant les candidatures de chercheurs confirmés ou des équipes de recherche, la priorité sera accordée par le comité scientifique constitué pour l’attribution de la bourse, aux doctorants en 2ème ou en 3ème année de thèse et aux post-doctorants.

Domaine : Sciences de Gestion avec une ouverture à toutes les disciplines traitant des problématiques du management

Montant : 4000 euros

Echéances 2018 : La date limite d’envoi des dossiers complets par mail est le 23 mars 2018. Un entretien sur Paris sera à prévoir le mercredi 11 avril 2018 pour les candidats dont le dossier aura été présélectionné.

Dossier de candidature : Le dossier est à envoyer en un seul document pdf par mail. Il comprend : un CV détaillé précisant les éventuelles publications ; le projet de recherche (5 à 10 pages) ; un budget prévisionnel précisant de façon détaillée l’utilisation envisagée de la bourse.

Comité scientifique d’attribution : Martine Brasseur (Université Paris Descartes, CEDAG/Management), Patrick Boisselier (CNAM, LIRSA), Didier Chabaud (IAE de Paris, GREGOR), Bernard Grand (IAE Aix-en-Provence, CERGAM), Corina Paraschiv (Université Paris Descartes, CEDAG/Management)

Engagement du candidat : Le candidat retenu s’engage à présenter l’état d’avancement de sa recherche lors des colloques annuels de l’ARIMHE. La mention de la bourse de recherche de l’ARIMHE devra figurer en remerciements dans les publications issues de la recherche concernée (articles, thèse, actes de colloque, …).

Courriel : martya.brasseur@gmail.com

Web : http://www.arimhe.com/

Bourses de recherche de l’ARIMHE 2018

Post doctoral positions – Deadline 8th March

Solent University Southampton is a dynamic university dedicated to academic excellence, social justice and the integration of theory and practice. With a strong track record of innovation and creativity, Solent University has grown to become a leading new university, with local roots and an international reputation.

Now, with a bold and ambitious strategy in place and a strong focus on applied research, this is an exciting time to join the University as we build on past achievements and grow our research and innovation portfolio across four main research domains:
•    Business and Society
•    Creative and Digital Industries
•    Maritime, Technology and Environment
•    Sport, Health and Wellbeing

The University is seeking to appoint up to 10 postdoctoral researchers. 8 postdoctoral researchers will join our Research, Innovation & Enterprise team, 1 postdoctoral researcher will join our School of Sport Health and Social Science, and 1 postdoctoral researcher will join our Warsash School of Maritime Science and Engineering.

Potential research areas for the eight postdoctoral researchers joining the Research, Innovation & Enterprise team include:

  • Creativity, innovation and entrepreneurship
  • Creative and cultural industries
  • Artificial intelligence and data-driven analytics and technologies
  • Immersive and interactive technologies, including AR and VR
  • Digital humanities
  • Future of mobility
  • Healthy ageing
  • Clean growth including industrial sustainability and renewable energy; low carbon technology and innovative solutions; waste management and recycling; life cycle assessment; environmental accounting; and carbon foot printing
  • Vulnerability mapping; emergency response; and adaptive interventions

 

Potential research areas for the one postdoctoral researcher joining the Warsash School of Maritime Science and Engineering include:

  • The application of new technology in areas such as cybersecurity, communication and remote data analysis in the maritime industry
  • Sustainability in the maritime industry including green energy sources; ship’s life and recycling; and environmental concerns affecting the industry
  • Globalisation of the maritime industry and its workforce including shipboard employment and human resource management

 

Potential research areas for the one postdoctoral researcher joining the School of Sport Health and Social Science include:

  • Child wellbeing andphysical activity with an emphasis on primary school settings
  • Sport, equity and diversityincluding disability, gender, sexuality, ethnicity and migration, and the sociology of sport
  • Exercise as medicine and the role of exercise in health promotion and intervention

For more information about these roles or for an informal discussion, please contact:

Catherine Lee
Director Research, Innovation & Enterprise
catherine.lee @ solent.ac.uk

Southampton Solent University offers an excellent benefits package. More Information.

We are committed to diversity and inclusivity.

Original Page : https://recruitment.solent.ac.uk/vacancy/postdoctoral-researchers-342013.html 

Le Prix CCMP de la « Meilleure étude de cas PME 2018 », sera décerné en partenariat avec le CJD et l’AEI

Le Prix CCMP de la « Meilleure étude de cas PME 2018 », sera décerné en partenariat avec le CJD et l’AEI

Le Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) organise en partenariat avec l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation (AEI) le Prix de la meilleure étude de cas consacrée à la gestion d’une PME. Le cas doit porter sur une entreprise réelle autorisant l’usage de données primaires internes, en particulier financières. Il doit prendre en compte les différentes problématiques transversales liées au fonctionnement global de l’entreprise. Une attention particulière est apportée aux thématiques relatives à l’entrepreneuriat et à l’innovation. L’AEI assure le soutien scientifique du jury qui réunit des dirigeants de PME et des personnalités académiques. Le prix est doté d’une récompense de 2000€.

Consulter l’appel à cas Prix 2018

Pour retrouver tous les cas labellisés : cliquez ici

Appel à communication – Congrès de l’ISBE – Track “Business support, strategies and practices”

Track “Business support, strategies and practices”

Congrès de l’ISBE – Institute for Small Business and Entrepreneurship –

7-8 novembre 2018

Sylvie Sammut et Nathalie Schieb Bienfait organisent un track “Business support, strategies and practices” au prochain congrès de l’ISBE à Birmingham (7-8 novembre).

L’appel à contribution est visible sur le site de l’ISBE : http://isbe.org.uk/isbe-2018/.

Calendar / key dates

Abstract submission window : 31st January – 8th April 2018

Paper submission window : 15th May – 31st August 2018

Le résumé puis le papier complet sont à déposer sur la plate-forme du congrès.

Call for contributions :

Over the years, the track has developed as a valuable and highly engaging forum for the dissemination of current research on wide ranging topics related to business support and how it relates to entrepreneurship, small business and innovation. The contemporary nature of the track is reflected in the research presented at the ISBE conference highlighting the changing nature and context of business support, the emergence of new actors and practices because of new needs.

In recent years, the track has become a platform for research and debate on evaluating business advice and support, exploring and understanding the emergence of new business support strategies, practices, new areas of supports, start-up hubs in different international contexts, as well as papers on industry-academia relationships and how they can be more successfully fostered to ensure effective policy for entrepreneurs and SMEs. The diversity of the topics in the track is one of its strengths, and the papers in the track are of great interest to academics working in the arena of business support, as well as policy-makers and practitioners looking to learn from recent lessons of intervention.

Key areas include:

  • Developments in business support policies and structures
    • Intrapreneurship in start-up or high-growth
    • Support for high-growth and start-ups
    • Support in developing economies
    • National and regional programs of business support
    • Strategies of the ecosystem of business support
    • Governance of national, regional or local business support
    • Alternative way to deliver business support: mainstreaming versus specialist provision
    • International comparisons of policies and business support
    • Diversity of business supports : gender, researcher, student, farmer, artist, and so on
    • Business support agencies : cooperation / competition
    • Business support and firm performance
    • Learning process, competences and Business Support
    • Business support and networking
    • Online Business support

 

Revue Française de Gestion – Appel à contributions – Numéro Spécial – La valorisation de la recherche en Sciences de Gestion

Revue Française de Gestion

Appels à contributions

La valorisation de la recherche en Sciences de Gestion

appel_a_com_valorisation_recherche_gestion

Rédacteurs invités :

Thierry Verstraete (IAE de l’Université de Bordeaux),

Pascal Philippart (IAE de l’Université de Lille)

Date limite de soumission : 1 octobre 2018

 

En matière de valorisation de la recherche, l’enseignant-chercheur est essentiellement sensibilisé à deux formes de transfert des connaissances apportées par ses travaux ou par ceux de ses pairs : la valorisation académique et la valorisation pédagogique.

La première conduit principalement à communiquer dans les congrès et à publier dans les revues savantes, avec l’idée de voir les travaux, ainsi mis à la discussion scientifique, mobilisés par les pairs y trouvant matière à avancer dans leurs propres recherches.

La seconde consiste à traduire la connaissance apportée par la recherche en contenu pédagogique. Il s’agit alors de publier des manuels et d’insérer dans les programmes de formations des contenus découlant de la recherche, avec l’idée cette fois que les connaissances ainsi déclinées apporteront aux enseignés.

Outre la valorisation scientifique et la valorisation pédagogique, une troisième forme de valorisation est questionnée depuis l’origine des Sciences de Gestion : l’apport managérial. Il s’agit d’une valorisation des produits de la recherche pour améliorer, tant que faire se peut, la pratique de la gestion. Le présent appel à contributions s’intéresse à cette forme de valorisation.

Bien que la question des apports managériaux soit souvent posée par les évaluateurs de travaux de recherche (membre d’un jury de thèse, évaluateur d’une communication ou d’une proposition d’article, commission d’évaluation de programme, etc.), généralement, le chercheur se contente de les évoquer. A l’exception des recherches de type ingénierique qu’il déploie, le chercheur applique rarement les résultats de ses recherches aux situations de gestion concernées par ses travaux. Plus largement, en considérant que le transfert est une offre de connaissances produite par la recherche à destination de ceux qui gèrent des organisations ou de leurs conseillers, force est de constater que peu de chercheurs s’en soucient. Certes, quelques cas remarquables constituent des exceptions au constat précédent (le Medaf, le Balanced Score Card, l’expérience client, etc.), mais il suffit de demander à un collègue de citer 5 produits de la recherche française en Sciences de Gestion ayant eu une influence significative sur les pratiques de gestion pour observer sa peine à répondre.

Il faut dire que la forme de valorisation nous intéressant ici est rarement explicitée, notamment lors de l’apprentissage de la recherche, même si les doctorants se voient proposer des séminaires dans ce domaine (il faut alors constater que leurs participants sont essentiellement les doctorants des sciences dites « dures »). Dans les formations à la recherche en Sciences de Gestion, la valorisation est généralement cantonnée à sa forme académique (la première présentée au début de cet appel), alors que la gestion comporte une capacité de transfert vers la pratique inscrite dans les gènes de la discipline. Cet appel à contributions pour un dossier de la Revue Française de Gestion a pour objectif de recevoir des illustrations de recherches où l’apport managérial fera l’objet d’une discussion plus poussée qu’à l’accoutumée dans une revue savante.

 

L’ambivalence de la valorisation

La valorisation est ambivalente car elle interroge concrètement l’articulation entre le processus de valorisation et son produit. S’agissant de ce dernier, un produit de la recherche est valorisé lorsque les publics auxquels il réfère l’emploient. Autrement dit, le produit ne sera pas considéré comme valorisé tant qu’il n’est pas mobilisé pour raisonner ou agir. Ainsi, le chercheur a peut-être hâtivement le sentiment d’avoir valorisé son travail de recherche lorsqu’il donne, auprès de praticiens concernés par le problème étudié, une conférence livrant les résultats d’une recherche. Le processus de valorisation est certes engagé, mais rien ne garantit que la connaissance ne soit valorisée. Ce constat pose deux questions. La première porte sur les actions à mener pour que le travail du chercheur soit réellement valorisé, autrement dit pour que son offre rencontre une demande (c’est la question du processus). La seconde renvoie aux évaluations qu’il faudrait mettre en place pour repérer voire mesurer les manifestations de la valorisation (c’est la question du produit). Ce double questionnement singularise bien le caractère finalisé de la valorisation, qui est à la fois intention et action.

 

Un problème d’une actualité aigue, depuis longtemps …

La valorisation de la recherche est souvent entendue au seul profit des sciences dites dures. Les différentes politiques en la matière confirment une vision étroite, si ce n’est étriquée, de la valorisation. Son périmètre a pourtant fait l’objet de nombreuses discussions, depuis longtemps, et encore récemment. La dernière date marquant de façon sensible l’intérêt porté à la valorisation de la recherche s’est exprimée par la création des SATT (Société d’Accélération du Transfert de Technologie) en 2012. Il s’agit de filiales créées par des établissements dont l’objectif est de favoriser les échanges entre les laboratoires de recherche publics et les industries. Principalement, les SATT étudient le portefeuille des produits technologiques sortant des laboratoires de recherche pour les traduire en compétences exploitables par l’industrie. Le processus afférent s’exprime par un transfert de technologie pouvant revêtir plusieurs formes (licensing, prestation de service, création d’entreprise innovante, etc.) avec, aussi, l’idée que les ponts public-privés créés incitent la recherche à participer à l’effort productif national. La création des SATT est ainsi une récente et sensible expression de l’intérêt porté à la valorisation de la recherche, intérêt évidemment plus ancien, avec, par exemple, l’appel lancé en 2005 par l’ANR pour la mutualisation des efforts en matière de valorisation de la recherche, constatant qu’ils étaient trop atomisés dans les établissements. Bien que des coordinations régionales plus ou moins formelles, et l’existence d’institutions nationales (rappelons que l’Anvar a été créée en 1967 et qu’à partir de 1979 ses directions régionales géraient les aides à l’innovation), favorisaient l’échange de bonnes pratiques, il semblait utile de créer des plateformes optimisant la coordination (pour un court historique, voir Marion et al., 2000).

Bref, la valorisation de la recherche n’est pas une thématique nouvelle. Ceci dit, force est de constater, par le paragraphe précédent, que la singularité des Sciences Humaines et Sociales a insuffisamment irrigué les réflexions inhérentes à la construction des institutions de la valorisation de la recherche. Mais peut-être que les quelques représentants des SHS ont trop joué l’opposition au modèle des sciences dures, par exemple en différenciant le transfert de technologie au transfert des connaissances.

 

Transfert de technologie, transfert de connaissances, … valorisation commerciale, valorisation sociale …

La valorisation par transfert de technologie est parfois distinguée de celle par transfert de connaissances, alors qu’elle en est peut-être un sous-ensemble. Sa singularité renvoie au caractère brevetable de la connaissance produite (relevant de la propriété industrielle) alors que plus globalement tout transfert pose le problème du transfert de méthodes, de modèles, de théories, de savoir-faire, etc. (relevant du droit de la propriété intellectuelle ou des droits d’auteur). Les sciences de gestion peuvent être concernées par le transfert de technologie au regard des nombreux outils utilisés par les praticiens de chacune de ses spécialités (comptabilité, finance, ressources humaines, marketing, etc.). Elles sont concernées plus largement par le transfert des connaissances lorsqu’il s’agit d’apporter des modèles aidant les acteurs, qui s’en saisissent, à gérer. Dans les deux cas, des considérations éthiques découlent soit de la marchandisation des produits de la recherche publique, soit de l’utilisation sociale qui en est faite. La valorisation nécessite alors d’éclaircir la relation entre la recherche et les organisations auxquelles s’intéressent les chercheurs en sciences de gestion. La question correspondante peut prendre la forme suivante : dans quelle mesure et sous quelle forme le chercheur doit-il rendre à la Cité ce qu’il lui emprunte comme ressources pour mener ses recherches ? La valorisation interroge aussi l’indépendance du chercheur, dans la mesure notamment où il s’agit, d’un côté, de garantir qu’aucun rapport de force ne conduise à poser à sa place les questions de recherche (Stengers, 1995) et, d’un autre côté, que son interaction avec le terrain ne se réduise pas à une analyse strictement fondamentale. Il semble que les Sciences de Gestion, certes en fonction du cadre opératoire déployé par le chercheur, composent avec une certaine forme d’interdépendance avec les organisations étudiées et de façon plus générale avec la Cité dans laquelle le chercheur exerce son métier. La valorisation managériale de la recherche constitue un pont entre deux univers qui ne se côtoient pas facilement : des appréhensions culturelles, éthiques, économiques, voire juridiques freinent souvent les envies de valorisation du chercheur et interroge son rôle de passeur ou de médiateur entre ces deux univers (Van de Ven et Johnson, 2006). Qui plus est, bien que la valorisation de la recherche soit un critère présent à la fois dans les dossiers d’évaluation des laboratoires et dans celles des candidats pour l’avancement de leur carrière, tout participant à des comités aura aisément relevé l’intérêt mineur qui lui est porté, souvent en raison d’une méconnaissance de ce qu’est la valorisation (on passera sous silence les éventuelles condescendances dont elle peut parfois malheureusement faire l’objet, les activités afférentes étant jugées moins nobles).

 

Le projet des sciences de gestion et la valorisation de la recherche

Il convient de relire le rapport Percerou de 1982, les assises AFCET-CESTA de 1982, les actes du colloque de la FNEGE à Nancy de 1983, le rapport Moisdon de 1983 et les actes des journées FNEGE ISEOR (colloque de 1984) pour constater que la valorisation de la recherche est inscrite dans le projet des Sciences de Gestion. Partant de l’idée que celles-ci ont comme périmètre la conception et le pilotage des organisations sociales finalisées, les apports managériaux sont plus ou moins explicitement appelés sans qu’il y ait à considérer une quelconque antinomie avec une approche plus fondamentale de la recherche. Autrement dit, il n’y aurait pas une recherche appliquée d’un côté et une recherche fondamentale de l’autre. Cela est d’autant plus vrai pour certaines formes de recherche telles que la recherche-action (Susman et Evered, 1978) ou la recherche ingénierique (Chanal et al. 1997), faisant alors du chercheur en Sciences de Gestion un docteur-ingénieur (Verstraete, 2007). Cette perspective varie bien sûr en fonction du projet de recherche engagé, lequel relève d’une position épistémologique dirigée vers une ambition théorique plus ou moins forte (Koenig, 1993). Il est alors possible de discuter tout un ensemble de couples a priori opposables mais souvent conciliables, par exemple le couple « explicatif/normatif », pour constater que le chercheur en Sciences de Gestion ne peut s’arrêter à une visée explicative, pas plus qu’il ne peut produire du savoir sans comprendre les situations de gestion étudiées (Martinet, 1990).

 

Types de contributions attendues

Ce trop court appel n’épuise évidemment pas les enjeux très nombreux induits par la valorisation de la recherche, à l’instar des thèmes auxquels elle renvoie comme l’innovation ou le développement des territoires (au sein desquels la valorisation s’exprime). Sans verser dans l’état de l’art, il propose un cadre pour ce qu’il semble raisonnable de qualifier de valorisation afin de solliciter un certain type de contributions. A ce propos, celles-ci sont des recherches avec phases empiriques dont les résultats ont été mobilisés pour la gestion de l’organisation concernée. A priori, on peut penser entre autres aux recherches ingénieriques, aux recherches-actions/interventions ou à d’autres protocoles démontrant une relation forte et directe entre les chercheurs et les acteurs de la situation de gestion. Ces recherches intéressent évidemment le présent appel à articles, mais il pourrait y avoir un biais à imaginer que seuls ces types de protocoles puissent produire des résultats valorisables au sens entendu ici. Par analogie avec d’autres sciences, certaines recherches qualifiées de fondamentales ont eu des répercussions sur la vie de la Cité. Dans tous les cas, les textes évalueront ou démontreront l’utilisation effective, de façon plus ou moins durable, des résultats produits par la recherche en Sciences de Gestion, donc la façon dont ces résultats ont influencé la pratique de la gestion de l’espace managérial concerné. Il faut ici confesser, en réponse à l’hégémonie anglo-saxonne, que les recherches francophones valorisées intéressent particulièrement l’appel à contributions.

 

Modalités de soumission

Les soumissions sont ouvertes à tous. Les articles doivent être déposés avant le 9 janvier 2019 sur le site internet de la RFG http://rfg.revuesonline.com/appel.jsp (« soumettre votre article en ligne ») en mentionnant dans la lettre d’accompagnement le titre du dossier : « Dossier RFG – Recherche en science de gestion ». Ils devront strictement respecter les consignes de la RFG disponibles sur : http://rfg.revuesonline.com.

Tous les manuscrits retenus dans le cadre de cet appel à contributions feront l’objet d’une évaluation en « double aveugle».

 

Bibliographie

Chanal V., Lesca H., Martinet A-C. (1997), « Vers une ingénierie de la recherche en sciences de gestion », Revue Française de Gestion, vol. 116, nov.-déc., 41-51.

Koenig, G. (1993), « Production de la connaissance et constitution des pratiques organisationnelles », Revue de Gestion des Ressources Humaines, n°9, novembre, 4-17

Marion S., Philippart P. et Verstraete T. (2000). « La valorisation de la recherche publique par la création d’entreprise », in Verstraete T. (dir), Histoire d’entreprendre – Les réalités de l’entrepreneuriat, Editions Management et Société, 115-132.

Martinet A-C. (1990), « Grandes questions épistémologiques et sciences de gestion », in Martinet A-C. (coord.), Epistémologies et sciences de gestion, Economica, Paris, 9-29.

Stengers I. (1995), L’invention des sciences modernes, La Découverte, Paris.

Susman G.I. et Evered R.D. (1978), « An Assessment of the Scientific Merits of Action Research », Administrative Science Quarterly, vol. 23, n°4, 582-603.

Van de Ven A.H. et Johnson P.E. (2006), « Knowledge for theory and practice », Academy of Management Review, vol. 31, n°4, 902-921.

Verstraete T. (2007), « A la recherche des sciences de gestion », Revue Française de Gestion, vol. 33,n° 178-179, p. 91-105.

PRIX DE THESE AEI – 2018

PRIX DE THESE AEI – 2018

L’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation (AEI) délivre un prix de thèse dans le champ de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation.

Les thèses éligibles doivent avoir été soutenues entre janvier 2017 et décembre 2017, dans un établissement français. Le prix est ouvert aux thèses rédigées en français et anglais, ainsi qu’aux thèses monographiques ou sur articles.

Les docteurs souhaitant soumettre leurs travaux pour l’attribution d’un prix dans cette catégorie doivent adresser à chabaud.iae@univ-paris1.com et fayolle@em-lyon.com en format PDF, pour le 5 mars 2018 au plus tard :

  • 1 exemplaire électronique de leur thèse,
  • les deux pré-rapports et le rapport de soutenance,
  • un résumé de la thèse, d’une quinzaine de pages dactylographiées,
  • une lettre de recommandation du directeur de recherche,
  • un curriculum-vitae.
  • L’objet du mail devra mentionner « Prix AEI-FNEGE 2018 ».

Un Comité Scientifique indépendant procédera à la sélection de la meilleure thèse.

Par ailleurs, la FNEGE attribue désormais des prix de thèse destinés à distinguer les meilleurs travaux doctoraux en gestion en privilégiant les recherches qui constituent un véritable apport pour l’entreprise. Trois prix FNEGE seront décernés :

  • Prix FNEGE de la thèse transdisciplinaire en Management
  • Prix Baromètre FNEGE des préoccupations managériales
  • Prix FNEGE des meilleures thèses en Management

(thèse en 180 secondes)

Voir : http://www.fnege.org/nos-prix/prix-de-these

Appel à communications – 3ème colloque interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise – 15 juin 2018 – Caen

APPEL A COMMUNICATIONS
3e Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise
15 JUIN 2018

3ème Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise « La défaillance d’entreprise vers une approche multidimensionnelle »
Maison de la Recherche en Sciences Humaines
Université de Caen Normandie
Esplanade de la Paix – Campus 1 – 14000 Caen
LA DÉFAILLANCE D’ENTREPRISE :
VERS UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE
Les coûts psychologiques, sociaux et économiques de l’échec font de ce phénomène un sujet sensible à aborder
et un événement indésirable et inattendu à éviter. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les premiers travaux sur la défaillance des entreprises, reconnue dans la littérature anglo-saxonne sous le terme « business failure ». Bien que ce phénomène ait été étudié par plusieurs disciplines, telles que le droit, la finance, la sociologie, l’économie, le management, la stratégie, l’entrepreneuriat et les sciences des organisations, ces premiers travaux partagent le même objectif : mettre en évidence les causes qui sont à l’origine de l’échec de nombreuses entreprises et, éventuellement, réfléchir à des stratégies d’actions préventives, curatives ou encore palliatives.
Les recherches récentes se focalisent de plus en plus sur les leçons à tirer des échecs afin de les capitaliser plutôt que sur les causes d’échec à éviter. Ce phénomène n’est plus perçu comme étant un sujet sensible qui demeure peu étudié, mais comme une étape indispensable à la réussite, qui mérite d’être étudiée en profondeur.
L’augmentation du nombre de publications scientifiques, d’ouvrages collectifs et de numéros spéciaux sur le sujet
nous amène à la conclusion suivante : l’échec commence à occuper une place grandissante et fondamentale dans la littérature académique. Ce phénomène est aujourd’hui considéré comme un vrai objet d’étude qui suscite l’intérêt de nombreux chercheurs et praticiens. Quelle que soit l’approche théorique (déterministe versus
volontariste) ou méthodologique (qualitative versus quantitative) mobilisée ou, encore, le niveau d’analyse étudié
(entrepreneur, entreprise, environnement), les chercheurs sont toujours confrontés à la réalité complexe et protéiforme de l’échec de l’entrepreneur et de l’entreprise. La diversité et l’interdépendance des éléments objectifs et subjectifs, qualitatifs et quantitatifs, économiques et psychologiques inhérents à la fois à l’entrepreneur et l’entreprise qu’il créée, rendent les approches disjonctives désuètes.
Bien que les approches traditionnelles de la défaillance d’entreprises adoptant le plus souvent une perspective
unidimensionnelle, linéaire et binaire dominent à ce jour,il existe une tendance de plus en plus marquée pour les
approches intégratives. Selon ces approches, l’échec est vu comme un phénomène multi dimensionnel et  complexe composé de différents éléments interdépendants qui interagissent sur plusieurs niveaux. C’est dans ce cadre que s’inscrit le 3ème Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise.
En plus du contexte spécifique de la création d’entreprises, le phénomène de l’échec a été exploré dans
d’autres contextes organisationnels à l’image des entreprises familiales, des jeunes entreprises technologiques
innovantes, des entreprises en réseaux de franchise et des groupes. Il faut noter également que les
recherches antérieures se sont centrées sur les niveaux organisationnels et/ou individuels. Une autre piste de
recherche réside dans l’étude de l’échec collectif au sein des équipes.
Au-delà des causes (pour quelles raisons certaines entreprises échouent-elles et d’autres non ?) ou encore
des conséquences (quelles sont les conséquences que peut avoir l’échec de l’entreprise sur les entrepreneurs
?), toutes les contributions à dimension empirique ou théorique, quantitatives ou qualitatives, sur le thème
de la défaillance des entreprises (petites, moyennes ou grandes) et des entrepreneurs peuvent être proposées
telles que celles liées aux thèmes suivants (liste non-exhaustive) :
• Identification des déterminants de la faillite/des difficultés des entreprises,
• Défaillance et structure financière,
• Relation entre gestion (gouvernance, gestion des ressources humaines, …) et défaillance,
• Survie et accompagnement,
• Mécanismes et instruments de prévention des difficultés des entreprises,
• Transmission d’entreprise et défaillance,
• Coûts et conséquences de la défaillance,
• Politiques de ressources humaines et risque d’entreprise,
• Relation entre les caractéristiques du dirigeant et la défaillance des PME,
• Études de cas de faillite (points de vue économique et/ou juridique),
• Souffrance de l’entrepreneur en situation de liquidation.
CALENDRIER
15 avril 2018 : envoi des propositions de communication sous la forme d’un résumé (rédigés en français ou en anglais) d’environ 500 mots accompagné de trois à cinq mots clés et de(s) code(s) JEL à l’adresse électronique suivante : nabil.kheli l@ unicaen.fr
en copie à xavier.bredart@umons.ac.be
15 mai 2018 : décision d’acceptati on ou de refus.
01 juin 2018 : date limite des inscripti ons
INSCRIPTION
Pour vous inscrire, cliquez ICI
Les frais d’inscripti on à ce colloque s’élèvent à 80 euros
et comprennent les pauses-café ainsi que le déjeuner.
Ces frais s’appliquent à l’ensemble des parti cipants
qu’ils présentent ou non un papier.
COMITÉ DE COORDINATION :
Xavier Brédart (Université de Mons, HumanOrg)
Nabil Khelil (Université de Caen, CREM CNRS)
Nadine Levratt o (Université Nanterre, CNRS, EconomiX)
COMITÉ D’ORGANISATION :
Adel Jemaa
Aurélien Lamy
Bruno Drouot
Christophe Trowski
Haïfa Naff akhi Charfeddine
Isabelle Lebon
Meriem Ben Salah
COMITÉ SCIENTIFIQUE :
Alain Fayolle (EM Lyon Business School)
Alain Finet (Université de Mons)
Albéric Tellier (Université de Caen Normandie)
Alina Gomez Mejia (Ponti fi cia Universidad Javeriana, Cali)
Anne-Laure Le Nadant (Université de Rennes 2)
Fanny Simon-Lee (Université de Rouen)
Franck Moraux (Université de Rennes 1)
Frank Janssen (Université catholique de Louvain)
Fréderic Perdreau (université Jean Monnet – Saint Eti enne)
Gerhard Krauss (Université de Rennes 2)
Giuseppe Pagano (Université de Mons)
Jean Bonnet (Université de Caen Normandie)
Jean-Pascal Guironnet (Université de Caen Normandie)
Jean-Sébasti en Pentecôte (Université de Caen Normandie)
Juan Javier Saavedra (Universidad del Rosario)
Julien Cusin (Université de Bordeaux)
Karin Comblé (Université de Mons)
Marcus Dejardin (Université de Namur)
Mauricio Sanabria (Universidad del Rosario)
Nazik Fadil (EM Normandie)
Nicolas Le Pape (Université de Caen Normandie)
Olivier Germain (ESG UQÀM)
Pascal Aurégan (Université de Caen Normandie)
Patricia Renou Maissant (Université de Caen Normandie)
Rachida Justo (IE Business School Madrid )
Roland Condor (EM Normandie)
Ruth Esperanza Román Casti l lo (Universidad de Bogotá)
Sonia Boussaguet (NEOMA Business School, Rouen)
Matt hijs H ammer (Saxion University)
Thomas Loilier (Université de Caen Normandie)
Virginie Blum (Université Lyon 2)
Julien de Freyman (ESC Troyes)
https://businfailure.sciencesconf.org

PREMIÈRE ÉDITION DU CONCOURS DE LA FINANCE RESPONSABLE POUR LES CHERCHEURS DE PAYS ÉMERGENTS FRANCOPHONES

APPEL À CANDIDATURES

PREMIÈRE ÉDITION DU CONCOURS DE LA FINANCE RESPONSABLE POUR LES CHERCHEURS DE PAYS ÉMERGENTS FRANCOPHONES

Appel aĚ candidature Bourse IFD Francophone 2018

 UNE INITIATIVE DE PRI-QUÉBEC, DU FORUM POUR L’INVESTISSEMENT RESPONSABLE ET DE L’alliance Internationale De Centres De Recherches Interdisciplinaires

Le Réseau PRI Québec (Principles for Responsible Investment), le Forum pour l’Investissement Responsable (FIR) et L’Alliance Internationale de Centres de Recherches Interdisciplinaires sont fiers de lancer la première édition du Concours de la Finance responsable pour les pays émergents francophones afin de reconnaître et récompenser des recherches qui permettent aux praticiens de la finance de mieux comprendre, appréhender et intégrer les enjeux de développement durable.

Bénéficiant du soutien financier du Réseau PRI Québec, du FIR de Bâtirente, d’Aequo et de Vigéo-Eiris, ce concours est dédié aux chercheurs dans des institutions dans les pays émergents francophones qui ne sont pas européens. Il vise à permettre à ces chercheurs de partager les résultats de leurs recherches dont l’objet doit nécessairement être lié à la finance responsable. Ces recherches peuvent porter sur des enjeux et problématiques propres à ces pays ou encore porter sur des problématiques plus globales visant une meilleure compréhension de certains enjeux tel que l’eau, ou à apprécier l’impact de l’intégration de critères ESG ou celui de l’engagement actionnarial, à identifier les déterminants de l’investissement responsable, l’impact du crédit communautaire ou du micro-crédit, etc.

Ce concours a pour objectif d’offrir aux chercheurs de pays émergents francophones une visibilité auprès des investisseurs institutionnels locaux et internationaux, une reconnaissance dans le monde francophone, un financement encourageant, un accès à un réseau de chercheurs dans leur domaine ainsi qu’une synergie dans la co-production de connaissances. Ultimement il vise à catalyser la recherche multidisciplinaire et à favoriser le réseautage de chercheurs et d’investisseurs institutionnels francophones dans ce domaine en vue de créer un corpus et champs de connaissances.

Ce concours comprend deux catégories : le prix pour la meilleure thèse de doctorat et le prix pour le meilleur article publié ou accepté pour publication OU le meilleur ouvrage.

La remise de prix se fera le 28 juin 2018 lors de la Vème conférence internationale sur la responsabilité sociale des organisations: «les innovations pro-sociales : de la finance responsable à l’entrepreneuriat social» qui se tiendra du 27 au 29 juin 2018 à Casablanca.

En soumettant une candidature, les auteurs acceptent que leur nom figure dans les communications entourant le concours ainsi que dans une base de données qui permettra de recenser les recherches réalisées dans les pays émergents francophones.

INSCRIPTION D’UNE CANDIDATURE

Conditions d’admissibilité

Pour le concours de la meilleure thèse de doctorat :

  • Le doctorant doit être inscrit dans une université ou un centre de recherche dans un pays émergent francophone[1]
  • La thèse doit avoir été soutenue entre le 1er janvier 2014 et le 1er janvier 2018
  • La thèse doit avoir été rédigée en français

Pour le concours du meilleur article :

  • L’auteur, qui est la personne contact, doit être rattaché à une université ou un centre de recherche dans un pays émergent francophone
  • L’article doit avoir été publié entre le 1er janvier 2014 et le 1er janvier 2018
  • L’article doit avoir été rédigé en français

Dépôt de la candidature

Tout candidat désirant participer au concours doit d’abord déposer sa candidature en soumettant une lettre d’intention ainsi que les divers documents requis avant la date limite, par courriel à l’adresse suivante : fir.pri-quebec-francophone.esg2018@uqam.ca

Pour compléter votre inscription, veuillez joindre les documents complémentaires suivants à votre formulaire d’inscription:

Pour le concours de la meilleure thèse de doctorat :

  • Preuve de soutenance de thèse
  • Preuve d’inscription dans une université d’un pays émergent figurant sur la liste en annexe
  • Copie d’une pièce d’identité
  • Version électronique de la Thèse
  • Résumé en français de 5 pages de la thèse
  • Une lettre dûment signée acceptant les conditions du présent concours, incluant celle relatives à la diffusion du nom des candidats dans les outils de communication

Pour le concours du meilleur article :

  • Article : s’il est déjà publié
  • Article et lettre d’acceptation de la revue si l’article n’est pas encore publié
  • Copie d’une pièce d’identité de l’auteur-contact
  • Une lettre dûment signée par l’auteur-contact acceptant les conditions du présent concours, incluant celle relatives à la diffusion du nom des candidats dans les outils de communication

Une fois la complétude du dossier de candidature validée, un message électronique sera envoyé à l’auteur-contact pour le confirmer.

La date limite pour le dépôt des candidatures est le 2 mars 2018.

L’annonce des gagnants se fera le 28 juin 2018 lors de la Ve conférence internationale en Finance responsable qui aura lieu en juin 2018 à Casablanca au sein de l’ISCAE et bénéficiera d’une couverture médiatique.

PROCESSUS ET CRITÈRES DE SÉLECTION

Le Concours de la Finance Responsable pour les pays émergents francophones porte sur des recherches universitaires de niveau supérieur et sur des articles ou ouvrages scientifiques. Les critères de sélection qu’utilise le jury sont regroupés sous trois catégories, soit :

  • Qualité de la recherche du point de vue académique :
    • Pertinence et qualité de la revue de la littérature,
    • Qualité et rigueur méthodologique,
    • Qualité de la rédaction.
  • Pertinence et originalité d’un point de vue de finance responsable et de thématiques de développement durable:
    • Originalité de la question de recherche,
    • Originalité de l’approche et de l’appréhension du sujet/objet de recherche,
    • Pertinence et importance des enjeux.
  • Qualité de la contribution du point de vue d’une partie prenante :
    • Praticiens de la finance,
    • Investisseurs privés,
    • Investisseurs institutionnels,
    • Entreprises ou autre acteur.

Les étapes de l’évaluation :

L’évaluation est effectuée en deux étapes principales :

  1. Pré-sélection par chaque membre du jury des 3 meilleures thèses et des 3 meilleurs articles,
  2. Réunion pour choisir collectivement les 3 meilleures thèses et les 3 meilleurs articles,
  3. Sélection de la meilleure de thèse et du meilleur article par chaque membre du jury,
  4. Réunion pour choisir collectivement la meilleure thèse et le meilleur article.

La décision du jury est sans appel et est confidentielle jusqu’à l’annonce officielle des gagnants prévue dans le calendrier des activités.

PRIX ET RECONNAISSANCE

Le gagnant du prix pour la meilleure thèse de doctorat en finance responsable recevra une bourse de 1500$ canadiens.

Le gagnant du prix pour le meilleur article en finance responsable recevra une bourse de 1500$ canadiens.

JURY

Le jury est composé à parts égales de chercheurs établis et de praticiens aguerris du Québec, de l’Europe et des pays émergents francophones.

COLLABORATEURS ET COMMANDITAIRES

Nous remercions nos partenaires et commanditaires pour le financement et l’organisation de ce premier prix : PRI-Québec et le Forum pour l’Investissement Responsable et l’agence de notation extra-financière, Vigéo-Eiris pour le financement des prix de la présente édition du concours.

Pour toute question, veuillez contacter:

fir.pri-quebec-francophone.esg2018@uqam.ca

[1]En plus de l’Algérie, la liste des pays émergents francophones admissibles est consultable sur le site : https://www.francophonie.org/IMG/pdf/som_xvi_membres_oif_vf.pdf .

 

22nd Annual Interdisciplinary Conference on Entrepreneurship, Innovation and SMEs

22nd Annual Interdisciplinary Conference on Entrepreneurship, Innovation and SMEs

G-Forum 2018 – Call for Papers

Submissions via email to: submission-gforum2018@fgf-ev.de

Dear entrepreneurship, innovation and family business researchers,

The 22nd Annual Interdisciplinary Conference on Entrepreneurship, Innovation and SMEs will be held in Stuttgart from October 10th to 12th, 2018. Lead partners of the FGF e.V. are the University of Hohenheim and the Stuttgart Media University. President of the conference is Prof. Dr. Andreas Kuckertz, Chair in Entrepreneurship at the University of Hohenheim. The program of the conference will be enriched by renowned keynote speakers.

The guiding theme of the G-Forum 2018 in Stuttgart is:

„Mastering the Digital Transformation: Corporate Entrepreneurship as a Fast Track to Innovation”

Digital technologies are currently causing a dramatic transformation of established industries. Entrepreneurs exploit the resulting manifold opportunities to test new business solutions and new business models. As a consequence, established firms such as medium-sized companies need to react to the potentially disruptive competition through entrepreneurial and innovative initiatives. Against this background, the G-Forum 2018 consequently addresses the numerous questions, opportunities and approaches that arise from this challenge for entrepreneurs, established companies and entrepreneurship research.

In addition to submissions addressing the guiding theme of the conference, the conference organizers expressly welcome any submission that corresponds to the three main thematic fields of the FGF e.V. These are the topics

  • Entrepreneurship
  • Innovation
  • SMEs

In this way, the G-Forum will fulfill its role as a central platform for the scientific community to exchange views on the current state of scientific discussion.

The conference languages are German and English.

To enhance the exchange between science and practice, submissions “from both worlds” are expressly desired. Topic-specific sessions are offered which are either based on submissions from science or practice. There are two independent review processes to meet the different requirements for submissions from both realms.

It is possible to submit full papers to the G-Forum. Authors of full paper submissions receive two developmental reviews from members of the G-Forum Review Board and qualify themselves for a 20-minute presentation plus 10-minute discussion.However, proposals for presentations can also be submitted as an abstract. An abstract should not exceed 1.000 words. Abstracts qualify for poster presentations, round-table discussions or short presentations (elevator pitches).

Please submit your full papers and abstracts in two versions (with and without author details) as a pdf document until May 24th, 2018 via e-mail to submission-gforum2018@fgf-ev.de.

Details of the conference and submission guidelines can be found in the detailed Call for Papers. More information about the conference is also available on the Internet at https://www.fgf-ev.de/en/g-forum-2018-stuttgart-germany/

AGeCSO – Conférence annuelle – Semaine Managemnet FNEGE

L’Association pour la Gestion des Connaissances dans la Société et les Organisations (AGeCSO) organise sa conférence annuelle

les 22 et 23 mai 2018 dans le cadre de la Semaine du Management de la FNEGE (Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion)

Pour cette onzième édition qui se déroulera à Paris, le thème retenu : ” La création des connaissances dans les organisations innovantes et leurs réseaux” est largement multidisciplinaire et ouvert à des contributions de nature différente émanant de professionnels en activité dans des entreprise ou  de chercheurs appartenant à des laboratoires académiques. Vous trouverez l’appel à communication et les informations utiles sur la plateforme du CNRS :

 

https://gecso2018.event.univ-lorraine.fr/

 

La journée du jeudi 24 mai célébrera le cinquantième anniversaire de la FNEGE .

https://www.management2018.fr/semaine-management-2018

Elle est ouverte aux participants aux colloques de l’AGeCSO et des autres associations scientifiques.

Venture Lab – Offres d’emploi

Le VentureLab, incubateur pour étudiants entrepreneurs, recherche trois nouvelles personnes pour compléter son équipe.

  1. pour le poste de « développeur de compétences »: des personnes qui ont des compétences d’organisation et d’animation et qui s’épanouissent dans l’action au service des individus, jeunes entrepreneurs. Leur côtés visionnaire dans un monde en changement sera un vrai plus!
  2. pour les poste de “accélérateurs des ventes et du réseau des étudiants-entrepreneurs”: des personnes organisées qui ont des compétences d’animation et de réseautage et qui s’épanouit dans l’action au service des entrepreneurs et dans les défis commerciaux.

DESCRIPTIF DE FONCTION – Chargé de projet _Vente, réseau et marché

DESCRIPTIF DE FONCTION – Développeur des compétences

4ème Rencontre entre acteurs des réseaux d’accompagnement et chercheurs – Montpellier – 10 juillet 2018

4ème Rencontre entre acteurs des réseaux d’accompagnement et chercheurs

Appel à communications ESL Montpellier 2018

www.labex-entreprendre.fr

APPEL À COMMUNICATIONS

Présentation du colloque

L’accompagnement entrepreneurial connaît depuis une dizaine d’années des transformations majeures. Portée par une forte dynamique entrepreneuriale et la diffusion d’une culture start-up, l’industrie de l’accompagnement entrepreneurial est amenée à se réinventer. La littérature académique se fait l’écho de ces transformations. Les milieux professionnels sont également conscients de ces changements. Les rencontres entre chercheurs et praticiens de l’accompagnement entrepreneurial restent pourtant assez rares. L’ambition de la 4ème Rencontre entre acteurs des réseaux d’accompagnement et chercheurs vise à favoriser les regards croisés sur les pratiques d’accompagnement entrepreneurial et au-delà à engager une réflexion prospective sur les stratégies gagnantes. Trois perspectives complémentaires pourront être abordées.

La première est de nature macro et s’intéresse aux politiques entrepreneuriales. La plupart des pays et des régions dans le monde ont engagé des politiques volontaristes visant à encourager la création et la reprise d’entreprises. Les entreprises innovantes, l’entrepreneuriat étudiant, l’entrepreneuriat social ont suscité un intérêt croissant et la création de dispositifs dédiés (SATT, PEPITE, incubateurs sociaux…). Il convient de s’interroger sur l’efficience, l’efficacité et l’effectivité de ces politiques dans un contexte de diminution des ressources publiques. Plusieurs rapports ont ouvert le débat qui mérite d’être enrichi par des travaux scientifiques permettant d’évaluer ces programmes et d’apprécier les enjeux en termes de gouvernance.

La deuxième perspective se concentre sur le niveau méso et se focalise sur la coordination. Cette question peut être traitée sous l’angle des réseaux d’accompagnement qui jouent un rôle important en favorisant le développement d’actions et de stratégies collectives. Ces réseaux nationaux et internationaux sont propices à l’échange de bonnes pratiques. Cette perspective peut également être abordée sous l’angle de l’industrie de l’accompagnement qui est soumise à la pression des nouveaux entrants et à un phénomène de convergence qui amplifie cette émergence de nouveaux acteurs. Les acteurs de la finance, du conseil, de l’expertise-comptable et du monde juridique s’engagent de plus en plus dans des actions d’accompagnement entrepreneurial. De façon concomitante, le digital conduit à redéfinir les frontières de cet écosystème de l’accompagnement entrepreneurial. Cette industrie n’est-elle pas à l’aube d’un phénomène d’ubérisation (Labex Entreprendre Publication, 2017) comme le suggèrent certains acteurs de l’accompagnement (ProCréa 2017) ?

4ème rencontre entre acteurs des réseaux d’accompagnement et chercheurs 2/5

La troisième perspective est de nature micro et concerne les acteurs à travers leurs modes d’organisation et leurs stratégies. Si la plupart des pays européens ont privilégié pendant longtemps un modèle fondé sur des financements publics, cette approche tend à être remise en question. Les acteurs historiques doivent repenser leur business model, en s’inspirant des nouveaux entrants issus de la sphère privée (Station F, The Family, Founder Institute, etc.). Qui plus est, les nouveaux modèles d’entrepreneuriat tel l’entrepreneuriat hybride ou la gig economy, tout comme la démocratisation des technologies et l’accessibilité des outils de production ou des connaissances (FabLab, Living Lab, etc.), bouleversent les besoins des entrepreneurs et les manières de les soutenir. Dans ce contexte, quels sont les nouvelles compétences et les nouveaux outils à développer pour répondre aux besoins des nouveaux entrepreneurs ? Quelles sont les stratégies à mettre en oeuvre ? Comment favoriser un écosystème entrepreneurial durable ?

Ces préoccupations intéressent tant le monde académique et celui des praticiens de l’accompagnement. Les échanges entre ces deux univers s’imposent pour co-construire une connaissance actionnable permettant de mieux comprendre et de mieux agir. L’objectif de ces rencontres est de faciliter l’interaction entre les acteurs de l’accompagnement et les chercheurs spécialistes du domaine. Pour faciliter ces échanges, la journée sera organisée sous la forme de tables rondes et d’ateliers en parallèle. Les communications présentées feront l’objet d’une évaluation en double aveugle, à partir d’un résumé étendu de trois pages.

Un dossier spécial de la Revue Française de Gestion (Rang 2 FNEGE) sera consacré à cette thématique de l’accompagnement entrepreneurial. Les meilleures contributions auront la possibilité de rentrer dans le processus d’évaluation de ce dossier spécial.

Les propositions de communication acceptées pourront être rédigées et présentées lors du colloque, en français ou en anglais.

Thématiques proposées

  • Accompagnement de la reprise
  • Accompagnement de l’entrepreneuriat étudiant
  • Accompagnement de l’entrepreneuriat social
  • Accompagnement de l’innovation
  • Accompagnement entrepreneurial et diversité
  • Accompagnement de l’entrepreneuriat culturel
  • Business model des structures d’accompagnement
  • Compétence des accompagnants
  • Crowdfunding et nouvelles formes de financement
  • Digitalisation de l’accompagnement entrepreneurial
  • Ecosystème de l’accompagnement entrepreneurial
  • Gouvernances et politiques entrepreneuriales
  • Nouveaux espaces et nouveaux acteurs
  • Performance de l’accompagnement entrepreneurial
  • Réseaux d’accompagnement
  • Stratégies des acteurs de l’accompagnement entrepreneurial

Envoi des communications

esl2018@umontpellier.fr

4ème rencontre entre acteurs des réseaux d’accompagnement et chercheurs 3/5

Calendrier 15 mars 2018 Envoi des propositions (résumé étendu – 1 200 mots)
10 avril 2018 Notification des avis d’acceptation aux auteurs
1er juin 2018 Version finale (texte complet)
10 juillet 2018 Tenue du colloque à l’Institut Montpellier Management

 

Wokshop Entrepreneuriat dans les industries culturelles et créatives – Dijon – 21 septembre 2018

Workshop – Appel à communications

Bulletin d’inscription

Le CREGO (EA 7317), Centre de REcherche en Gestion des Organisations des universités de Bourgogne, Franche-Comté et de Haute Alsace, en partenariat avec l’AIMAC (Conférence Internationale sur le Management des Arts et la Culture) et soutenu par la MSH (Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, Université de Bourgogne) organise le 21 septembre 2018 un workshop sur le thème de l’Entrepreneuriat dans les Industries Culturelles et Créatives (Arts, Culture et Tourisme). Ce workshop sera la 3ème journée consacrée à l’axe « Entrepreneuriat culturel et créatif », organisée pour la première fois en 2015 et s’appuyant sur un projet de recherche de la MSH de Dijon.

La réduction des subventions, la concurrence endogène et exogène et le marché de l’emploi incertain fragilisent le secteur artistique et culturel. Parallèlement, de nombreuses villes (Nantes, Marseille, Dijon, Saint-Etienne et aussi Bilbao ou Glasgow) transforment les anciens sites industriels en quartiers créatifs et culturels, s’appuyant ainsi sur une configuration de « classes créatives » (Florida, 2002, 2005) ou de « districts culturels » (Greffe, Simonnet, 2008). Ces évolutions territoriales posent de nombreuses questions sur la capacité des organisations à se transformer en profondeur et à inventer de nouvelles formes de travail et managériales. La figure de l’artiste-manager et celle de l’« artiste-entreprise » (Greffe, 2012) interrogent l’équilibre entre exigences économiques et projet artistique (Dupuis, 2010). Elles nécessitent une relecture de la relation art-management (Leroy, 1996 ; Chiapello, 1998 ; Benghozi, 1995, 2006) et sans doute un accompagnement et un apprentissage organisationnels (Horvath, 2013). L’entrepreneuriat créatif et culturel est également une voie de survie-développement.

Cette notion qui ne cesse de se redéfinir depuis une dizaine d’années (Henry, 2008 ; Henry and De Bruyn, 2011 ; Saives, Charles-Pauvers, Schieb-Bienfait, Michel, 2016) recouvre souvent de nouvelles formes organisationnelles.

Le but de l’événement est d’explorer ce champ de recherche qui n’est certes pas nouveau, mais il est sans doute utile d’en approfondir les enjeux et de mieux comprendre les interrelations entre la créativité, les structures et le management dans une vision prospective, voire prescriptive.

Plusieurs thèmes seront au programme :

  • Développement de la notion d’« entrepreneuriat culturel et créatif »
    • Pratiques des entrepreneurs culturels et créatifs
    • Accompagnement de l’entrepreneur culturel et créatif
    • Spécificités de l’entrepreneuriat et de l’entrepreneur culturels et créatifs
    • Dynamiques entrepreneuriales dans le secteur des activités culturelles : art vivant, patrimoine et muséologie, musiques actuelles …
  • Entrepreneuriat culturel et créatif, et innovations numériques
    • Spécificités des différents secteurs et modes d’entrepreneuriat
    • Nouvelles formes de structuration des organisations
    • Nouveaux modes d’institutionnalisation (financement, incubation, clusters, pépinières)
  • Implications managériales et économiques des politiques culturelles
    • Processus de fertilisation croisée entre le secteur artistique et culturel et le secteur traditionnel
    • Effets de la créativité sur l’entrepreneuriat et l’innovation
  • Politiques publiques et entrepreneuriat créatif et culturel
    • Rôle des politiques publiques dans le processus de développement des activités des
    • artistes-entrepreneurs
    • Contribution de l’innovation artistique et culturelle à la construction et l’attractivité d’une ville “intelligente”
    • Apports de l’innovation artistique et culturelle à la reconversion des territoires urbains

 

Cet événement s’adresse aux enseignants chercheurs, chercheurs et doctorants en sciences de gestion, sociologie et sciences humaines, de même que les professionnels du secteur des arts et de la culture.

 

PROCEDURE DE SELECTION

Les projets de communication peuvent être rédigés (en français ou en anglais). Ils seront sélectionnés en fonction de l’originalité et de l’intérêt scientifique de leurs apports.

Le processus de sélection se fera sur la base des résumés en français ou en anglais. Un intérêt particulier sera porté aux contributions qui analysent les controverses et les débats dans le champ de l’entrepreneuriat culturel.

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE

  • Francis AUBERT, Professeur AGROSUP, Université Bourgogne Franche-Comté.
  • Dominique BOURGEON-RENAULT, Professeure des Universités, CREGO, Université de Bourgogne.
  • Pierre-Jean BENGHOZI, Professeur à l’Ecole Polytechnique, Membre de l’ARCEP.
  • Kirsten BURKHARDT, Maître de Conférences, CREGO, Université de Bourgogne.
  • Alain CHENEVEZ, Maître de Conférences, CIMEOS, Université de Bourgogne.
  • Gaëlle DECHAMP, Maître de Conférences, COACTIS, Université de Lyon, Université Jean Monnet de Saint-Etienne.
  • Sandrine EMIN, Maître de Conférences, GRANEM, Université d’Angers.
  • Yves EVRARD, Professeur Emérite, HEC PARIS.
  • Marc FILSER, Professeur des Universités, CREGO, Université de Bourgogne.
  • Isabelle HORVATH, Maître de Conférences, CREGO, Université de Haute Alsace.
  • Mathilde PULH, Maître de Conférences, CREGO, Université de Bourgogne.
  • Nathalie SCHIEB-BIENFAIT, Maître de conférences HDR, LEMNA, Université de Nantes.
  • Danielle BOUDER-PAILLER, Maître de conférences HDR, LEMNA, Université de Nantes.
  • Thomas PARIS, CNRS (GREGHEC) & HEC PARIS.
  • Zannie VOSS, Professeure et Directrice, SMU National Center for Arts Research.

 

PUBLICATION

Les communications retenues seront mises en ligne sur le site Internet du CREGO.

Les auteurs conservent tous leurs droits sur les textes, et sont encouragés à les soumettre ensuite à des revues académiques, conformément à l’esprit de ces journées qui se veulent lieu de rencontre, d’échange et de débat.

 

COMITÉ D’ORGANISATION

  • Dominique BOURGEON-RENAULT, Professeure des Universités, CREGO, Université de Bourgogne.
  • Kirsten BURKHARDT, Maître de Conférences, CREGO, Université de Bourgogne.
  • Isabelle HORVATH, Maître de Conférences, CREGO, Université de Haute Alsace.

 

CALENDRIER

9 mars 2017 Proposition de communications (résumé en français ou en anglais de deux pages maximum, présentant la question de recherche, développant les principaux apports théoriques, méthodologiques et opérationnels).

6 avril 2018 Notification aux auteurs des communications acceptées.

25 juin 2018 Envoi des textes définitifs des communications en français ou en anglais.

Consignes : maximum d’une quinzaine de pages, Times 12, interligne 1,5.

21 septembre 2018 Workshop :

Université de Bourgogne (Dijon, France)

CREGO (Centre de REcherche en Gestion des Organisations) en partenariat avec l’AIMAC et soutenu par la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon

Mise en ligne des actes sur le site Internet du CREGO.

 

INSCRIPTION ET INFORMATIONS PRATIQUES

Tarifs :

  • Auditeurs : 60 euros
  • Participants présentant une communication : 40 euros

 

Contacts :

Dominique Bourgeon-Renault, Professeure de Sciences de Gestion, Université de Bourgogne
Téléphone : +33(0)6 87 82 92 10
Courriel : dominique.renault-bourgeon @ orange.fr

Frédéric Pellerin, chargé de valorisation, CREGO, Université de Bourgogne
Téléphone : +33(0)3 80 39 54 13
Courriel : frederic.pellerin @ u-bourgogne.fr

ASRDLF – “Entrepreneuriat et territoire : symbiose et/ou dissonance ?” – 4 au 6 juillet 2018 – Caen

Le prochain colloque de l’Association de Science Régionale De Langue Française (ASRDLF) aura lieu à Caen (Normandie) du 4 au 6 juillet 2018.

A cette occasion, aura lieu une session spéciale, proposée par Nadine Levratto et Marcus Dejardin, titrée “Entrepreneuriat et territoire : symbiose et/ou dissonance ?”

Cette session se donne pour ambition d’ouvrir très largement le chantier des recherches portant sur les rapports entre le territoire et les fonctions entrepreneuriales (innovation; identification et capture d’opportunités entrepreneuriales; prise de risque et incertitude).

Plus largement, la session spéciale entend susciter l’intérêt et la contribution des chercheurs travaillant sur la question “Entrepreneuriat & Territoires”.

Les contributions attendues, de nature théorique, empirique – tant quantitative que qualitative –, ou méthodologique, traiteront notamment des questions suivantes :

  • La diversité dans l’exercice des fonctions entrepreneuriales se marque-t-elle au niveau des territoires ?
  • Quels sont les facteurs explicatifs de la diversité dans l’exercice des fonctions entrepreneuriales ?
  • Quels sont les facteurs entrepreneuriaux déterminant la prospérité des territoires ?
  • La diversité dans les trajectoires de développement territorial s’explique-t-elle par la diversité dans l’exercice des fonctions entrepreneuriales ?

La date limite pour la soumission d’une proposition de contribution (résumé) est fixée au 15 mars 2018 au plus tard.Les propositions seront évaluées par deux universitaires (un membre du comité scientifique et l’un des organisateurs de la session).

L’avis quant à l’acceptation de la communication sera transmis à l’auteur pour le 10 avril 2018.

Les propositions de contribution peuvent être postées via le site du colloque:

http://asrdlf2018.com/

http://asrdlf2018.com/asrdlf2018_com/envoideresume/

Le formulaire en ligne permet une référence explicite à la session spéciale SS4 – “Entrepreneuriat et territoire : symbiose et/ou dissonance?”

 

Parution – Christophe Schmitt – La fabrique de l’entrepreneuriat

L’AEI est heureuse de vous annoncer la sortie du dernier ouvrage de Christophe Schmitt.

L’ouvrage se propose de générer une réflexion nouvelle sur l’entrepreneuriat autour de questions telles que celles-ci :

« Comment se fabrique l’entrepreneuriat ? En quoi le regard de l’entrepreneur et des acteurs de l’écosystème joue-t-il un rôle dans la réussite de l’entrepreneuriat ?

Quelles sont les différentes étapes pour agir différemment ? »

Journée AEI-FNEGE – Rappel date limite communication

Journée AEI-AIREPME : Entrepreneuriat et Pme : question(s)de valeur(s)

dans le cadre de la Semaine du Management FNEGE 2018

25 mai 2018    

Paris  Cité internationale universitaire

 

RAPPEL DATE LIMITE ENVOI PROPOSITIONS

Date limite envoi soumissions propositions (résumés longs) : 15 janvier 2018

Envoi à : journee-aei-airepme@entrepreneuriat.com

Inscriptions et informations : site FNEGE : www.management2018.fr

Code d’inscription SM11 : AEI-AIREPME-25 mai 2018

Consulter : AEI-AIREPME_FNEGE_2018

 

Voeux Académie Entrepreneuriat et Innovation

Chers « académiciens et académiciennes de l’entrepreneuriat et de l’innovation »

En cette période de fin d’année qui va nous permettre de respirer et de nous ressourcer, je vous adresse sincèrement tous mes vœux de bonheur et de réussite pour la nouvelle année qui sera encore une fois riche pour notre association.

Et vous donne rendez-vous en 2018, pour notre AG en février, autour du Salon des Entrepreneurs

En attendant de vous retrouver, je vous souhaite de très joyeuses fêtes de fin d’année

Très cordialement

Catherine Léger-Jarniou
Présidente de l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation

AIMS 2018 – Atelier « Stratégie et Entrepreneuriat : pour une fertilisation croisée ? »

Dans le cadre de la conférence de l’AIMS qui se tiendra à Montpellier, nous proposons une session thématique sur « Stratégie et Entrepreneuriat : pour une fertilisation croisée ? » L’objectif est de favoriser les échanges et les projets collaboratifs au croisement de l’entrepreneuriat et de la stratégie.

Nous vous invitons à soumettre une communication avant le 22 janvier :

http://www.strategie-aims.com/events/conferences/29-xxviieme-conference-de-l-aims/communication_authors/new

Vous trouverez ci-joint l’appel à communications.

_ST-AIMS_12_-_Strategie_et_Entrepreneuriat_-_pour_une_fertilisation_croisee

Au plaisir de vous retrouver à Montpellier,

 

Martine Séville, Olivier Germain, Franck Robert et Karim Messeghem

Partager ses actualités avec la communauté de l’AEI

Nous avons le plaisir d’ouvrir cette nouvelle fonctionnalité du site de l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation.

A présent, vous pouvez partager directement vos actualités qui après validation seront mises en ligne sur le site et partager sur la newsletter.

Partagez vos actus

L’administration du site se réserve le droit de diffuser ou non cette information et d’y apporter d’éventuelles modifications pour répondre aux exigences éditoriales du site.

Poste de MCF Entrepreneuriat Dauphine

Paris Dauphine University recruits an assistant professor in the field of entrepreneurship and innovation, within the « Masters in Organization Sciences » department.

Application files must be uploaded at section06MCF156@recrutement-enseignants.dauphine.fr before December 7th, 12 p.m.

Télécharger le document de référence: https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ListesPostesPublies/FIDIS/0750736T/FOPC_0750736T_4199.pdf

 

For more information about job profil, please join albert.david @ dauphine.fr

Enseignement :

Profil : Entrepreneuriat et Innovation

Département d’enseignement : MSO (Masters en Sciences des Organisations)

Lieu(x) d’exercice : Université Paris-Dauphine

Equipe pédagogique : Management et Organisation

Nom directeur département : Professeur Denis Darpy

Email directeur dépt. : denis.darpy @ dauphine.fr

URL dépt. : http://mso.dauphine.fr

Recherche : Profil : Entrepreneuriat et Innovation

Lieu(x) d’exercice : Dauphine Recherches en Management (UMR CNRS 7088)

Nom directeur labo : Prof. Nicolas Berland

Email directeur labo : nicolas.berland @ dauphine.fr

URL labo : http://drm.dauphine.fr/fr/drm/accueil.html

Descriptif labo : DRM (Unité Mixte de Recherche CNRS 7088) a été créé le 1er janvier 2005 et constitue l’un des plus importants centres français de recherche en sciences de gestion. Ses domaines de compétences couvrent le marketing, la stratégie, la théorie des organisations, la gestion des ressources humaines, les systèmes d’information, l’innovation, ainsi que la comptabilité et le contrôle.

 

Description activités complémentaires :

Le(la) candidat(e) assurera des enseignements et développera des recherches en entrepreneuriat et en innovation. Le champ entrepreneurial est pris dans sa largeur, couvrant par exemple les questions liées à la création et aux stratégies de croissance des entreprises, aux écosystèmes entrepreneuriaux, aux logiques intrapreneuriales ou encore aux entrepreneurs sociaux et institutionnels. Le champ de l’innovation est également considéré dans sa diversité, concernant ainsi, par exemple, le management des phases amont de l’innovation, l’innovation managériale, le financement de l’innovation ou encore l’innovation sociale. En phase avec les formations et les travaux de recherche s’intéressant à la transformation digitale tant au plan économique que sociétal, une sensibilité aux mutations organisationnelles portées par le numérique sera appréciée.

Le(la) candidat(e) sera capable de prendre rapidement des responsabilités dans des formations et des dispositifs de recherche et de valorisation liées à l’entrepreneuriat et l’innovation.

Pour une prise d’information éventuelle, vous pouvez joindre Albert DAVID à l’adresse suivante : albert.david @ dauphine.fr

Moyens : Moyens matériels : bureau et espaces de travail collaboratif, équipement informatique et ensemble des ressources de l’Université.

Moyens humains : Assistance pour les responsabilités pédagogiques et de valorisation, équipe de recherche pour travailler sur les projets et programmes.

Moyens financiers : Budget CNRS alloué à DRM, soutien du Cercle de l’Innovation (Fondation Dauphine) sur certains projets. Autres moyens : Incubateur de Dauphine, Centre d’Ingénierie Pédagogique.

Autres informations : Compétences particulières requises : capacité à prendre des responsabilités de formation de façon collégiale, capacité à monter des partenariats de recherche avec des entreprises et organisations, capacité à valoriser la recherche et l’enseignement auprès de publics larges. Evolution du poste : carrière de la fonction publique de l’enseignement supérieur Rémunération : grille de la fonction publique de l’enseignement supérieur

 

CONSIGNES À RESPECTER POUR LA CONSTITUTION DE VOTRE DOSSIER DE CANDIDATURE

Le dépôt d’une candidature se fait en deux étapes :

  1. Enregistrement de votre candidature sur le portail Galaxie ;
  2. Envoi de votre candidature à l’adresse de messagerie indiquée sur la fiche de poste section06MCF156 @ recrutement-enseignants.dauphine.fr

Votre dossier de candidature dématérialisé devra parvenir au format PDF uniquement en un seul fichier, libellé ainsi : NOM_PRENOM.pdf

Aucun dossier papier ne sera accepté

Votre dossier de candidature devra obligatoirement être composé des pièces ci-après, dans l’ordre suivant (Arrêté du 13 février 2015) :

  1. déclaration de candidature, datée et signée, téléchargeable sur GALAXIE ;
  2. copie d’une pièce d’identité recto/verso avec photo ;
  3. curriculum-vitæ ;
  4. copie du diplôme : doctorat, HDR, ou équivalent ;
  5. copie du rapport de soutenance du diplôme détenu

Par ailleurs, pour toute candidature au titre de la mutation, du détachement, ou pour les enseignants-chercheurs exerçant une fonction d’un niveau équivalent à celui de l’emploi à pourvoir, dans un État autre que la France, et dispensé de l’inscription sur la liste de qualification, merci de faire parvenir en plus :

Pour toute candidature au titre de la mutation :

– attestation de l’établissement d’origine permettant d’établir la qualité de professeur des universités ou de maître de conférences, et l’exercice de fonctions en position d’activité depuis trois ans au moins à la date de clôture des candidatures ;

Pour toute candidature au titre du détachement :

– attestation récente, délivrée par l’employeur actuel, mentionnant l’appartenance à l’une des catégories visées à l’article 40-2 du décret n° 84-431 du 6 juin 1984 relatif aux statuts des enseignants-chercheurs et la qualité de titulaire dans le corps ou cadre d’emploi d’origine depuis trois ans au moins à la date de clôture des inscriptions ;

Pour toute candidature au titre d’enseignant-chercheur exerçant une fonction d’un niveau équivalent à celui de l’emploi à pourvoir, dans un État autre que la France, et dispensé de l’inscription sur la liste de qualification

– attestation récente délivrée par l’employeur actuel mentionnant le corps d’appartenance, la durée et le niveau des fonctions exercées ;

Les documents administratifs en langue étrangère doivent être traduits en français.

Semaine du Mangement FNEGE 2018 – Journée AEI-AIREPME

Appel à Communication AEI AIREPME

Entrepreneuriat et PME : question(s) de valeur(s)

L’entrepreneuriat est devenu le moteur du développement économique et social dans nos sociétés. Les entrepreneurs en sont perçus comme les piliers et leurs activités, comme créatrices de valeur, d’emploi et d’avantages multiples pour la société (Audretsch, 2007).

Au-delà de ces perspectives générales, il est frappant de constater que l’entrepreneuriat irrigue de plus en plus le système éducatif en général, et le système universitaire en particulier. Le programme PEPITE a ainsi permis, en France, de toucher près d’un million d’étudiants, tandis que la majorité des communautés universitaires et des grandes écoles se sont dotées d’espaces de travail collaboratifs (coworking spaces) et/ou d’incubateurs. Cet engouement pour l’entrepreneuriat peut s’expliquer par un changement des perceptions et attitudes plus favorable au phénomène entrepreneurial. L’attitude positive de la culture d’un pays face à l’entrepreneuriat va influencer son système éducatif. Et ce système, universitaire notamment, jouera également par la suite un rôle primordial dans la création et la diffusion de cette culture entrepreneuriale.

La recherche n’est pas en reste, comme en témoignent les très nombreuses revues et conférences spécifiquement consacrées à l’entrepreneuriat.

Lors de cette semaine du management, nous nous intéresserons aux enjeux et perspectives de l’entrepreneuriat et de la PME, en matière de recherche, de pédagogie ou d’actionnabilité des savoirs, en nous attachant plus spécifiquement à l’entrepreneuriat en tant que création de valeur(s) au sens large.

Une des approches de l’entrepreneuriat définit ce dernier comme un phénomène ou un processus créant de la valeur (Ronstadt, 1984 ; Bruyat et Julien, 2001), qu’elle soit individuelle, économique ou sociale. Ce processus suppose la création de toute forme de richesse (économique, indépendance, pouvoir, estime de soi…), non pas uniquement pour une partie prenante dans l’organisation, mais également pour l’entrepreneur lui-même, voire pour la société dans son ensemble. La notion de valeur est donc aussi fonction de la perception de l’entrepreneur et des motivations qui le poussent à entreprendre, comme elle est fonction des attentes d’une société.

Qui plus est, dans un contexte de renouvellement profond des modes de travail, d’arrivée à l’âge adulte d’une génération réputée pour chercher à se libérer de l’autorité, et de transition vers une économie numérique, l’entrepreneuriat pourrait se révéler un levier très puissant de changement. La création de valeur par l’entrepreneuriat prendra alors un sens particulièrement concret, aussi bien pour les individus que pour la société dans son ensemble.

Inversement, des voix s’élèvent pour appeler à déconstruire le phénomène entrepreneurial, questionner les valeurs implicites qu’il véhicule, voire réfléchir aux risques liés à l’émergence d’une société entrepreneuriale (Jones et Spicer, 2009, Janssen et Schmitt, 2011, Germain et Jacquemin, 2017), tandis que les manifestations de l’économie collaborative se multiplient et appellent à repenser les modèles entrepreneuriaux et les modes de management.

Appréhender la diversité des relations entre valeur(s), entrepreneuriat et PME est alors nécessaire.

Pour Résumer

Pour cette nouvelle édition des journées du Management, l’AEI et l’AIREPME s’associent afin que cette journée constitue un temps fort de rencontres et de débats autour du thème de la valeur et de la création de valeur, à partir de questions d’actualité présentant des enjeux forts pour l’univers professionnel et académique.

Les propositions de communications qui s’interrogeront sur les progrès des connaissances, des pratiques, mais aussi sur les enjeux et perspectives – théoriques, pratiques, managériales, et publiques – qui touchent à la création de valeur sont ainsi bienvenues. A titre illustratif, les enjeux et perspectives ouverts par les thématiques suivantes sont ainsi possibles :

  • L’entrepreneuriat, une question de société ?
  • Apports et mutations de l’éducation entrepreneuriale
  • Pédagogie de l’entrepreneuriat et de la PME : quelles nouveautés ?
  • Entrepreneurs et dirigeants : quelles sont leurs motivations ?
  • Croissance de la firme
  • Financement de l’entrepreneuriat,
  • Gouvernance, PME et entrepreneuriat
  • Entrepreneuriat social et/ou durable
  • Les enjeux l’économie collaborative et de la digitalisation
  • Appropriation et partage de la valeur
  • Entrepreneuriat féminin
  • Entrepreneuriat immigré
  • Pratiques de GRH en PME et startups
  • Entrepreneuriat collectif
  • Entrepreneuriat familial
  • Dynamiques d’innovation
  • Internationalisation et entrepreneuriat
  • Territoires, PME et entrepreneuriat
  • Accompagnement, politique publique et écosystème entrepreneurial
  • Approches critiques

Modalités de soumission :

  • 15 janvier 2018 : soumission d’un résumé long : objectifs (200 mots), revue de littérature (300 mots), approche et méthode (200 mots), résultats (300 mots), implications (200 mots.
  • 27 janvier 2018 : réponse du comité scientifique.
  • 15 avril 2018 : envoi des articles complets.

Les propositions de communications seront envoyées à l’adresse :

journee-aei-airepme@entrepreneuriat.com

Comité Scientifique

Sandrine Berger-Douce, Ecole des Mines de Saint Etienne, France
Jean-Pierre Boissin, Université de Grenoble, Coordonnateur Plan Pépite, France
Pascale Brenet, Université de Franche-Comté, France
Camille Carrier, Université du Québec à Trois Rivières, Canada
Didier Chabaud, IAE Paris 1, France
Roland Condor, EM Normandie, France
Jean-Marie Courrent, Université de Montpellier, France
Jean-Michel Degeorge, Ecole des Mines de Saint Etienne, France
Bérangère Deschamps, Université Paris 8, France
Marcus Dejardin, Université de Namur et Université catholique de Louvain, Belgique
Sandrine Emin, Université d’Angers, France
Christophe Estay, Kedge, France
Véronique Favre-Bonte, IAE, Université Savoie Mont Blanc, France
Alain Fayolle, EM Lyon, France
Cécile Fonrouge, Université du Québec à Trois Rivières, Canada
Colette Fourcade, Université de Montpellier, France
Valérie François, IUT Lille, France
Inès Gabarret, ESCCA, France
Gaël Gueguen, Toulouse Business School, France
Katherine Gundolf, Montpellier Business School, France
Martine Hlady-Rispal, Université de Limoges, France
Amélie Jacquemin, Université catholique de Louvain, Belgique
Frank Janssen, Université catholique de Louvain, Belgique
Pierre-André Julien, Université du Québec à Trois Rivières, Canada
Vincent Lefebvre, Audencia Business School, France
Catherine Léger-Jarniou, Université Paris-Dauphine, France
Nadine Levratto, Université Paris 10, France
Adnane Maalaoui, Paris Business School, France
Michel Marchesnay, Université de Montpellier, France
Karim Messeghem, Université de Montpellier, France
Sophie Reboud, Burgundy School of Business, France
Sylvie Sammut, Université de Montpellier, France
Nathalie Schieb-Bienfait, IAE de Nantes, France
Christophe Schmitt, Université de Lorraine, France
Etienne St-Jean, Université du Québec à Trois Rivières, Canada
Josée St-Pierre, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada
Olivier Torrès, Université de Montpellier, France
Maripier Tremblay, Université Laval, Canada
Thierry Verstraete, Université de Bordeaux, France
Caroline Verzat, ESCP Europe, France

Inscriptions

La Journée AEI-AIREPME étant organisée en partenariat avec la FNEGE
durant la Semaine du Management,

les inscriptions sont centralisées sur le site : www.management2018.fr

Merci de noter que l’inscription à la Journée AEI-AIREPME comprend la participation à la Journée (1 jour), la Journée FNEGE du jeudi 24 mai, tous les déjeuners, pauses, l’accès au Village Académiques & Professionnels et également la Cérémonie de remise des Prix FNEGE (Meilleures Thèses et Meilleurs Ouvrages en Management) du mercredi 23 mai 2018.

Code d’inscription : SM11 : AEI-AIREPME – 25 mai 2018

Tarif enseignant et entreprises :160 euros

Tarif doctorant : 100 euros

Votre contact Inscription : Maëlle BRUMARD, brumard@fnege.fr

OPPE et AFE – Appel à Etudes de Cas

15 partenaires reconnus dans leurs domaines d’intervention – Onisep, AFE (Agence France Entrepreneur), l’Etudiant, Association Nationale des Groupements de Créateurs, Crea IUT, Demain TV, Moovjee, Paris & Co, NRJ, Union des Couveuses, Pépite France/FNEGE, AVISE, Crédit Mutuel, CIC, Banque Populaire – se sont associés pour créer le 1er site web dédié à l’entrepreneuriat pour les 15 à 25 ans : Kangae.
Cette plateforme gratuite, qui sera lancée le 17 novembre prochain à l’occasion du Salon européen de l’Education, mettra à leur disposition l’ensemble des ressources nécessaires pour les sensibiliser à l’esprit d’entreprendre et les accompagner dans leurs démarches entrepreneuriales, associatives ou de micro-projets éducatifs.

Le site proposera un espace dédié aux professionnels de l’enseignement, de la sensibilisation et de l’information des jeunes à l’entrepreneuriat (enseignants, formateurs, associations, réseaux d’accompagnement…). L’ensemble des ressources recensées par l’OPPE et présentes sur le site de l’AFE (espace enseignant) sera exportées sur le site Kangae.

L’objectif de l’OPPE est de mettre à la disposition des enseignants du site Kangae, des supports pédagogiques simples, clairs et téléchargeables gratuitement, pour les aider dans leurs actions de sensibilisation et de formation à l’esprit d’entreprendre et à la création d’entreprise.

Les cas et mini cas pédagogiques font partis de ce projet, et le présent cahier des charges vise à aider les auteurs à améliorer la qualité des cas, tant dans leur contenu que dans leur présentation formelle. Les cas et mini cas pédagogiques concernées par ce projet sont ceux qui traitent d’entrepreneuriat, d’intrapreneuriat, de création et de reprise d’entreprise.

Pour cette première session du projet, les cas et mini cas que nous retiendrons en priorité sont ceux qui sont déjà construits et testés auprès des élèves.

Le respect de ce cahier des charges est un gage de qualité et de professionnalisme, qui devrait améliorer la visibilité des cas sur le site Kangae.

 

Les recommandations pour un cas de qualité

1- Qu’est-ce qu’un cas ?

Un cas est la simulation d’une situation d’entreprise ou de future entreprise. Un “bon” cas sera tiré d’une situation réelle, vécue dans une entreprise ou une organisation. En revanche, un scénario inventé de toutes pièces risque de présenter un côté artificiel, qui le rapprochera davantage d’un exercice que d’une véritable étude de cas.
Par ailleurs, un cas doit être propice à la réflexion et à la discussion. La structure d’un cas est ouverte, par opposition à un exercice, système fermé comportant une solution pour chaque question.
L’étude d’un cas suppose :

  • Une analyse des faits/de la situation,
  • Une interprétation et évaluation des données,
  • Une prise de décision.

Dans une étude de cas, il n’y a pas forcément UNE bonne décision : le plus souvent se dégage une pluralité d’options, élaborées par les étudiants et argumentées par un travail d’analyse. Dans la note pédagogique, on ne fournit pas le corrigé mais des propositions que l’on peut discuter. La solution choisie dans la réalité est elle-même discutable.

2- Qu’est-ce qu’un mini cas ?

Tout comme les cas, les mini cas présentent une simulation d’une situation d’entreprise. Les deux produits diffèrent à deux niveaux :

  • La taille du mini cas est moins importante que le cas. Son contenu ne doit pas dépasser une à deux pages.
  • La note pédagogique d’un mini cas contient simplement quelques indications sur l’utilisation du cas et les scénarios possibles.

3- Pourquoi la méthode des cas ?

La méthode des cas est largement utilisée par les enseignants dans l’enseignement supérieur.
Etudier un cas, c’est :

  • familiariser les étudiants avec le monde de l’entrepreneuriat, montrer la complexité et la diversité des problèmes dans le montage de projet,
  • introduire du réalisme dans l’enseignement de l’entrepreneuriat : les solutions sont des solutions imparfaites prises par des individus dotés d’une certaine expérience,
  • s’entraîner à la prise de décision, c’est-à-dire “descendre de sa tour d’ivoire” et s’impliquer dans un travail d’équipe.

4- Thématiques des cas et mini cas

  • Start-up (ex. levée de fonds, son premier développement, etc.)
  • ESS
  • Création d’une association
  • Crowdfunding
  • Recherche d’une idée
  • Reprise d’entreprise

Toutes les informations dans le document suivant : Cahier des charges étude de cas Oppe 2017

Communiqué Presse création de KANGAE – CP Kangae_VF_V_AFE

Journées OPPE – 30 novembre & 1er décembre – Montpellier

Journées OPPE 2017

30 novembre et 1er décembre 2017 à Montpellier

Rebondir pour mieux entreprendre

 

Etudiant(e) en quête de projet, serial entrepreneur(se), salarié(e) en reconversion professionnelle,… tous connaîtront au cours de leur vie des phases de rebond. Comment y faire face ? Existe-t-il un apprentissage, des pratiques pour s’y préparer ? Comment s’ouvrir à de nouvelles opportunités ? Vers qui s’adresser ?

Des enseignants, étudiants et entrepreneurs témoigneront de leurs expériences et les enrichissements qu’ils en ont tirés.

Comme chaque année, les journées OPPE proposeront aux participants de vivre des moments d’échange, de capter de nouvelles pratiques / postures et de trouver de nouvelles clés pour sensibiliser les jeunes à l’entrepreneuriat.

Cet événement est proposé en partenariat avec le Conseil Régional d’Occitanie et le Labex Entreprendre de l’Université de Montpellier.

Co-organisateurs
Plus d’informations: Cliquez ici
Contenu original: http://labex-entreprendre.edu.umontpellier.fr/event/journees-oppe-2017/

Appel à contribution: Entreprendre & Innover – Special issue on “hybrid entrepreneurship”

Entreprendre & Innover, revue trimestrielle, va publier un dossier spécial en anglais sur le thème: “hybrid entrepreneurship”.

Pour consulter le contenu original du site de la revue :

https://revueentreprendreinnover.wordpress.com/2017/06/20/appel-a-contributions-special-issue-on-hybrid-entrepreneurship/

Invited editor:

– Marcus Drescher (AGER Consultant) Marcus.Drescher.AGER@Amway.com

Editors:

– Alain Fayolle (EM-Lyon business school) fayolle @ em-lyon.com

– Bernard Surlemont (HEC-Liège Business school from Liège University) b.surlemont @ ulg.ac.be

Special issue

Over the last decades, entrepreneurship became a very popular topic in most developed countries. Despite this success, academics still fail to reach a consensus about the definitions of Entrepreneurship and Entrepreneurs. For example, questions such as: “Are Intrapreneurs, entrepreneurs?” or “Are Franchisees real entrepreneurs?” are still debated among many researchers. Over the last few years the emergence of new phenomena have blurred the frontiers of entrepreneurship even further. The number of part-time entrepreneurs and freelancers has surged all over the world. In many developed countries the legal framework of social status is evolving in such a way that the frontier between the employee status and the self-employed status is fading away. Not to mention, the consequences of the booming phenomenon of the, so called, sharing economy. The « uber’s » and « airbnb’s » of this world are contributing to the emergence of new forms of “self-employment”, micro-entrepreneurs and business models that are challenging most industry incumbents and policy makers. Finally, students and retired persons tend to be more and more engaged into jobs that could be characterized as entrepreneurial or, at least, self-employed. All these emerging phenomena could be labeled under the umbrella of “Hybrid Entrepreneurship”.

In this special issue, we would like to invite contributions that could help our community to a better understanding of these phenomena and to enlighten their implications for entrepreneurs, support organizations and policy makers. Any research, interview, data analysis, opinion, cases that could contribute to achieve this are welcome. To pilot this special issue with the editorial board we invited as a guest editor, Marcus Drescher. He is the European coordinator of the Amway Global Entrepreneurship Report (AGER). This international study measures the public pulse of self-employment around the world[1] and is providing policy recommendations in many countries to favor self-employment.

While Entreprendre & Innover is a review that is usually published in French, this special issue will be published in English in order to address an international audience.

Editorial line

« Entreprendre & innover » is a high level outreach review in the entrepreneurship and the innovation field, edited by an International Publisher. Its aim is to publish strong scientific and innovative articles to corporate executives, entrepreneurs and business leaders, without the artifacts of academic publications.

The review addresses all fields of studies and all the different points of view that are related to entrepreneurship and innovation. As this review targets practitioners, we are very cautious that contributions have practical implications and include some recommendations being for entrepreneurs, supports organizations, managers or policy markers.

As a consequence, contributions are expected to:

  • Have a section referring to these concerns: The reader should always tell himself after the reading: « Then what? » “How does this article helps me through acting or thinking better about my future actions?”
  • Use a concrete and operational language than the one used in Academic reviews. Theory should not be absent, but rather popularized. Which means to be translated into simple terms. Abstract concepts must be explicit, explained and/or illustrated with practical examples.
  • Not to accumulate scientific references. The purpose is to choose some useful key opinion authors to better understand the topic, and not to show the completeness of the Academic literature. The scientific references must be exclusively mentioned in footnotes.

Each edition offers a very specific theme, which is used as a guideline for the reader. However, “ out of context” contributions remain welcomed for the review.

We are looking for contributions for a special edition to be published in March 2018.

Schedule:

Intention of communication (to give and confirm interest, summary of the topic within a few lines and the kind of contribution)End of June 2017
Submission of the textsAt the latest the 1st of October 2017.
Final selections of contributionsJanuary 2018
ReleaseMarch 2018

You can communicate your propositions/suggestions via e-mailing

– Marcus Drescher (Marcus.Drescher.AGER@Amway.com)

– Alain Fayolle (fayolle@em-lyon.com)

– Bernard Surlemont (b.surlemont@ulg.ac.be).

Kind of contributions

The contributions will be from different kind and are complementary.

  1. Research articles with a sharp managerial/entrepreneurial slant.
  2. Articles presenting studies results or key figures.
  3. Articles representing international benchmarks. The purpose is take advantage of the international nature of the redaction Committee to show and offer different experiences from different countries about a given topic.
  4. The summary of a recent publication for purpose of a reader’s digest.
  5. Substantive articles or analyses based on the experience or the authors.
  6. Iconoclasts or provocative articles that generate a debate with different points of views.
  7. Interviews
  8. Case studies
  9. Articles translated « in extenso » or summed up from the master copy articles published in some international professional reviews.

The authors are specifically asked to conclude their articles with a minimum 15-line section to present the practical implications (Entrepreneurial or policy) of their contribution and/or a concluding comment expressing a personal opinion from the author about the discussed topic.

Directives for authors

1° Articles format

Typeface

ARIAL – or equal

Size 12 preferred

Double interlining

Numbered pages (Function « insertion/pages numbers »)

2° Presentation

Articles Title

Always suggest at least one, even if it might be modified because for the purpose of balancing the table of contents. The title should not exceed six words.

Authors

To type after the title: names and surnames, duties, establishment or attachment organism, address, email and phone numbers.

Biography

A few lines about your background and your articles will help the editorial team to write a short biography.

Notes

Use the « Insertion/note » from Word. Notes and references, in « Entreprendre & Innover » are shown in the bottom of the pages, and not as a standard bibliography at the end.

Be careful to the length of notes: the review is designed for practitioners. It is not an academic review, be concise!

Diagrams, tables, graphs

Diagrams, tables, graphs are welcomed.

The PowerPoints will be send separately, together with the text.

Boxed texts

They enable to reduce the text and highlight some key elements. The boxed texts could be examples, good practices, testimonials, …

The boxed texts should not exceed 2,000 to 2,500 characters. They might be three or four by article.

Headings

The review editorial board is responsible for the “Headings” (subtitles, main points, …)

Nevertheless, you are more than welcome to suggest some.

3° Calibration

The respect of is essential to be edited. Calibration is calculated “including spaces” and covers all texts, boxed texts included.

Size of contribution should not exceed:

Editorial: 2 700 characters                        Articles: Between 18 000 and 28 000 characters

Interviews:12000 characters                      Books reviews: 12000 characters 

4° Style and visibility rules

Notes

The typographic code is the following Domenach (Jean-Luc) and Richer (Philippe), China, Paris, Le Seuil, 2008, p. 175-183.

Plan article announcements

Avoid introducing your text in this way: “In the first part of this article we will speak of this and secondly, we will explain that” …

In that vein, it is unnecessary to write “Introduction” and “Conclusion”. If the reasoning is limpid, the reader doesn’t need to be taken by the hand.

Headlines levels

Avoid paragraphs numbering like:

1.1.1a

1.1.1.b

However, it is strongly recommended to use styles to highlight the reading levels.

For example: Title (body of the text: 16 bold, centred)

Inter (body of the text 14, bold)

Inter 2 (body of the text 12, underline, indent)

  • Bullet point

Normally, three reading levels are enough/

Style of the review

Being designed for professionals, the review is intended to be simple, direct and concrete. That must be apparent with the style of the writing. Avoid repetitions of subordinates (“we use to think that… “we have found that…”), avoid spells and convoluted words too (especially when they do not figure in the dictionary).

5° Rereading and Rewriting

The submitted articles are valued by at least one member of the editorial board. They must fit with a readership composed of practitioners and are supposed to respect some editorial rules (layout, police, etc.). For those reasons, articles are likely to be rewrite, modified or shortened. These potential modifications are strictly form changes. The articles content will never be changed without prior consent of the authors.

[1] http://globalnews.amway.com/amway-global-entrepreneurship-report

 

CIFRE – Recrutement Doctorant Entrepreneuriat Etudiant

Conseil et Recherche, avec le concours de PEPITE France (www.pepite-france.fr) recrutent un doctorant pour réaliser une thèse sur l’entrepreneuriat Etudiant.

La construction d’un observatoire national de l’insertion professionnelle des étudiants-entrepreneurs constituera le terrain d’expérience de cette recherche.

Les actions mises en place (espace de coworking, programme d’accompagnement) sur les territoires donnera un deuxième volet de la recherche pour faire ressortir les pratiques mises en oeuvre.

Enfin un comparatif international, notamment européen, serait une dernière dimension de cette recherche.

Vous êtes Etudiant en dernière année de Master entrepreneuriat, en Sciences de gestion ?

Cette très belle offre est faite pour vous.

Merci d’envoyer votre candidature à : contact@conseil-et-recherche.com

Démarrage du dossier en septembre, sous conditions CIFRE. CDI chez (Conseil et Recherche ). Poste basé à Paris.

Le mot de la présidente

Chers membres de l’AEI,

Le dernier conseil d’administration du 29 mars 2017 m’a élue présidente de notre association pour trois années. Très attachée à notre Académie, aux actions qu’elle a menées et à tous les collègues qui la font vivre, je voudrais commencer par remercier Jean-Pierre Boissin, les anciens présidents et tous les collègues et personnes qui se sont mobilisés pour agir pour la « cause de l’entrepreneuriat » en son sein.

En effet, l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation créée en 1998pour favoriser toutes les activités de recherche et de formation qui concourent à la promotion et diffusion de la culture entrepreneuriale en France et dans les pays francophones, produire des connaissances actionnables et œuvrer pour la reconnaissance de la discipline, a connu de belles avancées et réussites ces trois dernières années. En matière de recherche, l’AEI a joué un rôle éminent qui a abouti notamment au très bon classement de la Revue de l’Entrepreneuriat ; au niveau éducation, au développement notoire des PEPITES et au niveau professionnel, à la participation de l’AEI aux Assises de l’Entrepreneuriat et aux Etats Généraux du Management.

L’environnement a beaucoup évolué ces dernières années, aussi je compte inscrire ces trois prochaines dans la continuité mais aussi dans l’agilité. (suite…)

Journée entreprendre dans la culture

      

3ème FORUM ENTREPRENDRE DANS LA CULTURE – 22-24 Mai 2017 – PARIS

Ministère de la Culture et de la Communication

Journée de recherche 23 mai 2017

Dans le cadre du numéro spécial de la Revue de l’Entrepreneuriat

« Entrepreneuriat créatif et culturel : réalités et enjeux »

Inscription gratuite

Programme et appel à contribution

N°RE Spécial Entrepreneuriat et parentalité

“La parentalité en entrepreneuriat : une dimension oubliée ?”

Call for papers Revue de l’Entrepreneuriat

Special Issue “Entrepreneurship and parenthood”

“Parenthood: A forgotten dimension in entrepreneurship?”

 

Rédactrices invitées :  Aude d’ANDRIA, Université d’Evry Val d’Essonne, Marine BOURGAIN, ESC Management School Clermont-Ferrand, Inès GABARRET, EDC Paris Business School, Luca GNAN, Université de Rome “Tor Vergata”, Séverine LE LOARNE – LEMAIRE, Grenoble Ecole de Management

Click here :    version française         version anglaise

Call for paper Revue de l’Entrepreneuriat (1/7/2016)

Appel à contributions : numéro spécial  “Entrepreneuriat et parentalité”

“La parentalité en entrepreneuriat : une dimension oubliée ?”

 

Call for papers Revue de l’Entrepreneuriat

Special Issue “Entrepreneurship and parenthood”

“Parenthood: A forgotten dimension in entrepreneurship?”

 

Rédactrices invitées :  Aude d’ANDRIA, Université d’Evry Val d’Essonne, Marine BOURGAIN, ESC Management School Clermont-Ferrand, Inès GABARRET, EDC Paris Business School, Luca GNAN, Université de Rome “Tor Vergata”, Séverine LE LOARNE – LEMAIRE, Grenoble Ecole de Management

CALL_RE_parenthood_english_V_DEF

CALL_RE_parentalite___franc__ais_V_DEF_oct_2016 (1)