Revue Entreprendre & Innover

CfP – Entreprendre & Innover – Créer des dynamiques de création de valeur économique, sociale et environnementale dans les territoires – Date limite 1er oct 2021

Numéro thématique #52 

L’entrepreneuriat territorial : une nouvelle frontière ?

Créer des dynamiques de création de valeur économique, sociale et environnementale dans les territoires

Éditeurs : Didier Chabaud, Florent Pratlong, Sylvain Baudet

Appel à contribution E&I#52 – entrepreneuriat territorial

Les territoires reviennent en force. Après la multiplication des constats sur les « fractures territoriales » (Davezies, 2012, Guilluy, 2010), la diversité des trajectoires territoriales, marquée par les difficultés des territoires de faible densité (CGET, 2015), voire des territoires en déprise (INSEE, 2019), confrontés à la baisse des emplois et de la population, l’heure est désormais à la reconquête, « l’ardente obligation » de la mobilisation sur les territoires. Plus que la seule focalisation sur le niveau d’entrepreneuriat sur un territoire, on observe le développement d’actions qui favorisent une dynamique entrepreneuriale d’ensemble, voire un entrepreneuriat de territoire.

Pour Baudet (2017), « l’entrepreneuriat de territoire émerge et s’ancre au sein d’un écosystème territorial qui constitue son terreau d’origine à partir duquel des dynamiques de coopération multi-acteurs et multi-partenariales vont pouvoir prendre appui et y puiser les ressources indispensables pour se construire et se développer ». Ce dossier sera consacré à saisir la particularité et la  diversité de cet entrepreneuriat territorial, pour comprendre comment construire la dynamique entrepreneuriale sur un territoire et pour un territoire (Henrion et alii, 2019).

Les acteurs convergent pour mettre le territoire au cœur de leurs actions :

  • Les acteurs publics promeuvent des politiques qui visent à accompagner la création de dynamiques locales : de la création de l’agence nationale de cohésion des territoires, ANCT (2020), à la mise en place de multiples programmes destinés à reconnaître et favoriser l’action au sein des villes moyennes, des zones rurales, des dynamiques de fabriques territoriale, l’acteur central essaye de remettre les territoires ruraux, périphériques ou à faible densité au centre de l’attention.
  • Les collectivités locales ne sont pas en reste, des Régions aux élus locaux, la question de « l’élu entrepreneur » (Nobile et alii, 2012) et, plus largement, de l’action stratégique des collectivités est là aussi présente (Audretsch, 2015).
  • Les organisations, entreprises et citoyens se mobilisent à leur tour. On voit émerger des acteurs de terrain, des entrepreneurs ancrés, des « entreprises de territoire » qui cherchent à favoriser la création de dynamiques locales d’entrepreneuriat, via des événements collaboratifs d’innovation (par exemple start-up de territoire), mais aussi la mise en place de logiques de coopérations territoriales. Enfin, les citoyens ne sont pas en reste, et l’émergence d’un community based entrepreneurship est à noter (Gurău et Dana, 2019).

Ce numéro vise à dresser un état des lieux de l’entrepreneuriat territorial, en permettant d’en cerner les projets et les réalisations, pour en comprendre les leviers d’action, mais aussi les difficultés et écueils.

Les propositions traiteront, entre autres, des sujets suivants

  • L’entrepreneuriat territorial : actions, initiatives et expérimentations
  • Quelles échelles d’action ? Etat, collectivités locales, PTCE et acteurs de l’ESS, actions citoyennes. Le maire-entrepreneur est-il appuyé ou entravé ?
  • Les territoires de l’entrepreneuriat : entrepreneuriat des villes, entrepreneuriat des champs ? Quartiers prioritaires de la ville,
  • Les entreprises de territoire
  • La construction de l’entrepreneuriat territorial : quels acteurs ? quelles modalités ?
  • Quelles modalités d’action : événements collaboratifs, start-up de territoire, hackathons, tiers-lieux,
  • Quels écosystèmes pour un entrepreneuriat territorial

 

●        Les dates principales à retenir sont :

  • 1/10/2021 : Soumission des textes originaux
  • 1/12/2021 : Retour vers les auteurs
  • 1/06/2022: Date limite d’envoi des textes révisés
  • 1/09/2022 : Publication du numéro

Références

Audretsch, D. B. (2015), Everything in Its Place: Entrepreneurship and the Strategic Management of Cities, Regions, and States, Oxford University Press.

Baudet S. (2017), accompagner l’essor d’un entrepreneuriat de territoire, Territoires Conseils, https://www.banquedesterritoires.fr/sites/default/files/2018-11/Publication%20Accompagner%20l%27essor%20d%27un%20entrepreneuriat%20de%20territoires.pdf

Bousquet, F., Barbat, V., Verstraete, T. (2016), Influence des préférences de l’entrepreneur sur la dynamique de l’ancrage territorial, Gestion 2000, 33 (2-3), 53-74.

CGET (Commissariat général à l’égalité des territoires), 2015, Innovation et territoires de faible densité,  http://lab-innovation.cget.gouv.fr/sites/default/files/innovation_et_territoires_de_faible_densite_synthese.pdf.

Chabaud, D., Maurand-Valet, A. (2016), Territoire, gouvernance et acteurs : 10 ans après les pôles de compétitivité, Gestion 2000, 33 (2-3), 5-14.

Chevalier, C. (2016). Parier sur des mobilisations de territoire pour relancer des activités sur le bassin de Romans. Pour, 129, 183-190.

Cohen, B., Muñoz, P. (2015), Toward a Theory of Purpose-Driven Urban Entrepreneurship, Organization & Environment, 28(3), 264-285.

Davezies, L. (2012), La crise qui vient. La nouvelle fracture territoriale, Seuil.

Davezies, L. (2021), L’Etat a toujours soutenu ses territoires, Seuil.

Gléman, P., Richez-Battesti, N. (2018), De l’économie sociale et solidaire à l’entreprise sociale : entre tournant entrepreneurial et innovation. Une clé de lecture, Marché et organisations, 31, 13-19.

Guilluy, C. (2010), Fractures françaises, François Bourin Editeur.

Gurău, C., Dana, L.-P. (2018). Environmentally-driven community entrepreneurship: Mapping the link between natural environment, local community and entrepreneurship. Technological Forecasting and Social Change, 129, 221-231.

Henrion, C., Brenet, P., Chabaud, D. (2019). Créer une dynamique de coopération entrepreneuriale dans un territoire de faible densité : Le cas de la Petite Montagne dans le Jura. In GRH, RSE et emplois Vers de nouvelles approches inclusives, Vuibert, 173 196).

INSEE (2019), Les façades atlantique et méditerranéenne conjuguent dynamisme de la population et de l’emploi, Insee première, n°1 752, https://www.insee.fr/fr/statistiques/4132761.

Korsgaard, S., Hunt, R. A., Townsend, D. M., & Ingstrup, M. B. (2020), COVID-19 and the importance of space in entrepreneurship research and policy, International Small Business Journal, 38(8), 697–710.

Lesage, R., Geoffroy, F. (2018). Les événements collaboratifs au service du développement territorial. Entreprendre & Innover, 38(3), 42-51.

Muñoz, P., & Kimmitt, J. (2019). Rural entrepreneurship in place: An integrated framework. Entrepreneurship and Regional Development, 31(9–10), 842–873.

Nobile, D., Schmitt, C., & Husson, J. (2012), L’élu-entrepreneur local, un entrepreneur comme les autres ? 11ème Congrès International Francophone en Entrepreneuriat et PME. Brest. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03000322/document

 

 Ligne éditoriale

La revue Entreprendre et Innover est une revue de vulgarisation de haut niveau dans le domaine de l’entrepreneuriat et de l’innovation édité par DeBoeck Université. Son ambition est de mettre à la portée d’un lectorat de cadres, entrepreneurs, professionnels des réseaux de création d’entreprises et dirigeants d’entreprises, des articles originaux, solides sur le plan scientifique ou innovants sur le plan des idées exprimées. La revue est ouverte à TOUTES les disciplines et à TOUS les points de vue qui s’intéressent à l’entrepreneuriat et à l’innovation.

Dans la mesure où cette revue s’adresse en priorité à des praticiens, nous restons attentifs à ce que les contributions aient une préoccupation d’applications pratiques, d’implications entrepreneuriales et/ou de recommandations en matière politique. Dans cet esprit, les contributions devront :

  • avoir une section faisant explicitement référence à ces préoccupations : le lecteur doit toujours pouvoir se dire en fin de lecture : et alors ? en quoi cet article m’aide à agir ou à mieux réfléchir pour mon action future ?
  • adopter un langage plus concret et opérationnel qu’il n’est d’usage dans les revues académiques : la théorie ne doit pas être absente mais vulgarisée, c’est-à-dire traduite en termes simples. Les concepts abstraits doivent être explicités et/ou illustrés par des exemples pratiques.
  • ne pas accumuler les références scientifiques : le but est de choisir quelques auteurs de référence utiles pour comprendre le propos, non de montrer l’exhaustivité de la littérature académique sur le sujet. Les références scientifiques doivent être exclusivement citées grâce aux notes de bas de page.

Le détail des consignes aux auteurs est disponible sur le site de la revue dans la rubrique « Comment contribuer ». Il est impératif de les respecter lorsque vous envoyez votre soumission.

Merci d’envoyer votre soumission sur la plateforme de soumission de la revue :

https://eeti.manuscriptmanager.net