Appel à candidature pour le(s) poste(s) de rédacteur(rice) en chef de la Revue de l’entrepreneuri

Appel à candidature pour le(s) poste(s) de rédacteur(rice) en chef de la Revue de l’entrepreneuriat

 

La Revue de l’entrepreneuriat est la revue de l’AEI, et la direction de publication est assurée par le(la) président(e) de l’AEI. Le mandat de rédacteur(rice) en chef de la revue de l’entrepreneuriat est un mandat de 3 ans renouvelable une fois. La désignation est effectuée lors d’un vote effectué par le conseil d’administration.

Le mandat de l’équipe actuelle s’est déroulé sur la période 2014-2019. Pendant ces 6 années ce sont 7 volumes annuels qui auront été édités (2013-2019), avec la constitution d’un stock de 4 volumes/numéros finalisés. La revue est désormais au rang 2 du classement FNEGE et A HCERES.

Le mandat des rédacteurs en chef de la Revue de l’entrepreneuriat arrive à son terme fin 2019.

Un appel à candidature est donc lancé pour les remplacer. Les candidatures individuelles et collectives sont bienvenues.

 Comment ?

Il est proposé d’envoyer, sous format électronique :

  • Votre CV / Le CV des membres de l’équipe,
  • Le projet que vous souhaiteriez porter pour la Revue (stratégie, équipe, modalités, etc.).

 A qui ?

A la présidente de l’AEI, Catherine Léger-Jarniou catherine.leger-jarniou@dauphine.psl.eu + candidature.revue@entrepreneuriat.com

 Quand ?

La date limite de réception des dossiers a été fixée au 10 janvier 2020.

 Procédure ?

  • Un comité composé de la présidente, du VP recherche, des rédacteurs en chef, du secrétaire de rédaction et des anciens rédacteurs en chef sera constitué pour l’examen des candidatures,
  • Vote en réunion de Bureau le 17 janvier 2020. Le Bureau se réserve le droit de demander aux candidats de venir présenter leurs projets,
  • Vote en CA en mars 2020.

Le rôle des rédacteurs en chef :

Les rédacteurs en chef définissent et conduisent la politique éditoriale de la revue de l’entrepreneuriat, en relation avec le(la) président(e) de l’AEI, et sont responsables devant le CA de l’AEI. Leurs activités couvrent à la fois des activités stratégiques et opérationnelles :

  • Définition de la ligne éditoriale
  • Animation et gestion des comités : comité de rédaction, comité scientifique, comité de lecture.
  • Activités de représentation de la revue (classements, meet the editors, AEI, Cairn)
  • Production des statistiques, bilans et dossiers demandés par les instances, présentation de l’activité de la revue devant le CA
  • Sélection des numéros et dossiers spéciaux
  • Rédaction des éditoriaux de la revue
    • Gestion des textes soumis
    • Flux de 150 papiers à traiter par an, environ.
    • Le traitement des articles fait l’objet d’une première étape de lecture rapide par l’un des rédacteurs en chef. Sur cette base, deux possibilités :
      • Le texte est envoyé dans le processus de révision (il faut alors identifier deux à trois rapporteurs à cette fin)
      • Desk reject : Le texte fait l’objet d’une décision de rejet pur et simple ou d’une décision de rejet/demande de re-soumission assortie d’un avis éditorial (1 à 3 pages qui explicitent le motif de rejet, et les demandes de modification)
      • N.B. : environ 60% des textes font l’objet d’un desk reject
    • Avis éditoriaux : rédaction sur la base des évaluations reçues (1 à 3 pages d’avis éditorial en général, élaborée sur la base des rapports et de la lecture rapide du texte pour élaborer le commentaire)
    • Décisions d’arbitrage, voire renvoi à un nouvel évaluateur.
    • Plus largement toutes les activités qui visent à servir la communauté des chercheurs en entrepreneuriat et innovation.

 Le rôle du Secrétaire général

  • Rôle central de réception des soumissions
  • Mise aux normes (anonymisation à vérifier)
  • Gestion des relations avec les auteurs
  • Gestion des relations avec les évaluateurs
  • Gestion des relations avec cairn
  • Organisation et gestion du suivi
  • Contribution aux avis éditoriaux
  • Participation au comité de rédaction

La Revue de l’entrepreneuriat se dotera d’une plateforme de gestion des soumissions.

 

Devoirs du rédacteur en chef

Il/elle s’engage à ne pas publier d’articles de recherche dans la RE (ni ses doctorants) pendant toute la durée du mandat.

Bien évidemment cela ne concerne pas des articles soumis avant la nomination.

Classement Fnege 2019 – Revue Entrepreneuriat classée 2 et Revue Entreprendre & Innover classée 4

L’académie est heureuse de vous annoncer que la Revue de l’Entrepreneuriat et la revue Entreprendre & Innover confirme leurs positions respectives dans le cadre du classement des revues de la FNEGE.

La Revue de l’Entrepreneuriat est classée 2

La revue Entreprendre & Innover est classée 4

Pour consulter le classement 2019 voir ci-dessous :

Revue de l’Entrepreneuriat – Appel à contributions – CFP –  Nascent (student) entrepreneur: from intention(s) to action

Call for Papers – Special Issue of La Revue de l’entrepreneuriat

 Nascent (student) entrepreneur: from intention(s) to action

 Guest Editors:

 Norris Krueger, Boise School of Advanced Studies, USA

Jean-Pierre Boissin, University of Grenoble Alpes, France

Adnane Maalaoui, IPAG Business School, France

Erno Tornikoski, University of Exeter Business School, UK

Jean Michel Sahut, IDRAC Business School, France

 

Has there ever been greater interest in business creation? From policymakers to business communities, up to the general public person, business creation is increasingly at the top of mind. For example, business creation occupies an increasingly important place in the educational ecosystem, in particular in the higher education sector. Universities and Business Schools provide students with numerous and varied entrepreneurship courses and other promotion actions. This movement is accompanied by a greater investment in business creation supporting structures like incubators and accelerators. In France, student entrepreneurship is considered of as a national priority, particularly through the Student Plan for Innovation, Transfer and Entrepreneurship (PÉPITE) supported by French government. Its mission is to encourage students willing to create their own business within higher education institutions by granting them the National Student Entrepreneur Status (SNEE). The plan aims to facilitate and encourage the experience of business start-ups and takeovers among students and young graduates.

Despite all this, entrepreneurship in modern economies is actually shrinking; entrepreneurial density has been in a long-term decline since the late 1970’s in most Western countries, even the USA. Business dynamism shows a similar decline.

Interest and intent are rising but action is not? This call for papers (CFP) directly addresses this conundrum with a particular focus on the potential role of entrepreneurial education and training. We invite scholars and educators to help us understand how intent becomes action and how educators and policymakers can address that.

Student entrepreneurship is receiving increasing attention in the world of practitioners and research (Marchand and Hermens, 2015). The use of psycho-cognitive models in particular enables the exploration of student entrepreneurial experience’s determinants, bringing a significant change in their thinking patterns (Maalaoui et al., 2018a). Research and entrepreneurial pedagogy are closely linked (Maalaoui et al., 2018b), one feeding another in an iterative process. For this reason, teachers and researchers have examined the issue of students’ entrepreneurial intentions (Boissin et al., 2009, Boissin et al., 2017).

Intention models are predictive (Krueger, 2003). They aim at understanding individual but also collective (Shepherd and Krueger, 2002) attitudes towards business creation. Researches on entrepreneurial intentions are numerous (Krueger and Carsrud, 1993; Krueger et al., 2000; Krueger, 2017, Nabi et al., 2017; Maalaoui and Germon, 2017). They are mainly based on Ajzen’ s theory of planned behaviour (1991) along with Shapero and Sokol’s entrepreneurial event theory (1982).

While these models have proven to be extremely robust in capturing students’ representations that underpin their intention to create business, recent works call for a deeper understanding of its implementation into actual behaviour (Fayolle and Linan, 2014). Recent works have addressed the now famous intention-action gap, through notions such as implementation intention (Krueger, 2017, Van Gelderen et al., 2018), motivation (Carsrud ​​and Brännback, 2011) or commitment (Adam and Fayolle, 2015). In a forthcoming article published in International Small Business Journal (ISBJ) (Tornikoski and Maalaoui, 2019), Icek Ajzen argues that intentions and behaviours are based on a cognitive and affective foundation that consists of three sets of beliefs readily accessible in memory at the time of the behaviour […] the ability to act on an intention depends on the degree of control over performance of the behavior.  Behavioral control can be increased by providing people with the required resources and by removing barriers”. However, so far, little empirical research integrates such constructs to extend the original model of intention.

Starting a business is a long and complex process, involving multiple activities (Carter et al., 1996, Gartner 1985, Reynolds and White, 1997) and a considerable amount of effort and time. It requires the entrepreneur to be fully engaged and focused on pursuing his or her goals. For a student at the end of his or her studies or a recent graduate, entrepreneurial experience can constitute a first brick in the construction of a professional career, but also a learning process, in continuity with the academic training they have received. Therefore, it is crucial to understand what leads these student-entrepreneurs to persevere in their efforts and to actually create their business. Studying how this subpopulation of nascent entrepreneurs translate their entrepreneurial intention into concrete action can thus help us better understand the entrepreneurial process.

The purpose of this special issue is to explore the gap between intention and action among students. The idea is to understand the students’ propensity to undertake and the singularity of these behaviours. We would like, in particular, to shed a new light on the models of cognitive psychology that would explain their enactment. The field of investigation of this file thus covers the study of student entrepreneurship in all its dimensions, but also the psychological and cognitive determinants of the latter.

Proposals to contribute to this special issue may include the following topics:

– Gap between intention and action for student entrepreneurs;

– The translation of entrepreneurial intention into entrepreneurial behaviour, including the role played by constructs like intention implementation, motivation or commitment;

– Impact of education and support structures on students’ entrepreneurial transition;

– Nature and specificity of the entrepreneurial commitment of student-entrepreneurs

This non-exhaustive list can be enriched with contributions addressing the topic through other disciplines.

The articles must comply with the requirements of the Entrepreneurship Journal. The publication of the thematic issue “Student Entrepreneurship: from intention to action” is planned for the 3rd quarter of 2020. The article proposals are to be sent to: Jean-Pierre Boissin: jean-pierre.boissin@grenoble-iae.fr  and Adnane Maalaoui: a.maalaoui@ipag.fr

Calendar:

  • Submission deadline : November 1st, 2019
  • Acceptance notifications (1st Round) : February 2, 2020
  • Transmission of amended proposals (2nd Round) : 30 March 2020
  • Feedback to authors (2nd Round) : May 30, 2020
  • Reception of the final version of articles: July 2, 2020

References :

Ajzen I. (1991), “The theory of planned behavior”, Organizational and Human Decision Processes, 50, 179-211.

Boissin, J. P., Chollet, B., & Emin, S. (2009). Les déterminants de l’intention de créer une entreprise chez les étudiants: un test empirique. M@ n@ gement12(1), 28-51.

Boissin, J. P., Favre-Bonté, V., & Falcy, S. F. (2018). Diverse Impacts Of The Determinants Of Entrepreneurial Intention. Revue de l’Entrepreneuriat.

Branchet, B., Boissin, J. P., & Hikkerova, L. (2017). Modeling entrepreneurship intentions: an essay of typology. Management International21(2), 109.

Krueger, N. F. (2003). The cognitive psychology of entrepreneurship. In Handbook of entrepreneurship research(pp. 105-140). Springer, Boston, MA.

Krueger, N. F. (2017). Entrepreneurial intentions are dead: Long live entrepreneurial intentions. In Revisiting the Entrepreneurial Mind (pp. 13-34). Springer, Cham.

Krueger Jr, N. F., Reilly, M. D., & Carsrud, A. L. (2000). Competing models of entrepreneurial intentions. Journal of business venturing15(5-6), 411-432.

Krueger, N. F., & Carsrud, A. L. (1993). Entrepreneurial intentions: applying the theory of planned behaviour. Entrepreneurship & Regional Development5(4), 315-330.

Tornikoski, E. , Maalaoui, A. (2019). Critical Reflections. Exploring the Theory of Planned Behavior

An Interview with Icek Ajzen and Implications for Entrepreneurship Research, International Small Business Journal, Forthcoming (Available online).

Maalaoui, A., Perez, C., Bertrand, G., & Razgallah, M. (2018). 2″ Cruel intention” or” entrepreneurial intention”: what did you expect?. A Research Agenda for Entrepreneurial Cognition and Intention, 7.

Maâlaoui, A., & Germon, R. (2017). Entrepreneurial Intention through the Cognitive Psychology Approach: Past, Present and Future Research. Revue de l’Entrepreneuriat17(2), 17-26.

Nabi, G., Liñán, F., Fayolle, A., Krueger, N., & Walmsley, A. (2017). The impact of entrepreneurship education in higher education: A systematic review and research agenda. Academy of Management Learning & Education16(2), 277-299.

Shapero, A., & Sokol, L. (1982). The social dimensions of entrepreneurship.

Shepherd, D. A., & Krueger, N. F. (2002). An intentions–based model of entrepreneurial teams’ social cognition. Entrepreneurship Theory and Practice27(2), 167-185.

Van Gelderen, M., Kautonen, T., Wincent, J., & Biniari, M. (2018). Implementation intentions in the entrepreneurial process: concept, empirical findings, and research agenda. Small Business Economics51(4), 923-941.

Numéro spécial Revue de l’Entrepreneuriat – Regards croisés sur l’échec entrepreneurial

Appel à contributions – Numéro spécial de la Revue de l’Entrepreneuriat

Regards croisés sur l’échec entrepreneurial

Téléchargez l’appel à contribution : Dossier Revue de l’Entrepreneuriat Echec entrepreneurial

Éditeurs associés :

  • Smita Singh (Auckland University of Technology, New Zealand)
  • Nabil Khelil (Université de Caen, CREM CNRS)
  • Xavier Brédart (Université de Mons, HumanOrg)
  • Nadine Levratto (Université Nanterre, CNRS, EconomiX)

Deadline des soumissions : 15 septembre 2018

Les coûts psychologiques, sociaux et économiques de l’échec (Byrne et Shepherd, 2015; Cope, 2011; Singh et al., 2007-2015; Ucbasaran et al., 2013), font de ce phénomène un sujet sensible à aborder (Bruno et Leidecker, 1988; Cacciotti et al., 2016) et un événement indésirable et inattendu à éviter (Aaltonen et al., 2010; Politilis et Gabrielsson, 2009). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les premiers travaux sur la défaillance des entreprises, reconnue dans la littérature anglo-saxonne sous le terme “business failure“. Bien que ce phénomène ait été étudié par plusieurs disciplines (Walsh et Cunningham, 2016, p. 164), telles que le droit (Peng et al., 2010), la finance (Beaver, 1966), la sociologie (Freeman et al., 1983), l’économie (Dunne et al., 1989), le management (Moulton et al., 1996), la stratégie (Sheppard et Chowdhury, 2005) et les sciences des organisations (Mellahi et Wilkinson, 2004), ces travaux partagent le même objectif : mettre en évidence les causes qui sont à l’origine de l’échec de nombreuses entreprises et, éventuellement, réfléchir à des stratégies d’actions préventives, curatives ou encore palliatives.

C’est à partir de l’introduction de la notion de l’échec dans le champ de l’entrepreneuriat que le concept « échec entrepreneurial » a pris de l’ascendant. Si les premiers travaux sur l’échec entrepreneurial se focalisent sur les causes, les travaux menés au cours de la dernière décennie se concentrent plutôt sur les expériences d’échec vécues par les entrepreneurs. L’échec n’est plus perçu comme étant un sujet sensible qui demeure peu étudié en entrepreneuriat (Aaltonen et al., 2010; Politilis and Gabrielsson, 2009), mais comme une étape indispensable à la réussite d’un processus entrepreneurial, qui mérite d’être étudiée en profondeur (Jenkins et Mckelvie, 2016). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les travaux fondateurs sur l’apprentissage de l’échec (McGrath, 1999; Minniti et Bygrave, 2001; Shepherd, 2003) qui suscitent aujourd’hui un intérêt croissant dans la littérature tant anglo-saxonne (Dias et Teixeira, 2017; Shepherd et al., 2016; Walsh et Cunningham, 2017) que francophone (Crutzen et Van Caillie, 2009 ; Cusin et Maymo, 2016 ; De Hoe et Janssen 2016 ; Khelil et al., 2012 ; Krauss, 2009 ; Philippart, 2017). L’attention ne porte plus aujourd’hui uniquement sur les causes d’échec à éviter mais plutôt sur les leçons à tirer des échecs afin de les capitaliser.

L’augmentation du nombre de publications scientifiques, l’existence de plusieurs revues prestigieuses (spécialisées ou non) publiant sur le sujet, l’apparition d’ouvrages collectifs (Shepherd, 2013; Shepherd et al., 2016) et de numéros spéciaux (Detienne et Wennberg, 2016; Levratto et Brédart, 2018), l’existence d’une logique de capitalisation des connaissances (voir les revues de littérature conduites par Jenkins et Mckelvie, 2016 ; Ucbasaran et al., 2013 et Walsh et Cunningham, 2016), nous amène à la conclusion suivante : l’échec commence à occuper une place grandissante et fondamentale dans la littérature académique sur l’entrepreneuriat. Ce phénomène est aujourd’hui considéré comme un vrai objet d’étude qui suscite l’intérêt des chercheurs (Corner et al., 2017; Eberhart et al., 2017; Jenkins et McKelvie, 2017 ; Shepherd et Patzelt, 2017; Walsh et Cunningham, 2017). 2

Quelle que soit l’approche théorique (déterministe versus volontariste) ou méthodologique (qualitative versus quantitative) mobilisée ou, encore, le niveau d’analyse étudié (entrepreneur, entreprise, environnement), les chercheurs sont toujours confrontés à la réalité complexe et protéiforme de l’échec entrepreneurial (Khelil, 2016). La diversité et l’interdépendance des éléments objectifs et subjectifs, qualitatifs et quantitatifs, économiques et psychologiques inhérents à la fois à l’entrepreneur et l’entreprise qu’il créée, rendent les approches disjonctives désuètes. Bien que les approches traditionnelles de la défaillance d’entreprises adoptant le plus souvent une perspective linéaire et binaire dominent à ce jour, il existe une tendance de plus en plus marquée aux approches intégratives. Selon ces approches, l’échec est vu comme un phénomène multidimensionnel et complexe composé de différents éléments interdépendants qui interagissent sur plusieurs niveaux.

C’est dans ce cadre que s’inscrit cet appel à contribution. Au-delà de la question des causes (pour quelles raisons certaines entrepreneurs échouent-ils et d’autres non ?) ou encore les conséquences (quelles sont les conséquences que peut avoir l’échec de l’entreprise sur l’entrepreneur ?), d’autres questions sont en jeu :

  • Qu’est qu’un échec entrepreneurial ?
  • Comment les entrepreneurs interprètent-ils leur échec ?
  • Pour quelles raisons certains entrepreneurs apprennent-ils beaucoup plus de leur échec que d’autres ?
  • Pour quelles raisons certaines entrepreneurs ont beaucoup plus peur de l’échec que d’autres ?
  • Comment accompagner les entrepreneurs en situation d’échec ?

Soumission des textes

Les propositions d’articles sont à envoyer à nabil.khelil@unicaen, à xavier.bredart@umons.ac.be, et en copie à soumission@entrepreneuriat.com,

– au plus tard le 15 septembre 2018,

en respectant les normes de la Revue de l’entrepreneuriat :

 

Normes de publication

en mentionnant dans l’objet « soumission au numéro échec entrepreneurial ».

Les textes retenus seront publiés dans un numéro thématique de la Revue de l’Entrepreneuriat (n°1, 2020).

Echéancier

L’échéancier suivant est proposé : Envoi des propositions d’article (version complète) :15 septembre 2018
Retour des évaluations et notification des décisions aux auteurs :15 janvier 2019
Dépôt des articles révisés (2ème tour d’évaluation):15 avril 2019
Dépôt des versions finales :15 octobre 2019

 

3e Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise

Ce numéro thématique sera précédé par le 3e Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise. Ce colloque, qui se déroulera le 15 juin à l’Université de Caen, est co-organisé par le Centre de Recherche en Economie et en Management de l’université de Caen (CREM – UMR CNRS 6211), l’unité mixte de recherche du CNRS EconomiX (Université de Nanterre) et l’institut de recherche humanOrg de l’Université de Mons. Centrée sur les approches multidimensionnelles de la défaillance des entreprises, cette troisième édition du CIDE est parrainée par l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation (AEI) ainsi que par l’Association Internationale de Recherche en Entrepreneuriat et PME (AIREPME). Les auteurs des meilleures communications recommandées par les évaluateurs seront invités à soumettre une version enrichie de leur texte à ce numéro thématique.
Site internet : https://businfailure.sciencesconf.org/
Télécharger l’appel à communication : 3ème Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise

Références
Aaltonen, S., Blackburn, R., & Heinonen, J. (2010). Exploring entrepreneurial exits: a study of individual exit experiences in Finland and the UK. The theory and practice of entrepreneurship: Frontiers in European entrepreneurship research, 145-167.
Beaver, W. H. (1966). Financial ratios as predictors of failure. Journal of accounting research, 71-111.
Bruno, A. V., & Leidecker, J. K. (1988). Causes of new venture failure: 1960s vs. 1980s. Business Horizons, 31(6), 51-56.
Byrne, O., & Shepherd, D. A. (2015). Different strokes for different folks: Entrepreneurial narratives of emotion, cognition, and making sense of business failure. Entrepreneurship Theory and Practice, 39(2), 375-405.
Cacciotti, G., Hayton, J. C., Mitchell, J. R., & Giazitzoglu, A. (2016). A reconceptualization of fear of failure in entrepreneurship. Journal of Business Venturing, 31(3), 302-325.
Cope, J. (2011). Entrepreneurial learning from failure: An interpretative phenomenological analysis. Journal of business venturing, 26(6), 604-623.
Corner, P. D., Singh, S., & Pavlovich, K. (2017). Entrepreneurial resilience and venture failure. International Small Business Journal, 0266242616685604.
Crutzen, N. et Van Caillie, D. (2009). Vers une taxonomie des profils d’entrée dans un processus de défaillance : Un focus sur les micro-et petites entreprises en difficulté. Revue Internationale PME, 22(1), 101-128.
Cusin, J., & Maymo, V. (2016). Stigmatisation de l’entrepreneur post-faillite et décision de financement du banquier. M@n@gement, 19(4), 305-329.
De Hoe, R. et Janssen, F. (2016). Le capital psychologique permet-il d’apprendre et de rebondir face à un échec entrepreneurial? Management International,20(2),18-28.
DeTienne, D., & Wennberg, K. (2016). Studying exit from entrepreneurship: New directions and insights. International Small Business Journal, 34(2), 151-156.
Dias, A., et Teixeira, A. A. (2017). The anatomy of business failure: A qualitative account of its implications for future business success. European Journal of Management and Business Economics, 26(1), 2-20.
Dunne, T., Roberts, M. J., & Samuelson, L. (1989). The growth and failure of US manufacturing plants. The Quarterly Journal of Economics, 104(4), 671-698.
Eberhart, R. N., Eesley, C. E., & Eisenhardt, K. M. (2017). Failure is an option: Institutional change, entrepreneurial risk, and new firm growth. Organization Science, 28(1), 93-112.
Freeman, J., Carroll, G. R., & Hannan, M. T. (1983). The liability of newness: Age dependence in organizational death rates. American sociological review, 692-710.
Jenkins, A., & McKelvie, A. (2016). What is entrepreneurial failure? Implications for future research. International Small Business Journal, 34(2), 176-188. Jenkins, A., & McKelvie, A. (2017). Is this the end? Investigating firm and individual level outcomes post-failure. Journal of Business Venturing Insights, 8, 138-143. Khelil, N., Smida, A., & Zouaoui, M. (2012). Contribution à la compréhension de l’échec des nouvelles entreprises: exploration qualitative des multiples dimensions du phénomène. Revue de l’Entrepreneuriat, 11(1), 39-72.
Khelil, N. (2016). The many faces of entrepreneurial failure: Insights from an empirical taxonomy. Journal of Business Venturing, 31(1), 72-94.
4
Krauss, G. (2009). Les jeunes entreprises pionnières face à l’incertitude: la construction sociale de l’échec. Revue Française de socio-économie, (1), 169-186. Levratto, N., & Brédart, X. (2018). La défaillance et l’échec des PME. Revue internationale PME, Numéro thématique.
McGrath, R. G. (1999). Falling forward: Real options reasoning and entrepreneurial failure. Academy of Management review, 24(1), 13-30.
Mellahi, K., & Wilkinson, A. (2004). Organizational failure: a critique of recent research and a proposed integrative framework. International Journal of Management Reviews, 5(1), 21-41.
Minniti, M., & Bygrave, W. (2001). A dynamic model of entrepreneurial learning. Entrepreneurship: Theory and practice, 25(3), 5-5.
Moulton, W. N., Thomas, H., et Pruett, M. (1996). Business failure pathways: environmental stress and organizational response. Journal of Management, 22(4), 571-595.
Peng, M. W., Yamakawa, Y., et Lee, S. H. (2010). Bankruptcy Laws and Entrepreneur-Friendliness. Entrepreneurship Theory and Practice, 34(3), 517-530. Philippart P. (2017). “L’accompagnement de l’entrepreneur en difficulté: questions autour d’un phénomène complexe”, Projectics/Proyética/Projectiques, vol.1, n°16, p.11-29.
Politis, D., & Gabrielsson, J. (2009). Entrepreneurs’ attitudes towards failure: An experiential learning approach. International Journal of Entrepreneurial Behavior & Research, 15(4), 364-383.
Shepherd, D. A. (2003). Learning from business failure: Propositions of grief recovery for the self-employed. Academy of management Review, 28(2), 318-328.
Shepherd, D. A. (2013), Entrepreneurial Failure. The International Library of Entrepreneurship Series. Edward Elgar Pub.
Shepherd, D.A., Williams, T., Wolfe, M. et Patzelt, H. (2016). Learning from Entrepreneurial Failure. Cambridge University Press.
Shepherd, D. A., et Patzelt, H. (2017). Trailblazing in Entrepreneurship: Creating New Paths for Understanding the Field. Springer.
Sheppard, J. P., & Chowdhury, S. D. (2005). Riding the wrong wave: Organizational failure as a failed turnaround. Long Range Planning, 38(3), 239-260.
Singh, S., Corner, P., & Pavlovich, K. (2007). Coping with entrepreneurial failure. Journal of Management & Organization, 13(4), 331-344. Singh, S., Corner, P. D., & Pavlovich, K. (2015). Failed, not finished: A narrative approach to understanding venture failure stigmatization. Journal of Business Venturing, 30(1), 150-166.
Ucbasaran, D., Shepherd, D. A., Lockett, A., & Lyon, S. J. (2013). Life after business failure: The process and consequences of business failure for entrepreneurs. Journal of Management, 39(1), 163-202.
Walsh, G. S. et Cunningham, J. A. (2017). Regenerative failure and attribution: Examining the underlying processes affecting entrepreneurial learning. International Journal of Entrepreneurial Behavior et Research, 23(4), 688-707.
Walsh, G. S., & Cunningham, J. A. (2016). Business failure and entrepreneurship: emergence, evolution and future research. Foundations and Trends in Entrepreneurship, 12(3), 163-285.

Parution – Revue de l’Entrepreneuriat – 2017/3-4 (Vol.16)

 

SOMMAIRE

https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3.htm 

Chabaud, D., Sammut, S. & Degeorge, J. (2017). De l’intention à l’action entrepreneuriale : antécédents, écarts et chainons manquants. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 7-15. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-7.htm

Boissin, J., Favre-Bonté, V. & Fine-Falcy, S. (2017). Diverse impacts of the determinants of entrepreneurial intention: three submodels, three student profiles. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 17-43. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-17.htm

Yatribi, T., Balhadj, S. & Giraud, L. (2017). L’influence de l’environnement de travail sur la satisfaction et l’intention entrepreneuriale des ingénieurs. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 45-82. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-45.htm

Valéau, P. (2017). Les effets de l’engagement affectif, continu et normatif sur l’intention de rester dans le métier d’entrepreneur. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 83-106. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-83.htm

Grandclaude, D. & Nobre, T. (2017). Une analyse des croyances à l’origine des diverses modalités de l’Intention de Croissance. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 107-145. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-107.htm

Guiliani, F. & Torrès, O. (2017). L’influence de la somnolence et de la concentration sur la vigilance entrepreneuriale des dirigeants de PME. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 147-176. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-147.htm

Cadot, J. (2017). Neutraliser les mécanismes de gouvernance… et s’en mordre les doigts. Un cas de reprise d’entreprise qui tourne mal. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 177-196. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-177.htm

Paradas, A., Revelli, C., Debray, C., Courrent, J. & Spence, M. (2017). Pratiques responsables des dirigeants de PME : influence du profil du dirigeant. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 197-228. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-197.htm

Fattoum, S. & Byrne, J. (2017). L’influence du genre dans le choix du successeur en entreprise familiale. Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 16(3-4), 229-254. https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2017-3-p-229.htm

Journée Recherche “Entrepreneuriat Créatif et Culturel” – 23 mai – Paris – FORUM Entreprendre dans la culture

La journée de recherche organisée dans le cadre du 3ème Forum Entreprendre dans la Culture a pour objectif de réunir la communauté de chercheurs travaillant sur le thème de l’entrepreneuriat créatif et culturel en Europe. Elle s’appuie sur l’appel à contributions lancé par la Revue de l’Entrepreneuriat autour d’un numéro spécial dédié à « L’entrepreneuriat créatif et culturel : réalités et enjeux ».

L’inscription à cette journée est gratuite. Inscription obligatoire

Ouverture des inscriptions à partir du 6 avril 2017 sur le site : http://jdrfedlc2017.sciencesconf.org/

Programme en pièce jointe.

Pour toute information, contact :

Caroline Chapain (Université de Birmingham, C.A.Chapain @ BHAM.AC.UK), Sandrine Emin (Université d’Angers, sandrine.emin @ univ-nantes.fr), Nathalie Schieb-Bienfait (Université de Nantes, nathalie.schieb-bienfait @ univ-nantes.fr),  rédactrices invitées du numéro spécial de la Revue de l’Entrepreneuriat.

Journée Recherche Entrepreneuriat Créatif et Culturel_ 3ème FORUM ENTREPRENDRE DANS LA CULTURE-VD Avril

N°RE Spécial Entrepreneuriat et parentalité

“La parentalité en entrepreneuriat : une dimension oubliée ?”

Call for papers Revue de l’Entrepreneuriat

Special Issue “Entrepreneurship and parenthood”

“Parenthood: A forgotten dimension in entrepreneurship?”

 

Rédactrices invitées :  Aude d’ANDRIA, Université d’Evry Val d’Essonne, Marine BOURGAIN, ESC Management School Clermont-Ferrand, Inès GABARRET, EDC Paris Business School, Luca GNAN, Université de Rome “Tor Vergata”, Séverine LE LOARNE – LEMAIRE, Grenoble Ecole de Management

Click here :    version française         version anglaise

Parution Revue de l’Entrepreneuriat

Parution du n° 2 volume 15/2016

L’entrepreneuriat : nouveaux champs d’analyse, nouvelles perspectives

 

https://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2016-2.htm

Call for paper Revue de l’Entrepreneuriat (1/7/2016)

Appel à contributions : numéro spécial  “Entrepreneuriat et parentalité”

“La parentalité en entrepreneuriat : une dimension oubliée ?”

 

Call for papers Revue de l’Entrepreneuriat

Special Issue “Entrepreneurship and parenthood”

“Parenthood: A forgotten dimension in entrepreneurship?”

 

Rédactrices invitées :  Aude d’ANDRIA, Université d’Evry Val d’Essonne, Marine BOURGAIN, ESC Management School Clermont-Ferrand, Inès GABARRET, EDC Paris Business School, Luca GNAN, Université de Rome “Tor Vergata”, Séverine LE LOARNE – LEMAIRE, Grenoble Ecole de Management

CALL_RE_parenthood_english_V_DEF

CALL_RE_parentalite___franc__ais_V_DEF_oct_2016 (1)

Parution Revue de l’Entrepreneuriat

 

Editorial : agilité cognitive, coopération et réflexivité des apprenants…et des enseignants en entrepreneuriat, par Caroline Verzat

http://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2014-2.htm

Revue de l’Entrepreneuriat

Parution du dernier n° de la Revue de l’Entrepreneuriat

Editorial : les comportements des entrepreneurs et repreneurs : les apports d’approches situées (Didier Chabaud, Sylvie Sammut).

Consulter le sommaire : http://www.cairn.info/revue-de-l-entrepreneuriat-2014-1.htm

Revue de l’Entrepreneuriat

Revue de l’entrepreneuriat

N° spécial « Entrepreneuriat féminin »

(Automne 2013)

Editeurs invités : Catherine Léger-Jarniou, Teresa Nelson, Annie Cornet, Stéphanie Chasserio

Ce numéro spécial de la Revue de l’Entrepreneuriat a pour objectif de faire, pour la première fois, l’état de la recherche sur les femmes entrepreneurs de la communauté francophone. Nous invitons les chercheurs du monde entier qui s’intéressent aux femmes entrepreneurs à développer et présenter des travaux d’enquête, des études comparatives, empiriques et théoriques. Nous cherchons à repousser les limites de ce qui a été présenté principalement dans la recherche de tradition anglo-saxonne pour inclure la position historique et prospective des femmes chefs d’entreprise dans la communauté francophone, en se concentrant sur l’entrepreneuriat commercial. Les soumissions en français et en anglais sont acceptées.

Les auteurs intéressés à soumettre un article pour publication dans ce numéro spécial doivent transmettre leur manuscrit au plus tard le 15 mai 2013, en l’adressant directement à la revue soumission@ entrepreneuriat.com, sans oublier de mentionner qu’il s’agit d’une soumission pour le numéro spécial « Entrepreneuriat Féminin ».

Autres informations

–        Les articles pourront être rédigés en français ou en anglais.

–        Tous les auteurs sont chaudement invités à faire connaître leur intention de soumettre un papier avant le 15 janvier 2013.

Pour tout renseignement complémentaire concernant le présent appel à communication, contactez Catherine Léger-Jarniou par courriel à catherine.leger-jarniou @ dauphine.fr

Calendrier prévisionnel

Soumission des manuscrits originaux : 15 mai 2013

Retour aux auteurs :  15 novembre 2013

Manuscrits révisés :15 avril 2014

Notification des acceptations :   30 juin 2014

Publication du numéro spécial : Automne 2014

RE_WomenEntrepreneurship_v3

Sortie du nouveau numéro de la Revue de l’Entrepreneuriat

Le nouveau numéro (volume 11 – 201/1) de la Revue de l’Entrepreneuriat est disponible sur le site de Cairn.

Le sommaire de ce numéro est:

ÉDITORIAL

Page 7 à 9 – Alain Fayolle et al.

ARTICLES

Page 11 à 37 – Christophe Loué

« ATTITUDE » : DÉVELOPPER SON SENTIMENT D’AUTO-EFFICACITÉ ENTREPRENEURIALE PAR LA PRATIQUE DE L’ART ET DU SPORT

Page 39 à 72 – Nabil Khelil et al.

CONTRIBUTION À LA COMPRÉHENSION DE L’ÉCHEC DES NOUVELLES ENTREPRISES : EXPLORATION QUALITATIVE DES MULTIPLES DIMENSIONS DU PHÉNOMÈNE

INTERVIEW

Page 73 à 83 – Hans Landström

FIVE DECADES OF EVOLUTIONARY REASONING IN ENTREPRENEURSHIP RESEARCH – AN INTERVIEW WITH PROFESSOR HOWARD ALDRICH FOR THE JOURNAL REVUE DE L’ENTREPRENEURIAT

Lien sur le site de CAIRN.

Revue de l’Entrepreneuriat

Revue de l’Entrepreneuriat

Volume 10 – 2011 (1)

Ce numéro est disponible sur Cairn pour les abonnés.

Au sommaire :

Editorial, Jean-Pierre Boissin et al.

L’université sénégalaise face à la problématique de l’entrepreneuriat, Abdoul Alpha Dia

La conception de la performance : quels liens avec le profil entrepreneurial des propriétaires dirigeants de PME, Josée St Pierre et Louise Cadieux.

La recherche en entrepreneuriat entre 2008 et 2009, Alain Fayolle et Karim Messeghem.

Interview acceptée par Olivier germain de William B. Gartner du 26 février 2011.

Liste des articles du domaine de l’entrepreneuriat publiés dans la période octobre 2010- février2011

 

Lien vers le site Cairn.

Numéro spécial – Revue de l’Entrepreneuriat

Revue de l’entrepreneuriat

Numéro spécial sur « L’entrepreneuriat et la pérennité de l’entreprise familiale : faire face aux risques et infortunes des environnements turbulents »

Coéditeurs: : Lucie Bégin, Maria BonnafousBoucher, Didier Chabaud, Alain Fayolle

Les auteurs sont invités à tirer partie des travaux issus d’autres disciplines telles que la gestion des risques, la gestion de crise, l’innovation et la stratégie, la sociologie de la famille. Les thèmes suivants sont proposés mais d’autres aspects peuvent être abordés.

• Quels risques menacent les entreprises familiales sur la longue période et comment l’entrepreneuriat peut‐il permettre d’ faire face?

• Sous quelles conditions, les entreprises familiales peuvent‐elles êre considéés comme des organisations hautement fiables (HRO) ?

• Comment l’entrepreneuriat et l’innovation, ouvrent‐ils les voies du renouvellement  stratégique de l’ntreprise familiale ?

• Comment les risques financiers peuvent‐ils êre adressé via l’ntrepreneuriat familial ?

Comment les approches de la gestion des risques dans les entreprises familiales favorisentelles ou nuisent‐elles àl’ntrepreneuriat ?

• Quelles sont les pratiques permettant la transmission et le maintien de l’esprit entrepreneurial au fil des générations ? Quelles sont les valeurs familiales et entrepreneuriales permettant de préparer les générations futures à faire face aux environnements de plus en plus turbulents ?

• Quel est le rôle de l’orientation entrepreneuriale dans la régénération stratégique des entreprises familiales et comment celle‐ci peut‐elle favoriser la péennité?

• Y a‐t‐il des attributs de l’ntreprise familiale susceptibles de la rendre moins vulnéable que les entreprises non‐familiales face aux turbulences et aux risques ? En quoi les valeurs et la culture familiales contribuent‐elles au déeloppement des préispositions àla réilience ?

Consignes pour soumettre un article:

Les auteurs intéressés à soumettre un article pour publication dans ce numéro spécial doivent transmettre leur manuscrit au plus tard le 31 août 2012, en l’adressant directement à la revue soumission@entrepreneuriat.com, sans oublier de mentionner qu’il s’agit d’une soumission pour le numéro spécial sur « L’entrepreneuriat et la pérennité de l’entreprise familiale : faire face aux risques et infortunes des environnements turbulents ». Se référer au site de la revue pour les normes éditoriales.

Calendrier prévisionnel:

Soumission des manuscrits originaux : 31 août 2012

Retour aux auteurs : 15 novembre 2012

Manuscrits révisés : 30 avril 2013

Notification des acceptations : 30 juin 2013

Publication du numéro spécial : automne 2013

 

Téléchargez l’appel: Special_issue_Revue_de_l_entrepreneuriat_-

Appel à Contributions

Revue de l’entrepreneuriat

Appel à contributions pour un numéro thématique: L’entrepreneuriat international

 

Rédacteurs en chef invités : Hanane BEDDI (EM Normandie), Pascale BUENO MERINO (EM Normandie), Régis COEURDEROY (Université Catholique de Louvain)

Pour ce numéro thématique, l’internationalisation de l’entreprise est considérée selon une perspective entrepreneuriale afin de mieux cerner les opportunités et les défis que ce champ ouvre. L’entrepreneuriat international a été initialement appréhendé dans le cadre des entreprises « Born Global » (Knight et Cavusgil, 2004 ; Rialp, Rialp, Urbano et Vaillant, 2005 ; Sharma et Blomstermo, 2003) ou « International New Ventures » (McDougall et Oviatt, 1994, 2005 ; McDougall, Shane et Oviatt, 1994). La croissance internationale rapide des entreprises dès leur naissance conduit en effet ces dernières à adopter un comportement décrit comme entrepreneurial. Depuis, le champ de l’entrepreneuriat international s’est élargi pour intégrer différents domaines et types d’entreprises. L’entrepreneuriat international se définit alors comme la « combinaison de comportement innovateur et de prise de risque qui franchit les frontières nationales et est prévu pour créer de la valeur aux organisations » (McDougall et Oviatt, 2000). Ainsi, l’innovation est au cœur de l’entrepreneuriat international. L’EI s’oriente alors vers l’étude de la découverte, l’enactment, l’évaluation et l’exploitation d’opportunités au-delà des frontières (McDougall et Oviatt, 2005) par des firmes souvent de taille petite ou moyenne, nouvelles ou existantes, sous la direction de leur entrepreneur. Dans ce numéro thématique, sont attendues des contributions questionnant notamment la nature et le rôle de l’entrepreneur et du processus entrepreneurial de découverte et d’exploitation d’une opportunité de création d’un produit ou service (Shane et Venkatraman, 2000) au-delà des contextes domestiques traditionnellement considérés.

La jeunesse du champ et sa nature multi-disciplinaire laissent la recherche ouverte à des perspectives variées et appelle des contributions autant conceptuelles qu’empiriques. La liste suivante (non exhaustive) propose quelques thématiques :

–          Caractéristiques, rôles et profils de l’entrepreneur international

–          Place de l’innovation dans les stratégies d’internationalisation des PME

–          Réseaux, capital social et EI – rôles des « réseaux » organisationnels et/ou personnels sur la découverte et/ou l’exploitation de l’opportunité internationale

–          Born Global ou Nouvelles Firmes Internationales : Évolutions et perspectives de vingt ans de recherche

–          Relations entre l’entrepreneur international et les différents acteurs internationaux (grandes entreprises, pouvoirs publics, consultants, autres PME)

–          Etudes comparatives et confrontation de l’EI aux autres approches (notamment par étapes) (complémentarité, coexistence…)

–          Formation de la stratégie dans le cadre de l’EI

–          Prise en compte de multiples niveaux d’analyse (individuel, organisationnel et/ou inter-organisationnel) dans l’étude de l’EI

–          EI et temporalités dans le cadre du processus d’internationalisation

–          Influence de la localisation dans le cadre de l’EI, spécificité des pays émergents en EI

–          Épistémologie et méthodologies de recherche en EI

–          Etc.

 

Téléchargez l’appel à communications:Call_for_papers_IE

Appel à contributions Revue de l’Entrepreneuriat

Revue
de l’Entrepreneuriat 
Revue Scientifique dédiée à la publication de travaux de recherche sur l’entrepreneuriat

Opportunité, vision et synchronicité

Invitation à publier – Numéro thématique

La pratique entrepreneuriale est la résultante d’un processus cognitif. Elle résulte de l’expression d’un mode de penser. Ce mode de penser s’organise autour de nombreux concepts dont deux se situent au coeur de l’activité entrepreneuriale : l’opportunité et la vision. Plusieurs dimensions restent à explorer quant aux modes de conception et d’application de ces deux concepts ainsi qu’aux façons de les inter-relier. Les questions suggérées dans cette invitation à publier portent sur des façons de mieux relier et de mieux préparer les conceptions ainsi que les applications de ces deux concepts qui sont à la base de la pratique entrepreneuriale. Ce numéro thématique vise à ouvrir de nouvelles pistes de réflexions sur les mécanismes à développer pour mieux les concevoir, les arrimer et les mettre en oeuvre.

En entrepreneuriat, nous avons souvent utilisé de façon simpliste certains concepts dont ceux de l’opportunité et de la vision, mais le travail de recherche sur le terrain nous a appris à raffiner la compréhension de ces concepts à la base de la pratique entrepreneuriale. Ainsi, il apparaît plus approprié de nos jours de référer à des processus complexes lorsque nous discutons d’opportunité et de vision. Les écrits en entrepreneuriat mentionnent souvent l’identification d’opportunité comme étant un phénomène simple qui consiste à trouver en un instant une belle occasion d’affaires, mais l’étude attentive et répétée de diverses catégories d’acteurs entrepreneuriaux nous enseigne que le processus opportun nécessite du temps pour que tout acteur entrepreneurial arrive à concevoir et créer l’opportunité qui sera à la base de son activité entrepreneuriale. De plus, peu d’écrits de recherche ont vraiment relié le processus opportun au processus visionniste.

Voici quelques autres questions soulevées en relation de ces réflexions : quels sont les éléments qui composent un processus opportun? Quels sont les niveaux d’adéquation qui doivent exister entre l’acteur entrepreneurial et son opportunité pour augmenter les probabilités de réussite d’un projet entrepreneurial? Qu’est-ce qu’un moment opportun ? Quels sont les éléments qui font qu’un moment est propice pour démarrer un projet entrepreneurial? Comment définir les conditions de synchronicité, c’est-à-dire le moment où l’entrepreneur se sent confiant pour passer à l’action? Une réflexion insuffisante peut être autant porteuse d’échec qu’une tergiversation exagérée.

Cette invitation à publier porte tant sur des articles de nature conceptuelle que ceux basés sur des données empiriques. Les articles soumis doivent proposer des avenues réflexives pour éclairer la compréhension des processus mentionnés ci-dessus. Les articles devront être conformes aux exigences de la

Revue de l’entrepreneuriat et être soumis au plus tard à la fin de 2011. La publication du numéro thématique «Opportunité, vision et synchronicité» est prévue en 2013.

louisjacques.filion @ hec.ca

Revue de l’Entrepreneuriat : Nouvelle parution

Volume 8, numéro 2, 2009

Articles :

Fayolle Alain, Verzat Caroline, “Pédagogies actives et entrepreneuriat : quelle place dans nos enseignements ?”, (charger l’article)

Carrier Camille, “L’enseignement de l’entrepreneuriat: au delà des cours magistraux, des études de cas et du plan d’affaires ?”, (charger l’article)

Jean-Pierre Béchard, Denis Grégoire, “Archétypes d’innovations pédagogiques dans l’enseignement supérieur de l’entrepreneuriat : modèle et illustrations”,(charger l’article)

Daniel Hjorth, Bengt Johannisson, Learning as an Entrepreneurial Process”,(charger l’article)

Recensions : (par Bertrand Saporta)

Verstraete T. ; Jouison-Laffitte E. Business Model pour Entreprendre – Le modèle GRP : théorie et pratique, de Boeck Université, collection Petites Entreprises et Entrepreneuriat, mars 2009, ISBN 978-2-8041-5980-1 (charger la recension)

Surlemont B, Keaney Paul, Pédagogie et esprit d’entreprendre, de Bock Université, Petites Entreprises et Entrepreneuriat, juillet 2009, ISBN 978-2-8041-0617-1(charger la recension)

La revue de l’entrepreneuriat – Nouveau numéro

Volume 7, numéro 1, 2008 (numéro spécial Entrepreneuriat et GRH)

Editorial des rédacteurs en chef invités du numéro

Chabaud Didier, Estay Christophe, Louart Pierre, Editorial (à venir)

Articles :

St Jean Etienne, , “La formation destinée à l’entrepreneur novice : exploration des possibilités offertes par le mentorat”, (charger l’article)

Naffakhi Haifa, Boughattas-Zrig Yosra, Schmitt Christophe, “La création de connaissances au niveau des équipes
entrepreneuriale”, (charger l’article)

Boussaguet Sonia, “Prise de fonction d’un repreneur de PME :
Repérage de conditions de facilitation et d’activation”  

Loue Christophe, Laviolette Eric Michael, Bonnafous-Boucher Maria, “L’entrepreneur à l’épreuve de ses compétences : Eléments de construction d’un référentiel en situation d’incubation”, (charger l’article)

Revue de l’entrepreneuriat: le volume 5-2 est sorti

Numéro spécial sur l’entrepreneuriat collectif
Editorial

Bertrand Saporta, Editorial (charger l’éditorial)

Propos introductif au numéro spécial sur l’entrepreneuriat collectif, par Jérôme Boncler, Martine Hlady-Rispal, Thierry Verstraete (coordinateurs du numéro)  “Entreprendre ensemble : cadrage théorique des notions d’entrepreneuriat collectif, d’équipe dirigeante et d’équipe entrepreneuriale”, (charger l’article)

Articles:

Cyrinne Ben Haffaïed, “Entrepreneuriat en équipe : positionnement dans le champ de l’entrepreneuriat collectif”, (charger l’article)

Régis Moreau, “La formation des équipes d’entrepreneurs”, (charger l’article)

Maripier Tremblay, Camille Carrier, “Développement de la recherche sur l’identification collective d’opportunités d’affaires : assises et perspectives”, (charger l’article)

Stéphane Veyer, Joseph Sangiorgio, “L’entrepreneuriat collectif comme produit et projet d’entreprises épistémiques : le cas des Coopératives d’Activités et d’Emploi”, (charger l’article)

Ouvre ce lien interne dans la fenêtre couranteLe site de la Revue de l’Académie de l’Entrepreneuriat