Seconde édition du Workshop « Repenser l’accompagnement entrepreneurial »  – Thème 2019 :  « Ecosystèmes et continuum d’accompagnement » – 10-11 juin 2019 – Université Laval, Québec

0

Appel à communications

Appel-Workshop2019-ULaval-ESSCA-UCL-P

Mots-clés : processus d’accompagnement, écosystèmes entrepreneuriaux (EE), écosystèmes éducatifs entrepreneuriaux (EEE), continuum d’accompagnement, réseaux, ancrage territorial.

Le premier workshop1 « Repenser l’accompagnement entrepreneurial », qui a eu lieu à Mons en janvier 2018, s’est intéressé aux dimensions structurelles de l’accompagnement entrepreneurial. Cette investigation visait principalement à démystifier la nature des «Espaces Collaboratifs d’Innovation (ECI)» (les espaces de travail : espaces de coworking, learning labs, incubateurs, accélérateurs, couveuses, etc.) et leur rôle dans la dynamique d’accompagnement des entrepreneurs. Le numéro spécial de la Revue « Entreprendre et Innover » (2018/1, no36) intitulé « L’accompagnement entrepreneurial sous tension » fait d’ailleurs état des échanges et débats issus de ce premier workshop. Nous proposons donc, dans cette deuxième édition, de poursuivre la réflexion amorcée.

Pour une vision de cohérence et de continuum

Toujours sous l’angle de l’accompagnement entrepreneurial (Torrance et al., 2013), lequel, nous le savons, est pour le moins « protéiforme » (Fabbri, 2016), et en s’appuyant sur les constats issus de nos réflexions sur la question des « Espaces Collaboratifs d’Innovation (ECI) », nous proposons d’orienter la réflexion sur la mise en oeuvre de l’accompagnement, dans une vision de cohérence et de continuum. Car un enjeu majeur demeure : la recherche de cette cohérence au bénéfice des porteurs de projets, au travers de ces multiples formes et processus d’accompagnement, est-elle vraiment compatible avec les objectifs des accompagnateurs et de leur structure ? (Mack & Mayer, 2016 ; Nabi et al., 2017 ; Stam, 2015).

À Mons, la question de la légitimité de l’accompagnateur a été soulevée et semble avoir été partagée par les principaux acteurs : entrepreneurs, enseignants, coaches ou responsables de structures d’accompagnement (Alvedalen & Boschma, 2017 ; Borissenko & Boschma, 2017). C’est donc sur ce concept de « continuum » que nous désirons porter notre regard. Nous proposons de le faire d’une part par une mise en contexte élargie de ces multiples structures (Nambisan & Baron, 2013b) mais également (et surtout) par une meilleure compréhension des interrelations que ces structures génèrent et entretiennent avec l’ensemble des composantes de l’« écosystème » (Boutillier et al., 2016 ; Neumeyer & Corbett, 2017 ; Surlemont et al., 2014 ; Toutain et al., 2014).

L’importance du rôle de ces structures pour le succès de l’accompagnement est indéniable (Colin Fehder et al., 2018), mais plusieurs constats révèlent les enjeux et les défis que posent l’adéquation souhaitée entre les « types de structures » et les types d’accompagnement. La multiplicité de ces structures et de leurs missions respectives se veulent complémentaires mais se chevauchent (Alvedalen & Boschma, 2017 ; Borissenko & Boschma, 2016 ; Spigel, 2017), ajoutant parfois de la confusion quant aux attentes des accompagnés (Mars & Ginter, 2012). De plus, les objectifs de ces structures (mission organisationnelle) entrent parfois en conflit avec les objectifs visés par les entrepreneurs (Jacquemin & Lesage, 2018). On dénote également plusieurs problèmes et tensions : approche académique plutôt que pratique (Kuratko, 2005 ; Neck & Greene, 2011), d’une vision structurelle plutôt que systémique (Isenberg, 2011 ; Mack & Mayer, 2016), d’objectifs organisationnels plutôt que territoriaux (Cooke et al., 1997 ; Cooke, 2007 ; Cook & Folta, 2017 ; Hornsby, 2017), de processus de développement linéaires plutôt qu’en réseau (Borissenko & Boschma, 2017 ; Malecki, 2011 ; Nijkamp, 2003 ; Richez-Battesti & Petrella, 2013 ; Stuart & Sorenson, 2005), de processus d’accompagnement fragmentés et génériques plutôt qu’harmonisés et distincts (Moroz & Hindle, 2012).

Passer de structures à un écosystème d’accompagnement

Afin de mieux comprendre les rôles multiples des structures et processus, il convient de les situer dans leurs contextes (Spigel, 2017), d’où l’intérêt de faire appel au concept d’écosystème (Alvedalen & Boschma, 2017 ; Auerswald, 2015 ; Surlemont et al., 2014), lequel permet de dresser un tableau et d’étudier un ensemble plus étendu d’attributs qui définissent la complexité des domaines qui composent et caractérisent les écosystèmes entrepreneuriaux et leur évolution (Mack & Mayer, 2016 ; Spigel, 2017).

L’écosystème et ses réseaux représentent deux concepts qui s’ancrent solidement dans le paradigme de la complexité (Morin & Le Moigne, 1999; Morin, 2005) et dont les principes systémiques fondamentaux (Donnadieu & Karsky, 2002; Le Moigne, 1999) permettent de définir leurs aspects dynamiques (principe d’organisa(c)tion active, auto-organisation, dialogique, etc.). Ces principes caractérisent justement cet « organisme » que constitue l’environnement entrepreneurial, dans ses dimensions tant structurelles que fonctionnelles, par l’envergure, la diversité et l’ancrage de ses réseaux, de ses entités, de ses acteurs. Ici, la dimension relationnelle, les « réseaux », représente la composante essentielle qui permet la cohésion de l’EE (Feld, 2012 ; Qian et al., 2012 ; Richez-Battesti & Petrella, 2013) et la formation des « communautés entrepreneuriales » (Malecki, 2011).

La littérature sur les EE cite et s’appuie sur trois principaux piliers : l’ancrage de ses réseaux dans les territoires (Christopherson & Clark, 2007 ; Nijkamp, 2003), l’importance du rôle des universités en termes de génération de connaissances (Huffman & Quigley, 2002) et finalement le rôle nécessaire des politiques pour la création et l’encadrement d’un environnement stimulant l’innovation (Asheim et al., 2005). Notons que le concept des EE emprunte à celui des écosystèmes d’innovation (Autio & Thomas, 2014 ; Nambisan & Baron, 2013a). Les caractéristiques de l’ancrage territorial, ou encore de la distribution géographique (Belitski & Heron, 2017 ; Mack & Qian, 2016 ; McCann & Oxley, 2012) révèlent aussi des enjeux sociaux et sont déterminantes dans le façonnage du paysage économique (Qian et al., 2012).

De manière plus ciblée, le concept d’écosystème éducatif entrepreneurial (EEE) (Toutain et al., 2014) nous permet d’approfondir l’énoncé de notre problématique au contexte de l’entrepreneuriat universitaire (Clark, 2001 ; Fetters et al., 2010 ; Pittaway & Cope, 2007 ; Regele & Neck, 2012) permettant ainsi de préciser un « cadre conceptuel structurant », qui, selon Mueller et Toutain (2015) se décline sur cinq dimensions : la structure, les interrelations, les politiques la culture, la pédagogie et les espaces.

Thématiques et débats

Plus globalement, ces questions et enjeux conduisent inévitablement à repenser le métier pluriel de l’accompagnement. Les pratiques demeurent hétérogènes et les recherches doivent se poursuivre pour appréhender ce que sont les bonnes pratiques au regard des différents types de structures d’accompagnement, mais aussi des différents besoins des porteurs de projets et de leur évolution au fil du temps. Dans un souci de continuum de l’accompagnement, l’adéquation des pratiques d’accompagnement en fonction de la nature des écosystèmes, des réseaux et des structures mériterait également davantage de travaux.

L’étude du processus d’accompagnement doit donc se poursuivre et s’affiner en intégrant la diversité et la complexité des parcours actuels. Sur ce point, il conviendrait de questionner l’adéquation des pratiques d’accompagnement au stade d’avancement des projets (voir par exemple la distinction entre pré-incubation et incubation, Leyronas et Loup, 2015), l’adéquation des pratiques aux secteurs d’activités des projets (structures spécialisées ou généralistes), ou encore l’adaptation des pratiques d’accompagnement pour certains publics-cibles spécifiques.

L’objectif de ce workshop est dès lors d ‘examiner de mettre en débat l’accompagnement entrepreneurial sous ses multiples formes face à la complexité et aux défis sociétaux et économiques actuels, notamment sur les thèmes suivants :

  •  La notion d’écosystème et la diversité de ses déclinaisons ;
  • L’éventail des composantes et attributs de ces écosystèmes et leurs rôles respectifs ;
  • Le positionnement et le rôle des différentes structures d’accompagnement au sein de ces écosystèmes ;
  • L’ancrage des structures d’accompagnement dans un écosystème entrepreneurial (EE) ;
  • L’écosystème entrepreneurial éducatif (EEE) ;
  • Le rôle de l’enseignement et du système éducatif au sein des écosystèmes ;
  • Les processus d’accompagnement entrepreneurial au sein de ces structures et de l’écosystème ;
  • L’adéquation entre les formules d’accompagnement et les spécificités des écosystèmes ;
  • L’adéquation : formule d’accompagnement/structures/écosystème ;
  • La légitimité de l’accompagnement au sein de ces structures et de l’EE ;
  • La synergie entre les acteurs et les aspects dynamiques de l’EE ;
  • La nature, le rôle et l’importance des réseaux au sein des EE ;
  • L’équilibre entre les acteurs publics, institutionnels et privés ;
  • La fragilité du modèle économique de l’accompagnement entrepreneurial ;
  • Le rôle des acteurs publics versus celui des acteurs privés ;
  • La notion d‘ancrage territorial des EE et ses déterminants ;
  • Les différents publics-cibles de l’accompagnement entrepreneurial ;
  • Les facettes et défis de l’accompagnement des étudiants entrepreneurs ;
  • Écosystèmes et coopétition.

Types de communications

Le comité scientifique examinera avec intérêt les approches tant épistémologiques, théoriques, empiriques que méthodologiques permettant de continuer à penser l’accompagnement entrepreneurial dans le monde protéiforme et complexe d’aujourd’hui.

Aux côtés des papiers à caractère académique, les communications de type plus professionnel (pratiques, témoignages, récits d’expérience, etc.) ainsi que les études de cas sont également éligibles et seront examinées avec la plus grande attention.

Sous le parrainage de l’Université Laval

Références citées:

Alvedalen, J. & Boschma, R. (2017). A critical review of entrepreneurial ecosystems research: towards a future research agenda. European Planning Studies, 25(6), 887-903.

Asheim, B., Coenen, L. & Vang, J. (2005). Face-to-Face, Buzz and Knowledge Bases: Socio-spatial implications for learning and innovation policy. Circle paper, 2005/14).

Auerswald, P. E. (2015). Enabling entrepreneurial ecosystems: Insights from ecology to inform effective entrepreneurship policy.

Autio, E. & Thomas, L. (2014). Innovation ecosystems. The Oxford handbook of innovation management, 204-288.

Belitski, M. & Heron, K. (2017). Expanding entrepreneurship education ecosystems. Journal of Management Development, 36(2), 163-177.

Borissenko, J. & Boschma, R. (2017). A critical review of entrepreneurial ecosystems research–towards a future research agenda.

Borissenko, Y. & Boschma, R. (2016). A critical review of entrepreneurial ecosystems: towards a future research agenda. Papers in Evolutionary Geography, 1-21.

Boutillier, S., Carré, D. & Levratto, N. (2016). Entrepreneurial ecosystems. John Wiley & Sons.

Christopherson, S. & Clark, J. (2007). Power in firm networks: What it means for regional innovation systems. Regional Studies, 41(9), 1223-1236.

Clark, B. (2001). The entrepreneurial university: New foundations for collegiality, autonomy, and achievement. Higher Education Management, 13(2).

Colin Fehder, D., Yu, S. & Davis, D. (2018). Early Stage Entrepreneurship Support Programs. Retrieved 2018/10/10, 2018, from https://www.kauffman.org/microsites/state-of-the-field/topics/entrepreneurial-support-programs.

Cooke, P., Uranga, M. G. & Etxebarria, G. (1997). Regional innovation systems: Institutional and organisational dimensions. Research policy, 26(4-5), 475-491.

Cooke, P. (2007). Regional innovation, entrepreneurship and talent systems. International Journal of Entrepreneurship and Innovation Management, 7(2-5), 117-139.

Cooper, A. & Folta, T. (2017). Entrepreneurship and high‐technology clusters. The Blackwell handbook of entrepreneurship, 348-367.

Donnadieu, G. B. & Karsky, M. (2002). La Systémique, Penser et Agir dans la Complexité. Rueil-Malmaison: Liaisons.

Fabbri, J., Glaser A., Gaujard C. & Toutain, O. (2016). Espaces collaboratifs d’innovation : au-delà du phénomène de mode, de quoi parle-t-on?. Revue Entreprendre & Innover (4), N°31, 5-7.

Feld, B. (2012). Startup communities: Building an entrepreneurial ecosystem in your city. John Wiley & Sons.

Fetters, M., Greene, P. G. & Rice, M. P. (2010). The development of university-based entrepreneurship ecosystems: global practices. Edward Elgar Publishing.

Glaeser, E. L., Kerr, W. R. & Ponzetto, G. A. M. (2010). Clusters of entrepreneurship. Journal of urban economics, 67(1), 150-168.

Hornsby, J. S. (2017). B School, E School, or D School: Does Entrepreneurship Program Location Matter or is it the Ecosystem that Counts. In The Great Debates in Entrepreneurship (pp. 99-110). Emerald Publishing Limited.

Huffman, D. & Quigley, J. M. (2002). The role of the university in attracting high tech entrepreneurship: A Silicon Valley tale. The Annals of Regional Science, 36(3), 403-419.

Isenberg, D. (2011). The entrepreneurship ecosystem strategy as a new paradigm for economic policy: Principles for cultivating entrepreneurship. Presentation at the Institute of International and European Affairs.

Jacquemin, A. & Lesage, X. (2018). L’étudiant entrepreneur: un agité du bocal. Entreprendre & innover, (1), N°36, 67-72.

Kuratko, D. F. (2005). The emergence of entrepreneurship education: Development, trends, and challenges. Entrepreneurship Theory and Practice, 29(5), 577-598.

Le Moigne, J.-L. (1999). La modélisation des systèmes complexes. Paris: Dunod.

Leyronas, C. & Loup, S. (2015). Le développement de compétences entrepreneuriales lors de la pré-incubation de projets étudiants. Entreprendre & Innover (3), N°25, 8-17.

Mack, E. & Mayer, H. (2016). The evolutionary dynamics of entrepreneurial ecosystems. Urban Studies, 53(10), 2118-2133.

Mack, E. A. & Qian, H. (2016). Geographies of entrepreneurship. Routledge.

Malecki, E. J. (2011). Connecting local entrepreneurial ecosystems to global innovation networks: open innovation, double networks and knowledge integration. International Journal of Entrepreneurship and Innovation Management, 14(1), 36-59.

Mars, M. M. & Ginter, M. B. (2012). Academic innovation and autonomy: An exploration of entrepreneurship education within American community colleges and the academic capitalist context. Community College Review, 40(1), 75-95.

Morin, E. (2005). Introduction à la pensée complexe (Le Seuil ed.). Paris: Le Seuil.

Morin, E. & Le Moigne, J.-L. (1999). L’intelligence de la complexité (L’Harmattan ed.). Paris; Montreal: Presse Universitaire de France.

Moroz, P. W. & Hindle, K. (2012). Entrepreneurship as a process: Toward harmonizing multiple perspectives. Entrepreneurship Theory and Practice, 36(4), 781-818.

Mueller, S. & Toutain, O. (2015). The Outward Looking School. Entrepreneurship 360 Thematic Paper, OCDE.

Nabi, G., Liñán, F., Fayolle, A., Krueger, N. & Walmsley, A. (2017). The impact of entrepreneurship education in higher education: A systematic review and research agenda. Academy of Management Learning & Education, 16(2), 277-299.

Nambisan, S. & Baron, R. A. (2013a). Entrepreneurship in innovation ecosystems: Entrepreneurs’ self–regulatory processes and their implications for new venture success. Entrepreneurship Theory and Practice, 37(5), 1071-1097.

Nambisan, S. & Baron, R. A. (2013b). Entrepreneurship in innovation ecosystems: Entrepreneurs’ self–regulatory processes and their implications for new venture success. Entrepreneurship Theory and Practice, 37(5), 1071-1097.

Neck, H. M. & Greene, P. G. (2011). Entrepreneurship education: known worlds and new frontiers. Journal of Small Business Management, 49(1), 55-70.

Neumeyer, X. & Corbett, A. C. (2017). Entrepreneurial Ecosystems: Weak Metaphor or Genuine Concept. In Advances in the Study of Entrepreneurship, Innovation & Economic Growth: The Great Debates in Entrepreneurship (pp. 35-45). Emerald Publishing Limited.

Nijkamp, P. (2003). Entrepreneurship in a modern network economy. Regional Studies, 37(4), 395-405.

Pittaway, L. & Cope, J. (2007). Entrepreneurship education: A systematic review of the evidence. International small business journal, 25(5), 479-510.

Qian, H., Acs, Z. J. & Stough, R. R. (2012). Regional systems of entrepreneurship: the nexus of human capital, knowledge and new firm formation. Journal of Economic Geography, 13(4), 559-587.

Regele, M. D. & Neck, H. M. (2012). THE ENTREPRENEURSHIP EDUCATION SUBECOSYSTEM IN THE UNITED STATES: OPPORTUNITIES TO INCREASE ENTREPRENEURIAL ACTIVITY. Journal of Business & Entrepreneurship, 23(2).

Richez-Battesti, N. & Petrella, F. (2013). Social Networks and Entrepreneurship. Encyclopedia of Creativity, Invention, Innovation and Entrepreneurship, 1693-1700.

Spigel, B. (2017). The relational organization of entrepreneurial ecosystems. Entrepreneurship Theory and Practice, 41(1), 49-72.

Spigel, B. & Harrison, R. (2018). Toward a process theory of entrepreneurial ecosystems. Strategic Entrepreneurship Journal, 12(1), 151-168.

Stam, E. (2015). Entrepreneurial ecosystems and regional policy: a sympathetic critique. European Planning Studies, 23(9), 1759-1769.

Stuart, T. E. & Sorenson, O. (2005). Social networks and entrepreneurship. In Handbook of entrepreneurship research (pp. 233-252). Springer.

Surlemont, B., Toutain, O., Barès, F. & Ribeiro, A. M. (2014). Un espace d’observation et d’exploration de l’intelligence collective. Entreprendre & innover, 4, 5-9.

Torrance, W. E. F. et al. (2013). Entrepreneurship education comes of age on campus: The challenges and rewards of bringing entrepreneurship to higher education.

Toutain, O., Gaujard, C., Mueller, S. & Bornard, F. (2014). Dans quel Ecosystème Educatif Entrepreneurial vous retrouvez-vous. Entreprendre & innover, 4), 31-44.

 

COMITÉ ORGANISATEUR

  • UNIVERSITÉ LAVAL : Michel de Blois, Maripier Tremblay
  • ESSCA : Xavier Lesage
  • UCLouvain : Amélie Jacquemin

COMITE SCIENTIFIQUE

  • ULaval : Maripier Tremblay, Michel de Blois, Mathias Pépin,
  • UCLouvain : Amélie Jacquemin, Frank Janssen, Julie Hermans et Amélie Wuillaume
  • ESSCA : Xavier Lesage, Barbara Caemmerer, Inès Gabarret et Gaël Bertrand

COMITE SCIENTIFIQUE – MEMBRES ASSOCIES

  • Naveed Akhter (Jönköping University)
  • Fernanda Arreola (Léonard de Vinci)
  • Luc Audebrand (Université Laval)
  • Guillaume Blum (Université Laval)
  • Kyosuke Inagaki (Hosei University)
  • Mathias Pépin (Université Laval)
  • Raphael Maucuer (ESSCA)
  • Guillaume Schier (ESSCA)
  • Étienne St-Jean (Université Laval)

ORATEURS INVITES

À VENIR

DATES A RETENIR Envoi des résumés étendus15 Février 2109
Réponse du Comité scientifique15 mars 2019
Envoi des communications complètes30 avril 2019
Date limite d’inscription30 mai 2019

 

1 Workshop « Repenser l’accompagnement entrepreneurial : forme, facettes et nouveau enjeux », UCLouvain, Belgique (30 et 31 janvier 2018).

2 Voir aussi le cahier spécial de la revue « Entreprendre et Innover » 2014, Vol 4., no 23.

 

A partager sans modération