Congrès AEI 2019 – Track 14 – Entrepreneurial Support Lab

0

Appel à communications dans le track n°14 – ESL

Adresse d’envoi de la proposition : aei2019-esl@umontpellier.fr

Titre du track :  Entrepreneurial Support Lab

Track14_MESSEGHEM_SAMMUT_AAC_ESL

Responsable(s) :

Présentation

Dans la littérature anglo-saxonne, la recherche sur l’accompagnement entrepreneurial est traitée de façon éclatée sous l’angle des politiques, des structures, des pratiques et de la performance, ce qui n’est pas le cas dans la littérature francophone. Depuis les années 2010, cette thématique est en pointe dans la recherche francophone en entrepreneuriat et rassemble une large communauté de chercheurs et de praticiens. Les nombreux numéros spéciaux (Revue de l’entrepreneuriat, Management international, etc.) attestent de son dynamisme et de son caractère structurant. Au sein de l’AEI, un groupe thématique initié par Didier Chabaud, Karim Messeghem et Sylvie Sammut a organisé de nombreux événements. Au sein du Labex Entreprendre, un programme et une chaire y sont consacrés et ont donné naissance en 2018 à Entrepreneurial Support Lab. Ce collectif de chercheurs vise à promouvoir la recherche et les échanges avec les acteurs de l’accompagnement entrepreneurial.

L’ambition de cette session Entrepreneurial Support Lab est repenser l’accompagnement entrepreneurial, voire de le réinventer. L’accompagnement entrepreneurial connaît en effet des transformations profondes en lien avec la digitalisation, l’apparition de nouveaux profils de porteurs de projets, le développement de nouveaux espaces, etc. Ce processus de revitalisation enclenché depuis une dizaine d’années est toujours en cours et semble même s’accélérer. Les chercheurs en entrepreneuriat bénéficient ainsi de nouvelles avenues de recherche prometteuses et sont en capacité d’apporter un éclairage utile aux décideurs politiques et aux acteurs de l’accompagnement. Il importe donc de réfléchir ensemble sur les nouvelles thématiques, les façons d’appréhender l’écosystème de l’accompagnement entrepreneurial et de voir dans quelle mesure de nouvelles générations de business models sont en passe de supplanter les approches traditionnelles fondées sur une culture de la gratuité.

Sans être exhaustives, pourront être abordées des questions comme :

  • accompagnement des spin-offs académiques
  • accompagnement de l’entrepreneuriat féminin
  • accompagnement des jeunes
  • écosystème de l’accompagnement entrepreneurial
  • nouveaux espaces d’accompagnement (espaces de coworking, fab labs, etc.)
  • gouvernance et politiques publiques entrepreneuriales
  • accompagnement de la croissance et de l’hypercroissance
  • évolution des business models de l’accompagnement entrepreneurial
  • accompagnements spécifiques : entrepreneuriat vert, entrepreneuriat dans les marges, etc…
  • digitalisation de l’accompagnement
  • compétence de l’accompagnant
  • ubérisation de l’accompagnement

A l’issue de cette session, un numéro spécial sera envisagé dans une revue internationale.

Références bibliographiques

Baraldi E. et Ingemansson Havenvid M. (2016). « Identifying new dimensions of business incubation: A multi-Level analysis of Karolinska Institute’s incubation system », Technovation, vol. 50–51, p. 53–68.

Bergek  A. et Norrman C. (2008). « Incubator Best Practice: A Framework », Technovation, vol. 28, n°1–2, p. 20–28.

France Stratégie. (2016). « Quinze ans de politiques d’innovation en France », Commission nationale d’évaluation des politiques d’innovation, janvier, 116 p.

Garrett L.E., Spreitzer G.M. et Bacevice P.A. (2017). « Co-constructing a sense of community at work: the emergence of community in coworking spaces », Organization Studies, vol. 38 n°6, p. 821– 842.

Hackett S.M. et Dilts D.M. (2004). « A Systematic review of business incubation research », The Journal of Technology Transfer, vol. 29 n°1, p. 55–82.

Hackett S.M. et Dilts D.M. (2004). « A real options-driven theory of business incubation », Journal of Technology Transfer, vol. 29 n°1, p. 41–54.

Labex Entreprendre Publications (2017). « Ubérisation : quels défis pour l’accompagnement entrepreneurial ? », n°19, www.labex-entreprendre.fr

Messeghem K., Carrier C., Sammut S., Thurik R. et Chabaud D. (2013). « L’accompagnement entrepreneurial, une industrie en quête de leviers de performance ? », Management international, vol. 17 n°3, p. 65–71.

Messeghem K., et Sammut S. (2017). « Editorial: Thirty Years of Research in Entrepreneurial Support », International Journal of Entrepreneurship and Small Business Journal, vol. 23 n° 4, p. 405-418.

Messeghem K., Bakkali C., Sammut S. et Swalhi A. (2017). « Measuring nonprofit incubator performance: toward an adapted balanced scorecard approach », Journal of Small Business Management, (à paraître).

Mian S., Lamine W., Fayolle A. (2016). « Technology business incubation : an overview of the state of knowledge », Technovation, vol. 50–51, p. 1–12.

Mina A., Dagnino G.B. et Ben Letaifa S. (2015). « Coopetition and cooperation in entrepreneurial ecosystmes : a life-cycle analysis of a Canadian ICT ecosystem », in Belussi, F. et Orsli L. (Eds), Innovation, alliances, and networks in high-tech environments,  Routledge studies in global competition, Edgar, Cheltenham, UK, p. 65-81.

Pauwels C., Clarysse B. Wright M., Van Hove J. (2016). « Understanding a new generation of incubation model : the accelerator », Technovation, vol. 50–51, p. 13–24.

Roundy P.T., Brockman, B.K. et Bradshaw M. (2017), « The resilience of entrepreneurial cosystems », Journal of Business Venturing Insights, vol. 8, p.99-104.

Simatupang T.M., Schwab A., Lantu D.C. (2015). « Introduction : building sustainable entrepreneurship ecosystems », International Journal of Entrepreneurship and Small Business, vol. 26 n°4, p. 389-398.

Theodoraki, C., Messeghem, K., Rice, M. (2018). « A social capital approach to the development of sustainable entrepreneurial ecosystems: an explorative study », Small Business Economics, vol. 51, n°1, p. 153-170.

Instructions aux auteurs

Types de soumissions acceptées :

  • papiers longs (papiers complets)
  • papiers courts (3 000 mots max., sous-rubriques imposées : Introduction/Objectifs (500 mots max.) ; Revue de littérature (500 mots max.) ; Approche/méthodologie (500 mots max.) ; Résultats (500 mots max.) ; Discussion (500 mots max.) ; Implications et limites (500 mots max.).

Les papiers doivent être originaux (non publiés, non en processus d’évaluation dans une revue ou un colloque). Un contrôle anti-plagiat des papiers sera effectué.

Les papiers doivent respecter les consignes de présentation suivantes :

  •     En Microsoft Word format A4 ;
  •     Interligne 1,5 incluant les notes bibliographiques (en interligne simple) ;
  •     Police : Times New Roman, corps 12 points ;
  •     Titres et sous-titres en caractères gras, numérotés sous la forme 1, 1.1 et 1.1.1. ;
  •     Numérotation des pages au centre et en bas de page ;
  •     Marges haute, basse, droite et gauche de 2,5 cm ;
  •     Références bibliographiques rappelées en fin de document ;

Noms des auteurs référencés dans le corps du texte entre parenthèses et suivis de l’année d’édition. Les articles non conformes à ces exigences de mise en page seront renvoyés à leurs auteurs.

Calendrier

  • 10/01/2019 : réception des communications (papiers courts – max 3000 mots – ou longs)
  • 15/03/2019 : notification aux auteurs
  • 15/04/2019 : réception des papiers révisés, courts ou longs, dans leur version définitive
  • Dates du congrès : 3-5 juin 2019

A partager sans modération