Entreprendre au féminin

0

Jeudi 22 novembre 2007

Colloque organisé par le LARGO (Laboratoire Angevin de Recherche en Gestion des Organisations)

En 1976, paraissait le premier article de recherche écrit par une femme, Eleanor Schwartz, consacré à l’entrepreneuriat féminin, sous le titre « Entrepreneurship: A New Female Frontier » dans le Journal of Contemporary Business. A cette époque aux Etats-Unis, on dénombrait environ 700 000 entreprises appartenant à des femmes. Ce nombre allait très vite augmenter, puisqu’en 1999 il y avait 9,1 millions d’entreprises appartenant à des femmes et employant 27,5 millions de salariés. Depuis, les femmes créent de nouvelles entreprises à un rythme deux fois supérieur au taux national américain et elles sont maintenant reconnues comme un élément moteur de l’économie des Etats-Unis.

L’émergence de l’entrepreneuriat féminin n’est pas propre aux Etats-Unis. Les femmes sont actives dans la plupart des pays, non seulement dans les pays développés mais aussi dans les pays en voie de développement. Le prix Nobel de la paix attribué en 2006 à Mohammed Younus fondateur de la Grameen Bank, pour son action en faveur du développement économique et social au travers de la micro-finance, a attiré l’attention sur le potentiel féminin, aussi bien individuel que familial et communautaire, en matière d’incitation à la création de richesses dans les pays en voie de développement par l’entrepreneuriat.

Dans de nombreux pays développés comme les Etats-Unis, le Canada, la France, des programmes gouvernementaux soutiennent l’entrepreneuriat féminin considéré comme une source majeure d’emplois et de croissance. En France, à la suite du lancement de la Charte de l’égalité entre les hommes et les femmes en 2005, un objectif du gouvernement est d’augmenter jusqu’à 40 % le nombre d’entreprises créées par les femmes, contre 27 % actuellement, avec notamment la réforme du Fonds de garantie à l’initiative des femmes et le développement des réseaux aidant les femmes à financer des projets de création, de reprise ou de développement d’entreprises.

Depuis une vingtaine d’années, la recherche exploratoire en entrepreneuriat s’est de plus en plus intéressée aux spécificités de l’entrepreneuriat féminin et les publications ont commencé à dépasser la simple clarification de la nature et des grands problèmes de l’entrepreneuriat féminin. Certains travaux ont posé et testé des hypothèses et, à partir de l’identification de défis ou de barrières significatifs, proposé des recommandations prescriptives. Le but de cette journée est de faire le point sur l’état de la théorie et de la pratique de l’entrepreneuriat féminin dont les principaux sujets peuvent être regroupés ainsi :

  • 1.      L’entrepreneur féminin
  • 2.      La firme au féminin
  • 3.      Le contexte féminin
  • 4.      Le féminisme

 

Merci d’envoyer les intentions de communication avant le 28 septembre 2007 

A partager sans modération